Suivez-nous

Biodiversité

100 000 abeilles près de l’édifice du Sénat du Canada

Avatar

Publié

le

Ottawa a annoncé ce jeudi, 20 juin, avoir installé des ruches d’abeilles dans les terrains du Sénat du Canada. Le geste est aussi symbolique qu’utile.

« Nous reconnaissons le rôle important que jouent les abeilles dans notre écosystème local et nous trouvons des moyens novateurs pour assurer leur prospérité et leur protection », a déclaré Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

Des ruches qui portent les drapeaux des provinces et des territoires canadiens

Les ruches comptaient à partir du 29 mai dernier 100 000 abeilles. Celles-ci ont la particularité de reconnaitre les drapeaux des provinces et des territoires canadiens. En effet chaque ruche portera les couleurs d’une entité administrative du pays en guise de signe qui attire ses abeilles.

Les treize ruches, situées dans la capitale, rendent hommage à l’importance des pollinisateurs dans l’ensemble du pays, selon Services publics et Approvisionnement Canada. Les ruches sont entretenues par le Fairmont Château Laurier. Leur miel sera utilisé et servi dans les restaurants de l’hôtel.

Écologisation des bâtiments officiels

 « Les ruches sont un exemple de la façon dont nous tenons compte de l’environnement tout en restaurant et en modernisant les bâtiments patrimoniaux sur les terrains de la Colline du Parlement et à proximité de celle-ci », a expliqué Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité.

À ce propos, le ministère a déclaré que le projet s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par Ottawa pour protéger l’environnement.

De plus, les ruches font partie de l’ensemble des initiatives faites par le gouvernement dans le but d’écologiser ses bâtiments.

Parmi ces actions, le ministère cite « la réduction des déchets de construction vers les décharges, l’installation de systèmes de plomberie favorisant l’économie d’eau et d’éclairage écoénergétique, l’amélioration de l’isolation et la modernisation des systèmes de bâtiments écoénergétiques. »

Lire aussi : Bee City Canada : Saint-Laurent devient « Ville amie des abeilles »

Avant-Première MTL est un Magazine montréalais d'actualités générales.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Vous pouvez faire le plein de fraises et de framboises dans les fermes de Montréal - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Environnement

Transportez vert : un nouveau programme pour stimuler la transition énergétique au Québec

Avatar

Publié

le

Le gouvernement québécois a annoncé le lancement d’un nouveau programme pour stimuler la transition énergétique du secteur des transports, notamment celui des marchandises, qui est une plaque tournante de l’économie du Québec. 

Le nouveau programme Transportez vert offre de l’aide financière pour accompagner, soutenir et former les entreprises, les organismes et les municipalités qui utilisent un parc de véhicules routiers dans la réduction de leur consommation de carburant et leurs émissions de GES, tout en augmentant leur efficacité énergétique. 

Ce nouveau programme sera administré par Transition énergétique Québec et vient bonifier l’offre actuelle du programme Écocamionnage, administré par le ministère des Transports. « Avec l’annonce d’aujourd’hui, notre gouvernement vient combler un besoin du milieu tout en poursuivant sa volonté d’électrifier l’économie. En effet, le programme Transportez vert permettra aux propriétaires de parcs de véhicules routiers de bénéficier de solutions concrètes et de faire progresser la transition énergétique dans le secteur des transports », a annoncé Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

L’aide financière offert par le programme Transportez vert…

Les gestionnaires de parcs de véhicules pourront par exemple recevoir jusqu’à 100 000 $ pour de l’accompagnement en gestion de l’énergie, jusqu’à 200 000 $ pour l’acquisition de certaines technologies et jusqu’à 30 000 $ pour de la formation en écoconduite pour leurs conducteurs. De la même façon, une entreprise pourrait recevoir de l’aide pour la conversion énergétique d’un de ses véhicules, tels qu’une camionnette ou un autobus scolaire. 

« Pour nous, il est important non seulement de mettre en place des mesures incitatives financières, mais également de soutenir ce mouvement. Au Québec, nous avons la chance de pouvoir compter sur une expertise reconnue en matière d’efficacité énergétique. »

– Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

Pour sa part, la PDG de Transition énergétique Québec soutient que le programme Transportez vert améliore l’offre de service pour la clientèle d’affaires en matière de transport, qui représente un secteur où le potentiel de gains en réduction des émissions de GES et en amélioration de l’efficacité énergétique est considérable. « Nous nous sommes inspirés des meilleures pratiques dans le monde pour faire en sorte que la transition énergétique de ce secteur lui soit des plus profitables », a rassuré Johanne Gélinas.

À lire : Roulez vert : Québec fait un pas de plus pour le déploiement des véhicules électriques

Lire la suite

Environnement

Accumulation de déchets plastiques : des solutions innovatrices canadiennes pour stopper le mal

Avatar

Publié

le

En appui à ses engagements en matière de changements climatiques, le gouvernement du Canada s’allie à de petites entreprises pour réduire la pollution et contribuer à créer un environnement plus vert et plus viable débarrassé des déchets plastiques.

Réduire la pollution plastique est un impératif international auquel les Canadiens et le monde entier attachent de l’importance. Le ministre des Ressources naturelles du Canada, Amarjeet Sohi, a annoncé aujourd’hui l’octroi de 300 000 $ pour la première phase du Défi des bioplastiques qui doit aider de petites entreprises à réduire la pollution en transformant des résidus forestiers en matières plastiques durables pour usage domestique.

Le Défi des bioplastiques pour réduire la pollution de déchets plastiques

La somme sera répartie également entre deux promoteurs de projets qui promettent de réduire la pollution en améliorant la compostabilité des bioplastiques, nommément :

  • Bosk bioproduits Inc., une société de Québec qui met au point un bioplastique à excellente compostabilité et à bon rapport efficacité-coût à partir de boues de papeterie et de résidus de fibre ligneuse compatibles avec les équipements actuels des fabricants de plastiques;
  • GCUP Technology Corp., une société de Vancouver qui, à partir de bioplastique et de fibre ligneuse, développe une capsule à café à usage unique compostable faite entièrement de matières végétales.

Ressources naturelles Canada a collaboré avec Agriculture et Agroalimentaire Canada pour lancer ce défi dans le cadre du Défi des plastiques domestiques du programme fédéral Solutions innovatrices Canada (SIC). S’ils accèdent à la deuxième phase du défi, les promoteurs pourraient recevoir jusqu’à 1 million de dollars pour concevoir un prototype fonctionnel de leur innovation.

À lire : Le Canada interdit les plastiques à usage unique néfastes et met en garde les entreprises

SIC est un programme de 100 millions de dollars destiné à aider les entrepreneurs et les petites entreprises à trouver des solutions novatrices viables à des défis environnementaux complexes. Le gouvernement du Canada pourrait ensuite être le premier client de ces petites entreprises, ce qui les aiderait à commercialiser leur innovation, à prendre de l’expansion et à créer de bons emplois pour les Canadiens.

Lire la suite

Environnement

Montréal : l’artificialisation des sols progresse plus vite que la démographie

Avatar

Publié

le

L’artificialisation des sols au Québec continue de progresser depuis les années 1990 selon un bulletin publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Le taux de transformation des terres naturelles aux Québec est de 0,6 % par année, révèle le bulletin Évolution de la couverture terrestre du Québec méridional sous l’influence des grands centres urbains. Avec cette progression la superficie des surfaces artificielles dans le Québec méridional a augmenté de 528 km2, entre la décennie des années 1990 et celle des années 2000.

Les sols artificialisés ont rongé les forêts et les terres agricoles. Voici les taux par type de milieu naturel :

  • 66 % des gains nets de surfaces artificielles se sont produits au détriment de différents types de forêts
  • 10 % de ces gains se sont produits au détriment des milieux humides, dont les milieux humides forestiers
  • 25 % de la progression des sols transformés s’est faite au détriment des terres agricoles

La consommation des sols naturels à Montréal

Montréal figure parmi les régions qui présentent une augmentation importante des sols artificialisés. La métropole a enregistré un taux de transformation des terres de 0,8% pendant cette période, ce qui correspond au quart de la progression nette des surfaces artificielles dans le Québec méridional (149 km2 sur 528 km2).

De plus cette augmentation est plus importante que la densité de population. En effet, à Montréal la croissance de la population a été inférieure à celle des surfaces artificielles.

Cette carte interactive montre la densité des sols artificiels par rapport aux sols naturels

Lire aussi : Québec investit 260 M$ pour accélérer la réalisation de 15 000 logements sociaux

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant