Suivez-nous

Société

18è guignolée des médias, Près de 3 millions $ récoltés pour les plus démunis

Avatar

Publié

le

Selon La grande guignolée des médias, près de 10% des familles québécoises vivent sous le seuil de pauvreté et ont faim. Une fois par année, à l’approche des Fêtes, les médias unissent leurs voix et leurs ressources pour aider des milliers de personnes dans le besoin.

C’est à minuit, ce lundi 24 décembre 2018, que se termine officiellement la 18e collecte de La guignolée des médias.  Mais, déjà, la dernière compilation réalisée (incluant les dons en ligne, par texto et par téléphone), dévoile un grand total de 2 977 485 dollars.

Rappel des montant amassés dans les principales régions participantes :

  • Abitibi-Témiscamingue: 295 094 $
  • Beauce: 16 932,84 $
  • Belœil/McMasterville: 28 780 $
  • Chibougamau: 14 700 $
  • Côte-Nord: 178 727,38 $
  • Estrie/Bois-Francs: 195 820,82 $
  • Gatineau: 114 380,91 $
  • Lanaudière : 70 000 $
  • Laurentides: 370 962 $
  • Laval: 68 432 $
  • Longueuil (agglomération): 215 000 $
  • Mauricie: 160 761,50 $
  • Montréal: 396 478,26 $
  • Québec: 206 570 $
  • Rimouski: 124 800 $
  • Saguenay: 245 000 $
  • Suroît : 87 514

La guignolée des médias tient à remercier les milliers de bénévoles des médias, d’entreprises et organismes qui se sont mobilisés partout à travers la province depuis près d’un mois. Certains ont sillonné les rues à Montréal et de sa région le 6 décembre dernier pour solliciter des dons et sensibiliser la population à la cause. « Sans eux, souligne-t-elle, cette collecte ne pourrait se faire ».

Rendez-vous en 2019 pour la 19e édition!

La prochaine édition de La guignolée des médias aura lieu du 25 novembre au 24 décembre et la populaire collecte de rue se déroulera le jeudi 5 décembre 2019.

Depuis 2001 la mobilisation des bénévoles a permis de récolter plus de 40 millions dollars et des milliers de kilos de denrées.  

Chaque année, à l’approche des Fêtes, des milliers de professionnels des médias et de bénévoles s’unissent pour amasser des denrées non périssables et des dons en argent. La guignolée des médias aide les plus démunis en collaboration avec des dizaines d’organismes caritatifs locaux. guignolee.ca

Source : La grande guignolée des médias

À lire aussi : Québec, les banques alimentaires ont du mal à répondre à la demande

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Couches lavables : les subventions reconduites et bonifiées dans Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Avatar

Publié

le

Le programme de subvention pour l’achat de couches lavables a été reconduit pour une autre année par les élus de l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension (Montréal) lors de la séance du conseil du 5 novembre.

Dès le 11 novembre 2019, les familles résidant sur le territoire de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension pourront se prévaloir d’une subvention offrant un remboursement de 75 % sur l’achat de couches lavables ou de produits liés à leur utilisation, jusqu’à un montant maximal de 150 $.

Cette année, en plus des couches lavables, plusieurs autres produits sont admissibles tels que les couches-maillots, lingettes, inserts et culottes d’entraînement lavables. Les parents pourront aussi se faire rembourser les frais des services de location de couches. Autre nouveauté au programme : les achats en ligne sont dorénavant reconnus.

Remboursement de 75 % sur l’achat de couches lavables!

C’est le centre de ressources périnatales Espace-Famille Villeray qui continuera à s’assurer de la gestion du programme. Les familles pourront s’y adresser pour obtenir le remboursement de leurs achats. L’organisme offrira également une dizaine de formations gratuites sur l’utilisation de ces couches, les différents modèles et leur entretien. Les formations seront données à différents endroits, dans les quatre districts du territoire.

Grâce à ces subventions, l’arrondissement souhaite encourager la réduction de déchets, encourager les comportements écoresponsables et rendre plus accessible à toutes les familles l’utilisation des couches lavables.

Pour être admissibles, les familles doivent résider sur le territoire, avoir un enfant âgé de moins de 36 mois, s’engager moralement à utiliser des couches ou culottes d’entraînement lavables et présenter des factures datant de moins de six mois.

Lire la suite

Formations

Réforme de l’immigration : des étudiants étrangers seront rapatriés du Québec ?

Avatar

Publié

le

Après avoir baissé le seuil d’immigration de 52 000 en 2018 à 40 000 en 2019, et annulé 18 000 dossiers de demandes d’immigration, le gouvernement du Québec est passé à une autre étape de sa vaste réforme de l’immigration depuis sa prise de fonction le 1er octobre 2018. Cette fois-ci, des milliers d’étudiants étrangers semblent être touchés par ce qui a été annoncé le 30 octobre dernier.

Depuis le 1er novembre 2019, la réforme de l’immigration a pris un virage à 360° à l’heure au Québec. Le gouvernement dirigé par François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), n’y est pas allé de main morte pour « briser le rêve » de milliers d’étudiants étrangers qui avaient l’intention de rester dans la Belle Province après leurs études.

Désormais, les étudiants étrangers, mais aussi les travailleurs temporaires, devront détenir un diplôme ou avoir une expérience d’emploi dans des domaines définis par le gouvernement, en lien avec la pénurie de main-d’œuvre, afin d’avoir accès au Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Par le passé, aucune distinction n’était faite selon le domaine de formation ou le travail occupé.

À travers le PEQ, les étudiants étrangers qui avaient terminé leurs études et obtenu leurs diplômes pouvaient faire une demande de Certificat de sélection du Québec (CSQ). Ce document qui permettait de faire une demande accélérée de Résidence permanente au Canada étaient délivré en un mois contre deux ans pour des candidats à l’immigration hors du Québec.

« La Liste des domaines de formation a été mise à jour le 1er novembre 2019. Cette mise à jour s’applique à toutes les demandes de sélection présentées au ministre, dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés qu’elles aient été présentées avant ou après le 1er novembre 2019 », a indiqué le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) sur son site web.

Étudiants, ce qui sera pris en compte à partir du 1er novembre 2019!

À partir du 1er novembre 2019, les diplômes du Québec admissibles au PEQ sont :

  • le baccalauréat (1er cycle universitaire);
  • la maîtrise;
  • le doctorat;
  • le diplôme d’études collégiales (DEC) techniques;
  • le diplôme d’études professionnelles (DEP) lequel, seul ou avec une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) obtenue consécutivement, sanctionne 900  heures ou plus de formation;
  • l’attestation de spécialisation professionnelle (ASP) sanctionnant 900 heures ou plus de formation;
  • l’attestation d’études collégiales (AEC) sanctionnant 900 heures ou plus de formation.

Par ailleurs, les candidats doivent avoir complété au moins 900 heures d’études à temps plein au Québec ou, si leur attestation ou diplôme sanctionne plus de 1 800 heures d’études, elles doivent avoir séjourné au Québec pendant au moins la moitié de la durée de leur programme d’études.

Enfin, pour les formations d’une durée de 900 heures à moins de 1 800 heures, les candidats doivent détenir une expérience de travail de 6 mois à temps plein, au Québec, acquise après leur programme d’études et dans leur domaine de formation.

Prioriser les besoins du marché au détriment de…

Rappelons qu’en 2018, près de 11 000 personnes ont bénéficié du PEQ, dont plus de 5100 diplômés. En 2019, le compteur s’est arrêté début juin, au moment de la suspension du programme, à 8052 CSQ délivrés, dont 3226 diplômés. Pendant ce temps, plus de 48 000 étudiants étrangers ont été recensés dans des universités québécoises cet automne.

D’une même voix, le Parti libéral (PLQ), Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont pourtant réclamé « un recul complet » du gouvernement. Mais, le premier ministre François Legault est intraitable sur la question. Le chef caquiste croit qu’à un moment donné, « il faut prioriser, se concentrer sur l’économie et répondre aux besoins du marché du travail ».

Alors que le gouvernement Legault prétend répondre en priorité, aux « besoins du marché du travail » à travers ces réformes de l’immigration, faut-il craindre que ses décisions [de plus en plus critiquées par tous les partis politiques d’opposition et le monde universitaire] pourraient nuire à l’image du Québec et à l’attractivité de ses universités?

À lire : Immigration : bonne nouvelle pour les étudiants étrangers au Canada

Lire la suite

Économie

RPC : voici le maximum des gains ouvrant droit à pension pour 2020 au Canada

Avatar

Publié

le

Le plafond des gains ouvrant droit à pension du Régime de pensions du Canada (RPC) sera fixé à 58 700 $ pour 2020, ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 57 400 $, selon Revenu Canada.

Le nouveau plafond a été calculé selon une formule du RPC établie par la loi, qui tient compte de la hausse des traitements et salaires hebdomadaires moyens au Canada. Les personnes qui gagneront plus de 58 700 $ en 2020 ne seront pas tenues de verser d’autres cotisations au RPC et ne pourront pas le faire.

L’exemption RPC de base pour 2020 reste fixée à 3 500 $.

Le taux de cotisation des employés et des employeurs pour 2020 seront de 5,25 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 5,1 %. Le taux de cotisation des travailleurs indépendants seront de 10,5 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 10,2 %. L’augmentation du taux de cotisation est attribuable à la bonification du RPC qui a été mise en œuvre le 1er janvier 2019.

La cotisation maximale des employeurs et des employés au RPC en 2020 sera de 2 898,00 $ chacun et la cotisation maximale des travailleurs indépendants sera de 5 796,00 $. Ces maximums étaient de 2 748,90 $ et de 5 497,80 $ en 2019.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ET INFORMATION

Source : Agence du revenu du Canada

À lire : Plus de 850 000 travailleurs seront des retraités d’ici 2025 au Québec

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant