Suivez-nous

HighTech

2019, une nouvelle nanotechnologie montréalaise pour éradiquer le cancer

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Cette technologie est le fruit de travail d’une équipe multidisciplinaire de 180 scientifiques. Après 17 années de recherches dans les laboratoires de Polytechnique Montréal, le traitement, qui guérit 90% des cancers, a trouvé acquéreur.

L’entreprise québécoise Médical Starpax, fondée en 2017, a annoncé aujourd’hui, 7 mai 2018, qu’elle a acquis en exclusivité la licence de la technologie.

« Cette solution innovante imaginée par les chercheurs du Laboratoire de nanorobotique de Polytechnique est l’un des projets les plus prometteurs de la médecine du futur. Nous sommes confiants qu’une fois menée à terme, cette technologie fera la différence pour les dizaines de millions de personnes qui reçoivent chaque année un diagnostic de cancer à travers le monde », souligne Philippe A. Tanguy, directeur général de Polytechnique Montréal.

La recherche scientifique avait remporté, en mars 2017, la 24e édition du concours annuel du magazine scientifique Québec Science.

Grâce à cette technologie les médicaments se déplaceront dans les tissus du corps sans causer des effets secondaires. Ils atteignent ainsi les tumeurs « sans se répandre dans le reste du corps »; et éliminent les cellules cancéreuses « situées dans la zone hypoxique, là où la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie sont inefficaces. »

Des nanorobots vivants guidés par des ondes magnétiques

Le médicament Complexe Starpax est transporté par des nano-bactéries non pathogènes qui s’appellent  Bn1-S. Le Magnétotaxi Starpax 1000 génère des ondes magnétiques qui dirigent ces robots vivants transporteurs, capables de produire des nanoaimants, vers la cible.

« Les essais réalisés avec le Vecteur Médical Starpax chez plus d’une centaine d’animaux porteurs de tumeurs humaines cancéreuses ont permis de démontrer qu’en injectant seulement 20% de la dose de médicament usuelle on pouvait atteindre une dose de médicament de 14 fois supérieure à celle normalement obtenue au niveau de la tumeur, y compris dans la zone hypoxique et ce sans se répandre dans tout l’organisme », explique Michel Gareau, président-fondateur de Médical Starpax.

Vecteur Médical Starpax sera dans les cliniques vers la fin de 2019.

Source

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

HighTech

Huawei dévoile son propre système d’exploitation pour téléphones intelligents

Avatar

Publié

le

Décidément Huawei a bien pelleté par en avant pour faire bande à part. Le géant chinois a désormais son propre système d’exploitation pour smartphones nommé Harmony OS.

Huawei a dévoilé son nouveau système d’exploitation Harmony OS, lors de la conférence des développeurs 2019 tenue cet après-midi à Dongguan dans la province du Guangdong.

Harmony, appelé Hongmeng en chinois, est un coup de maître pour assurer l’autonomie technologique du groupe télécoms chinois. En effet, cette nouvelle tombe quelques mois après les sanctions commerciales imposées par les États-Unis à Huawei qui restreignent son accès aux produits numériques essentiels comme Android.

De plus, les applications Linux ou Android sont compatibles avec HarmonyOS. Huawei a invité de fait les développeurs à les publier sur son nouveau système d’exploitation multi-appareils.

Concernant les appareils Huawei actuellement sur le marché, l’entreprise continuera à utiliser Android, la technologie commercialisée par Alphabet, une filiale de Google. Par ailleurs elle a annoncé qu’elle dévoilera ce samedi le smartphone Honor son premier appareil fonctionnant avec Harmony OS.

Les tabloïds technologiques ont très vite réagi à cet événement. Plusieurs ont déjà donné leurs avis sur la nouvelle technologie, en voici des extraits à travers des tweets publiés aujourd’hui.

Lire aussi : Des pirates russes ont utilisé des appareils connectés pour infiltrer des entreprises à l’échelle mondiale

Lire la suite

HighTech

Des pirates russes ont utilisé des appareils connectés pour infiltrer des entreprises à l’échelle mondiale

Avatar

Publié

le

Microsoft a annoncé qu’un groupe de pirates russes, parrainé par l’État, profite des mesures de sécurité insuffisantes de certains appareils connectés pour infiltrer les réseaux d’entreprises.

La société a révélé que des chercheurs du Threat Intelligence Center de Microsoft ont découvert des tentatives de piratage d’entreprises utilisant des périphériques (Internet des objet) IoT populaires, à savoir des téléphones VOIP, des imprimantes de bureau et des décodeurs vidéo.

Dans certains cas, les hackers n’ont même pas eu à déchiffrer leurs mots de passe: les appareils utilisaient ceux par défaut de leurs fabricants.

Microsoft a attribué ces attaques au groupe Strontium, également appelé Fancy Bear, et APT28. Fancy Bear est connu pour être un groupe de hackers informatiques russes parrainés par l’état et impliqués dans le piratage de la DNC de 2016, les diverses tentatives d’infiltration contre des responsables américains, ainsi que les opérations de perturbation des élections européennes plus tôt cette année.

Les objectifs des hackers demeurent inconnus

Microsoft a toutefois été en mesure d’identifier les attaques à leurs débuts, de sorte que les objectifs du groupe demeurent inconnus. Ce qui est par ailleurs certain c’est que les dispositifs IoT sont devenus des points d’entrée, leur permettant d’utiliser des ponts pour accéder aux réseaux.

Microsoft a déclaré aussi avoir déjà envoyé 1 400 notifications aux personnes ciblées par Strontium. La plupart d’entre eux étaient des attaques visant les secteurs gouvernemental, informatique, militaire, de la défense, de la médecine, de l’éducation et de l’ingénierie. Un sur cinq, cependant, ciblait des organisations non gouvernementales, des think tanks et des groupes politiquement affiliés du monde entier.

Le géant de la technologie encourage désormais les entreprises à protéger leurs réseaux en sécurisant leurs appareils IoT. Il convient également de noter que Microsoft soutient l’objectif de l’Alliance FIDO d’établir un standard de sécurité sans mot de passe pour le secteur de l’Internet des objets.

Source : Engadget

Lire aussi : Arnaques : l’Agence des services frontaliers du Canada met le public en garde contre des faussaires

Lire la suite

HighTech

Facebook affichera sa marque sur ses applications

Avatar

Publié

le

Les médias ont affirmé aujourdhui que Facebook envisage d’apposer sa marque sur Instagram et WhatsApp. Et cepour informer les utilisateurs que les applications appartiennent à la plateforme.

En affichant son nom sur les applications Instagram et WhatsApp, Facebook veut être plus clair sur ses produits et ses services, a déclaré son porte-parole.

Ces identifications sont-elles des mesures prises afin de répondre aux allégations internationales sur le manque de transparence du réseau?

D’ailleurs Facebook n’est pas le seul géant dans la ligne de mire des cercles de pouvoir américains et européens. En effet, la sénatrice Elizabeth Warren, candidate à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020, avait appelé en mars dernier au démantèlement des géants des technologies numériques comme Google ou encore Amazon et dont le modèle économique repose sur l’exploitation des données personnelles des utilisateurs.

Facebook a racheté Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014. Les nouvelles indications du réseau de Zuckerberg sont désormais apposées après le départ des fondateurs d’Instagram l’automne dernier, et celui de Brian Acton et Jan Koum, les fondateurs de WhatsApp. Les produits qu’ils ont construits seront plus clairement liés à Facebook, pour le meilleur ou pour le pire.

Lire aussi : Google mettra aux enchères la place de moteur de recherche par défaut

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant