Suivez-nous

En-Avant

2e appel à projets de stages professionnels pour jeunes franco d’Amérique

Publié

le

Janaina Nazzari Gomes

Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), le Centre de la francophonie des Amériques, la Ville de Québec et l’Office franco-québécois (OFQJ) pour la jeunesse ont lancé, mercredi 8 août, le 2e appel à projets de stages professionnels au sein des villes membres du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique (RVFFA).

Les villes membres du Réseau et les organismes partenaires situés sur leur territoire sont invités à présenter un projet de stage en milieu de travail dont le mandat portera sur le développement de routes touristiques basées sur l’histoire et la culture francophone au sein du RVFFA.

Ces stages se réaliseront entre janvier et octobre 2019 pour une durée de 12 semaines maximum. Ils permettront aux participants de 18 à 35 ans d’améliorer leurs habiletés professionnelles et d’enrichir leur bagage culturel.

Les villes et organismes partenaires intéressés ont jusqu’au 21 septembre 2018 à 17h (heure de l’Est du Québec) pour déposer leur demande :

Par ailleurs, il faut noter que ce projet s’intègre dans l’entente de partenariat signée le 19 juillet 2017 entre les 4 organismes pour une durée de 2 ans.

Source : Les Offices jeunesse internationaux du Québec

Crédit photo:
Janaina Nazzari Gomes
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

Noël à Montréal : la Place des Arts prend le pouvoir des Fêtes

Publié

le

Chansons populaires, ballet, musique classique, spectacles pour enfants et plus encore : la Place des Arts devient LA destination du temps des Fêtes ! C’est la féerie de Noël à Montréal avec une programmation étincelante pour tous les goûts, jusqu’en janvier 2019.

En métro, en raquettes, à dos de renne ou en traîneau, rendez-vous pour un après-midi, une journée complète ou une soirée en famille, entre amis, avec votre douce moitié ou encore en solo. Essuyez vos bottes, accrochez vos manteaux, enlevez votre tuque et faites comme chez vous : cette année, c’est à la Place des Arts que la plus belle fête aura lieu!

QUATRE ACTIVITÉS GRATUITES POUR CÉLÉBRER LA MAGIE DES FÊTES

Les ateliers Place des Arts : initiation à l’art lyrique – samedi 8 décembre, 13h à 15h

Animé par Pierre Vachon, directeur de l’action communautaire et éducative de l’Opéra de Montréal et en présence de Florence Bourget et Pierre Rancourt, artistes de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, et de Maxime Dubé-Malenfant, pianiste, cet atelier propose une mise en contexte de l’évolution de l’art vocal et un atelier pratique de chant lyrique qui se conclura par une performance sur scène des participants à l’atelier.

Les complices Place des Arts : Sogué – danses, chants et cirque africain
Jeudi 13 décembre à 17h
Vendredi 14 décembre à 17h et à 18h45
Samedi 15 décembre à 13h, 15h et 17h

Avec SOGUÉ, signifiant « Soleil » en langue Soussou, Productions Kalabanté propose un projet inspiré de la migration des minorités africaines vers le Canada. Grâce aux danses et aux chants africains, ainsi qu’aux surprenants numéros acrobatiques, l’invitation à ce voyage vous fera découvrir le chemin parcouru par les interprètes jusqu’à leur intégration en cette nouvelle terre.

Exposition « Les Fêtes » — jusqu’au 5 janvier

« Les Fêtes » est une installation visuelle et sonore évoquant les rassemblements familiaux, le « party » de maison et les festivités de fin d’année. Vivez une expérience sensorielle et immersive en adoptant le point de vue d’un enfant évoluant au cœur de la réception familiale – piquez une jasette au salon, cachez-vous sous la table et rêvassez sur le lit couvert de manteaux!

Interlude, magnifique œuvre numérique sur les joies d’hiver — jusqu’au 6 janvier

Interlude, une magnifique création numérique réalisée par l’artiste montréalaise Maylee Keo, émerveillera petits et grands. Retrouvez les petits plaisirs d’enfance et les traditions familiales qui bercent les fêtes depuis toujours!

Toutes les activités gratuites se dérouleront dans l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme et sont présentées grâce au soutien financier de la Fondation de la Place des Arts.

POUR CÉLÉBRER LES DIFFÉRENCES ET LA JOIE D’ÊTRE ENSEMBLE

Des pieds et des mains
Les 28, 29 et 30 décembre à 14h | Pour toute la famille / 6 ans et plus | Cinquième Salle

DES CLASSIQUES POUR TOUTE LA FAMILLE

Casse-Noisette — du 13 au 30 décembre – plusieurs horaires disponibles | Salle Wilfrid-Pelletier

Pour le plus grand bonheur de tous, le traditionnel Casse-Noisette des Grands Ballets réchauffera les cœurs des petits et des grands. Offrez-vous une escapade enchanteresse au Pays des neiges et au Royaume des friandises, en compagnie de Clara et de son prince charmant, où une galerie de personnages truculents vous éblouira.

Décembre, la comédie musicale du temps des Fêtes signée Québec Issime – du 13 au 30 décembre – plusieurs horaires disponibles | Théâtre Maisonneuve 

La troupe de Québec Issime est fière d’accueillir à nouveau dans ses rangs Marc Hervieux dans le rôle d’Onésime Lemaire, maire de la municipalité, entouré de tous les autres personnages légendaires qui prendront vie le temps d’une soirée dans le traditionnel village situé sous le sapin de Noël. 24 artistes sur scène dans des décors et des costumes somptueux, et des performances époustouflantes à travers 12 tableaux féériques.

Le petit Noël de Québec Issime — les 17 et 23 décembre | 2 à 6 ans | Théâtre Maisonneuve

Dans ce spectacle de 50 minutes concocté spécialement pour les enfants dans le décor grandiose de Décembre, les lutins et la Fée des étoiles attendent la venue prochaine du Père Noël en chantant et dansant avec tous les petits amis venus pour l’occasion.

PLUSIEURS AUTRES SPECTACLES À NE PAS MANQUER À LA PLACE DES ARTS POUR FÊTER LE PLUS BEAU TEMPS DE L’ANNÉE

Pour de plus ample information, visitez la Programmation complète sur www.placedesarts.com/fetes

Source : Place des Arts

À lire aussi : Fêtes de fin d’année : commerces ouverts ou fermés ?

À lire aussi : Un « Noël des merveilles » au MCQ jusqu’au 6 janvier 2019

À lire aussi : Cette année le diner de noël sera flexitarien

Lire la suite

En-Avant

Opération Nez rouge : 50 000 bénévoles sur les routes canadiennes jusqu’au 31 décembre

Publié

le

La 35e campagne de raccompagnement débute le mardi 30 novembre 2018, l'Opération Nez rouge. Photo : Groupe CNW/SAAQ

À partir de vendredi 30 novembre, dans la soirée, l’Opération Nez rouge répondra à l’appel des automobilistes qui ne se sentiront pas en état de prendre le volant, et ce, dans 102 communautés au Canada, dont 63 au Québec.

Quelque 50 000 valeureux bénévoles sillonneront les routes jusqu’au 31 décembre prochain, prêts à mener une 35e campagne mémorable qui permettra de faire rimer les Fêtes non seulement avec plaisir et célébrations, mais également avec sécurité. Accompagnée de ses deux partenaires provinciaux, la Société de l’assurance automobile du Québec et Desjardins, l’Opération Nez rouge invite donc les Québécois à enfiler un dossard ou à composer le 1 866 DESJARDINS pour obtenir un raccompagnement, une initiative qui se révélera assurément la meilleure idée de la soirée!

L’application mobile : un incontournable des Fêtes!

Offerte gratuitement sur App Store et Google Play, l’application mobile de l’Opération Nez rouge propose une foule d’options pratiques. Grâce à sa fonction de géolocalisation, elle permet de connaître le numéro de la centrale la plus près ainsi que ses heures d’ouverture, en plus du temps d’attente dans 10 grands centres du Québec. L’application activée par Desjardins offre également la possibilité de planifier une alerte durant la soirée et de transmettre son formulaire d’inscription en utilisant l’appareil photo de son téléphone.

Encore plus de raisons de faire appel à l’Opération Nez rouge

Depuis sa création en 1984, l’Opération Nez rouge s’appuie sur un principe de redistribution complète des dons amassés pendant la campagne. Chaque année, 1,5 million de dollars sont collectés par les bénévoles et redistribués aux organismes locaux qui prennent en charge le service de raccompagnement dans leur région. Au Québec, cela représente plus de 1,1 million de dollars qui sont remis à des organisations à but non lucratif qui se consacrent à la jeunesse ou au sport amateur.

S’inscrire en quelques clics!

Si le fameux dossard de l’Opération Nez rouge rend les bénévoles facilement repérables pour les clients, son site Web simplifie plus que jamais leur inscription avec son interface revue et optimisée. Après s’être connectés au OperationNezrouge.com, les internautes n’ont plus qu’à se géolocaliser pour s’inscrire en ligne directement ou bien télécharger le formulaire d’inscription. Ils ont également sous la main les coordonnées et les dates où la centrale la plus près est en service, en plus de nombreux renseignements utiles. Cette année plus que jamais, se joindre à la grande famille Nez rouge se fait en un tour de main! De plus, notons qu’il est possible de s’inscrire à n’importe quel moment durant la campagne.

À lire aussi : Alcool ou drogue au volant, les « fêtards » dans le viseur de la police et la SAAQ

À lire aussi : Textos au volant, « Tout le monde sait que c’est idiot de texter au volant »

Pour rappel, l’Opération Nez rouge est un organisme à but non lucratif dont la mission est de valoriser l’adoption d’un comportement responsable dans toutes situations de facultés affaiblies par une approche citoyenne non moralisatrice, en offrant un service de raccompagnement accessible dispensé par et pour la communauté, et en réalisant d’autres programmes de sensibilisation à la consommation responsable et à la sécurité routière.

Source : Société de l’assurance automobile du Québec

Lire la suite

En-Avant

Racisme systémique : un « pacte » d’équité culturelle pour éradiquer le fléau au Québec

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Capture d’écran de la couverture du Rapport de la consultation sur le racisme systémique dans le milieu des arts, de la culture et des médias à Montréal. ©DAM

Après 12 mois de consultation, des débats publics sur « identité & racisation » dans un format de « réflexion en trois temps », Diversité artistique Montréal (DAM) a dévoilé mardi 27 novembre, son rapport intitulé « Pour un processus d’équité culturelle ». Avec des témoignages édifiants, l’organisme DAM prône une démarche qui s’inscrit dans un acte de reconnaissance du racisme systémique au Québec.

Le rapport de 59 pages, dévoilé à la grande bibliothèque de Montréal, est le fruit de la consultation sur le racisme systémique dans les arts, la culture et les médias à Montréal, menée par DAM de novembre 2017 à novembre 2018. Cette initiative a été soutenue financièrement, dans le cadre de l’entente sur le développement culturel de Montréal, par la Ville et le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Le racisme, « un système de reproduction des inégalités » à grande échelle ?

Dans son mot introductif, Jérôme Pruneau, Directeur de Diversité artistique Montréal, souligne que la présentation du rapport « Pour un processus d’équité culturelle s’inscrit dans le simple droit humain à jouir, chacune et chacun, d’une liberté de parole et d’une liberté de création, d’une liberté culturelle et d’expression selon sa propre vision du monde ».

En avant-propos, le document décrit le racisme comme une discrimination basée sur l’origine ethnoculturelle et la présupposée race d’une personne ou d’un groupe social. « Quand il frappe de plein fouet tout autant les milieux de l’éducation, de la santé et des services sociaux, les secteurs du logement, de l’emploi, de la justice et de la sécurité publique, le monde des arts et des médias, ce fléau doit être considéré nécessairement comme systémique, c’est-à-dire comme un système de reproduction des inégalités à l’échelle étatique et sociétale », stipule le rapport dont les auteurs croient que « ne pas reconnaître l’existence du racisme relève de l’aveuglement ».

Aux origines colonialistes de la racisation

M. Pruneau soutient qu’aucun artiste, travailleur culturel, professionnel des médias ne devrait en aucun cas rencontrer une quelconque forme de discrimination dans la société québécoise. « Pourtant, déplore-t-il, encore en 2018, dans une société dite progressiste comme le Québec, un certain nombre de nos concitoyennes et concitoyens souffrent d’un racisme systémique hérité d’un passé colonial historique dont la portée des résurgences engendre des situations professionnelles, culturelles, sociales et politiques discriminantes évidentes et une sous -représentation flagrante de ces populations dans notre paysage artistique et culturel ».

D’ailleurs, dans ce rapport, les uns et les autres s’accordent à dire que « le racisme systémique n’est pas propre au Québec, pas plus qu’il n’est propre au Canada anglais, à l’Australie, à la France ou à la Grande-Bretagne ». Mais, ils le voient comme étant “un phénomène inhérent à toute nation impliquée à un moment ou à un autre dans l’entreprise coloniale ».

Inclusion et équité, un long chemin à parcourir au Québec

Bien que Montréal soit une métropole culturelle incontournable au Québec et au Canada, indique le rapport, le chemin à parcourir en termes d’inclusion et d’équité ethnoculturelles est encore long. Selon DAM, l’équité culturelle doit reconnaître l’identité plurielle québécoise et passer par un processus actif et conscient, mis en place par les organisations et institutions du milieu culturel et appuyé par les divers paliers de gouvernement.

L’éradication de ce phénomène, selon le directeur de DAM, « nous incombe à toutes et à tous » et passe par trois étapes, à commencer par « la reconnaissance de la présence insidieuse de ce racisme systémique » dans les organisations, les institutions québécoises. Ensuite, « écouter et entendre pour comprendre »  les situations de discrimination. « Enfin, la dernière étape est celle qui consiste à se mettre en marche, dans l’action quotidienne, pour transformer nos pratiques, en s’engageant de façon authentique, et j’insiste sur ce mot, pour que de réels changements s’opèrent », recommande Jérôme Pruneau.

Peut-on éradiquer le phénomène du racisme ?

Tout en accordant une importance particulière à l’exercice de la consultation sur le racisme dont la journée du dévoilement du rapport a  été soutenue financièrement par Patrimoine canadien, DAM soutient que ce travail permis de donner la voix aux personnes racisées, qui sont à même de proposer des pistes de solution à appliquer pour une transformation concrète de leurs réalités. Une raison de plus pour l’organisme d’inviter les actrices et acteurs de la lutte anti-raciste à poursuivre leur travail de sensibilisation dans le milieu et auprès du grand public.

C’est le lieu de rappeler que cette investigation de Diversité artistique Montréal est née à la suite de la forte mobilisation de nombreux groupes de la société civile québécoise, durant les années 2016-2017, pour réclamer la tenue d’une commission d’enquête sur le racisme systémique.

Que recherche DAM-Diversité artistique Montréal ?

Alors que le gouvernement québécois avait consenti en juillet 2017 à un exercice consultatif sur « la discrimination systémique et le racisme », il a finalement réorienté la consultation vers un « forum sur la valorisation de la diversité ». DAM qui figurait parmi les 31 Organismes à but non lucratif (OBNL), initialement chargés par le Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), pour mener des consultations s’était retiré dudit forum en poursuivant une consultation indépendante.

Engagé dans la lutte anti-raciste, DAM prône une démarche qui s’inscrit dans un acte de reconnaissance d’un problème systémique avec une réalité quotidienne et institutionnelle du racisme au Québec, qui prend aussi bien en compte les personnes racisées nées au Québec et au Canada que celles issues de l’immigration.

À lire aussi : Identité et Racisation, un débat tendu à Maison de l’Afrique Montréal

À lire aussi : La consultation sur le racisme systémique esquivée, disculpée, récupérée et retrouvée

Lire la suite

en-avant