Suivez-nous

Politique internationale

Abdelaziz Bouteflika a quitté le pouvoir… sans effusion de sang

Avatar

Publié

le

Après 20 ans de pouvoir, le président Abdelaziz Bouteflika a été contraint de démissionner mardi 02 avril à la suite de plusieurs manifestations du peuple algérien, finalement soutenu par l’Armée, pour dire non à un cinquième mandat présidentiel.

L’homme fort d’Algérie aurait rédigé une lettre de démission pour annoncer son départ de la tête du pays. « Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel, sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République, a-t-on appris mardi auprès de la présidence de la République », rapporte l’agence officielle APS.

L’Armée préparait la destitution de Bouteflika ?

Alors qu’un communiqué annonçait lundi qu’il démissionnera avant la fin du mois d’avril, l’armée a demandé ce mardi l’application immédiate de l’article 102 de la Constitution algérienne, afin de lancer le processus de destitution du président Bouteflika, 82 ans, malade.

À lire aussi : En Algérie, l’Armée lâche Bouteflika

Dans sa lettre de démission publié par APS sur son site web, M. Bouteflika dit avoir pris cette “décision” en son “âme et conscience” pour “contribuer à l’apaisement des cœurs et des esprits” de ses compatriotes afin de leur permettre de “projeter ensemble l’Algérie vers l’avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement”. D’autant plus que son intention annoncée de quitter le pouvoir avant la fin du mois d’avril n’avait pas empêché la poursuite des manifestations dans le pays.

Décision prise en “âme et conscience” pour éviter le chaos…

« Cette décision procède de mon souci d’éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement l’actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l’Etat », peut-on lire, en substance, dans la lettre de démission.

Dans la perspective de la transition qui s’ouvre, le désormais ex-président dit avoir pris “les mesures appropriées”, dans l’exercice de ses “prérogatives constitutionnelles”, pour les besoins de la “continuité de l’Etat” et du “fonctionnement normal” de ses institutions pour l’élection d’un nouveau Président de la République.

Visiblement, l’intérim doit normalement être assuré par Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la nation, la chambre haute du Parlement. Ce dernier devrait, semble-t-il, organiser des élections d’ici 45 jours.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Contenus francophones : le Québec et la France vont promouvoir la diversité des expressions culturelles en ligne

Avatar

Publié

le

Une mission franco-québécoise sur la visibilité des contenus culturels francophones en ligne a été lancée officiellement, aujourd’hui, mercredi 3 avril. Objectif : établir un premier diagnostic des différents enjeux liés à la découvrabilité, puis proposer et mettre en œuvre des solutions qui permettront d’assurer une meilleure visibilité des artistes et des œuvres francophones sur Internet.

« En matière culturelle, où les réalisations franco-québécoises et les opportunités restent innombrables, le Président de la République française et le Premier ministre du Québec se félicitent de la tenue prochaine de la première réunion d’experts consacrée à la découvrabilité des contenus francophones sur les supports numériques ».

Faisant suite à cette déclaration conjointe du président Emmanuel Macron et du premier ministre François Legault, tenue le 21 janvier 2019 lors d’une rencontre à Paris, le ministre de la Culture de France, Franck Riester, et la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, également ministre responsable de la Langue française du Québec ont lancé la mission franco-québécoise sur la visibilité des contenus culturels francophones en ligne.

Les pratiques culturelles influencées par l’évolution du numérique

Dans le contexte actuel où les pratiques culturelles sont largement influencées par l’évolution de l’environnement numérique, le Québec et la France estiment que la mise en avant des contenus francophones se pose comme « un enjeu majeur » de promotion de la diversité des expressions culturelles. Dès lors, disent les initiateurs, la visibilité des contenus francophones en ligne est une priorité affirmée tant par la France que par le Québec.

À lire : Québec attribue 1 million $ pour la réalisation de projets de promotion du français

« Pour notre gouvernement, il est important d’assurer que tous puissent avoir accès à des contenus culturels francophones de qualité sur le Web. »

– Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, Québec

« Les grandes plateformes de l’Internet sont devenues incontournables dans la diffusion des contenus culturels, ce qui leur confère une grande responsabilité dans la mise en avant des cultures locales. »

– Franck Riester, ministre de la Culture, France

À lire : Legault et Macron soulignent le 71è jour du Drapeau du Québec à Paris

Alors qu’une part importante de l’accès aux œuvres sur Internet, et notamment sur les grandes plateformes numériques, provient aujourd’hui de suggestions proposées par des algorithmes de recherche ou de recommandation personnalisée. Un des défis consiste alors à permettre aux contenus francophones d’être référencés et suggérés aux internautes.

Cette mission franco-québécoise a été confiée à un agent nommé au sein de chacun des deux ministères. Il s’agit de Philippe de Cuetos pour le ministère de la Culture de France et de Mathieu Rocheleau pour le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Les deux chargés de mission se sont rencontrés pour la première fois le lundi 18 mars à Paris à l’occasion du lancement des travaux.

À lire aussi : Un nouveau jeu ludopédagogique pour initier à la citoyenneté numérique

Lire la suite

Actualités

Des « réfugiés Snowden » au Canada, le courage et l’altruisme des « héros » de Hong Kong

Avatar

Publié

le

Après un peu plus de deux ans d’attente à Hong Kong, Vanessa Rodel et sa fille Keana ont atterri, lundi soir, au Canada à titre de réfugiées. Elles comptent parmi les sept demandeurs d’asile à avoir hébergé le lanceur d’alerte Edward Snowden à Hong Kong en 2013.

Dans un communiqué, Avocats sans frontières (ASF) a salué, mardi, madame Rodel et les autres « réfugiés Snowden » pour « le courage et l’altruisme » dont ils ont fait preuve. « Le droit d’être représenté dignement, particulièrement pour des personnes en situation de vulnérabilité comme madame Vanessa Rodel, sa fille Keana et les cinq autres « réfugiés Snowden », est fondamental », a commenté Me Pascal Paradis, directeur général d’Avocats sans frontières.

L’ASF a également salué « le travail acharné » de leur avocat à Hong Kong, Me Robert Tibbo, et de leurs avocats canadiens réunis au sein de l’ONG For the Refugees, l’organisation canadienne qui parraine les « réfugiés Snowden » et qui a présenté leur demande de statut de réfugié au Canada.

For the Refugees, l’ONG canadienne qui parraine les « réfugiés Snowden »

Elle dit s’être impliquée dans le dossier à la demande de For the Refugees parce que le droit à la représentation juridique des « réfugiés Snowden » à Hong Kong était menacé. « Avocats sans frontières est intervenue en appui à Me Robert Tibbo, qui subissait les contrecoups du fait qu’il représente Edward Snowden et de son engagement indéfectible envers les « réfugiés Snowden », indique-t-on.

À lire : Deux ans après l’arrivée de plus de 25 000 réfugiés syriens au Canada..

L’organisation non gouvernementale de coopération internationale dont la mission est de soutenir la défense des droits humains des groupes ou des personnes les plus vulnérables dit espérer que les cinq « réfugiés Snowden » qui demeurent dans une situation critique à Hong Kong pourront suivre madame Rodel et sa fille Keana au Canada. « Avocats sans frontières continuera d’appuyer Me Tibbo et For the Rufugees dans leur mission de protection de l’État de droit et de l’accès à la justice des personnes en situation de vulnérabilité », peut-on lire dans le communiqué.

Qui est Snowden, cet homme très recherché par les États-Unis?

M. Snowden lors d’une interview par Glenn Greenwald et Laura Poitras, en juin 2013 à Hong Kong.

D’après les informations recueillies sur Wikipédia, Edward Joseph Snowden, né le 21 juin 1983 à Elizabeth City, Caroline du Nord, est un lanceur d’alerte américain. Informaticien, ancien employé de la Central Intelligence Agency et de la National Security Agency, il a révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques.

À la suite de ses révélations, Edward Snowden est inculpé le 22 juin 2013 par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux. S’exilant à Hong Kong en juin 2013 puis à Moscou, Edward Snowden obtient le 31 juillet 2013 l’asile temporaire en Russie. Puis le 1er août 2014, il obtient un droit de résidence pour trois ans en Russie.

Le 14 avril 2014, l’édition américaine du Guardian et le Washington Post se voient décerner le prix Pulitzer pour la publication des révélations sur le système de surveillance de la NSA, rendues possibles grâce aux documents fournis par Snowden. Depuis le 18 janvier 2017, la Russie a prolongé le droit d’asile de M. Snowden de trois ans (jusqu’en 2020).

Lire la suite

Actualités

En Algérie, l’Armée lâche Bouteflika

Avatar

Publié

le

Dans une déclaration à la télévision nationale, le chef d’état-major de l’armée algérienne, Ahmed Gaid Salah, a demandé mardi à ce que le président Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, au pouvoir depuis 20 ans, soit déclaré inapte à gouverner « pour cause de maladie grave et durable », a rapporté Radio-Canada.

Alors que le chef d’état-major de l’Armée algérienne demande d’engager la procédure prévue par l’article 102 de la Constitution face à l’état de « santé fragile » du président de la République, il y a un peu plus de deux semaines M. Bouteflika est rentré au pays après deux semaines d’hospitalisation à Genève, en Suisse, pour des « contrôles médicaux périodiques ».

Au lendemain de son retour en Algérie, la présidence de la République informait le 11 mars dernier qu’Abdelaziz Bouteflika renonçait à briguer un cinquième mandat. L’élection qui était prévue le 18 avril 2019 a été reportée sine die. La présidence de la République algérienne avait indiqué que la présidentielle aura lieu dans le prolongement d’une « conférence nationale chargée de réformer le système politique et d’élaborer un projet de Constitution » d’ici la fin de l’année 2019.

Ces derniers épisodes interviennent à la suite de plusieurs manifestations d’envergure menées par des milliers d’Algériens, descendus dans les rues depuis un mois, pour s’opposer à un énième mandat de M. Bouteflika, au pouvoir depuis le 27 avril 1999.

À lire : Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, renonce à un 5è mandat face à la pression…

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant