Suivez-nous

Économie

Aéroport de Montréal-Trudeau, 5 millions de passagers accueillis en trois mois!

Publié

le

paxnouvelles

Dans un communiqué en date du lundi 30 juillet, Aéroports de Montréal (ADM) a dévoilé des résultats financiers, très flatteurs, au 30 juin 2018. Cela est principalement attribuable à l’augmentation du trafic de passagers et à la hausse des Frais d’améliorations aéroportuaires (FAA) au 1er avril 2018.

Le trafic de passagers continue d’être en forte croissance à Montréal-Trudeau. Le BAIIA (l’excédent des produits par rapport aux charges avant impôts, charges financières et amortissement des immobilisations) connaît une hausse de 21,3 % au deuxième trimestre 2018 par rapport à la même période en 2017. Il s’est établi à 83,7 millions $ pour le deuxième trimestre de 2018, en hausse de 14,7 millions par rapport à la période correspondante de 2017.

Pour le semestre terminé le 30 juin 2018, le BAIIA s’est chiffré à 149,1 millions $, en hausse de 19,5 millions $ (+15,0 %). Comme plusieurs autres entreprises, ADM considère le BAIIA comme le meilleur indicateur de sa performance financière.

Montréal-Trudeau a accueilli 4,8 millions de passagers au deuxième trimestre 2018, pour un total de 9,2 millions pour les six premiers mois de l’année. Cela représente des augmentations de 7,1 et 7,0% respectivement par rapport aux périodes correspondantes de 2017.

Les investissements en capital d’ADM ont atteint 62,0 millions $ au cours du deuxième trimestre 2018 et 86,3 millions $ pour les six premiers mois de 2018. Ces investissements ont été financés par les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation.

Les produits consolidés se sont élevés à 159,3 millions $ pour le deuxième trimestre 2018, une augmentation de 19,6 millions $ (+ 14,0 %). Les produits cumulés au 30 juin 2018 ont quant à eux progressé de 10,9 %, passant de 274,9 millions $ à 304,8 millions $. 

Les charges d’exploitation pour le trimestre en revue ont atteint 48,5 millions $, une augmentation de 2,8 millions $ (+ 6,1 %). Pour le semestre terminé le 30 juin 2018, les charges d’exploitation ont augmenté de 7,5 %, passant de 95,1 millions $ à 102,2 millions $. Cette variation s’explique principalement par la hausse des frais d’exploitation liés aux conditions hivernales, aux frais d’assistance pour assurer une meilleure fluidité du processus passager et à la mise en place de mesures de sûreté depuis

avril 2017.

Initiatives récemment mises en place à Montréal-Trudeau

Au cours des derniers mois, diverses mesures au bénéfice des voyageurs ont été déployées :

  • Entrée en service des nouvelles lignes d’inspection primaire plus performantes, nommées ACSTA Plus, ce qui permet de répondre au volume important de passagers, ADM a investi près de 8 millions de dollars pour implanter ces 12 lignes à haut rendement. Il s’agit, à ce jour, du plus gros point de contrôle ACSTA Plus au Canada.
  • Lors des derniers mois, ADM a doublé la vitesse de téléchargement de son service d’Internet sans fil, pour une vitesse moyenne de 20 Mbps. Ainsi, les usagers de Montréal-Trudeau ont un accès gratuit à Internet sans fil plus rapide partout dans l’aérogare.
  • Les transporteurs à bas prix, Level et Norwegian ont rejoint la grande famille de Montréal-Trudeau et des nouveaux vols vers Dublin ou Bucarest (Air Canada) ainsi que Mazatlán (Sunwing) ont permis d’augmenter l’offre de services aux passagers. Au total, 90 destinations internationales – un record – sont desservies à partir de Montréal-Trudeau.
  • Montréal-Trudeau s’est vu décerner le prix « Immeuble remarquable de l’année » (TOBY® – The Outstanding Building of the Year) par BOMA International, dans la catégorie « Immeuble de rassemblement public », dans le cadre des TOBY Awards, programme le plus prestigieux et le plus complet dans l’industrie de l’immobilier commercial, récompensant la qualité des immeubles et l’excellence de la gestion de ceux-ci. Soulignons que l’aérogare était déjà récipiendaire de cette distinction au niveau québécois et canadien.

Source : ADM

Crédit photo:
paxnouvelles
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agriculture

La ruée vers les cabanes à sucres a officiellement commencé

Publié

le

Si les mots sirop d’érable vous mettent l’eau à la bouche, c’est à partir d’aujourd’hui que vous pouvez planifier des échappées gourmandes et les provisions de l’année.

Tant que c’est possible, il est conseillé de remplacer le sucre blanc par le sirop d’érable. On aura mangé sain, consommé local et participé à une économie prospère.

La saison acéricole 2019 a été lancée ce mercredi, 20 février, à l’érablière du Bois-de-Coulonge située dans la capitale nationale. La production du sirop a quant à elle débuté ces dernières semaines.

Même si en 2018 la production de sirop d’érable a chuté de 21,7 % à l’échelle nationale, les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) restent optimistes concernant l’avenir du secteur au Québec. Et ce essentiellement parce que la province demeure le plus grand producteur à l’échelle mondiale.

La communauté acéricole est optimiste

À l’occasion du lancement les PPAQ ont souligné le progrès économique important accompli par ce secteur.

« Les faits montrent que l’arrangement institutionnel actuel a permis de réunir les conditions pour que l’économie de l’érable du Québec relève le nouveau défi de la demande agroalimentaire mondiale », explique François L’Italien, chercheur à l’Institut de recherche en économie contemporaine.

Il est important de rappeler que le Québec produit 72 % du sirop d’érable au monde. À ce propos le PPAQ ont indiqué aussi dans leur communiqué qu’ils « visent des ventes de l’ordre de 185 millions de livres dans un horizon de cinq ans. »

De son côté M. L’italien pense que le modèle économique du secteur est performant. Et ce grâce à la mise en marché collective en acériculture. Celle-ci « a constitué une rampe de lancement pour les producteurs québécois », a-t-il expliqué.

Lire aussi : Agroindicateur 2018 : l’économie agricole du Québec pète la forme

Lire la suite

Tourisme

La Canadienne Liz Palmer, parmi les meilleurs influenceurs du vin 2019

Publié

le

L’influenceuse et journaliste spécialisée dans le vin Liz Palmer figure désormais dans la liste des « Meilleurs Influenceurs du Vin en 2019 ».

Liz Palmer a été sacrée meilleure influenceuse nord-américaine par un jury qui comprend 45 sommeliers, acheteurs de vin et directeurs de vin américains.

La liste des meilleurs influenceurs du vin est organisée et lancée par Sommeliers Choice Awards et Beverage Trade Network. Ces derniers ont mis en vedette « les meilleurs influenceurs du vin ayant une bonne audience sur Instagram & Twitter. »

Les experts suivants figurent dans la liste : The Wine Wankers, Jancis Robinson, Julien Miquel, Jon Thorsen, Jessica Altieri, Kelly Mitchell, Jeff Kralik, Tim Atkin, Julie Brosterman, Jamie Goode, Luiz Alberto, Joey Casco, Alder Yarrow, Cathrine Todd, Michelle Williams, Marilena Barbera, Meg Maker, Dusan Jelic et Katherine Cole.

L’influenceuse a raflé d’autres distinctions

Mme Palmer est également experte en marketing. Elle a fondé en 2018 l’Upsocial Wine & Spirits Agency (une agence de marketing numérique ), basée à Toronto et à Londres au Royaume-Uni.

Avec cette reconnaissance, l’influenceuse canadienne, basée à Toronto, aurait accumulé ainsi plusieurs distinctions. En effet, elle a été aussi désignée parmi le « Top 20 » des influenceurs de pouvoir des médias sociaux sur les vins et spiritueux en 2019 et a été classée dans le Top 1% de l’ISS de l’industrie.

Lire aussi : Meilleurs sommeliers du monde 2019 : Deux Québécois dans la course

Lire la suite

Économie

Home Depot embauche 5500 nouveaux employés par message texte

Publié

le

« Ce printemps, grâce à notre nouvelle fonction permettant de postuler par message texte, il sera plus facile que jamais pour les personnes qui souhaitent offrir une excellente expérience de magasinage aux clients de se joindre à notre équipe», a déclaré Jeff Kinnaird, président de Home Depot Canada.

Home Depot a opté ainsi pour une méthode de postulation plus commode. Et pour cause, l’entreprise s’apprête à entamer sa haute saison en recrutant partout dans le pays 5 500 nouveaux associés. Les postes offerts sont : Associés de ventes, caissiers, manutention de nuit, associés au stationnement; et associés au centre de jardinage.

« Nous savons que la commodité est la clé au moment de postuler à un emploi», a expliqué M. Kinnaird.

Pour faire parvenir sa demande d’emploi, il suffit d’envoyer le texto «Home Depot Jobs», ou au Québec, «HD Emplois» au 97211.

Les personnes intéressées peuvent aussi postuler en ligne ici : www.homedepot.ca/emplois ou visiter l’un des 182 salons de recrutement organisés partout au pays.

Lire aussi : Montréal : Une nouvelle stratégie d’intégration professionnelle des immigrants

Lire la suite

en-avant