Suivez-nous

Tourisme

Airbnb, les hôteliers interpellent Ottawa

Avatar

Publié

le

La location à court terme, comme Airbnb, n’est pas sans impacts sur la qualité de vie des quartiers. Ce constat est révélé par l’Association des hôtels du Canada (AHC).

Alors que l’ubérisation de l’économie va à un rythme de plus en plus accéléré, son mode de fonctionnement bouscule les structures traditionnelles. Cela touche autant les entreprises qui travaillent avec l’ancien mode de fonctionnement que les styles de vie. Or les avis restent départagés sur l’évolution du phénomène des deux côtés aussi, soit, celui des organisations et de la société.

À ce propos, l’AHC tente de mettre en exergue les perceptions des habitants vis-à-vis des locataires à très court terme. Pour ce faire, l’association a réalisé une étude qui porte sur les locations via les plateformes en ligne comme Airbnb.

Le rapport a été publié ce mardi, 2 octobre. Au même jour, l’AHC a rencontré les parlementaires à Ottawa pour soulever la problématique de ce secteur parallèle. L’association souhaite l’établissement d’une réglementation des plateformes en question. En parallèle, son étude soutient l’idée que les résidents sont réticents à l’égards de ce mode de location.

« Presque un quart de tous les Canadiens pensent que les logements ne devraient jamais être loués sur des plateformes comme Airbnb. » Xavier Gret, Président Directeur général de l’AHC.

Selon M. Gret, les législateurs doivent tenir « compte de l’effet que peuvent avoir ces plateformes sur la communauté.»

Crédit photo l’AHC

Airbnb et autres plateformes, les chiffres dévoilés par l’AHC

L’étude a examiné le sentiment de sécurité des habitants ainsi que leurs intentions à adopter ce mode logement. Des répondants des quatre coins du pays ont participé au sondage effectué du 25 au 27 août 2018.

Les chiffres révèlent que 60% des Canadiens sont inquiets si un logement est constamment loué via une plateforme numérique. L’Ontario (69 %) et la Colombie-Britannique (65 %) affichent les taux les plus importants de personnes perplexes sur le sujet.

De plus, le sondage a montré que la crainte touche toutes les générations, en outre les milléniaux.

En effet, 50% des répondants âgés de 18 à 34 ans se sentiraient moins en sécurité en côtoyant des locations type Airbnb.

En synthèse du rapport M. Gret a fait une proposition au sujet de la réglementation de l’hébergement collaboratif. Il stipule que les Canadiens souhaitent un plafond défini sur la durée des locations sur les plateformes comme Airbnb.

Lire aussi : Économie collaborative : Québec s’adapte aux réalités de l’hébergement touristique

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Airbnb à Montréal : des locataires du Plateau Mont-Royal et de Ville-Marie dénoncent des méfaits - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tourisme

Tourisme numérique : Admirer la vue sur New York en temps réel

Avatar

Publié

le

LʹEmpire State Building (ESB) a lancé une nouvelle fonction gratuite qui permet aux internautes d’admirer la vue sur New York en temps réel.

Avec sa nouvelle fonction web, l’ESB semble vouloir offrir l’équivalent numérique de la vue imprenable que les visiteurs peuvent admirer à partir de son observatoire.

Ce gratte-ciel légendaire de 102 étages demeure une des attractions touristiques incontournables de la ville avec le panorama 360o sur Manhattan.

L’ESB (443 mètres)est resté le plus haut bâtiment du monde jusqu’en 1967. Aujourd’hui, il est le troisième plus haut building après le One World Trade Center et le 432 Park Avenue.

En plus des côtoyer les nuages et d’avoir une vue exceptionnelle sur les couchers de soleil, la diffusion en ligne permettra de voir gratuitement « l’effet scintillant qui se produit quotidiennement toutes les heures pendant cinq minutes, entre le coucher du soleil et 2h du matin, heure de lʹEst. »

Quant aux visiteurs, ils ont la possibilité de surplomber la ville 365 jours par an au 86ème étage et au 102ème pour 20$.

Vues en direct grâce aux caméras vidéo EarthCam

Le bâtiment a annoncé ce mercredi, 20 mars, qu’il est désormais possible d’admirer ce spectacle urbain à partir de sa plateforme web, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les images de l’ESB et du panorama sont un avant-goût de ce qu’on peut ressentir au cœur de Manhattan qui compte 536 gratte-ciels.

Deux caméras vidéo EarthCam transmettent en direct les vues qui s’offrent à partir du coin sud du 103e étage de l’ESB et les lumières qui ornent le célèbre building.

Alors que le bâtiment est ouvert tous les jours de 08h00 à 02h00, avec les nouvelles caméras, il restera connecté avec la ville « qui ne donne jamais » en tout temps.

Lire aussi : Montréal, classée ville sportive numéro 1 au Canada

Lire la suite

Tourisme

Immobilisation au sol des Boeing 737 MAX : Air Canada met à jour son horaire

Avatar

Publié

le

Air Canada a annoncé ce mardi, 19 mars, qu’elle a ajusté son horaire jusqu’au 30 avril pour couvrir 98 % de ses vols prévus après la suspension des liaisons assurées par les 737 MAX.

Après le crash du Boeing 737 en Éthiopie, plusieurs autorités aériennes à travers le monde ont refusé l’accès de l’avion à leurs couloirs, en outre Transport Canada.

Afin de se conformer aux mesures de sécurité, Air Canada maintient au sol ses 24 appareils 737 MAX. Par conséquent, la compagnie nationale a mis à jour son horaire de mai en retirant ce type d’appareils de son programme au moins jusqu’au 1er juillet 2019.

« Les 737 MAX de Boeing représentaient 6 % du nombre total de nos vols, mais le retrait de ce type d’appareil de notre parc aérien entraîne un effet en cascade qui a des répercussions sur l’horaire et, du même coup, sur certains clients », explique Lucie Guillemette, vice-présidente générale et chef des Affaires commerciales d’Air Canada. « Nous travaillons d’arrache-pied à réduire ces effets au minimum », a-t-elle poursuit.

Pour estimer l’ampleur du travail requis pour suppléer les vols assurés par l’appareil, il faut savoir que les 737 MAX, transportaient en moyenne entre 9 000 et 12 000 passagers par jour.

Les mesures prises par Air Canada

En plus du changement du programme, pour remplacer les horaires des Boeing 737, Air Canada a affecté d’autres types d’appareils de taille similaire ou supérieure.

Le transporteur a notamment accéléré l’intégration dans son parc aérien d’A321 d’Airbus récemment acquis auprès de WOW Air et affecté des compagnies aériennes canadiennes afin d’assurer les liaisons qui étaient desservis par 737 MAX. Par ailleurs certaines liaisons ont été suspendues et remplacées par d’autres itinéraires.

« Les clients qui ont des plans de voyage d’ici juillet peuvent être assurés que nous les tiendrons informés à chaque étape de la révision de notre horaire », a assuré Mme Guillemette.

Pour plus d’informations

Lire aussi : USA: Immobilisation des Boeing 737 MAX «jusqu’en avril»

Lire la suite

Actualités

Industrie touristique : faire du Québec « un incontournable » à l’échelle internationale 2020-2025

Avatar

Publié

le

Une vue du Château Frontenac, haut lieu touristique, est un célèbre hôtel de Québec situé dans le Vieux-Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent.

Tourisme Québec a fait un bilan favorable de sa rencontre à Trois-Rivières, lundi, avec les quelque 80 représentants d’entreprise qui étaient rassemblés au Musée Pop afin de participer à des ateliers de réflexion et de faire part de leurs idées pour stimuler la croissance de l’industrie touristique québécoise. Cette activité marquait le sixième arrêt de la tournée de consultation de l’industrie touristique entamée par la ministre en février 2019.

À cette occasion, la ministre du Tourisme Caroline Proulx a rencontré des élus locaux et régionaux ainsi que des dirigeants des principales associations touristiques. « Ensemble, nous souhaitons poursuivre notre ascension et faire du Québec une destination de choix pour les visiteurs de toutes provenances, en plus d’accroître la venue de touristes internationaux », fait-elle valoir.

À lire aussi : « L’appel à lâcher prise », la nouvelle vitrine du tourisme québécois

Ces rencontres auraient permis d’aborder avec eux les enjeux auxquels fait face leur région et d’échanger sur leur vision et leurs ambitions visant à faire du tourisme au Québec « un incontournable » à l’échelle internationale.

Comment demeurer des leaders dans l’industrie touristique?

Selon Mme Proulx, les entreprises touristiques de la Mauricie ont fait ressortir des points extrêmement intéressants au cours de la consultation. Leurs propositions, souligne-t-elle, concourront sans aucun doute à renforcer l’offre de cette région reconnue pour le tourisme de nature et d’aventure. « Je suis convaincue qu’au terme de cette tournée, nous aurons déjà une vue d’ensemble des avenues à explorer pour appuyer nos entreprises et faire en sorte qu’elles demeurent des leaders dans leur domaine », a déclaré la ministre québécoise du Tourisme.

À lire aussi : 12 millions de visiteurs au Canada en trois mois, deux provinces se démarquent…

Rappelons que cette tournée, qui comprend 18 arrêts à travers le Québec, constitue la première étape d’une importante démarche de consultation dont l’objectif est d’alimenter les travaux d’élaboration de la stratégie de croissance économique de l’industrie touristique 2020-2025, qui sera dévoilée lors des Assises du Tourisme 2020.

La démarche de consultation comprend les phases suivantes :

  • Tournée des régions.
  • Présentation des constats de la tournée des régions et validation des orientations envisagées auprès de l’industrie touristique, lors des Assises du Tourisme 2019.
  • Appel de mémoires, d’avis et de commentaires.
  • Rencontres de groupes de travail mixtes (représentants du ministère du Tourisme, de l’industrie, de ministères et d’organismes partenaires, etc.).
  • Consultations ciblées.
  • Dates des prochaines consultations régionales :
DateRégion touristiqueVille
22 marsQuébecQuébec
28 marsSaguenay-Lac-Saint-JeanAlma
29 marsManicouagan et DuplessisSept-Îles
1er avrilCharlevoixBaie-Saint-Paul
5 avrilChaudière-AppalachesLévis
8 avrilBas-Saint-Laurent et GaspésieMatane
9 avrilÎles-de-la-MadeleineCap-aux-Meules
15 avrilMontréalMontréal
16 avrilCantons-de-l’EstSherbrooke
24 avrilMontérégieSaint-Jean-sur-Richelieu
25 avrilLaurentidesMont-Tremblant
26 avrilOutaouaisGatineau
  • Les entreprises qui souhaitent participer à l’activité de consultation se déroulant dans leur région peuvent signifier leur intérêt en remplissant le formulaire prévu dans le site Web du ministère du Tourisme.

À voir : Plan de développement de l’industrie touristique 2012-2020

Lire la suite

en-avant