Suivez-nous

Moyen-Orient

Après 60 morts et 2500 blessés à Gaza : le Canada se réveille, Trudeau dit non !

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Justin Trudeau / Photo: Dan Toulgoet

Le transfèrement de l’ambassade des Etats-Unis, lundi 14 mai, à Jérusalem, s’est fait dans la douleur. Résultat : 60 morts et environ 2 500 blessés ont été dénombrés côté palestinien. Ce nouveau décor a fait changer la position du Canada qui s’était abstenu de voter la résolution condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre dernier.

La position du Canada avait été critiquée par plusieurs Canadiens et Québécois. C’est un attaché de presse qui avait réagi aux premières heures des heurts survenus lundi dans la bande de Gaza. Au nom du gouvernement canadien, il avait condamné le Hamas pour « son implication dans les violences » survenues à Gaza alors que certains opposants canadiens comme Jagmeet Singh, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), avaient réclamé une enquête indépendante dans les heures qui ont suivi.

Honteusement, le Canada a joint sa voix aux faucons qui appuient les pires exactions de l’État d’Israël

   – Amir Khadir, député Québec solidaire

Tout comme M. Singh, un député de Québec solidaire n’a pas hésité a posté une courte vidéo d’environ trois minutes pour parler d’une une « grande injustice » qui accable le peuple palestinien, avant de critiquer la « position honteuse » du Canada. « Cela fait 60 ans qu’une grande injustice accable le peuple palestinien, un peuple littéralement emprisonné dans une partie de son territoire. Honteusement, le Canada a joint sa voix aux faucons qui appuient les pires exactions de l’État d’Israël », s’est indigné Amir Khadir.

Finalement, c’est Justin Trudeau qui est revenu à la charge. Emboîtant le pas aux dirigeants européens, le premier ministre canadien a dénoncé « la violence, l’incitation à la violence, et l’emploi de force excessive » avant de réclamer une enquête indépendante. « Le Canada réclame qu’une enquête indépendante soit réalisée immédiatement afin d’évaluer la situation sur le terrain, notamment la violence, l’incitation à la violence, et l’emploi de force excessive », a fait valoir M. Trudeau par voie de communiqué.

L’emploi présumé d’une force excessive et de munitions réelles est inexcusable

   – Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Estimant que « l’emploi présumé d’une force excessive et de munitions réelles est inexcusable », le numéro 1 Canadien a indiqué qu’il est impératif d’éclaircir les faits concernant la situation à Gaza. Justin Trudeau a donc proposé la participation du Canada à l’enquête indépendante qu’il a réclamé. « Le Canada est prêt à contribuer à cette enquête. Nous travaillerons de près avec nos partenaires internationaux et au sein d’organismes internationaux afin de répondre à cette grave situation », a-t-il déclaré mercredi.

De son côté, le Conseil de sécurité n’avait pas tardé a exprimé son « indignation et sa tristesse » face à la mort de « civils palestiniens exerçant leur droit à manifester pacifiquement ». L’organe exécutif de l’ONU a même appelé, lundi, à une enquête indépendante sur les événements meurtriers dans la bande de Gaza, mais la Maison-Blanche aurait pesé de tout son poids pour bloquer le communiqué onusien.

Alors que les États-Unis sont résolus à défendre Israël envers et contre tous, cette nouvelle posture du Canada dans le dossier ne serait pas du goût du voisin américain. La crise devient diplomatique; les rappels et renvois d’ambassadeurs se multiplient. Sauf que ni les cris de colère et de joie ni les va-et-vient ne pourront ramener la paix au proche orient. En attendant, ce sont des familles qui en souffrent le martyr.

Crédit photo:
Justin Trudeau / Photo: Dan Toulgoet

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

en-avant