Suivez-nous

Santé

Attaque simulée d’un camion-bélier fonçant sur des passants à Montréal

Avatar

Publié

le

Un important exercice de simulation code orange, [attaque simulée d’un camion-bélier] visant à tester la réponse du réseau de la santé lors d’une urgence majeure impliquant de nombreuses victimes a été effectué dans la matinée du jeudi 18 octobre dans deux établissements hospitaliers de Montréal.

Le scénario de la simulation est celui d’un camion-bélier fonçant sur des passants. Les [fausses] victimes, présentes à proximité des centres hospitaliers, souffrent principalement de blessures contondantes, de brûlures et de blessures par balle.

« Le Code Orange est le code internationalement reconnu lors d’une catastrophe ou d’un sinistre externe, qui engendre une arrivée massive de personnes vers les hôpitaux », explique dans un communiqué Caroline Dusablon, coordonnatrice régionale des mesures d’urgence à la CRMUSCSU du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Arrivée massive des blessées vers les hôpitaux…

La Coordination régionale des mesures d’urgence, de la sécurité civile et de la liaison avec les salles d’urgence (CRMUSCSU) du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal ont coordonné l’exercice, en collaboration avec plusieurs établissements et partenaires, afin notamment d’exercer le volet de la gestion et de l’approvisionnement des produits sanguins entre le réseau de la santé et Héma-Québec.

Deux installations du réseau de la santé ont procédé à des exercices « grandeur nature » soit l’Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Ce dernier est d’ailleurs l’établissement instigateur du projet.

Une simulation de moins grande ampleur a eu lieu dans les urgences de l’Hôpital Royal-Victoria et de l’Hôpital général de Montréal du CUSM. En parallèle, d’autres établissements participaient à des exercices de table, afin d’améliorer leur niveau de préparation : l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, ainsi que l’Institut de cardiologie de Montréal.

« Cet exercice de simulation, est donc important puisqu’il permet de perfectionner les pratiques de l’ensemble des intervenants ».

– Caroline Dusablon, coordonnatrice régionale des mesures d’urgence à la CRMUSCSU du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Le premier volet de la simulation a eu lieu le 2 octobre dernier, sous forme d’exercice de table. Urgences-santé, le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), la CRMUSCSU du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, ainsi que les coordonnateurs locaux des mesures d’urgence et les directeurs des services professionnels des établissements du réseau montréalais étaient présents.

#SimulationMTL Code orange | Important exercice de simulation visant à tester la réponse du réseau de la santé montréalais lors d’une urgence majeure impliquant de nombreuses victimes – http://bit.ly/2J4KLlt

Posted by Santé Montréal on Thursday, October 18, 2018

L’exercice a permis de tester l’activation et la mise en œuvre de la stratégie régionale de répartition et de prise en charge des victimes lors d’un événement majeur, à l’aide du système EMERGO.

Tout au long de ces exercices, les établissements et partenaires impliqués ont pris des mesures afin de rappeler à la population qu’il s’agit d’une simulation, que les fausses victimes sont des acteurs et que les services dans les hôpitaux sont maintenus.

Source : CIUSSS/Photo: Santé Montréal (Facebook).

Politique provinciale

Vaccination : les pharmaciens québécois pourront administrer et prescrire des vaccins

Avatar

Publié

le

Québec a déposé aujourd’hui, jeudi 13 juin, le Projet de loi 31 (PL 31) afin de permettre notamment aux pharmaciens d’administrer et de prescrire des vaccins. Les pharmaciens québécois, étant les seuls en Amérique du Nord à ne pas avoir l’autorisation de vacciner, qualifie le dépôt de PL 31 comme « une avancée » et « une excellente nouvelle » pour la population.

« L’objectif n’est pas de transformer les pharmacies en centrales de vaccination, mais de profiter de la présence du patient vulnérable pour lui proposer d’y recourir sur place », souligne Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec. Il ajoute que cette mesure intensifiera « la collaboration entre les pharmaciens et les autres professionnels de la santé », et apportera « une offre complémentaire » à celle déjà offerte dans beaucoup de pharmacies, par des infirmières.

En plus de la vaccination, selon l’Ordre, ce projet de loi offre plusieurs avenues intéressantes. Notamment, il permettra aux médecins de demander une consultation aux pharmaciens afin de revoir la médication et de cesser certains médicaments au besoin. Il permettra également aux pharmaciens d’ajuster et de prolonger les ordonnances de tout prescripteur habilité à prescrire des médicaments.

La vaccination, l’une des mesures les plus rentables en santé publique

En 2015-2016, seuls 24 % des malades chroniques de 18 à 59 ans avaient reçu le vaccin contre la grippe au Québec, un pourcentage bien en deçà de la cible de 80 % et un score décevant lorsqu’on sait que la vaccination est l’une des mesures les plus rentables en matière de santé publique. Partout au Canada et à travers le monde, le fait d’autoriser les pharmaciens à vacciner a contribué à améliorer l’atteinte des cibles.

« L’ouverture est bien présente au Collège des médecins du Québec, notre partenaire principal dans le dossier, et nous avons une volonté commune de développer des modèles de pratique et de collaboration qui pourront bien servir les Québécois. Le pharmacien est formé pour en faire davantage et améliorer l’accès aux soins de santé à la population. Nous espérons en venir avec des propositions bien concrètes dans les prochains mois. »

– Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec

Le projet de loi déposé aujourd’hui constitue « un pas en avant » pour l’accès aux soins de santé des patients. Ces changements législatifs à venir constituent une première étape. D’autres modifications, de nature réglementaire cette fois-ci, sont actuellement en discussion.

Les travaux visent entre autres l’ajout de conditions pouvant être traitées par le pharmacien et des mesures visant à faciliter l’ajustement d’ordonnances. En surplus, un modèle d’exercice avancé et de pratique collaborative selon certains critères d’éligibilité comme une formation de niveau maîtrise ou la reconnaissance d’acquis expérientiels est à l’étude.

Rappelons que l’Ordre des pharmaciens du Québec a pour mission de veiller à la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité et en faisant la promotion de l’usage approprié des médicaments au sein de la société. Il regroupe plus de 9000 pharmaciens :

  • Plus de 6700 d’entre eux exercent à titre de salarié ou de propriétaire dans près de 1900 pharmacies privées et plus de 1600 pratiquent au sein des établissements publics de santé du Québec.
  • Plus de 800 pharmaciens œuvrent notamment à titre d’enseignant ou pour des organismes publics, associatifs ou communautaires.

Lire la suite

Santé

Performance sexuelle : Santé Canada met en garde contre 10 produits saisis dans des magasins Forbidden Pleasures

Avatar

Publié

le

Saisie de multiples produits pour améliorer la performance sexuelle non homologués dans des magasins Forbidden Pleasures de l’Ontario.

Santé Canada avise la population canadienne que les produits qui suivent peuvent présenter de graves risques pour la santé.

Afin que les Canadiens puissent reconnaître facilement des produits qu’ils pourraient s’être procuré et prendre les mesures appropriées, Santé Canada dit tenir à jour une liste de produits de santé non homologués qui peuvent présenter de graves risques pour la santé. Les Canadiens sont invités à consulter régulièrement cette liste pour obtenir des renseignements à jour.

À lire : Soirées célibataires : ces méthodes de rencontres qui tapent dans l’oeil

Produits de santé non homologués
Produit et usage prévuRisques détectésEntrepriseMesure prise
Jaguar 30000Amélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
KangarooAmélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Master Zone 1500Amélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
ResERECTION!Amélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
RhinoAmélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence d’aminotadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Stiff NightsAmélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Super Panther 7KAmélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Triple GreenAmélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
VIP Go Rhino Gold 69KAmélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
XXLant 3000Amélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail

Pour en savoir plus, y compris sur ce que les consommateurs canadiens devraient faire, consultez l’avis de sécurité en ligne.

À lire : Boissons alcoolisées aromatisées, Santé Canada met de l’ordre pour limiter les dégâts!

Lire la suite

Politique fédérale

Soins de santé pour femmes et enfants : le Canada prend un “engagement mondial historique”, selon l’UNICEF

Avatar

Publié

le

Dans le Nord Est de la Côte d'Ivoire, des mères attendent devant une clinique pour faire vacciner leurs enfants. © UNICEF/UN061672/Dejongh

UNICEF Canada “applaudit chaleureusement” la décision du gouvernement du Canada d’augmenter au cours des dix prochaines années son engagement envers la santé des femmes, des jeunes, des enfants et des nouveau-nés dans le monde entier.

Cette annonce importante, faite aujourd’hui dans le cadre de la Conférence internationale 2019 Women Deliver, soutient le programme Thrive, une initiative de défense et de promotion des droits dirigée par un groupe d’organismes, dont UNICEF Canada, qui demande au Canada de jouer un rôle de premier plan dans la promotion de la santé et des droits des personnes les plus marginalisées du monde.

À lire : Afghanistan : de 68 à 192, les attaques contre des écoles ont triplé en un an

« Cette décision est une occasion pour le Canada de défendre les droits des millions de femmes et d’enfants qui luttent chaque jour pour obtenir l’aide médicale même la plus élémentaire. Les dirigeantes et les dirigeants mondiaux doivent comprendre qu’il est essentiel de permettre aux filles d’avoir accès à des soins de santé de qualité dès leur naissance pour obtenir l’égalité des sexes », a déclaré Rowena Pinto, la chef des programmes d’UNICEF Canada.

Mettre fin aux 7 000 décès de nouveau-nés qui se produisent chaque jour

UNICEF Canada se dit “fier” de faire partie du groupe diversifié d’actrices et d’acteurs de la société civile qui ont exhorté le gouvernement fédéral à soutenir le programme Thrive. Ce programme requiert une approche globale et intégrée de la santé et des droits axée sur les femmes, les jeunes, les enfants et les nouveau-nés et qui leur permette d’avoir accès à l’ensemble des interventions nécessaires tout au long de leur cycle de vie pour réaliser pleinement leur potentiel.

« Nous sommes heureux de voir que, dans le cadre de cette approche intégrée, le Canada continue de défendre et de promouvoir le droit de chaque enfant de survivre, et nous espérons qu’une partie de cet investissement important sera consacrée à la prévention visant à mettre fin aux 7 000 décès de nouveau-nés qui se produisent chaque jour. » – UNICEF Canada

L’annonce faite aujourd’hui, soutient l’organisme, montre que le gouvernement fédéral comprend que la population canadienne croit en la promotion des droits des femmes et des enfants, y compris de leur droit à des soins de santé de qualité. Plus tôt cette année, plus d’un millier de Canadiennes et de Canadiens ont appuyé la campagne Une chance de vivre d’UNICEF Canada, qui demande à Ottawa d’en faire plus pour mettre fin aux décès évitables de 7 000 nouveau-nés chaque jour.

Source : UNICEF Canada

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant