Suivez-nous

Actualités

Aung San Suu Kyi, la birmane perd sa citoyenneté canadienne après 11 ans…

Publié

le

Le Parlement canadien a finalement retiré, jeudi 27 septembre 2018, la citoyenneté honoraire canadienne à Aung San Suu Kyi. Le silence de la dirigeante birmane face à ce que l’ONU a qualifié de « génocide » des Rohingyas, cette minorité musulmane au Myanmar, par la junte militaire était de trop pour les Canadiens.

C’est Justin Trudeau qui a jeté le pavé dans la mare. À la veille de ce « dépouillement », le premier ministre canadien s’était dit prêt à débattre du maintien de la citoyenneté honoraire canadienne à Aung San Suu Kyi. M. Trudeau se prononçait sur la question des Rohingyas à l’issue de sa participation à la réunion annuelle des Nations unies.

« Je crois que c’est l’une des questions sur lesquelles le Parlement peut certainement se pencher. C’est le Parlement qui lui a décerné la citoyenneté honoraire, et c’est une conversation que nous pouvons certainement avoir »

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Sans plus tarder, c’est le député du Bloc québécois, Gabriel Ste-Marie, qui a demandé jeudi à la Chambre des communes du Parlement l’adoption d’une motion visant à dépouiller la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi de la citoyenneté canadienne honoraire qu’il lui avait accordée en 2007.

Le Canada a reconnu le Génocide Rohingyas

 

Pour lui, si la Chambre du Parlement a unanimement qualifié de « génocide » les crimes commis contre les Rohingyas le 20 septembre dernier. En conséquence, a proposé le député, la même Chambre devrait retirer à Aung San Suu Kyi la citoyenneté honorifique canadienne.

« Son silence ne mérite pas de garder la citoyenneté honoraire ici. C’est un symbole fort, à mon avis ».

– Gabriel Ste-Marie, député de Joliette.

S’il est vrai que l’acte posé par le Canada était attendu par des organisations de droit de l’homme, le premier ministre Trudeau reconnaît que cette « dépossession » n’est pas fait pour arranger la situation sur le terrain. D’autant plus que le Canada se mobilise depuis plusieurs mois pour venir en aide à ces millions de Rohingyas victimes d’une crise humanitaire sans précédent.

L’ONU veut la démission de Aung San Suu Kyi

En mai dernier, l’envoyé spécial canadien pour le Myanmar, Bob Rae, a estimé que le Canada devrait investir 600 millions de dollars [au lieu de 300 millions sur trois ans comme annoncé par le Canada] sur quatre ans pour venir en aide aux Rohingyas du Myanmar et aux centaines de milliers d’autres qui ont trouvé refuge au Bangladesh.

Selon un rapport déposé le 27 août dernier par les Nations unies, les Rohingyas sont victimes d’un « génocide ».

À la suite d’un rapport de l’ONU sur le « génocide » des Rohingyas, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a laissé entendre que la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil birman, aurait dû démissionner en signe de protestation contre le « nettoyage ethnique » des Rohingyas musulmans par l’armée.

Lire aussi: Double nationalité au Canada, ce que vous devez savoir !

Pour rappel, plus de 700 000 membres de la minorité musulmane Rohingya ont fui les violences de l’État Rakhine, au Myanmar, depuis le lancement en août 2017 d’une offensive de l’armée contre des rebelles musulmans.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Élections canadiennes 2019 : Facebook prépare des outils sur l’authenticité et la transparence…

Publié

le

Voulant agir pour garantir l’intégrité du processus électoral, Facebook Canada a dévoilé ce lundi 18 mars des détails concernant ses outils liés à la « transparence des publicités » dont le lancement au Canada est prévu en juin prochain, avant les élections canadiennes d’octobre 2019.

Il y a un an le tout puissant réseau social d’au moins deux milliards d’utilisateurs, Facebook, était la cible de tous les critiques. Le New York Times et The Observer révélait que Cambridge Analytica, entreprise britannique spécialisée dans le profilage psychographique, avait obtenu des données d’utilisateurs de Facebook, sans autorisation, pour bâtir un programme informatique permettant de prédire et d’influencer le choix des électeurs américains. Et même lors de la présidentielle de 2016 où Hillary Clinton a perdu face à Donald Trump.

À lire aussi : Facebook ne soutient plus les campagnes électorales

Depuis, l’inquiétude a gagné plusieurs partis politiques et hommes politiques du monde. Tout comme au Canada, certains craignent « l’intrusion » de Facebook dans le processus électoral à l’effet de manipuler les masses en faveur ou en défaveur d’un camp. Sachant que sur une population canadienne de 36 millions, « plus de 24 millions de personnes utilisent Facebook ».

Facebook s’engage à « promouvoir » la démocratie canadienne

Face à toutes ces craintes et critiques, le réseau social créé par Mark Elliot Zuckerberg veut se conformer aux exigences du projet de loi C-76, la Loi canadienne sur la modernisation des élections. Facebook veut donc lancer « la Bibliothèque des publicités » au Canada pour faire en sorte que « l’authenticité et la transparence » soient au cœur même de la publicité payée sur Facebook. Se faisant, l’entreprise demandera aux annonceurs de confirmer leur identité avant de mettre en ligne des publicités à caractère politique, reliées aux élections et reliées à un enjeu électoral, incluant les publicités qui réfèrent à un candidat.

« Nous prenons très au sérieux la protection de l’intégrité des élections sur Facebook, et nous nous engageons à promouvoir la démocratie canadienne. C’est pourquoi nous consacrons autant d’heures, d’énergie et de ressources à ces questions. »

– Kevin Chan, directeur des politiques publiques à Facebook Canada

À lire aussi : Les Québécois sont de plus en plus connectés sur les réseaux sociaux

Ainsi, pour élaborer sa politique sur les publicités qui touchent des enjeux de société au Canada, Facebook dit travailler en collaboration avec un groupe consultatif formé d’importants acteurs canadiens issus de divers horizons politiques. « Conscients de l’importance du projet de loi C-76 et des enjeux potentiels, nous déployons de grands efforts pour offrir à la population canadienne des outils qui permettent d’assurer la transparence des publicités politiques. Nous mettons sur pied cette bibliothèque et d’autres processus avec une perspective canadienne, tout en appliquant les enseignements tirés d’efforts similaires déployés ailleurs dans le monde », a expliqué dans un communiqué de presse Kevin Chan, directeur des politiques publiques à Facebook Canada.

C’est quoi la Bibliothèque des publicités ?

Déjà en en 2012, avant de devenir premier ministre en 2015, Justin Trudeau et le DG de Facebook Canada discutaient du rôle des médias sociaux et d’Internet dans la participation des électeurs et la transformation du paysage politique canadien.

La Bibliothèque des publicités regroupera les publicités de nature politique qui s’adressent aux Canadiens. Ces publicités archivées pourront être consultées pendant sept ans, dans le monde entier, par toute personne qui possède ou non un compte Facebook. La structure exacte du système d’archives est toujours en développement, mais essentiellement : 

  • Les Canadiens discerneront ces publicités dans le Fil d’Actualité, car elles porteront la mention « payée par ».
  • Lorsque l’internaute cliquera sur la mention « payée par », il sera dirigé vers la Bibliothèque des publicités.
  • La Bibliothèque comprendra de l’information sur la performance des publicités, comme l’argent investi dans une pub et le nombre de personnes l’ayant vue, ainsi que leur âge, sexe et lieu de résidence.

Facebook souligne également que sa Bibliothèque de publicités regroupera non seulement les publicités électorales, mais également les « publicités touchant des enjeux de société » — c’est-à-dire des publicités qui n’appuient pas explicitement un candidat ou un parti politique, mais qui mettent de l’avant des questions hautement politisées.

L’autorisation des annonceurs avant les élections canadiennes

Au dire du réseau social, les annonceurs qui souhaitent diffuser au Canada des publicités qui font allusion à des personnalités politiques, à des partis politiques, à des élections ou des questions d’importance nationale devront d’abord passer par un processus d’autorisation des publicités et respecter les lois applicables.

À lire aussi : InfoWars, censuré par Facebook et Apple

Même si la grande majorité des publicités sur Facebook sont diffusées par des organismes légitimes, apprend-on, Facebook dit vouloir travailler à la « détection systématique » des publicités à caractère politique qui s’adressent à des Canadiens et vérifiera si l’annonceur a complété le processus d’autorisation. Les publicités provenant d’annonceurs n’ayant pas été autorisés seront rejetées.

Compagnie américaine créée en 2004, Facebook a pour mission de donner aux gens la capacité de « construire une communauté et de rapprocher les gens ». Mais force est de constater que ce réseau social, qui a racheté Instagram en 2012, ainsi que WhatsApp et Oculus VR en 2014 est de plus en plus utilisé à des fins de manipulation par certaines personnes ou organisations.

À lire aussi : Maxime Bernier, diviser pour régner au Parti conservateur du Canada ?

Lire la suite

Actualités

Nouvelle-Zélande : Le gouvernement va durcir la législation sur les armes

Publié

le

Après l’attentat terroriste commis par le suprémaciste blanc dans deux mosquées, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a annoncé ce lundi un durcissement de sa législation sur les armes.

La décision prise par le gouvernement pour durcir ses lois sur les armes a été soutenue notamment par le parti New Zealand First, qui s’opposait auparavant à ce type de mesures.

Brenton Tarrant, le terroriste qui a tué 50 personnes dans les deux mosquées de la ville de Christchurch, a limogé son avocat et a déclaré qu’il se défendra seul devant la justice, ont relayé plusieurs médias.

Lire aussi : Nouvelle-Zélande, les dessous des opérations de suppression des vidéos de la fusillade sur YouTube et Facebook

Lire la suite

Actualités

États-Unis : des dizaines de milliers de chiens sont tués dans les laboratoires

Publié

le

L’organisation de défense des animaux, The Humane Society of the United States, a publié récemment un rapport sur l’utilisation des chiens dans les expériences scientifiques. Ses enquêtes ont dévoilé que les animaux étaient forcés à ingurgiter des produits toxiques et mortels…

L’enquête de la Humane Society a duré un peu plus de trois mois et a permis de découvrir que des dizaines de milliers de chiens étaient tués chaque année dans des expériences de tests de produits.

En plus de sensibiliser les gens à ce problème, l’organisme espère mettre fin aux tests et trouver des abris pour les animaux survivants.

Le rapport de l’organisation a mis au jour sa liste des laboratoires étasuniens qui utilisent les chiens pour tester les niveaux de toxicité de médicaments, d’implants dentaires et de pesticides.

Les opérations d’infiltration, menées par l’organisation, ont enregistré près de deux douzaines d’expériences faites principalement sur des chiens.

À la fin de certaines de ces études, tous les chiens ont été tués, tandis que dans d’autres, les animaux ont souffert tout au long des essais.

Dow AgroSciences teste ses pesticides sur les Beagles

L’une des enquêtes documentées a révélé que Dow AgroSciences a commandé une étude qui implique des tests sur 36 chiens de la race Beagle.

L’entreprise avait ordonné aux chercheurs de forcer ces animaux à avaler des comprimés de fongicide. L’étude doit se terminer juillet prochain et tous les Beagles qui ont survécu vont être tués.

En outre, l’organisation a précisé que les laboratoires utilisent les Beagles parce qu’ils sont dociles et facile à manipuler.

En plus de Dow AgroSciences, les enquêtes ont démasqué les agissements des entreprises Paredox Therapeutics et Above and Beyond NB LLC.

Selon la Humane Society, le gouvernement a cessé d’exiger que des produits destinés à la consommation humaine soient testés sur les animaux. Or ces expériences sont encore très répandues, a t-elle dénoncé.

« Les découvertes troublantes de cet établissement ne sont malheureusement pas uniques. Des expériences sont menées dans des centaines de laboratoires chaque année dans tout le pays, et plus de 60 000 chiens en souffrent », a déclaré Kitty Block, présidente de la Human Society of United States.

Lire aussi :

Une première en Amérique du Nord : La Californie interdit les cosmétiques testés sur les animaux

Tests Volkswagen, du dioxyde d’azote à des humains et singes

Lire la suite

en-avant