Suivez-nous

Actualités

Aux dirigeants d’entreprises, Québec solidaire dit « Plus jamais ça »

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Crédit Photo: Page Facebook GND

Québec solidaire (QS) a pris trois engagements, lundi 19 mars, en ce qui a trait aux fonds publics que reçoivent certaines entreprises. Si le parti fondé par Françoise David était parvenu au pouvoir au soir du 1er octobre 2018, les hauts dirigeants d’entreprises seraient dans l’eau chaude.

Ce point de presse, co-animé par les porte-paroles de Québec solidaire, intervient au lendemain de l’investiture de Sol Zanetti [ex-chef d’Option nationale] pour le compte de QS dans Jean-Lesage, à Québec et de Gabriel Nadeau-Dubois dans la circonscription montréalaise de Gouin. Ce dernier qui a rejoint la formation politique de gauche, il y a presque un an, a dévoilé les trois nouveaux engagements électoraux de son parti: des promesses qui visent les dirigeants d’entreprises privées qui reçoivent les fonds publics mais aussi, les dirigeants d’entreprises publics et parapublics.

« Plus jamais ça » !

« Ces jours-ci, nous célébrons au Québec, un bien triste anniversaire. Il y a un an, presque jour pour jour, la hausse spectaculaire de la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier quelque temps à peine après que le gouvernement du Québec ait investi 1.3 milliards de dollars dans l’entreprise suscitait l’indignation. Des manifestations avaient même été organisées à l’époque pour s’opposer à ce détournement massif de fond public des poches des contribuables. Un an plus tard, à Québec solidaire, nous disons : plus jamais », a fustigé le porte-parole masculin, Gabriel Nadeau-Dubois.

Selon le député de Gouin, « plus jamais de l’argent public doit servir à enrichir les hauts dirigeants d’entreprises ». Car, dira-t-il, il n’est pas normal au Québec qu’une poignée d’hommes d’affaires profitent des largesses de l’État pour s’octroyer des hauts salaires et des bonis pendant que dans ce même Québec, il y a 970 000 salariés qui font moins de 15 $ de l’heure, « des gens qui ne gagnent pas assez pour sortir de la pauvreté ». « Au moment où on se parle, les 100 plus grands patrons canadiens font 209 fois le salaire moyen de leurs employés. Ces gens-là, généralement s’opposent à l’augmentation du salaire minimum à 15$ de l’heure, gagnent un salaire moyen de 10.4 millions de dollars chaque année. En 2018, ils ont fait le salaire moyen de leurs employés en deux jours », a dénoncé GND. 

Dans son premier engagement, le parti social-démocrate entend s’attaquer aux rémunérations exorbitant des hauts dirigeants d’entreprises. Cela, en mettant en application un mécanisme de salaire maximum à toutes les entreprises recevant des fonds publics au Québec, de sorte à ce que l’aide financière octroyée par le gouvernement du Québec soit conditionnelle à ce que ces entreprises limitent les écarts de revenus entre leurs dirigeants et leurs employés.

Ils gagnent 30 fois le salaire d’un employé…

« Autrement dit, Québec solidaire propose que chaque entente d’investissement de prêt ou de subvention du gouvernement du Québec soit conditionnelle à ce que ces entreprises limitent les écarts de revenus entre les dirigeants et leurs employés. C’est ce qu’on appelle la clause Bombardier », a fait valoir GND, ajoutant que « cette clause stipulerait que les dirigeants d’entreprises recevant des fonds publics ne pourraient gagner plus de 30 fois le salaire de leurs employés le moins bien payé ».

À l’en croire, l’argent public doit servir à créer de « bons emplois » pas pour « enrichir personnellement ». Malheureusement, a déploré le poulain de Françoise David, le secteur public et parapublic ne sont pas dépourvus de ce genre de « dérapage » non plus. Citant des cas récents, M. Nadeau Dubois a souligné d’un trait rouge la rémunération du grand patron d’Hydro-Québec, Éric Martel, qui a explosé de 26% en 2017 pour atteindre 815 000 $ par année et celui du PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, qui a gagné 2.8 millions de dollars la même année.

Alors que, selon QS, dans la lutte contre les inégalités sociales, le secteur public, les dirigeants d’entreprises publiques doivent montrer l’exemple. « Québec solidaire prend donc un deuxième engagement. Dans le secteur public et parapublic, c’est un ratio de 1 pour 10 qui devra être respecté selon les salaires de chaque ministère et de chaque société d’État. Fini donc les augmentations exagérées comme celles qu’ont  les dirigeants de la CDPQ et d’Hydro-Québec », a-t-il prévenu.

Tout en indiquant que « la proposition de Québec solidaire ne force aucune entreprise à faire quoi que ce soit », puisque les entreprises privées peuvent continuer à déterminer le salaire de leurs dirigeants comme ils l’entendent. Cependant, a précisé GND, quand les entreprises font affaires avec l’État, quand les contribuables investissent de l’argent dans une entreprise « c’est pour créer des bons emplois pas pour payer des bonis aux dirigeants ».

Manon Massé : « on n’est pas des hurluberlus »

Ainsi, la troisième promesse électorale d’un gouvernement Qsiste [en cas de victoire] serait de faire adopter une loi forçant toutes les entreprises, côtés en bourse, à faire connaître publiquement leur ration de revenu entre leurs employés et leurs dirigeants à chaque année dans leur rapport annuel.

Abondant dans ce même sens, Manon Massé soutient que l’utilisation de fond public veut dire l’effort public de l’ensemble des Québécois et Québécoises. « Cet effort-là, on est légitime de l’encadrer, d’y mettre des règles », a-t-elle appuyé la co-porte-parole de Québec solidaire.

D’ailleurs, Mme Massé [qui va représenter QS au débat des chefs] a pris quelques exemples de pays riches pour étayer ses propos. Elle a fait savoir que plusieurs pays dont la France, Israël, les États-Unis ont mis en place depuis quelques temps des plafonds de salaire de dirigeants d’entreprises publiques ou privés qui reçoivent des fonds publics. « Alors, on n’est pas des hurluberlus, on pense qu’au contraire pour une santé financière du Québec, ce type de règle là [la clause Bombardier] va venir rétablir les inégalités ou forcer à garder un certain équilibre entre le plus bas salarié et le plus haut salarié », a martelé la militante féministe, députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques.

Crédit photo:
Crédit Photo: Page Facebook GND

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Salaire des hauts dirigeants : Le gouvernement Legault au pied du mur? -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Québec : Un hiver plus froid, des factures plus élevées

Publié

le

Les Québécois pourront recevoir des factures d’électricité plus élevées que d’habitude selon Hydro Québec. Et pour cause un mois de novembre plus froid que d’habitude. L’hiver fera un peu mal au portefeuille cette année !

Environnement Canada avait annoncé de son côté que les températures aux mois de février et de mars descendront encore plus bas. La consommation d’électricité augmentera en conséquence et particulièrement si on ne prend pas de bonnes habitudes.

Concernant le mois de novembre Hydro Québec a déclaré que « la hausse pourrait être de 3$ pourun appartement 5½ et de 18$ pour une maison moyenne de 158 m2 ».

Conseils à suivre pour réduire sa consommation :

  • Baisser de un ou deux degrés la température durant la nuit et en tout temps dans les pièces inoccupées.
  • Réduire les infiltrations d’air froid en mettant des plastiques autour des fenêtres s’il y a des courants d’air.
  • Limiter la consommation d’eau chaude en prenant des douches plus courtes et en lavant les vêtements à l’eau froide.
  • Utiliser des ampoules éco-énergétiques. Les ampoules à DEL sont environ 85 % plus efficaces que les ampoules à incandescence et durent 25 fois plus longtemps.

Pour plus d’informations ICI

Lire aussi : Un hiver doux et glacial au Canada ?

Lire la suite

Actualités

Montréal, les routes fermées durant la fin de semaine

Publié

le

Des routes au niveau de l’échangeur Turcot seront fermées à partir du vendredi 14 jusqu’au lundi 17 décembre.

Le ministère de transport informe aussi qu‘un « nouveau tronçon de l’autoroute 20 en direction est sera ouvert à la circulation entre les échangeurs Angrignon et Turcot. Les usagers sont invités à porter une attention particulière à la signalisation. »

Voici les fermetures du vendredi 23 h 59 à lundi 5 h :

  • Fermeture de l’autoroute 20 en direction est entre la sortie n° 63 – 138 ouest / Pont H.-Mercier et l’échangeur Turcot
    • Fermeture de la bretelle menant de la route 138 en direction est (en provenance du pont Honoré-Mercier) à l’autoroute 20 en direction est                                
    • Fermeture de la bretelle menant de l’autoroute 20 en direction est à l’autoroute 15 en direction nord
    • Fermeture de la bretelle menant de l’autoroute 20 en direction est à l’autoroute 15 en direction sud
  • Fermeture partielle (1 voie disponible) de la route 136 en direction est   (A-720) entre l’échangeur Turcot et la sortie n° 2 – Av. Atwater
  • Fermeture de la route 136 (A-720) / autoroute 20 en direction ouest dans l’échangeur Turcot
  • Fermeture de l’autoroute 15 en direction nord dans l’échangeur Turcot, à partir de la sortie n° 63 – P.-E.-Trudeau /A-20 ouest / Toronto

Lire la suite

Actualités

Canada : le Bureau de la Concurrence alerte sur les jouets intelligents

Publié

le

On est en plein période d’achats des cadeaux, surtout pour les enfants, parfois sans faire attention à certains détails. À l’heure de l’Internet des Objets, même les plus petits n’échappent pas à la collecte des données personnelles.

En fait, certaines plateformes utilisent les jouets comme un pont pour faire du marketing caché. C’est pour cette raison que le Bureau de la Concurrence a lancé ce mardi, 11 décembre, un appel aux consommateurs afin de faire attention avant d’acheter et lors de l’usage des jouets connectés.

Qu’est ce que le marketing caché et comment passe t-il par les jouets pour atteindre ses consommateurs potentiels ?

Il existe des jouets qui peuvent être connectés à des applications pour fonctionner ou pour proposer d’autres options de jeux. Or ce type de jouet peut être muni de dispositif d’écoute pour capter les conversations à proximité. L’objet se transforme ainsi en espion insoupçonné et ludique. En effet, à partir de mots clés détectés dans la conversation la tablette ou le cellulaire intelligent affichent des publicités ciblées. Il s’agit dans ce cas du marketing caché. Dans la même veine, certains jouets sont programmés pour émettre des messages publicitaires confinés dans l’interaction avec l’enfant.

Le Bureau de la Concurrence alerte notamment sur les jouets qui sont mal conçus et qui comportent des failles de sécurités. En s’y connectant, on s’expose ainsi aux attaques des cyber-pirates.

Or les jouets intelligents ne sont pas tous à craindre.

À retenir avant d’acheter des jouets intelligents

Pour éviter de faire des mauvais choix voici les conseils du Bureau de la Concurrence :

  • Se renseigner au préalable sur les risques ou les problèmes connus du jouet
  • Lire attentivement toutes les modalités d’utilisation du jouet
  • S’informer sur le fabricant et n’achetez que de marques connues et bien réputées
  • Apprendre la méthode de fonctionnement du jouet
  • S’informer sur les renseignements qui seront recueillis et la façon dont ils seront utilisés, conservés et partagés
  • Utiliser des réseaux Internet sécurisés et dignes de confiance
  • Modifier le nom d’utilisateur et le mot de passe assignés par défaut par le fabricant. Utilisez un mot de passe fort
  • S’assurer de faire les mises à jour de sécurité du jouet
  • Surveiller les activités des enfants lorsqu’ils s’amusent avec le jouet
  • Éteindre le jouet et le déconnecter pour un surcroît de sécurité entre les séances de jeu
  • Apprendre à supprimer les renseignements personnels des enfants si le jouet est perdu ou jet

Lire aussi : Des organismes de protection des consommateurs européens portent plainte contre Google

Lire la suite

en-avant