Suivez-nous

En Avant

Avez-vous connu le ghosting au boulot ?

Publié

le

Photo libre de droits

C’est un phénomène en expansion qui donne du fil à retordre aux responsables des ressources humaines aux États-Unis.

On a découvert cette nouvelle tendance sociale à travers l’article « People are ‘ghosting’ at work, and it’s driving companies crazy » de Chip Cutter, publié sur LinkedIn le 23 juin 2018. C’est donc assez récent pour en parler, en résumant l’enquête faite par l’auteur de l’article, et assez intriguant puisque ça se passe chez nos voisins les Ricains.

En gros il s’agit d’employés ou de demandeurs d’emploi qui disparaissent du jour au lendemain sans passer par les étapes de communication conventionnelles.

Les histoires avec lesquelles l’auteur illustre son article diffèrent mais la fin est souvent la même, des candidats à l’emploi et des travailleurs qui ne répondent ni au téléphone, ni aux courriels pour donner suite à leurs demandes d’embauche ou qui partent sans annoncer une démission.

C’est une attitude qui devrait pourtant être évitée par quiconque sait que de pareilles histoires s’ébruitent dans les milieux professionnels et peuvent nuire à la réputation.

Ces faits qui rendent de plus en plus ardu le métier de recruteur ne se passent pas dans un seul milieu professionnel, ils se multiplient partout, des domaines des service aux finances. La première cause est la pénurie de main d’œuvre.

Ces fantômes causent le prolongement de la période d’embauche, obligent les entreprises à refaire leurs processus et tourmentent les recruteurs qui se trouvent constamment sous pression.

« Si vous n’aimez pas votre travail [en tant que recruteur], vous vous frapperez la tête sur votre bureau », confie John Widgren, un recruteur pour Central Florida Health (qui compte 3 000 employés ) à Cutter.

L’auteur a eu recours notamment à l’avis de Peter Cappelli, professeur de gestion et directeur du Centre pour les ressources humaines de Wharton. Selon ce dernier les candidats marqués par des années au cours desquelles ils ont passé des heures à se préparer à des entrevues qui n’aboutissent pas ne sont peut-être pas responsables.

« Je pense qu’ils l’ont appris des employeurs », a-t-il dit. « Les employeurs sont connus pour ne jamais répondre aux gens, ils le font seulement quand ils veulent passer à l’étape suivante. »

L’article de Cutter expose ainsi un phénomène qui met en exergue les valeurs sociales du monde professionnel dont la fluctuation est liée aux changements démographiques et économiques et non pas à des codes éthiques socioresponsables.  

 

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En Avant

14 février 💝 la Saint-Valentin… en chiffres au Canada

Publié

le

Nommé d’après Saint Valentin, le 14 février est le jour où les gens en profitent pour exprimer leur amour en s’offrant des cartes, des chocolats, des roses ou des articles personnels, ou en organisant un souper romantique aux chandelles.

VOICI QUELQUES FAITS INTÉRESSANTS POUR SOULIGNER CETTE OCCASION

Tous les couples

  • 8 227 925 — Le nombre total de couples dans les ménages privés au Canada en 2016. Un peu moins de 6,5 millions étaient des couples mariés et plus de 1,7 million étaient des couples vivant en union libre.

Source : Recensement de 2016, Profil du recensement.

  • 16 455 840 — Le nombre total de personnes âgées de 15 ans et plus vivant en couple dans les ménages privés au Canada en 2016. Cela comprend les conjoints mariés de même sexe ou de sexe opposé et les partenaires en union libre.

Source : État matrimonial et situation sexe opposé/même sexe selon le sexe pour les personnes âgées de 15 ans et plus vivant dans les ménages privés pour les deux sexes, total, présence et âge des enfants, chiffres de 2016, Canada, provinces et territoires, Recensement de 2016 – Données intégrales.


Les célibataires

  • 12 418 440 — Le nombre total de personnes âgées de 15 ans et plus ne vivant pas en couple au Canada en 2016.

Source : Recensement de 2016, Profil du recensement.


Les couples de même sexe

Les couples de même sexe représentaient 0,9 % de tous les couples en 2016.

Le nombre de couples mariés de même sexe a augmenté de 60,7 % entre 2006 et 2016, soit la première période complète de 10 ans depuis la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe à l’échelle du pays.

  • 72 880 — Le nombre de familles composées d’un couple de même sexe en 2016.
  • 24 370 — Le nombre de couples de même sexe qui étaient mariés en 2016.
  • 48 510 — Le nombre de couples de même sexe qui vivaient en union libre en 2016.

Source : Recensement en bref : Les couples de même sexe au Canada en 2016.


Un couple, deux adresses

  • 1,9 million — Le nombre de Canadiens ayant déclaré être en couple en 2011, sans toutefois vivre sous le même toit que leur conjoint. Cela représente un peu plus de 7 % de la population âgée de 20 ans et plus, en baisse par rapport à la proportion de 8 % enregistrée en 2001.

Source : Étude : « Vivre en couple chacun chez soi », Le Quotidien, le mardi 5 mars 2013.


Deuxième union

  • Environ 3 sur 10 — La proportion de personnes de 55 à 64 ans en 2011 ayant formé au moins deux unions durant leur vie. Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, cette proportion était environ de 2 sur 10.

Source : « Étude : Nouvelles tendances dans le mode de vie et la conjugalité des personnes âgées d’aujourd’hui et de demain, 1981 à 2011 », Le Quotidien, le lundi 24 février 2014.


L’amour à tout âge

  • 14 % — La proportion de couples d’ainés ayant une différence d’âge de 10 ans ou plus en 2011. Cette proportion était de 18 % en 1981.
  • 49 % — La proportion de couples d’ainés ayant une différence d’âge de trois ans ou moins en 2011. Cette proportion était de 40 % en 1981.

(Un « couple d’ainés » est composé d’au moins une personne de 65 ans et plus.)

Source : « Étude : Nouvelles tendances dans le mode de vie et la conjugalité des personnes âgées d’aujourd’hui et de demain, 1981 à 2011 », Le Quotidien, le lundi 24 février 2014.


Un repas spécial

  • 2 593 $ — Le montant moyen annuel dépensé par les ménages canadiens en repas au restaurant en 2017.

Le terme « restaurants » englobent les restaurants avec service aux tables, les restaurants-minute et les cafétérias, ainsi que les comptoirs-rafraîchissements, les casse-croûte, les machines distributrices, les cantines mobiles, les traiteurs et les friteries. Ces dépenses incluent les pourboires mais pas les dépenses pour les boissons alcoolisées.

Source : Tableau 11-10-0222-01 Dépenses des ménages, Canada, régions et provinces.


Un cadeau spécial

  • 4,1 milliards de dollars — La valeur des montres et des bijoux vendus au détail au Canada en 2017.
  • 2,4 — La valeur des montres et des bijoux de qualité vendus au détail au Canada en 2017.
  • 5,1 milliards de dollars — La valeur des cosmétiques et des parfums vendus au détail au Canada en 2017.
  • 2,1 milliard de dollars — La valeur de la lingerie, des vêtements de nuit et des sous-vêtements pour dames vendus au détail au Canada en 2017.
  • 934,7millions de dollars — La valeur des sous-vêtements, des vêtements de nuit et des bas pour hommes vendus au détail au Canada en 2017.

Source : Tableau 11-10-0236-01 Enquête sur les marchandises vendues, ventes au détail (x 1 000)


Un verre de vin

  • 505,4 millions de litres — Le volume de tous les vins vendus par les sociétés des alcools et leurs agences, ainsi que d’autres points de vente au détail au Canada en 2016-2017.
  • 7,2 milliards de dollars — La valeur de tous les vins vendus par les sociétés des alcools et leurs agences, ainsi que d’autres points de vente au détail au Canada en 2016-2017.
  • 65,2 % — La proportion de vins rouges importés vendus au Canada en 2016-2017.
  • 51,3 % — La proportion de vins blancs importés vendus au Canada en 2016-2017.

Source : Tableau 10-10-0011-02 Volume des ventes de boissons alcoolisées des régies des alcools et d’autres points de vente au détail, selon l’origine du produit (x 1 000)


Un verre de vin mousseux

  • 402,2 millions de dollars — La valeur des ventes de vins mousseux au Canada en 2016-2017.
  • 18,4 millions de litres — Le volume de vins mousseux vendus au Canada en 2016-2017.

Source : Tableau 10-10-0011-01 Valeur des ventes de boissons alcoolisées des régies des alcools et d’autres points de vente au détail, selon le type de boisson (x 1 000).


Une boîte de chocolats

  • 378 — Le nombre de fabricants de la classe canadienne de « fabrication de chocolat et de confiseries chocolatées à partir de fèves de cacao », ou de la classe canadienne de « fabrication de confiseries à partir de chocolat acheté » au Canada en 2016.

Source : Nombre d’entreprises canadiennes, avec employés, juin 2018 (33-10-0092-01) et Nombre d’entreprises canadiennes, sans employés, juin 2018 (33-10-00094-01)

  • 811 millions de dollars — La valeur du chocolat et des confiseries chocolatées fabriqués en Ontario en 2015.

Source : Tableau 16-10-0048-01 Ventes pour les industries manufacturières selon l’industrie et province, données mensuelles (dollars sauf indication contraire) (x 1 000).

  • 208 $ — Le montant moyen annuel dépensé par les ménages canadiens pour acheter des bonbons et du chocolat en 2017.

Source : Tableau 11-10-0125-01 Dépenses alimentaires détaillées, Canada, régions et provinces.


Un bouquet de roses

  • 4,4 millions — Le nombre de tiges de roses produites au Canada en 2017.

Source : Tableau 32-10-0021-01 Production de plantes en pot, de fleurs coupées, de boutures, par variété et arbres de semis.

  • 12,4 millions de douzaines — Le nombre de roses coupées et de boutons de rose importés au Canada en 2017, principalement en provenance de la Colombie et de l’Équateur.
  • 76,1 millions de dollars — La valeur des roses coupées et des boutons de rose importés au Canada en 2017.

Source : Base de données sur le commerce international canadien de marchandises.


Une histoire d’amour

Les romans sentimentaux explorent les relations humaines. La poésie est souvent utilisée pour exprimer le sentiment amoureux.

  • 1,6 milliard de dollars — Les revenus d’exploitation de l’industrie de l’édition du livre au Canada en 2016.

Source : « L’industrie de l’édition du livre, 2016 », Le Quotidien, le 23 mars 2018.

Source : Statistique Canada

À lire aussi : Vous êtes plutôt Valentine ou Galentine’s day ?

Lire la suite

En Avant

La Ville de Montréal cherche des contremaîtres, jusqu’à 50 $ l’heure…

Publié

le

Été comme hiver, les contremaîtres et 12 000 employés des travaux publics de la Ville de Montréal sillonnent le terrain pour assurer l’entretien de la voie publique, des parcs, des espaces verts ainsi que du déneigement.

Vous faites preuve de leadership et ces défis vous motivent? Cet emploi de contremaître ou contremaîtresse d’arrondissement voirie et parcs vous ouvre les portes pour de nombreuses opportunités dans le milieu municipal. Postulez en ligne jusqu’au 13 janvier 2019 via >> simenligne.ville.montreal.qc.ca

Les avantages de ce poste :

  • Salaire annuel allant jusqu’à 90 000 $
  • 38 h/semaine avec temps supplémentaire payé
  • Programme d’intégration et de formation dès l’embauche. Jumelage avec un contremaître expérimenté, dès l’entrée en fonction
  • Horaire : jour, nuit ou fin de semaine.

PROFIL RECHERCHÉ

Exigences

  • Détenir un diplôme d’études collégiales (DEC) dans un domaine relié à l’emploi.
  • Les attestations d’études collégiales (AEC) ainsi que les diplômes d’études professionnelles (DEP) dans un domaine connexe et combiné avec de l’expérience liée à l’emploi seront également considérés.
  • Posséder quatre (4) années d’expérience pertinente dans le domaine de l’emploi, dont deux (2) années en supervision ou coordination d’équipe de travail.
  • Détenir un permis de conduire valide (classe 5).

Expérience, connaissances et habiletés particulières

  • Avoir une connaissance des logiciels informatiques courants.
  • Détenir de l’expérience en gestion de milieux syndiqués.

Atout : Posséder une carte de sécurité sur les chantiers (ASP) valide.

VOS DÉFIS

Gestionnaire d’une équipe de 10 à 20 personnes, votre principale responsabilité est l’entretien et la réfection des parcs et espaces verts, espaces publics ainsi que de la voirie.

Vous déterminez les objectifs et priorités de votre équipe de travail, en lien avec les orientations de l’arrondissement et participez à l’élaboration et à l’application de nouvelles méthodes et procédés de travail dans une perspective d’amélioration continue.

Vous êtes également responsable de l’application et du suivi des normes et directives en santé et sécurité. Vous assurez le respect du programme de prévention et faites des recommandations quant aux méthodes sécuritaires de travail.

Renseignements

Yannick Karen Rouleau, conseillère en recherche de talents
yannick.karen.rouleau@ville.montreal.qc.ca

Voir le descriptif d’emploi >> simenligne.ville.montreal.qc.ca

À lire aussi : Pénurie de main-d’œuvre, quels sont les postes demandés ?

Lire la suite

Actualités

30 articles les plus lus sur le site d’Avant Première MTL en 2018

Publié

le

Le magazine Avant Première MTL vous propose une rétrospective de 30 articles les plus lus, sur son site web en 2018. La rédaction tient à souligner qu’il ne s’agit pas là, des articles les plus partagés ou aimés par les internautes sur les réseaux sociaux.

1-

2-

3-

4-

5-

6-

7-

8-

9-

10-

11-

12-

13-

14-

15-

16-

17-

18-

19-

20-

21-

22-

23-

24-

25-

26- 

27-

28-

29-

30-

À lire aussi : Nouvel An 2019 : ce qui est ouvert ou fermé au Québec

Lire la suite

en-avant