Suivez-nous

Actualités

CAN-CWIC à Montréal, l’informatique au féminin

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo CAN-CWIC

Plus de cinq cent quatre-vingts étudiantes venant de partout au Canada ont participé à la deuxième édition de la Célébration Canadienne des Femmes en Informatique (CAN-CWIC).

« Les gens étaient très enthousiastes, ils ne s’attendaient pas à un événement d’une telle envergure, c’est une première au Québec. Les six éditions précédentes se sont passées en Ontario. Depuis l’année dernière, la Célébration Canadienne des Femmes en Informatique est devenue un événement national. La grande première édition s’est déroulée à Ottawa. », a déclaré madame Naouel Moha, directrice coorganisatrice du CAN-CWIC, professeure au département d’informatique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directrice adjointe du centre institutionnel de recherche LATECE (Laboratoire de recherche sur les technologies du commerce électronique à l’UQAM).

L’événement a eu lieu le 3 et 4 novembre, au Sheraton à Montréal, et a réuni des sphères académiques et professionnelles autour d’un grand banquet, conférences, ateliers, activités étudiantes ludiques et scientifiques et une foire aux carrières.

Crédit photo Avant Première

Madame Julie Payette, la gouverneure générale du Canada, a souligné lors du coup d’envoi de l’événement que « les femmes sont toujours sous-représentées en informatique ». Cette initiative de l’Association for Computing Machinery, en collaboration avec l’UQAM et soutenue par plusieurs institutions universitaires, organismes et une trentaine de sponsors industriels canadiens, vise à promouvoir la parité dans les études supérieures en informatiques et inciter les femmes à poursuivre des carrières en sciences.

L’événement a débuté avec un défi de programmation entre 216 équipes de filles du monde entier (59 pays), parmi lesquelles 10 groupes participant officiellement aux finales du CAN-CWIC. Les trois équipes gagnantes ont été primées le 3 novembre, lors du banquet. Cette grande plateforme a pour but, notamment, de créer des opportunités pour les femmes dans la recherche universitaire et l’entrepreneuriat en informatique et les autres domaines scientifiques et technologiques. Une séance de présentation des travaux de recherches des participantes et d’autres activités de réseautages académiques et professionnels ont rassemblé des professeures et des étudiantes de l’UQAM, l’UDEM, Dalhousie University, University of Waterloo, University of Alberta, Carleton University et University of Ontario.

Photo libre de droits

Margaret-Ann Armour, doyenne associée responsable des Sciences et diversité à l’Université d’Alberta a rappelé que, de nos jours, ces domaines attirent significativement les femmes. « On est passé de 25 à 43% de femmes graduées dans les domaines scientifiques de 1982 à 2016 », a t-elle indiqué. Toutefois, Mme Armour, qui a dédié sa vie à la promotion des femmes de sciences, a confié que beaucoup d’efforts doivent être encore déployés dans la société et la communauté scientifique pour en finir avec les stéréotypes, les préjugés et la disparité dans les postes décisionnels.

Les conférences ont embrassé un large panorama de recherches en informatiques, en outre dans les domaines de la santé et l’intelligence artificielle, le commerce électronique, les finances, le design thinking (esprit design), la ville intelligente et aussi des questions relatives aux enjeux de l’événement à savoir l’équité, la parité, l’inclusion dans la recherche scientifique et la présence de la femme dans la littérature documentaire scientifique.

Beaucoup de professionnelles ont partagé avec les étudiantes leurs expériences en tant que femmes dans ces secteurs.

« J’ai fait un doctorat en intelligence artificielle et très souvent j’étais la seule fille dans la classe. Depuis plusieurs générations, on ne voit que des hommes dans ces disciplines, je pense qu’il est temps de renverser la balance. », a témoigné Sophie Callies, directrice de stratégies d’apprentissage et d’innovation chez ellicom.

Des professeures et des spécialistes de renom, comme Joëlle Pineau, ont présenté au public les dernières avancées technologiques et leurs applications dans les divers secteurs économiques et sociaux.

« On a organisé quatre sessions en parallèle dédiées à la recherche, aux nouvelles technologies, aux entreprises et une session spéciale intitulée «Hors des sentiers battus », qui regroupe des thèmes liés à l’informatique mais qui sortent de l’ordinaire comme l’apprentissage du codage aux enfants. », a précisé Mme Moha.

« Les filles ont été très enthousiastes. Elles ont surtout posé des questions sur l’environnement et la culture de l’entreprise ; et non pas seulement sur le boulot en tant que tel. », a remarqué Lynne Perrault, cheffe d’équipe en sécurité informatique chez Shopify.

« Le CAN-CWIC a été pour plusieurs étudiantes une belle occasion pour découvrir le contexte universitaire montréalais et pour décrocher des stages et des promesses d’embauches chez les entreprises présentes dans la foire aux carrières », a confié Mariam Limam coorganisatrice de l’événement et doctorante en études et pratiques des arts à l’UQAM.

 

 

 

Crédit photo:
Crédit photo CAN-CWIC

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Kofi Annan, 1er Noir africain à diriger l’ONU, s’est éteint à 80 ans

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Kofi Annan en 2012/Wikipédia

Kofi Atta Annan, né le 8 avril 1938 à Kumasi au Ghana, est mort le samedi 18 août 2018 en Suisse, dans un hôpital de Berne, à l’âge de 80 ans. Diplomate, homme politique, économiste et homme d’État ghanéen, il fut le septième secrétaire général des Nations unies et le premier à sortir des rangs du personnel de l’organisation. Il a occupé cette fonction de 1997 à 2006. Le 10 décembre 2001, il reçoit le prix Nobel de la paix.

Wikipédia

Crédit photo:
Kofi Annan en 2012/Wikipédia
Lire la suite

Actualités

Aretha Franklin, monument de la musique, s’en est allée à 76 ans

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Aretha Franklin durant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009/Wikipédia

Connue sous le nom de Queen of Soul, Aretha Franklin, née à Memphis (États-Unis), est décédée jeudi 16 août à son domicile de Detroit, selon son représentant, Gwendolyn Quinn, à l’âge de 76 ans d’un cancer du pancréas.

« Dans l’un des moments les plus sombres de notre vie, nous ne sommes pas en mesure de trouver les mots appropriés pour exprimer la douleur dans notre cœur. Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille. L’amour qu’elle avait pour ses enfants, ses petits-enfants, ses nièces, ses neveux et ses cousins ​​ne connaissait aucune limite », a déclaré la famille de Franklin dans le communiqué.

« Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille. L’amour qu’elle avait pour ses enfants, ses petits-enfants, ses nièces, ses neveux et ses cousins était illimité »

– Famille Franklin

Reine incontestée de la soul, Aretha Franklin était l’une des plus grandes voix américaines et une figure emblématique de la communauté noire, qui a marqué des générations entières d’artistes. Sa dernière apparition à Montréal remonte au Festival de Jazz de 2014. En juin dernier, la diva a dû annuler un concert prévu au Festival de jazz de Toronto, sur l’ordre du médecin. Il devait s’agir de son dernier avant la retraite.

« Dans sa voix, nous pouvions lire notre histoire »

– Barack Obama, ex-président des États-Unis

Très touchées par la disparition de Queen of Soul, plusieurs vedettes et personnalités du monde n’ont pas tardé à rendre hommage à Mme Franklin. Au nombre de ceux-ci, Barack Obama a salué la “divine” Aretha Franklin et le rôle qu’elle a joué pour “façonner l’Amérique”.

« Dans sa voix, nous pouvions lire notre histoire, dans son entièreté et dans toutes ses nuances : notre puissance et nos peines, notre côté sombre et notre lumière, notre quête de la rédemption et le respect gagné difficilement », a commenté l’ex-président américain, à l’investiture duquel la légende de la soul avait chanté.

Aretha Franklin : 75 millions de disques vendus !

Pour le chanteur portoricain Ricky Martin, Aretha Franklin, la première femme à avoir été admise au Rock and Roll Hall of Fame, le panthéon américain du rock, « sera à jamais remémorée et admirée ».

Rappelons qu’Aretha Franklin aura vendu 75 millions de disques et reste aujourd’hui l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles dans l’histoire de l’industrie discographique. Elle est en 1987 la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame. Le magazine Rolling Stone la place première au classement des meilleurs chanteurs de tous les temps

Crédit photo:
Aretha Franklin durant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009/Wikipédia
Lire la suite

Actualités

Québec 2018 : Voter par la poste de l’extérieur avant le 1er octobre, c’est possible!

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droit

À l’approche du déclenchement des élections générales provinciales, Élections Québec a invité, mercredi 15 août, les électrices et électeurs québécois qui seront temporairement à l’extérieur de la province les jours de vote à faire une demande d’inscription au vote hors Québec.

Vous pourriez voter par la poste si vous remplissez les conditions d’admission et que vous faites une demande d’inscription au plus tard le mercredi 12 septembre à 23 h 59, heure du Québec.

Au total, il y a huit jours pour voter : sept jours de vote par anticipation, du 21 au 27 septembre, et le jour même des élections, le 1er octobre.

Pour voter hors Québec, vous devez être une électrice ou un électeur et vous deviez avoir votre domicile dans la province depuis 12 mois consécutifs au moment de votre départ. Vous devez également avoir quitté le Québec depuis 2 ans ou moins, sauf exception, et avoir l’intention d’y revenir.

Sept jours de vote par anticipation…

L’exception au délai de deux ans vise les personnes affectées à l’extérieur de la province pour le compte du gouvernement du Québec ou du Canada, incluant les Forces armées canadiennes, ou d’un organisme international dont le Québec ou le Canada est membre et auquel il verse une contribution. Si vous êtes dans cette situation et que vous avez quitté le Québec depuis plus de deux ans, vous êtes donc admissible à voter hors Québec.

Lors des dernières élections générales, en avril 2014, plus de 18 000 électrices et électeurs se sont inscrits au vote hors Québec.

Rappelons que pour être une électrice ou un électeur, une personne doit :

  • avoir 18 ans ou plus;
  • avoir la citoyenneté canadienne;
  • avoir son domicile au Québec depuis six mois;
  • ne pas être sous curatelle ou avoir perdu ses droits électoraux.

La demande d’inscription pour voter hors Québec

Le site www.elections.quebec fournit plus d’information et permet de faire une demande d’inscription en ligne ou de télécharger un formulaire pour faire une demande par télécopieur ou par la poste.

Source : Directeur général des élections

Crédit photo:
Photo libre de droit
Lire la suite

en-avant

X
X