Suivez-nous

Actualités

Canada : la question de l’immigration divise encore au PCC

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Le 27 mai prochain, on connaîtra le nouveau chef du Parti Conservateur du Canada (PCC). En attendant, c’est la question immigratoire qui divise le plus les candidats.

Qui des 13 candidats à la direction du Parti Conservateur du Canada (PCC) succèdera à Stephen Harper ? Suite à la démission de l’ancien premier ministre, le 19 octobre 2015, après la défaite des Conservateurs lors des élections fédérales face aux Libéraux, Rona Ambrose a assuré l’intérim à la direction dudit parti, depuis le 5 novembre 2015. Chef de l’opposition officielle, elle a annoncé, mardi 16 mai, qu’elle quittait la politique, au moment où treize candidats s’affrontent dans la course à la direction du PCC, qui connaîtra son dénouement le 27 mai.

Pour l’heure, si on ne peut s’aventurer sur le « profil type » de celui qui pourrait être capable de prendre la tête du PCC, néanmoins, on pourrait parler des sujets qui divisent, notamment, la question de l’immigration. Un sujet qui revient sans cesse, de manière ‘’redondant’’ ,dans la plupart des discussions d’hommes politiques au Canada. Lors de la dernière élection, l’immigration, et plus particulièrement le sort des réfugiés syriens, était le sujet qui a le plus miné la campagne de Stephen Harper. Entre la révision des quotas d’immigrants, l’importance de prioriser les motifs économiques ou le besoin de confier au secteur privé le soin de parrainer les réfugiés, le sujet s’est de nouveau imposé durant l’actuelle course à la direction.

Faut-il accueillir 350 000 immigrants en 2017 ?

Et si Kellie Leitch aborde le sujet, c’est parce que l’immigration occupe une place dans sa campagne. « Je mets de l’avant des idées sur le développement des ressources naturelles, j’ai un plan basé sur le gros bon sens que je vais continuer à promouvoir. Mais soyons sérieux, l’immigration est un sujet sérieux et les Canadiennes veulent en parler », martèle la députée ontarienne, en entrevue à Radio-Canada. M. Leitch se dit convaincue que « les deux tiers des Canadiens et une vaste majorité de conservateurs souhaitent un contrôle plus serré des immigrants et une meilleure protection des valeurs canadiennes ». Si l’on s’en tient au dernier sondage Crop-Radio-Canada, réalisé en cette année, 75 % des Canadiens seraient favorables à ce qu’un test de valeurs fasse partie du processus de sélection des nouveaux arrivants. Faut-il croire que ce sondage conforte le discours de certains conservateurs ? En tout état de cause, il se dit que pour les militants conservateurs, il y a deux priorités : les politiques sur l’économie et les politiques sur l’immigration.

Aux dernières nouvelles, Statistique Canada rapporte que « 320 000 immigrants sont arrivés au Canada en 2015-2016. Entre 2006 et 2011, 1 162 900 immigrants se sont établis au Canada. L’Asie, y compris le Moyen-Orient, était la principale source d’immigrants au Canada au cours des cinq dernières années. La majorité des immigrants vivent dans quatre provinces : l’Ontario, la Colombie-Britannique, le Québec et l’Alberta ».

Les immigrants pour combler la main d’œuvre !

Alors que le pays veut accueillir cette année 350 000 immigrants, de quoi à donner de la graine à moudre chez certains prétendant à la direction du parti conservateur. À la question de savoir si ce quota est-il élevé ou pas, « Je pense que non », répond Erin O’Toole, Député de Durham (Ontario). Quand Maxime Bernier, Député de Beauce (Québec), juge que la cible actuelle est élevée : « Je l’ai dit très clairement, 350 000 immigrants, c’est beaucoup ». Si Mme Leitch refuse de se prononcer sur cette cible, cependant, elle admet que sa recette aurait fort probablement un impact à la baisse. À savoir que « (…) chaque immigrant ou réfugié doit avoir une entrevue face à face avec un officier de l’immigration ». « Ce processus va guider le nombre d’immigrants et de réfugiés, absolument », croit savoir Kellie Leitch. Le Député de Regina, Andrew Scheer, également candidat préfère ne pas se prononcer, estimant la question du nombre de nouveaux arrivants est délicate, « Je pense que ce n’est pas à moi de dire si 350 000 c’est trop grand ou trop bas », répond-t-il. A l’en croire, ce n’est pas aux politiciens de dire que [le nombre d’immigrants] est trop bas ou trop important. Pour M. Scheer, « ce sont nos besoins économiques qui doivent le déterminer ».

Comme on le voit, les candidats à la course de la chefferie du PCC ne semble pas unanime sur la question immigratoire. Toutefois, ils s’accordent à dire que l’immigration a un lien avec l’économie et qui dit économie, dit emploi. Et pour Maxime Bernier, le travail est la clé du succès en immigration. « C’est important d’avoir des gens qui viennent ici et qui ont un emploi, parce que dès qu’ils ont un emploi, c’est plus facile de s’intégrer à la société canadienne ». Une façon aussi de combler les besoins de main-d’œuvre dans les différentes régions du pays selon Erin O’Toole. « On doit avoir des travailleurs pour les emplois au Canada et nous avons besoin d’immigrants pour beaucoup d’emplois en Ontario, au Québec, dans les Maritimes. On doit équilibrer notre système », illustre le député de l’Ontario. Voilà qui est dit !

Crédit photo:

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Kofi Annan, 1er Noir africain à diriger l’ONU, s’est éteint à 80 ans

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Kofi Annan en 2012/Wikipédia

Kofi Atta Annan, né le 8 avril 1938 à Kumasi au Ghana, est mort le samedi 18 août 2018 en Suisse, dans un hôpital de Berne, à l’âge de 80 ans. Diplomate, homme politique, économiste et homme d’État ghanéen, il fut le septième secrétaire général des Nations unies et le premier à sortir des rangs du personnel de l’organisation. Il a occupé cette fonction de 1997 à 2006. Le 10 décembre 2001, il reçoit le prix Nobel de la paix.

Wikipédia

Crédit photo:
Kofi Annan en 2012/Wikipédia
Lire la suite

Actualités

Aretha Franklin, monument de la musique, s’en est allée à 76 ans

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Aretha Franklin durant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009/Wikipédia

Connue sous le nom de Queen of Soul, Aretha Franklin, née à Memphis (États-Unis), est décédée jeudi 16 août à son domicile de Detroit, selon son représentant, Gwendolyn Quinn, à l’âge de 76 ans d’un cancer du pancréas.

« Dans l’un des moments les plus sombres de notre vie, nous ne sommes pas en mesure de trouver les mots appropriés pour exprimer la douleur dans notre cœur. Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille. L’amour qu’elle avait pour ses enfants, ses petits-enfants, ses nièces, ses neveux et ses cousins ​​ne connaissait aucune limite », a déclaré la famille de Franklin dans le communiqué.

« Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille. L’amour qu’elle avait pour ses enfants, ses petits-enfants, ses nièces, ses neveux et ses cousins était illimité »

– Famille Franklin

Reine incontestée de la soul, Aretha Franklin était l’une des plus grandes voix américaines et une figure emblématique de la communauté noire, qui a marqué des générations entières d’artistes. Sa dernière apparition à Montréal remonte au Festival de Jazz de 2014. En juin dernier, la diva a dû annuler un concert prévu au Festival de jazz de Toronto, sur l’ordre du médecin. Il devait s’agir de son dernier avant la retraite.

« Dans sa voix, nous pouvions lire notre histoire »

– Barack Obama, ex-président des États-Unis

Très touchées par la disparition de Queen of Soul, plusieurs vedettes et personnalités du monde n’ont pas tardé à rendre hommage à Mme Franklin. Au nombre de ceux-ci, Barack Obama a salué la “divine” Aretha Franklin et le rôle qu’elle a joué pour “façonner l’Amérique”.

« Dans sa voix, nous pouvions lire notre histoire, dans son entièreté et dans toutes ses nuances : notre puissance et nos peines, notre côté sombre et notre lumière, notre quête de la rédemption et le respect gagné difficilement », a commenté l’ex-président américain, à l’investiture duquel la légende de la soul avait chanté.

Aretha Franklin : 75 millions de disques vendus !

Pour le chanteur portoricain Ricky Martin, Aretha Franklin, la première femme à avoir été admise au Rock and Roll Hall of Fame, le panthéon américain du rock, « sera à jamais remémorée et admirée ».

Rappelons qu’Aretha Franklin aura vendu 75 millions de disques et reste aujourd’hui l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles dans l’histoire de l’industrie discographique. Elle est en 1987 la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame. Le magazine Rolling Stone la place première au classement des meilleurs chanteurs de tous les temps

Crédit photo:
Aretha Franklin durant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009/Wikipédia
Lire la suite

Actualités

Québec 2018 : Voter par la poste de l’extérieur avant le 1er octobre, c’est possible!

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droit

À l’approche du déclenchement des élections générales provinciales, Élections Québec a invité, mercredi 15 août, les électrices et électeurs québécois qui seront temporairement à l’extérieur de la province les jours de vote à faire une demande d’inscription au vote hors Québec.

Vous pourriez voter par la poste si vous remplissez les conditions d’admission et que vous faites une demande d’inscription au plus tard le mercredi 12 septembre à 23 h 59, heure du Québec.

Au total, il y a huit jours pour voter : sept jours de vote par anticipation, du 21 au 27 septembre, et le jour même des élections, le 1er octobre.

Pour voter hors Québec, vous devez être une électrice ou un électeur et vous deviez avoir votre domicile dans la province depuis 12 mois consécutifs au moment de votre départ. Vous devez également avoir quitté le Québec depuis 2 ans ou moins, sauf exception, et avoir l’intention d’y revenir.

Sept jours de vote par anticipation…

L’exception au délai de deux ans vise les personnes affectées à l’extérieur de la province pour le compte du gouvernement du Québec ou du Canada, incluant les Forces armées canadiennes, ou d’un organisme international dont le Québec ou le Canada est membre et auquel il verse une contribution. Si vous êtes dans cette situation et que vous avez quitté le Québec depuis plus de deux ans, vous êtes donc admissible à voter hors Québec.

Lors des dernières élections générales, en avril 2014, plus de 18 000 électrices et électeurs se sont inscrits au vote hors Québec.

Rappelons que pour être une électrice ou un électeur, une personne doit :

  • avoir 18 ans ou plus;
  • avoir la citoyenneté canadienne;
  • avoir son domicile au Québec depuis six mois;
  • ne pas être sous curatelle ou avoir perdu ses droits électoraux.

La demande d’inscription pour voter hors Québec

Le site www.elections.quebec fournit plus d’information et permet de faire une demande d’inscription en ligne ou de télécharger un formulaire pour faire une demande par télécopieur ou par la poste.

Source : Directeur général des élections

Crédit photo:
Photo libre de droit
Lire la suite

en-avant

X
X