Suivez-nous

Économie

Ce que révèle le profil de l’industrie audiovisuelle au Québec

Avatar

Publié

le

Photo libre de droit

Entre 2014-2015 et 2016-2017, les trois quarts de la production cinématographique et télévisuelle indépendante s’effectuent dans la région et la périphérie immédiate de Montréal. Les autres régions ayant un volume de production appréciable sont la Montérégie (13 %), la Capitale-Nationale (5 %) et les Laurentides (5 %).

En 2016-2017, la valeur de la production cinématographique et télévisuelle au Québec totalise 1,8 G$, ce qui constitue un nouveau sommet et correspond à une augmentation de 13 % par rapport à l’année précédente. C’est ce que révèle le Profil de l’industrie audiovisuelle au Québec en 2017 publié aujourd’hui par l’Observatoire de la culture et des communications de l’Institut de la statistique du Québec.

Parmi les quatre catégories de production composant cette industrie, la plus forte croissance (40 %) a été enregistrée par celle regroupant la production étrangère et les services de production, dont la valeur s’élève à 557 M$ en 2016-2017 – son plus haut niveau des dix dernières années.

Production télévisuelle indépendante au top

La production télévisuelle indépendante demeure quant à elle la plus importante composante de l’industrie audiovisuelle au Québec. Sa valeur augmente légèrement en 2016-2017 (0,6 %) pour s’établir à 655 M$. C’est la seconde plus importante valeur depuis 2010-2011, alors qu’elle s’établissait à 739 M$.

Ces données proviennent de la publication Profil de l’industrie audiovisuelle au Québec en 2017 qui a été élaborée grâce à la contribution de l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM) et en partenariat avec l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ), l’Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son (AQTIS), le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ), la Guilde canadienne des réalisateurs (DGC), la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC), la Table de concertation de l’industrie du cinéma et de la télévision de la Capitale-Nationale et l’Union des artistes (UDA).

Source : ISQ

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agriculture

Malnutrition : des régimes alimentaires nuisent à la santé des enfants partout dans le monde, alerte l’UNICEF

Avatar

Publié

le

Un nombre bien trop élevé d’enfants subissent les conséquences d’une mauvaise alimentation et d’un système alimentaire qui ne tient pas compte de leurs besoins © UNICEF/UN066971/Mawa

Un nombre bien trop élevé d’enfants subissent les conséquences d’une mauvaise alimentation et d’un système alimentaire qui ne tient pas compte de leurs besoins, affirme l’UNICEF aujourd’hui dans un nouveau rapport sur les enfants, la nourriture et la nutrition. Un enfant âgé de moins de cinq ans sur trois souffre de malnutrition…

Ce rapport, intitulé La Situation des enfants dans le monde 2019 – Enfants, nourriture et nutrition, signale qu’au moins un enfant âgé de moins de cinq ans sur trois, soit plus de 200 millions d’enfants, souffrent de dénutrition ou de surpoids. Près de deux enfants âgés de six mois à deux ans sur trois ne consomment pas d’aliments capables de soutenir la croissance rapide de leur corps et de leur cerveau. 

Cette situation est susceptible d’entraver leur développement cérébral, de nuire à leur apprentissage et d’affaiblir leur système immunitaire, en plus d’augmenter les risques d’infections et, dans de nombreux cas, de décès.

« Malgré toutes les avancées technologiques, culturelles et sociales des dernières décennies, nous avons perdu de vue l’essentiel : les enfants qui mangent mal vivent mal », affirme Henrietta H. Fore, la directrice générale de l’UNICEF. 

Le regard sur la malnutrition doit évoluer…

Elle souligne que des millions d’enfants ont une mauvaise alimentation pour la simple raison qu’ils n’ont pas d’autre choix. « Le regard que nous portons sur la malnutrition et la manière dont nous traitons ce problème doivent évoluer : l’enjeu n’est pas de donner aux enfants plus de nourriture, mais de leur donner les bons aliments. Voilà le défi que nous devons tous relever aujourd’hui », a précisé Mme Henrietta.

Ce rapport livre l’évaluation la plus complète à ce jour de la malnutrition infantile sous toutes ses formes au XXIe siècle. Il décrit le triple fardeau de la malnutrition, à savoir la dénutrition, la faim insoupçonnée induite par des carences en nutriments essentiels et le surpoids, dont sont victimes les enfants âgés de moins de 5 ans. Le rapport souligne qu’à l’échelle mondiale :

  • 149 millions d’enfants présentent un retard de croissance ou sont trop petits pour leur âge;
  • 50 millions d’enfants souffrent d’émaciation ou sont trop maigres pour leur taille;
  • 340 millions d’enfants, soit un enfant sur deux, souffrent de carences en vitamines et en nutriments essentiels, tels que la vitamine A et le fer;
  • 40 millions d’enfants sont en surpoids ou obèses.

Le rapport insiste sur le fait que les mauvaises pratiques en matière d’alimentation commencent dès les premiers jours de vie de l’enfant. Par exemple, bien que l’allaitement sauve des vies, seulement 42 % des bébés de moins de 6 mois sont exclusivement nourris au sein et de plus en plus d’enfants consomment des préparations pour nourrissons. Les ventes de préparations à base de lait ont augmenté de 72 % entre 2008 et 2013 dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure comme le Brésil, la Chine, le Pérou et la Turquie, principalement en raison de pratiques de marketing inappropriées et de la faiblesse des politiques et des programmes visant à protéger, à promouvoir et à soutenir l’allaitement au sein.

Promouvoir et soutenir l’allaitement au sein dans le monde!

Alors que les enfants commencent à consommer des aliments mous ou solides vers l’âge de six mois, beaucoup adoptent un régime alimentaire inapproprié, indique notamment le rapport. Près de 45 % des enfants âgés de six mois à deux ans à l’échelle mondiale ne consomment pas de fruits ou de légumes. Près de 60 % ne mangent pas d’œufs, de produits laitiers, de poisson ou de viande.

En grandissant, les enfants sont de plus en plus exposés à des aliments mauvais pour la santé, notamment à cause de pratiques de marketing et de publicité inappropriées, de l’abondance d’aliments ultra-transformés dans les villes comme dans les régions reculées, et d’un accès accru aux produits de la restauration rapide et aux boissons très sucrées.

Le rapport souligne que 42 % des adolescents scolarisés dans les pays à revenu faible et intermédiaire consomment des boissons gazeuses sucrées au moins une fois par jour et que 46 % mangent des produits de restauration rapide au moins une fois par semaine. Dans les pays à revenu élevé, ces pourcentages sont encore plus préoccupants et atteignent 62 % et 49 %, respectivement.

Augmentation des niveaux de surpoids et d’obésité durant l’enfance

Ces phénomènes entraînent une augmentation des niveaux de surpoids et d’obésité durant l’enfance et l’adolescence, partout dans le monde. La proportion d’enfants de cinq à 19 ans souffrant de surpoids a doublé entre 2000 et 2016, passant d’un enfant sur dix à un enfant sur cinq. Dans la même tranche d’âge, dix fois plus de filles et 12 fois plus de garçons souffrent d’obésité qu’en 1975.

Le rapport remarque également que ce sont les enfants et les adolescents des communautés les plus pauvres et marginalisées qui sont les plus sévèrement frappés par la malnutrition sous toutes ses formes. Au sein des foyers les plus pauvres, seul un enfant âgé de six mois à deux ans sur cinq a une alimentation suffisamment variée pour grandir en bonne santé. 

Même dans les pays à revenu élevé tels que le Royaume-Uni, la prévalence du surpoids est deux fois plus élevée dans les régions les plus pauvres que dans les régions les plus riches.

Le rapport souligne entre autres que les catastrophes liées au climat provoquent de profondes crises alimentaires : la sécheresse, par exemple, est responsable de 80 % des dommages et des pertes du secteur agricole, modifiant de manière considérable le type d’aliments auquel ont accès les enfants et les familles, ainsi que leur qualité et leur prix.

Pour traiter cette crise grandissante de la malnutrition sous toutes ses formes, l’UNICEF appelle les gouvernements, le secteur privé, les donateurs, les parents, les familles et les entreprises à aider les enfants à grandir sainement et les exhorte à :

  1. Donner les moyens aux familles, aux enfants et aux jeunes de demander des aliments nutritifs, notamment en améliorant l’éducation à la nutrition et en utilisant des mesures législatives éprouvées, telles que les taxes sur le sucre, afin de réduire la demande d’aliments mauvais pour la santé;
  2. Encourager les fournisseurs de denrées alimentaires à agir dans l’intérêt des enfants, en les incitant à produire des aliments sains, pratiques et abordables;
  3. Créer des environnements alimentaires sains pour les enfants et les adolescents en utilisant des approches qui ont fait leurs preuves, telles que l’utilisation d’étiquettes précises et faciles à comprendre sur les emballages et des contrôles plus stricts en ce qui concerne la commercialisation des aliments préjudiciables à la santé;
  4. Mobiliser les systèmes de soutien dans les domaines de la santé, de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, de l’éducation et de la protection sociale afin d’améliorer les résultats nutritionnels pour tous les enfants
  5. Collecter, analyser et utiliser régulièrement des données et éléments de preuve de bonne qualité pour orienter les actions et suivre les progrès.

« Nous perdons du terrain dans notre combat pour instaurer des régimes alimentaires sains », déplore Henrietta Fore. « C’est une guerre que nous ne remporterons pas seuls. Nous avons besoin que les gouvernements, le secteur privé et la société civile fassent de la nutrition infantile une priorité et travaillent de concert pour éliminer les causes d’une mauvaise alimentation sous toutes ses formes. »

Pour consulter les photos, le b-roll, le rapport complet, les fiches de renseignement, les graphiques et les ensembles de données, cliquez ici. Dès le 15 octobre, 00 h 01 GMT, l’UNICEF vous invite à explorer la page interactive spéciale sur notre site Web ou à télécharger le rapport ici.

Lire la suite

Monde du travail

Québec : hausse de l’emploi et du taux de chômage en septembre 2019

Avatar

Publié

le

L’emploi augmente de 13 600 (+ 0,3 %) au Québec en septembre 2019 par rapport à août 2019. Le taux de chômage croît de 0,1 point pour s’établir à 4,8 %. C’est ce qui ressort de l’analyse des données sur l’emploi et la population active* diffusée, vendredi 11 octobre, par l’Institut de la statistique du Québec, à partir des résultats de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada. 

L’emploi à temps plein (+ 14 100) est en hausse, alors que celui à temps partiel (- 500) reste stable. L’emploi diminue dans le secteur public (- 11 300), varie peu dans le secteur privé (- 2 500) et augmente chez les travailleurs indépendants (+ 27 300). Le taux d’activité (+ 0,2 point) et le taux d’emploi (+ 0,2 point) augmentent et se fixent respectivement à 65,1 % et à 62,0 % en septembre.

Au Canada, l’emploi progresse de 53 700 (+ 0,3 %) et le taux de chômage diminue pour s’établir à 5,5 % (- 0,2 point). L’Ontario (+ 41 100) et le Québec (+ 13 600) enregistrent les plus fortes hausses de l’emploi, tandis que la Colombie-Britannique (- 8 400) présente la plus forte baisse.

L’emploi progresse de 53 700 dans tout le Canada!

Évolution de l’emploi et de la tendance-cycle, Québec, septembre 2018 à septembre 2019 (Groupe CNW/Institut de la statistique du Québec)

Au cours des neuf premiers mois de 2019, comparativement à la même période de l’année précédente, l’emploi au Québec a augmenté de 73 400 (+ 1,7 %). Au cours de cette période, l’emploi à temps plein et celui à temps partiel ont augmenté respectivement de 53 800 et de 19 600. Depuis le début de l’année 2019, le taux de chômage au Québec s’établit en moyenne à 5,0 %.

*L’Institut de la statistique du Québec publie mensuellement les Résultats de l’Enquête sur la population active pour le Québec à partir des données diffusées par Statistique Canada. Ce document est disponible sur le site Web de l’Institut à 14 h. Les estimations mensuelles tirées de l’Enquête sur la population active sont fondées sur un échantillon et ainsi sujettes à une certaine variabilité plus importante que les tendances observées sur de plus longues périodes, plus particulièrement lorsqu’elles sont ventilées selon des sous-catégories comme le sexe, l’âge, les régions, les industries, etc.

Lire la suite

Économie

Le Code : nouveau projet social pour préparer les étudiants aux possibilités dans l’économie numérique

Avatar

Publié

le

Dentsu Aegis Network Canada annonce le lancement de l’initiative Le Code, qui vise à favoriser la créativité, identifier les possibilités pour les futurs talents, encourager la diversité et promouvoir la responsabilisation, tout en préparant les étudiants à une carrière dans l’industrie de la publicité et du marketing.

L’initiative qui est mise en œuvre par l’entremise de Dentsu Aegis Network à l’échelle mondiale, le Canada n’étant que le quatrième marché à lancer, fait suite à des constatations de l’indice de la société numérique 2018, selon lesquelles les citoyens du monde entier sont préoccupés par l’impact de la numérisation sur les emplois futurs et craignent de ne pas posséder les compétences numériques pertinentes pour réussir.

Le Code pour donner le pouvoir aux populations!

« Le Code est une importante initiative pour nous au Canada, car en travaillant en étroite collaboration avec nos écoles et nos programmes de début de carrière, en plus de donner le pouvoir à notre population et à notre réseau, nous espérons avoir un impact positif sur la prochaine génération de talents et sur la société en général », a déclaré Leah Wilson, vice-présidente, talents.

L’initiative a déjà été lancée sur le marché canadien; 80 étudiants de Toronto et de Vancouver ont participé à des ateliers tout au long du mois d’octobre.

L’objectif de l’initiative est de s’attaquer à ce problème en habilitant la prochaine génération à profiter des avantages de l’économie numérique, grâce à des ateliers immersifs, un mentorat, des possibilités d’expérience de travail et des apprentissages. 

Cet ambitieux objectif mondial est d’améliorer les compétences numériques de 100 000 jeunes d’ici 2020, de faire participer 50 % du réseau Dentsu au bénévolat et de favoriser une main-d’œuvre plus diversifiée dans les marchés locaux. 

Si vous souhaitez utiliser LeCode dans votre école, communiquez avec Leah Wilson pour obtenir de plus amples renseignements.

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant