Suivez-nous

Style de vie

Soirées célibataires : ces méthodes de rencontres qui tapent dans l’oeil

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Photo libre de droit

Au Québec, plus de 40% de personnes seraient célibataires. Une clientèle « assez élevée » pour des entreprises qui ont décidé de faire affaire dans le milieu des rencontres amoureuses. À l’image de ces entreprises, Célibataire Québec essaye d’apporter une innovation dans les vieilles méthodes de rencontres, [des moyens si particuliers de « brise-glace »]. Cette pratique a ‘’pignon sur rue’’ dans la province. Si vous êtes tentés par l’inconnu, blasés des rencontres virtuelles qui n’aboutissent pas, accrochez-vous.

En attendant, la prochaine « Soirée pour Célibataires actifs – sportifs » le 24 mars à Vaudreuil-Dorion, la fondatrice du site celibatairequebec.com s’est confiée au Magazine Avant-Première MTL. « Nos événements existent depuis novembre 2014. Il y a plus de 6000 célibataires qui ont participé à nos activités depuis le début. On tient des activités partout au Québec, dont Bromont, Sherbrooke, Trois-Rivières, etc. Il y a deux semaines, on était à Saint-Jérôme ; le 14 février, on était à Montréal. Et à Montréal, la demande est extrêmement élevée. La preuve, pour l’événement du 24 mars prochain à Vaudreuil-Dorion, il y a pas mal de gens de Montréal qui se sont inscrits. C’est une activité qui attire les gens d’un peu partout quand même », révèle Mélanie Trudel dans une entrevue téléphonique.

Des timides, aux entremetteurs brise-glace

Crédit: Facebook Célibataires Québec

Concrètement, ce sont des « soirées » qui ne dérogent pas à la tradition de l’animation, des bouchées et services de bar qu’on connaît. Mais la particularité de ces rencontres organisées par Célibataires Québec, est que tout est fait en sorte pour que la majorité des célibataires qui viennent ne soient pas déçus. Car, même pour les timides, l’équipe d’entremetteurs de Mélanie est sur place pour vous faire virer au ‘’coin speed dating’’ si vous le voulez-bien.

« Par exemple, vous voyez un homme qui vous plaît et que vous vous sentez gêné d’aller le voir, l’entremetteur sera complice pour aller à la rencontre de cette personne et lui suggérer d’aller au Speed Dating* avec vous. La personne est libre de dire oui ou de dire non. Nous, on sert seulement d’entremetteur brise-glace. On est sur place pour aider les gens. C’est quand même une soirée où tous les célibataires sont conviés ; mais ils arrivent seul pour la majorité », explique-t-elle.

Mélanie Trudel, fondatrice de GoSeeYou. Crédit: Cynthia Bouchard.

Pour Mme Trudel, ce n’est pas forcément l’argent qui compte. Mais le fait de pouvoir créer des liens, permettre à des gens de trouver ou retrouver l’amour, rencontrer l’âme sœur est une « gratification » pour celle qui a décidé de lâcher son poste de représentante commerciale d’une importante compagnie de télécom. « Je ne le fais pas pour être riche, mais c’est une question de passion. J’étais représentante commerciale pendant 16 ans pour une compagnie de télécom. J’avais d’excellente condition de travail, mais j’ai décidé de quitter tout ça, il y a un an, pour me donner à 100% dans mon entreprise, me concentrer sur ma passion qu’est de tenter de créer l’amour autour », se justifie Mélanie, 37 ans et mère d’un petit garçon de neuf ans.

GoSeeYou, des chiffres qui parlent…

En quittant sa zone de confort pour se lancer dans l’entrepreneuriat, la jeune dame nous révèle : « Je savais que j’allais gagner moins, que j’allais devoir travailler deux fois plus ». Et pourtant, elle ne s’arrêtera pas là. Le 14 février 2018, elle a lancé une nouvelle application mobile de rencontre. Dénommée GoSeeYou, l’application a enregistré 8300 personnes en deux semaines seulement, dont 49.3% de femmes. Un chiffre qui fait la différence sur le marché selon Mélanie: « Ce qui est intéressant, c’est que contrairement à tous les autres sites de rencontre, on a presque l’égalité homme-femme. Sur la majorité des sites de rencontre, le plus souvent, il y a beaucoup d’hommes que de femmes. Dans notre cas, on est à 49.3% de femme ».

Lire aussi : Les dessous du salon de l’amour et de la séduction

La cerise sur le gâteau, c’est le « Blind Date » : la nouvelle trouvaille de Mélanie. « On permet à deux personnes qui ne se connaissent pas de se rencontrer chez un de nos partenaires restaurateurs. C’est quand même innovant », dit Mme Trudel, ajoutant qu’elle ne pense pas avoir de compétiteur dans son domaine, car le risque financier demeure conséquent pour y demeurer : « Certains ont tenté de créer des sortes d’événements de rencontre, ça n’a pas marché parce que les célibataires ne réservent pas à l’avance. Ils attendent à la toute dernière minute pour réserver. C’est un risque financier qu’il faut prendre à chaque fois ».

Le « Blind Date », des célibataires…

Paniers d’été à l’épicerie pour les 50 ans et plus. Crédit: Célibataires Québec/Facebook

Mais Derrière « GoSeeYou » et ces « Soirées pour Célibataires actifs – sportifs » rassemblant des gens aux mêmes intérêts [pour la bonne santé, la bonne bouffe, le sport], Mélanie Trudel vise aussi un projet humaniste : celui de voir des couples se créer. « Oui, évidemment ! Il y a un couple qui m’a écrit récemment pour me dire qu’ils attendent un bébé. La dame est rendue à 12 semaines de grossesse. On organise parfois des paniers d’été à l’épicerie. Parfois ça va être pour les 25-40 ans, parfois ça va être plus. Lors du dernier panier d’été que j’ai fait pour les 50-ans et plus, il y a une dame qui est venue me voir en me disant que sa fille était en instance de se marier et qu’elle avait rencontré son amoureux dans un IGA, lors d’un panier d’été », se réjouit-elle.

Toutefois, Mélanie Trudel avoue que tout n’est pas rose, malgré ses efforts pour permettre de ‘’parfaite’’ rencontre : « (..) Mais aussi, je ne vous cache pas que certains sont souvent déçus d’avoir rencontré des gens dont ils ne voulaient pas. En général, tous les intérêts communs étaient là, mais au niveau de la personnalité, on ne peut rien y faire ».

  • Speed dating: [Ce sont des tables ou des gens seront invités à se rendre, pour être en tête à tête, deux par deux. Et on a des questions brise-glace qui pourront être posées pour apprendre à se connaître davantage.]

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Style de vie

Au zoo de Granby, les lions emménagent dans un nouvel habitat

Avatar

Publié

le

La nature se pare de couleurs estivales et de paysages d’ailleurs dans le zoo de Granby.

À partir d’aujourd’hui, 17 juin, les lions emménagent dans un nouvel habitat d’inspiration africaine.

À quand remonte votre dernière visite au zoo? Cet été les rois de la jungle vous font découvrir de nouvelles facettes de la nature, un bon plan pour toute la famille ou avec les amis.

Congo, Cécilia et Kao, les lions du zoo de Granby, ont gagné ce lundi leur nouvel espace de vie. En effet, le parc extérieur, de plus de 11 000 pi2, a été entièrement revu afin d’offrir un point de vue inédit sur les félins.

Inspiré d’un village Maasai, peuple phare du Kenya, le cadre apporte de nouveaux éclairages sur les lions d’Afrique. Les visiteurs peuvent aussi enrichir leurs connaissances sur la biologie du lion et ses caractéristiques en consultant deux écrans tactiles.

Le zoo souligne que le nouvel habitat des lions répond aux normes de bien-être animal les plus élevés, selon les standards de l’Association des zoos et aquariums (AZA).

Une escapade, des expériences diversifiées

En plus de rencontrer des lions aux personnalités uniques et attachantes, l’espace offre plusieurs activités dont l’exposition Dinozoo et le nouveau cinéma 7D.

À savoir aussi qu’environ 1000 animaux et près de 225 espèces exotiques vous y attendent. Ouvrez grand les yeux !

Le Zoo est ouvert tous les jours depuis le 18 mai dernier et le parc aquatique est en opération depuis le 7 juin.

Pour plus d’infos ICI

Lire aussi : Parc et école secondaire Henri-Bourassa : Montréal dévoile les futurs pôle aquatique et pavillon

Lire la suite

Style de vie

Hébergement collaboratif : Québec agit pour moderniser le Règlement sur les établissements de type Airbnb

Avatar

Publié

le

Un projet de modification modernisant le Règlement sur les établissements d’hébergement collaboratif, visant à permettre aux Québécois de tirer le maximum des innovations technologiques, tout en assurant une plus grande équité fiscale, a été présenté aujourd’hui, mercredi 5 juin, par le ministère du Tourisme.

Cette modernisation réglementaire, qui vient également clarifier la notion de « résidence principale », était attendue depuis longtemps au Québec. Le projet de modification réglementaire propose notamment la création d’une nouvelle catégorie d’hébergement touristique, appelée « établissement de résidence principale », qui permettrait aux Québécois de profiter en toute légalité des revenus tirés de l’hébergement collaboratif.

Ainsi, les personnes qui souhaiteraient offrir en location de courte durée leur résidence principale n’auraient qu’à obtenir, facilement et à un coût raisonnable, un numéro d’enregistrement en ligne. Ce numéro devrait être inscrit dans toute publicité, tout contrat et tout site Internet en lien avec l’exploitation de la résidence principale.

Profiter en toute légalité des revenus tirés de l’hébergement collaboratif

Pour obtenir un numéro d’enregistrement, un locataire qui souhaiterait exploiter son logement devrait fournir l’autorisation du propriétaire à cet effet. De son côté, un propriétaire dont la résidence principale est située dans un immeuble détenu en copropriété divise aurait à soumettre l’autorisation du syndicat des copropriétaires.

Selon la ministre du Tourisme, « l’hébergement collaboratif étant un phénomène qui est là pour rester, il était « impératif » pour le gouvernement d’adapter « rapidement et efficacement » le Règlement à cette nouvelle réalité ». « C’est ce que nous faisons aujourd’hui en proposant la mise en place d’un mécanisme simple, clair, applicable et, surtout, équitable pour tous. Avec les changements proposés, qui constituent une première en la matière au Canada, votre gouvernement est fier d’agir avec courage et détermination pour mieux encadrer ce type d’hébergement », a déclaré Mme Proulx.

Le Québec deviendrait ainsi la toute première province canadienne à aller de l’avant avec un tel encadrement du milieu de l’Hébergement collaboratif sur l’ensemble de son territoire.

Faut-il le souligner, le projet de modernisation réglementaire vise à préserver la vocation résidentielle des unités d’habitation, tout en assurant la complémentarité de l’hébergement collaboratif et de l’offre traditionnelle, dont font notamment partie les hôtels, les gîtes et les résidences de tourisme.

À lire : Économie collaborative : Québec s’adapte aux réalités de l’hébergement touristique

Le projet de modification du Règlement sera prépublié le 12 juin dans la Gazette officielle du Québec pour une période de 45 jours et devrait entrer en vigueur au début de l’automne 2019, une fois le processus d’adoption complété.

Lire la suite

Style de vie

Parc et école secondaire Henri-Bourassa : Montréal dévoile les futurs pôle aquatique et pavillon

Avatar

Publié

le

L’arrondissement de Montréal-Nord, la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI) et la Ville de Montréal ont dévoilé aujourd’hui les perspectives et les rendus de deux équipements exceptionnels qui seront construits à partir de cet été dans le parc et à l’école secondaire Henri-Bourassa : un nouveau pavillon multifonctionnel et un pôle aquatique.

« Il était grand temps que les citoyens de l’arrondissement et les nombreux usagers du parc puissent profiter d’installations modernes et accueillantes. Ce nouveau pavillon favorisera le sentiment d’appartenance à leur quartier et la fierté des riverains », a commenté la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, en rappelant que ce parc est situé dans un secteur, le Corridor vert, qui comprend cinq écoles et qui est fréquenté quotidiennement par plus de 6 000 personnes.

Après l’aménagement en 2018 de la place de l’Espoir, la construction de ces deux équipements [pôle aquatique et pavillon], qui se terminera en 2020, constitue la phase II du réaménagement du parc Henri-Bourassa. Le reste du parc sera réaménagé à partir de 2021.

Un nouveau pavillon ouvert sur la nature

Le futur pavillon du parc Henri-Bourassa : un bel espace public pour tous (Groupe CNW/Arrondissement de Montréal-Nord (Ville de Montréal))

Dans le cadre du programme de mise à niveau et d’amélioration de ses installations sportives et récréatives, le conseil d’arrondissement de Montréal-Nord a adjugé, le 6 mai dernier, un contrat de 6,5 M$ à Construction Genfor pour la construction d’un pavillon dans le parc Henri-Bourassa, le long de la rue Pascal.

À lire : Le Parc Safari dévoile un parc aquatique deux fois plus grand au Québec

Plus qu’un simple chalet de parc, ce pavillon de 1 000 m2 sera le site d’activités de socialisation, culturelles et de loisirs, à l’intention principalement des jeunes, mais aussi d’autres groupes comme les aînés. Son design moderne mise sur la transparence et l’ouverture sur le parc.

Les travaux de construction de ce nouveau pavillon, dont les plans ont été réalisés par la firme d’architectes Cimaise, débuteront le mercredi 29 mai.

Installations aquatiques intérieures et extérieures du parc

On retrouvera un pôle aquatique complet à l’école secondaire Henri-Bourassa. (Groupe CNW/Arrondissement de Montréal-Nord (Ville de Montréal))

Dans le cadre du projet de réaménagement du parc Henri-Bourassa, la CSPI et l’arrondissement de Montréal-Nord ont convenu d’aménager des installations aquatiques extérieures, dont une pataugeoire destinée aux enfants en bas âge ainsi que des jeux d’eau, à l’extrémité sud-ouest du parc, sur le terrain attenant à la piscine intérieure de l’école.

Les infrastructures existantes de la piscine de l’école secondaire Henri-Bourassa, combinées au projet de rénovation, en font un site de choix pour l’installation de ces nouveaux équipements. Ce projet de rénovation de la piscine comprendra notamment :

  • la rénovation du bassin et de la plage afin d’assurer une pérennité des installations;
  • le réaménagement des vestiaires afin de permettre un usage universel et polyvalent de la piscine, autant pour les élèves et les enseignants que pour les baigneurs et les familles du quartier;
  • l’ouverture du site sur le parc Henri-Bourassa.

Les nouvelles installations seront disponibles aux citoyens de l’arrondissement autant qu’aux élèves de l’école.

À lire aussi : Une île des caraïbes transformée en parc d’attraction aquatique

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant