Suivez-nous

HighTech

Cette Intelligence Artificielle concocte des cocktails bien frappés

Avatar

Publié

le

À l’instar des machines à café automatisées, les robots barman promettent de servir des cocktails aux saveurs bien dosées, comme si ils étaient soigneusement préparés par un mixologiste.

Certains attendront la démocratisation de l’appareil dispendieux. D’autres trouveront absurde que les boissons de la machine puissent égaler en inventivité les créations de leur barman préféré.

Ceci étant dit, le marché des robots barman passe au cocktail 2.0. Eh oui, cet article vous parle de la deuxième génération des machines à cocktail, lancée par l’entreprise Barsys.

En plus de bien doser et d’économiser les alcools et les boissons utilisés, la technologie dispose d’un système de détection de verre qui permet d’évaluer la contenance.

Une application qui propose une centaine de cocktails

Dans quelques jours, Barsys lance son mélangeur à cocktail robotisé 2.0. Comme la première machine, la nouvelle version propose des cocktails automatisés frais et des recettes de boissons personnalisables.

Désormais, il est possible de contrôler l’appareil grâce au Bluetooth. L’application, qui connecte le robot à un appareil mobile, propose une centaine de cocktails en fonction des liqueurs et des boissons disponibles. De plus, Barsys 2.0 utilisera l’intelligence artificielle pour obtenir les meilleures saveurs.

Cette technologie coutera la modique somme de1500 $ US, sachant que les concurrents de l’entreprise comme Drinkworks, propose le robot barman à 299 $. Or Barsys espère que sa machine intéressera notamment les bars et les restaurants.

L’entreprise table sur le fait que la technologie permet de réduire les pertes des ingrédients grâce à des coulées très précises. Son argument commercial vise en outre à rassurer les mixologistes. Car, le robot leur donnera plus de temps pour interagir avec les clients.

Lire aussi : Montréal : Cinq endroits où chiller et travailler cet été

HighTech

Huawei dévoile son propre système d’exploitation pour téléphones intelligents

Avatar

Publié

le

Décidément Huawei a bien pelleté par en avant pour faire bande à part. Le géant chinois a désormais son propre système d’exploitation pour smartphones nommé Harmony OS.

Huawei a dévoilé son nouveau système d’exploitation Harmony OS, lors de la conférence des développeurs 2019 tenue cet après-midi à Dongguan dans la province du Guangdong.

Harmony, appelé Hongmeng en chinois, est un coup de maître pour assurer l’autonomie technologique du groupe télécoms chinois. En effet, cette nouvelle tombe quelques mois après les sanctions commerciales imposées par les États-Unis à Huawei qui restreignent son accès aux produits numériques essentiels comme Android.

De plus, les applications Linux ou Android sont compatibles avec HarmonyOS. Huawei a invité de fait les développeurs à les publier sur son nouveau système d’exploitation multi-appareils.

Concernant les appareils Huawei actuellement sur le marché, l’entreprise continuera à utiliser Android, la technologie commercialisée par Alphabet, une filiale de Google. Par ailleurs elle a annoncé qu’elle dévoilera ce samedi le smartphone Honor son premier appareil fonctionnant avec Harmony OS.

Les tabloïds technologiques ont très vite réagi à cet événement. Plusieurs ont déjà donné leurs avis sur la nouvelle technologie, en voici des extraits à travers des tweets publiés aujourd’hui.

Lire aussi : Des pirates russes ont utilisé des appareils connectés pour infiltrer des entreprises à l’échelle mondiale

Lire la suite

HighTech

Des pirates russes ont utilisé des appareils connectés pour infiltrer des entreprises à l’échelle mondiale

Avatar

Publié

le

Microsoft a annoncé qu’un groupe de pirates russes, parrainé par l’État, profite des mesures de sécurité insuffisantes de certains appareils connectés pour infiltrer les réseaux d’entreprises.

La société a révélé que des chercheurs du Threat Intelligence Center de Microsoft ont découvert des tentatives de piratage d’entreprises utilisant des périphériques (Internet des objet) IoT populaires, à savoir des téléphones VOIP, des imprimantes de bureau et des décodeurs vidéo.

Dans certains cas, les hackers n’ont même pas eu à déchiffrer leurs mots de passe: les appareils utilisaient ceux par défaut de leurs fabricants.

Microsoft a attribué ces attaques au groupe Strontium, également appelé Fancy Bear, et APT28. Fancy Bear est connu pour être un groupe de hackers informatiques russes parrainés par l’état et impliqués dans le piratage de la DNC de 2016, les diverses tentatives d’infiltration contre des responsables américains, ainsi que les opérations de perturbation des élections européennes plus tôt cette année.

Les objectifs des hackers demeurent inconnus

Microsoft a toutefois été en mesure d’identifier les attaques à leurs débuts, de sorte que les objectifs du groupe demeurent inconnus. Ce qui est par ailleurs certain c’est que les dispositifs IoT sont devenus des points d’entrée, leur permettant d’utiliser des ponts pour accéder aux réseaux.

Microsoft a déclaré aussi avoir déjà envoyé 1 400 notifications aux personnes ciblées par Strontium. La plupart d’entre eux étaient des attaques visant les secteurs gouvernemental, informatique, militaire, de la défense, de la médecine, de l’éducation et de l’ingénierie. Un sur cinq, cependant, ciblait des organisations non gouvernementales, des think tanks et des groupes politiquement affiliés du monde entier.

Le géant de la technologie encourage désormais les entreprises à protéger leurs réseaux en sécurisant leurs appareils IoT. Il convient également de noter que Microsoft soutient l’objectif de l’Alliance FIDO d’établir un standard de sécurité sans mot de passe pour le secteur de l’Internet des objets.

Source : Engadget

Lire aussi : Arnaques : l’Agence des services frontaliers du Canada met le public en garde contre des faussaires

Lire la suite

HighTech

Facebook affichera sa marque sur ses applications

Avatar

Publié

le

Les médias ont affirmé aujourdhui que Facebook envisage d’apposer sa marque sur Instagram et WhatsApp. Et cepour informer les utilisateurs que les applications appartiennent à la plateforme.

En affichant son nom sur les applications Instagram et WhatsApp, Facebook veut être plus clair sur ses produits et ses services, a déclaré son porte-parole.

Ces identifications sont-elles des mesures prises afin de répondre aux allégations internationales sur le manque de transparence du réseau?

D’ailleurs Facebook n’est pas le seul géant dans la ligne de mire des cercles de pouvoir américains et européens. En effet, la sénatrice Elizabeth Warren, candidate à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020, avait appelé en mars dernier au démantèlement des géants des technologies numériques comme Google ou encore Amazon et dont le modèle économique repose sur l’exploitation des données personnelles des utilisateurs.

Facebook a racheté Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014. Les nouvelles indications du réseau de Zuckerberg sont désormais apposées après le départ des fondateurs d’Instagram l’automne dernier, et celui de Brian Acton et Jan Koum, les fondateurs de WhatsApp. Les produits qu’ils ont construits seront plus clairement liés à Facebook, pour le meilleur ou pour le pire.

Lire aussi : Google mettra aux enchères la place de moteur de recherche par défaut

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant