Suivez-nous

Éducation

Cette université montréalaise a honoré sa 50 000e ingénieure

Avatar

Publié

le

Polytechnique Montréal a remis un 50 000e diplôme et un doctorat honoris causa à Rubén Caballero et à Hélène Desmarais.

En 2018-19, Polytechnique aura délivré 1 604 diplômes dont 938 baccalauréats en ingénierie, 17 baccalauréats ès sciences, 35 diplômes d’études supérieures spécialisées, 291 maîtrises en sciences appliquées et 215 maîtrises en ingénierie, et conféré le titre de Ph. D. à 108 finissants.

Ceci porte à 50 762 le nombre de diplômés de l’université depuis sa création en 1873. Un chiffre rond, et pas des moindres, a été franchi, une occasion que Polytechnique a saisi pour honorer des membres remarquables de sa communauté.

La finissante au baccalauréat en génie informatique, Eva Terriault, est l’étudiante que le hasard a favorisée pour la remise du 50 000e diplôme par la première école d’ingénierie francophone d’Amérique.

De gauche à droite : Pierre Langlois, directeur de département et professeur titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal; Eva Terriault ; Yves Boudreault, directeur des études de l’ingénieur à la Direction de la formation et de la recherche et professeur agrégé au Département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal (Photo : Service de photographie Patrick)

L’ingénieure a reçu sa distinction lors des cérémonies de collation des grades.

50 000 est plus qu’un chiffre pour l’université. En effet, avec plus de 50 000 diplômés, Polytechnique a formé 22 % des membres de l’Ordre des ingénieurs du Québec.

D’autres récompenses

En franchissant ce cap digne de mention pour Polytechnique, la jeune diplômée ajoute son nom à la liste de femmes ingénieures, dont la doyenne a été Gabrielle Bodis, laquelle a reçu le titre d’ingénieure il y a 60 ans.

Ambitieuse et déterminée, Eva Terriault caresse le rêve de devenir astronaute. Au cours de ses études, elle a dirigé le comité Élikos, formé d’étudiants concepteurs de drones autonomes, qui a décroché la première place à l’International Aerial Robotics Competition. 

De gauche à droite : Alexandre Chabot, secrétaire général de l’Université de Montréal; Michèle Thibodeau-DeGuire, principale et présidente du conseil d’administration de Polytechnique Montréal; Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal; Hélène Desmarais, récipiendaire d’un doctorat honoris causa; Louis Roquet, chancelier de l’Université de Montréal; Philippe A. Tanguy, directeur général de Polytechnique Montréal. (Photo : Service de photographie Patrick)

Au cours des mêmes cérémonies et sur recommandation de Polytechnique Montréal, l’Université de Montréal a décerné un doctorat honoris causa à Rubén Caballero, ingénieur québécois et membre fondateur de l’équipe du iPhone, et à Hélène Desmarais, femme d’affaires à la carrière prolifique. 

Lire aussi : Sommet de Montréal sur l’innovation où comment faire avancer la science au bénéfice de la société

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éducation

Projet de loi n° 37 : vers une augmentation des coûts et une diminution de l’efficacité des universités québécoises ?

Avatar

Publié

le

C’est avec “consternation” que les chefs d’établissement universitaire québécois disent avoir pris connaissance du contenu du projet de loi n° 37 – Loi visant principalement à instituer le Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec – qui a pour objectif de centraliser les achats de biens et de services des ministères, des organismes publics de l’administration gouvernementale ainsi que des établissements du réseau de la santé, des services sociaux et des réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur.

Sans égards aux arguments et aux préoccupations émis par les établissements universitaires au cours des dernières semaines à ce sujet, “le gouvernement propose, par ce projet de loi, une structure décisionnelle obligatoire et centralisée qui ne répondra pas à leurs besoins, voire qui nuira à leur capacité à répondre en temps opportun à ces derniers”, dénonce le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI). 

En effet, la diversité et les particularités des services, des équipements et des technologies requis par chacun des établissements universitaires, notamment pour leurs activités de recherche, ne pourront être prises en compte de manière efficiente, dans le cadre du Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec.

Bien que les objectifs d’efficacité visés par ce projet de loi soient louables, les chefs d’établissement souhaitent rappeler que les établissements universitaires ont déjà mis sur pied, il y a plus de 40 ans, avec succès, des structures de concertation et de partage d’achats regroupés. De cette manière, la réalisation d’économies d’échelle, jumelée au développement de l’expertise nécessaire en matière d’acquisitions et de gouvernance, existe déjà au niveau universitaire.

Le projet de loi n° 37 va à l’encontre des promesses de Québec!

« Mes collègues et moi sommes d’autant plus étonnés que cette proposition du gouvernement va à l’encontre de ses promesses d’allègement des exigences de reddition de comptes, d’amélioration de l’agilité des processus décisionnels et organisationnels et de décentralisation structurelle dans le réseau de l’éducation. Ce projet de loi aura aussi un impact néfaste direct sur l’approvisionnement local et le tissu socio-économique de toutes les régions où sont déployés les établissements universitaires », a déclaré Pierre Cossette, président du Conseil d’administration du BCI.

Les universités québécoises sont toujours prêtes à créer de nouveaux partenariats dans la mesure où ceux‑ci génèrent une efficacité accrue avec des économies réelles et qu’ils ne sont pas imposés d’emblée, mais plutôt basés sur la collaboration dans la perspective du bien commun. Un “tel projet de loi est incompatible avec cette perspective”, a conclu le Bureau de coopération interuniversitaire.

À lire : Frais de scolarité : Québec solidaire défend les étudiants internationaux des universités francophones

Lire la suite

Éducation

Rentrée 2019 : 6 signes que quelque chose cloche avec le sac à dos de votre enfant

Avatar

Publié

le

Vous avez déjà vu un enfant « tortue »?  Remarquez les petits écoliers qui prennent le chemin de l’école avec leur sac à dos immense qui bat la cadence sur leurs cuisses ! Certains sentent même le besoin de se pencher vers l’avant afin de compenser le poids de leur sac. C’est la rentrée 2019!

Un sac à dos dont la taille est inappropriée, qui est trop chargé, qui est mal ajusté peut affecter la santé neuro-vertébrale de vos enfants. « Un sac à dos porté sur une seule épaule peut entraîner une déviation de la posture. Si le sac est trop pesant, le corps aura tendance à pencher vers l’avant pour compenser, entraînant des tensions aux épaules et au cou », fait remarquer Dre Marie-Hélène Boivin, chiropraticienne et présidente de l’Association des chiropraticiens du Québec.

Parents, c’est la rentrée 2019, soyez alertes!

L’Association des chiropraticiens du Québec souhaite informer les parents des signes qui les avertiront que quelque chose cloche avec le sac à dos :

  1. L’enfant doit se pencher vers l’avant pour balancer le poids du sac à dos
  2. L’enfant lève une épaule afin d’éviter que la bretelle ne glisse
  3. Le sac à dos de l’enfant lui bat sur le postérieur quand il marche
  4. L’enfant doit placer une main sous son sac à dos de manière à soulager la pression sur ses épaules
  5. La peau de l’enfant porte les marques des bretelles quand il les enlève
  6. L’enfant se plaint de douleurs au dos, au cou ou aux épaules

Comment choisir et bien ajuster le sac à dos ?

Il faut ce qu’il faut, écoute ton chiro ! L’Association des chiropraticiens du Québec est fière de lancer, juste à temps pour débuter l’année scolaire avec de bonnes habitudes santé, une série de capsules Web donnant des conseils posturaux utiles et faciles à appliquer dans la vie quotidienne pour favoriser le bon développement de l’enfant d’âge scolaire.

Visionnez la première capsule Il faut ce qu’il faut, écoute ton chiro… pour choisir le bon sac à dos ! en cliquant ici

Pour rappel, l’Association des chiropraticiens du Québec est un organisme sans but lucratif existant depuis 1967. Dans le cadre de sa mission, l’Association des chiropraticiens du Québec oeuvre à mettre sur pied des projets éducatifs et informatifs visant l’amélioration de la santé publique par des approches scientifiques, efficaces et naturelles.

Source : Association des chiropraticiens du Québec

À lire : Québec exige deux récréations d’au moins 20 minutes par jour au primaire dès la rentrée 2019

Lire la suite

Éducation

Formation générale au Cégep : « évitons le nivellement par le bas »

Avatar

Publié

le

À la suite des propos tenus en début de semaine par le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, quant à une éventuelle modernisation de la formation générale dans les cégeps, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) tient à rappeler l’importance de défendre une vision large de la réussite éducative qui englobe l’ensemble du développement de la personne et qui ne se réduit pas à une approche comptable axée strictement sur le taux de diplomation.

Certains propos tenus dans les médias cette semaine laissent entendre qu’il faut « moderniser » et rendre plus « attrayante » la formation générale pour augmenter le taux de diplomation, en particulier les cours de français et de philosophie. 

« Il s’agit d’une équation simpliste sans fondement qui ressemble à s’y méprendre à du nivellement par le bas : les établissements collégiaux appartiennent à l’enseignement supérieur qui suppose une complexité des savoirs, qu’on se destine au milieu du travail ou aux études universitaires. », affirme Caroline Quesnel, présidente de la FNEEQ-CSN.

Une formation incontournable pour mener à la réussite éducative!

La formation générale fournit précisément un socle commun de connaissances et d’aptitudes qui préparent à la citoyenneté : il s’agit d’un apport considérable au développement de la personne qui enrichit considérablement l’ensemble de la société québécoise. 

« La formation générale est incontournable pour mener à la réussite éducative puisqu’elle forme des citoyennes et des citoyens outillés de façon assez large et durable pour comprendre la société dans laquelle ils vivent et être en mesure d’y contribuer et de s’adapter aux changements », explique Yves de Repentigny, vice-président responsable du regroupement cégep de la FNEEQ-CSN.

Les enseignantes et les enseignants des cégeps, experts disciplinaires et pédagogiques, sont au cœur des processus de révision, d’implantation et d’évaluation des programmes et la responsabilité de la qualité de l’enseignement leur incombe. 

« Les enseignantes et les enseignants ne sont pas déconnectés de la société et la question de la mise à jour de la formation fait partie de leur quotidien. Leur expertise ainsi que l’autonomie professionnelle dont ils jouissent leur offrent la latitude nécessaire pour rendre les cours plus  » attrayants  » à l’intérieur des balises ministérielles. Présenter les cours comme des entités figées, donc désuètes, c’est méconnaître le dynamisme de la vie pédagogique enseignante. », conclut Yves de Repentigny.

Source : FNEEQ-CSN

À lire : La Fédération des cégeps célèbre ses 50 ans

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant