Suivez-nous

Actualités

Changements climatiques : un système pollueur-payeur partout au canada en 2019

Avatar

Publié

le

#AgirPourLeClimat. Le Canada vient de franchir un pas dans la lutte contre les changements climatiques. Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé mardi 23 octobre à Etobicoke, en Ontario, l’instauration d’un système fédéral du pollueur-payeur partout au pays à partir de 2019.

Désormais, la pollution aura un prix partout au Canada. La tarification de la pollution qui entrera en vigueur en 2019 devrait inciter les gens à faire des choix plus écologiques et les entreprises à trouver des solutions plus vertes. “Dès le printemps prochain, il ne sera plus gratuit de polluer au Canada. Nous mettons un prix sur la pollution dans les provinces qui n’ont pas de plan de lutte contre les changements climatiques”, a déclaré le premier ministre Trudeau sur son compte Twitter.

« Nous investissons dans des entreprises canadiennes qui sont à l’avant-garde des technologies propres et nous collaborons avec les provinces, les territoires et les municipalités pour offrir plus d’options aux Canadiens en matière d’énergie propre. Protéger l’environnement est la responsabilité de chacun. C’est pourquoi nous agissons pour promouvoir l’énergie propre et la croissance économique au Canada »,

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Après avoir travaillé avec les provinces et les territoires pendant deux ans, leur laissant la latitude nécessaire pour mettre en place leur propre plan en matière de climat [qui imposerait un prix sur la pollution causée par le carbone], seuls l’Alberta, la Colombie-Britannique, Terre-Neuve-et-Labrador, les Territoires du Nord-Ouest, la Nouvelle-Écosse, le Nunavut, l’Île-du-Prince-Édouard, le Québec et le Yukon ont répondu positivement à l’appel.

« La pollution causée par le carbone ne connaît pas de frontières »

Saluant le leadership de ces provinces et territoires, que ce soit en créant leur propre système ou en adoptant le système fédéral de tarification de la pollution causée par le carbone, le gouvernement fédéral a estimé que les quatre autres provinces que sont l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, le Manitoba et la Saskatchewan “n’ont pas reconnu que la pollution a un prix”. Ils vont devoir emboîter le pas aux bons élèves notamment la Colombie-Britannique, l’Alberta et le Québec qui ont implanté leur propre système de réduction des gaz à effet de serre (GES). Ces provinces seraient parmi celles qui ont connu la plus forte croissance de leur PIB au Canada en 2017.

« Partout au Canada, notre gouvernement met un prix sur ce que nous ne voulons pas, la pollution. Cela nous permet d’obtenir ce que nous voulons : de plus faibles émissions, de l’air plus sain, des opportunités pour les entreprises offrant des solutions écologiques et plus d’argent dans les poches des Canadiens », – Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Au dire du fédéral, “les Canadiens savent que la pollution a un prix. Ils savent également que la pollution causée par le carbone ne connaît pas de frontières. Que nous soyons jeunes ou âgés, riches ou pauvres, citadins ou ruraux, résidents du Nord ou du Sud, cette réalité nous concerne tous. Si nous mettons en œuvre des solutions pratiques dès aujourd’hui, tous les Canadiens bénéficieront de nouvelles opportunités économiques et d’un avenir plus sûr et plus prospère”, peut-on lire dans un communiqué de presse émanant du Cabinet du premier ministre du Canada.

Une tarification de la pollution pour aider les ménages

Pour M. Trudeau, le système fédéral de tarification de la pollution causée par le carbone est la prochaine étape dans le plan du gouvernement canadien visant à protéger l’environnement et à faire croître l’économie. Puisqu’il souligne que toutes les recettes qui en seront tirées seront directement remises à la population de ces provinces. “Les ménages recevront quant à eux l’Incitatif à agir pour le climat, ce qui fournira à la plupart des familles une somme plus grande que ce qu’elles paient dans le cadre du nouveau système.

Selon la Banque mondiale, 70 administrations dans le monde, qui représentent environ la moitié de l’économie mondiale, mettent un prix sur la pollution par le carbone.

Afin de compenser les coûts élevés de la vie et de l’énergie, Ottawa promet une exemption complète de la tarification de la pollution par le carbone sera accordée à la production d’électricité au diesel dans les communautés éloignées et au carburant d’aviation dans les territoires. De plus, une exemption complète de la redevance sur les combustibles serait accordée aux agriculteurs et aux pêcheurs pour leurs activités d’agriculture et de pêche admissibles.

À lire aussi : Le climat : le dernier des soucis de François Legault ?

À lire aussi : L’Antarctique, une nouvelle étude climatique inquiétante

Lire la suite
Publicité
3 Commentaires

3 Comments

  1. Pingback: Changements climatiques en Arctique : Création d’une nouvelle région canadienne - Avant Premiere Mtl

  2. Pingback: Chauffage : Comment réduire sa consommation et optimiser son confort ? - Avant Premiere Mtl

  3. Pingback: Un Canada propre : 10 mesures audacieuses pour lutter contre les changements climatiques - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Le budget canadien 2019-2020 expliqué en tweets par l’argentier du gouvernement Trudeau

Avatar

Publié

le

Le gouvernement libéral dirigé par le premier ministre Justin Trudeau a enfin levé le voile sur le budget fédéral 2019-2020. Il a été déposé mardi 19 mars à la chambres des communes à Ottawa par le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, qui reprend « les parties intéressantes » sur son compte Twitter.

C’est le quatrième et le dernier budget du gouvernement Trudeau avant les élections canadiennes d’octobre 2019. Là, les libéraux ont décidé d’«investir dans la classe moyenne », en misant un peu plus sur : les jeunes, les personnes âgées, le logement, la propriété, la santé, la formation, les médias, Internet à haute vitesse, l’économie verte etc.

Même si le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) estime que « le dernier budget libéral déçoit alors que les Canadiens ont grandement besoin d’aide », dans le dossier de l’assurance-médicaments. Or, tout semble « bien beau » avec les tweets de l’argentier Bill Morneau.

À lire aussi : Élections canadiennes 2019 : Facebook prépare des outils sur l’authenticité et la transparence…

Lire la suite

Actualités

20 mars : la Francophonie en chiffres depuis l’élection de Louise Mushikiwabo à la tête de l’OIF en 2018

Avatar

Publié

le

Capture OIF

La Journée internationale de la Francophonie est célébrée tous les 20 mars, dans le monde notamment dans les États et gouvernements qui regroupent l’organisation internationale de la Francophonie (OIF). Cette année, le thème retenu pour les festivités s’intitule : « En français… s’il vous plaît »!

Depuis le choix de Louise Mushikiwabo en qualité de Secrétaire générale de la Francophonie, en remplacement de Michaëlle Jean, par les Chefs d’État et de gouvernement réunis au XVIIe Sommet de la Francophonie, en 2018, à Erevan, l’OIF compte désormais 88 États et gouvernements dont 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs.

Combien de francophones dans le monde ?

Les Émirats arabes unis, le Kosovo et la Serbie sont devenus Membres associés. Quand la Gambie, l’Irlande, l’État de Louisiane (États-Unis) et Malte font leur entrée en tant que « simple » observateurs.

À lire aussi : Québec finance TV5 Monde pour la promotion de la culture québécoise

Selon l’OIF, le français est la 5e langue mondiale par le nombre de ses locuteurs, après le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Et l’une des seules langues avec l’anglais, à être présente sur les 5 continents. « En 2018, sur 106 pays et territoires, 300 millions de personnes sont capables de s’exprimer en français », extrait de La langue française dans le monde 2018 (LFDM), selon les statistiques par pays.

300 millions de personnes s’expriment en français…

Dans cette « galaxie francophone », 235 millions de personnes vivent sur la planète « naître et vivre aussi en français », c’est-à-dire qu’ils font un usage quotidien de la langue française, même si les contextes sont variés. Cette langue, acquise dès l’enfance, arrive plus ou moins tôt et sert plus ou moins souvent. Elle est tour à tour et tout à la fois :

  • langue du foyer et de l’école, transmise par les parents et/ou apprise à l’école, là où elle est langue de scolarisation ;
  • langue officielle (seule ou aux côtés d’autres langues) qui sert pour les démarches administratives, les relations professionnelles, les contacts avec les institutions…
  • langue sociale, quand elle permet de communiquer entre concitoyens de langues maternelles différentes ;
  • langue de communication et de culture, très utilisée dans les médias, les activités culturelles, la littérature

Cette « planète », au cœur de la galaxie francophone, rassemble des peuples issus de tous les continents et de toutes les cultures, mais sa composante principale et croissante se situe dans toute l’Afrique avec près de 60 % de locuteurs quotidiens de français en 2018.

Retrouvez toutes les activités francophones dans le cadre du 20 mars sur le site : www.20mars.francophonie.org

Source : Organisation internationale de la Francophonie

À lire aussi : Mars, BAnQ célèbre le Mois de la Francophonie à travers l’intégration…

Lire la suite

Actualités

Déclaration de revenus : l’ARC répond à cinq principales questions que les Canadiens se posent

Avatar

Publié

le

Chaque année, pendant la période de production de déclaration de revenus, des Canadiens appellent l’Agence du revenu du Canada (ARC) pour lui poser diverses questions. Vous trouverez ci-dessous les réponses aux questions les plus souvent posées pendant cette période.

L’ARC vous renvoie, dans la plupart des réponses, aux services en ligne de l’Agence, comme Mon dossier, ou à ses applications mobiles MonARC ou MesPrestations ARC.

1-Comment puis-je mettre à jour mon adresse?

Vous pouvez le faire au moyen de Mon dossier, de MonARC ou de MesPrestations ARC, ou par téléphone au 1-800-959-7383. Vous pouvez aussi remplir le formulaire RC325, Demande de changement d’adresse, ou préparer une lettre dans laquelle vous incluerez votre numéro d’assurance sociale, votre nouvelle adresse, la date de votre déménagement et votre signature. Envoyez ensuite le formulaire ou la lettre par la poste ou par télécopieur à votre centre fiscal.

2-Comment puis-je mettre à jour mon état civil?

Vous pouvez le faire au moyen de Mon dossier, de MonARC ou de MonPrestations ARC, ou par téléphone au 1-800-387-1194. Vous pouvez aussi remplir le formulaire RC65, Changement d’état civil, et l’envoyer à votre centre fiscal. 

3-Quel est mon solde dû? Quand aurai-je mon remboursement?

Dans les deux cas, il vous suffit de consulter Mon dossier ou MonARC. Notez que MonARC vous donnera aussi d’autres précisions sur votre remboursement, comme la méthode de paiement (par dépôt direct ou par chèque), la date d’envoi et le montant remboursé. Pour en savoir plus sur votre remboursement, vous pouvez aussi communiquer avec le Système électronique de renseignements par téléphone, au 18002676999, de la mi-février à décembre 2019. 

4-Comment puis-je obtenir une copie de mon avis de cotisation ou de nouvelle cotisation?

La façon la plus rapide et la plus facile est d’aller dans Mon dossier. Vous pourrez voir et imprimer des renseignements figurant sur l’avis de cotisation ou de nouvelle cotisation concernant la plus récente déclaration de revenus et de prestations que vous avez produite ou celles des 9 années d’avant.

À lire aussi : Déclaration, réclamez un crédit d’impôt pour une gamme de frais médicaux

Vous pouvez recevoir votre courrier fiscal par voie électronique. Pour vous inscrire à ce service, allez dans Mon dossier, MonARC ou MesPrestations ARC et sélectionnez l’option permettant de gérer votre courrier en ligne. Vous pouvez aussi vous inscrire en indiquant votre adresse courriel dans votre déclaration. Une fois inscrit, vous recevrez un courriel lorsque votre avis de cotisation ou de nouvelle cotisation ou tout autre document provenant de l’Agence est consultable en ligne. Allez à Courrier en ligne pour en savoir plus. 

5-Que dois-je faire pour m’inscrire au dépôt direct?

Vous pouvez vous y inscrire au moyen de Mon dossier, de MonARC ou de MesPrestations ARC, ou par l’entremise de votre institution financière (si vous êtes un membre de Desjardins ou un client de TD Canada Trust). Vous pouvez aussi remplir le Formulaire d’inscription au dépôt direct au Canada ou composer le 1-800-959-7383

L’Agence indique que ses services en ligne sont « rapides, faciles à utiliser et sécurisés ». Les Canadiens peuvent s’en servir pour produire leur déclaration de revenus et de prestations, faire un paiement, savoir où en est le traitement de leur déclaration, s’inscrire au courrier en ligne, demander des prestations pour enfants et plus encore.

Source : ARC

À lire aussi : Québec : les citoyens peuvent transmettre leur déclaration de revenus en ligne

Lire la suite

en-avant