Suivez-nous

Culture

Cinq livres pour passer l’hiver

Publié

le

La foire du livre de Montréal débute la semaine prochaine. Elle aura lieu du 14 au 19 novembre à la Place Bonaventure. Nous vous proposons ici une sélection internationale de livres. On vous laissera de fait le plaisir de choisir des auteurs québécois durant le salon qui les honore en cette 41e édition.

Littérature italienne

L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante, Éditions Gallimard

Résumé : À la fin des années 1950, Elena et Lila vivent dans un quartier défavorisé de Naples. Malgré des études brillantes, Lila abandonne l’école pour travailler avec son père dans sa cordonnerie. En revanche, Elena, soutenue par son institutrice, étudie dans les meilleures écoles. Durant cette période, les deux amies suivent des chemins parallèles, qui tantôt se croisent tantôt s’écartent.

Littérature française

Ronce-Rose d’Éric Chevillard, Éditions de Minuit

Résumé : Si Ronce-Rose prend soin de cadenasser son carnet secret, ce n’est évidemment pas pour étaler au dos tout ce qu’il contient. D’après ce que nous croyons savoir, elle y raconte sa vie heureuse avec Mâchefer jusqu’au jour où, suite à des circonstances impliquant un voisin unijambiste, une sorcière, quatre mésanges et un poisson d’or, ce récit devient le journal d’une quête éperdue.

Littérature hongroise

Abigaël de Magda Szabó, Éditions Viviane Hamy

Résumé : Budapest, Seconde Guerre mondiale. Sans donner la moindre explication, le père de Gina, un général, décide subitement d’envoyer sa fille, orpheline de mère, dans la pension d’une ville de province située au nord-est de la Hongrie.

Littérature américaine

La symphonie du hasard de Douglas Kennedy, Éditions Pocket

Résumé : Un manuscrit, sur les drames et secrets d’une famille américaine dans les années 1960-1970, fait replonger Alice Burns, une éditrice new-yorkaise, dans son propre passé et celui de sa famille.

Biographie

Devenir de Michelle Obama, édition Fayard

Résumé : L’ancienne Première dame des Etats-Unis, première Afro-Américaine à occuper cette fonction, retrace son parcours : son enfance dans le South Side de Chicago, sa formation d’avocate, les années à concilier vie professionnelle et de mère de famille puis les deux mandats passés à la Maison-Blanche. Elle décrit ses victoires et ses défaites ainsi que son engagement en faveur des droits des femmes.

Lire aussi : Toni Braxton donne son premier concert à Montréal

Lire aussi : Montréal, le 40è Salon du Livre se dévoile

 

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un titre de Drake rafle la première place des meilleures chansons en 2018

Publié

le

Rolling Stone, le célèbre magazine de musique et de divertissement, a sorti, ce lundi 17 décembre, sa sélection annuelle des cinquante meilleures chansons. En tête de liste un tube qui a fait le buzz et des accidents aussi ! Kiki, do you love me? Are you riding? Say you’ll never ever leave from beside me …

Le Rolling Stone a souligné la contribution féminine dans la scène musicale de 2018. D’ailleurs on trouve dans les trois places après Drake des tubes de jeunes chanteuses aux différentes influences et univers musicaux.

Les vingt premières places reviennent aux morceaux suivants :

  1. Drake, “In My Feelings”
  2. Lady Gaga and Bradley Cooper, “Shallow”
  3. Cardi B, “I Like It”
  4. Camila Cabello, “Never Be the Same”
  5. Drake, “Nice For What”
  6. Lana Del Rey, “Mariners Apartment Complex”
  7. Courtney Barnett, “Charity”
  8. Paul McCartney, “Come on to Me”
  9. Janelle Monae, “Make Me Feel”
  10. Travis Scott, “Sicko Mode”
  11. Nio García, Casper Mágico, Darell, Bad Bunny, Ozuna and Nicky Jam, “Te Boté (Remix)”
  12. Taylor Swift, “Delicate”
  13. Snail Mail, “Pristine”
  14. Sheck Wes, “Mo Bamba”
  15. Kacey Musgraves, “High Horse”
  16. Ariana Grande, “Thank U, Next”
  17. Eric Church, “Desperate Man”
  18. Shawn Mendes, “Nervous”
  19. J Balvin and Nicky Jam, “X”
  20. The 1975, “Love It If We Made It”

Lire aussi : 2018 : Top 20 des meilleures ventes de livres au Québec

Source : Rolling Stone

Lire la suite

Culture

2018 : Top 20 des meilleures ventes de livres au Québec

Publié

le

Dans le palmarès des livres les plus vendus en 2018 figure le genre bandes dessinées. Les Québécois demeurent aussi des fervents lecteurs de romans étrangers.

Nous avons tendance à croire que les plateformes en ligne ont remplacé les dictionnaires et les livres de conjugaison et de grammaire. Or, selon Gaspard, le système d’informations sur les ventes de livres, les Québécois ont été nombreux à acheter des ouvrages de références.

De plus des romanciers étrangers qui ont battu des records mondiaux figurent parmi les dix best-sellers de l’année 2018.  

Voici le top 20 des ventes de livres au Québec

  1. Bescherelle (t. 1) : L’art de conjuguer, Chantal Contant (Hurtubise)
  2. L’agent Jean! Saison 2 (t. 2) : La nanodimension, Alex A.(Presses Aventure)
  3. Autoportrait de Paris avec chat, Dany Laferrière (Boréal)
  4. La jeune fille et la nuit, Guillaume Musso (Calmann-Lévy)
  5. Le petit Larousse illustré 2019, Collectif (Larousse)
  6. La disparition de Stephanie Mailer, Joël Dicker (Fallois)
  7. L’amie prodigieuse (t. 4) : L’enfant perdue, Elena Ferrante (Gallimard)
  8. Le miracle Spinoza : Une philosophie pour éclairer notre vie, Frédéric Lenoir (Fayard)
  9. La servante écarlate, Margaret Atwood (Robert Laffont)
  10. L’amie prodigieuse (t. 1) : Enfance, adolescence, Elena Ferrante (Gallimard)
  11. L’amie prodigieuse (t. 3) : Celle qui fuit et celle qui reste, Elena Ferrante (Gallimard)
  12. Famille futée (t. 4) : 200 recettes pour survivre aux soirs de semaine, Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman (L’Homme)
  13. L’orangeraie, Larry Tremblay (Alto)
  14. Manikanetish, Naomi Fontaine (Mémoire d’encrier)
  15. Sapiens : Une brève histoire de l’humanité, Yuval Noah Harari (Albin Michel)
  16. La femme qui fuit, Anaïs Barbeau-Lavalette (Marchand de feuilles)
  17. Une fille comme elle, Marc Levy (Robert Laffont)
  18. La tribu qui pue, Elise Gravel (La courte échelle)
  19. Le journal d’Aurélie Laflamme (t. 9) : Voler de ses propres ailes, India Desjardins (L’Homme)
  20. Multidictionnaire de la langue française, Marie-Éva de Villers (Québec Amérique)

Lire aussi : Québec : l’AssNat lance la 17e édition des Prix du livre politique

Lire la suite

Cinéma

Québec Cinéma crée un Talent Lab avec Netflix

Publié

le

Québec Cinéma a annoncé ce jeudi, 13 décembre, un partenariat de trois ans avec Netflix pour la création d’un Talent Lab.

Mentorat d’artistes émergents

Talent Lab est un nouveau programme de mentorat créé pour accompagner les artistes émergents par l’entremise de mentors de renommée internationale. Il a pour but d’interpeller et d’aider la prochaine génération de cinéastes québécois tout au long de leur parcours professionnel. 

Cette collaboration s’inscrit dans le cadre de l’engagement de Netflix à investir 25 millions de dollars supplémentaires dans des organisations à vocation culturelle et des événements visant à soutenir divers nouveaux talents créatifs canadiens incluant les femmes, les francophones et les autochtones.

« Ce partenariat avec Netflix nous permet de continuer d’accompagner les cinéastes de la relève en leur offrant des expériences concrètes ainsi que l’opportunité d’apprendre des meilleurs de 
l’industrie. » Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma.

 Talent Lab dévoilera ses artistes émergents à travers trois éditions. La première se tiendra en février 2020 dans le cadre des Rendez-vous Québec Cinéma.

Le programme de Talent Lab

Les jeunes professionnels les plus prometteurs seront sélectionnés grâce à un appel à candidatures.

Le Talent Lab permettra aux participants d’approfondir leur connaissance de l’industrie, de l’idéation à la mise en marché, en passant par les multiples aspects de la production.

Ils participeront notamment à des séances de mentorat, de conférences, de discussions et de classes de maître offertes par des sommités de l’industrie du cinéma d’ici et d’ailleurs.

« Nous sommes constamment à la recherche des meilleures histoires et c’est pourquoi nous sommes heureux d’investir dans des programmes tels que le Talent Lab pour accompagner les cinéastes de la relève, qui créeront des histoires pour le Canada et pour le reste du monde. » Funa  Maduka, Directrice de la production et des acquisitions, films internationaux, chez Netflix.

Lire aussi : 2019, le festival Cinéma Paradiso sera gourmand !

Lire la suite

en-avant