Suivez-nous

Voyage

Clients des agents de voyages, une protection désormais gratuite pour les Québécois

Avatar

Publié

le

Depuis le 1er janvier, les voyageurs qui font affaire avec un agent de voyages titulaire d’un permis de l’Office de la protection du consommateur bénéficient automatiquement et sans frais de la protection du Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages (FICAV).

La contribution des clients, qui était auparavant de 0,1 % du coût des services touristiques vendus par l’agent de voyages, n’est plus requise compte tenu de la bonne santé financière du Fonds (FICAV).

Les voyageurs ont plus que jamais de bonnes raisons d’acheter leurs services touristiques d’un agent de voyages. En plus d’être gratuite, la protection du FICAV couvre, depuis le 1er août 2018, un éventail plus large de situations qui peuvent donner lieu à une indemnisation.

Des protections améliorées… pour les clients

Rappelons que le Fonds rembourse les services touristiques payés à un agent de voyages et qui n’ont pas pu être obtenus. Il peut également, au besoin, prendre en charge le rapatriement des voyageurs. En plus des situations déjà couvertes, comme la fermeture d’une agence ou la faillite de l’un de ses fournisseurs, d’autres événements sont désormais couverts :

  • un événement qui, de façon prévisible, risque d’empêcher un fournisseur de rendre les services payés à l’agence de voyages, comme une catastrophe naturelle ou une crise politique ou militaire;
  • l’émission, par le gouvernement du Canada, d’un avertissement officiel recommandant d’éviter tout voyage non essentiel dans le lieu de destination, postérieurement à l’achat d’un service touristique;
  • l’exécution non conforme d’un service touristique par l’un des fournisseurs, qui empêche le client de bénéficier d’un autre service (par exemple, le retard d’un vol qui empêcherait un voyageur d’être présent au départ de sa croisière).

Selon les circonstances, le Fonds pourrait aussi rembourser au client de l’agent de voyages :

  • les sommes raisonnables déboursées pour des services touristiques de remplacement (par exemple, si un voyageur constate, une fois arrivé à destination, la fermeture de l’hôtel réservé par l’intermédiaire de son agent de voyages et qu’il doit se loger ailleurs, à un coût supérieur);
  • s’il y a lieu, les frais de repas et d’hébergement payés, jusqu’à un maximum de 200 $ par jour, par personne (par exemple, si, dans le cas d’un vol annulé en raison d’une tempête de neige, un voyageur doit débourser des sommes pour se loger et se nourrir en attendant un autre vol).

L’Office rappelle qu’au Québec, la loi impose aux agents de voyages d’être titulaires d’un permis de l’Office de la protection du consommateur. En choisissant une agence du Québec, les voyageurs d’ici ou d’ailleurs partent l’esprit tranquille, car ils s’assurent de pouvoir bénéficier, en cas de problème, des mécanismes d’indemnisation encadrés par l’Office. Pour plus de renseignements, consultez le site ficav.gouv.qc.ca.

Source : Office de la protection du consommateur

À lire aussi : Protection financière accrue pour des voyageurs québécois

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

YUL et YMX : Aéroports de Montréal lance sa nouvelle plateforme de marques

Avatar

Publié

le

Montréal-Trudeau devient YUL Aéroport international Montréal-Trudeau et Mirabel, YMX Aérocité internationale de Mirabel. Cette nouvelle plateforme de marques, lancé aujourd’hui, mercredi 8 mai, par Aéroports de Montréal (ADM) est une initiative clé dans le processus de développement, de positionnement et de modernisation des deux sites aéroportuaires d’ADM.

À la suite d’un processus rigoureux, incluant des sondages et des rencontres avec de nombreux partenaires, les marques de commerce YUL et YMX (nouveau code IATA) ont été repensées et redéfinies afin de mieux refléter les aspirations de l’organisation et les vocations distinctes de ces deux entités.

Logo : YMX Aérocité internationale de Mirabel (Groupe CNW/Aéroports de Montréal)

Ce changement fait partie intégrante de la transformation de l’organisation qui est en cours depuis quelques années. ADM vise à transformer Montréal-Trudeau en marque-destination forte, au service des voyageurs et à redynamiser le site de Mirabel en destination d’affaires incontournable pour les entreprises internationales du secteur aéronautique.

YUL accueillera bientôt plus de 20 millions de passagers par année

Logo : YUL Aéroport international Montréal-Trudeau (Groupe CNW/Aéroports de Montréal)

« Nos deux marques, YUL et YMX, ont atteint une certaine maturité ; à Mirabel, c’est 5 000 experts de l’aéronautique qui y travaillent et contribuent à l’essor économique de la région. De son côté, YUL accueillera bientôt plus de 20 millions de passagers par année. Cette nouvelle identité arrive donc à point », a laissé entendre Philippe Rainville, président-directeur général d’Aéroports de Montréal.

À lire : Le Montréaler s’installe à l’aéroport Montréal-Trudeau pour faire vivre la ʺmontréalitéʺ aux passagers

Selon M. Rainville, l’industrie aéroportuaire est en pleine transformation. La nouvelle plateforme devrait permettre à ADM de se tailler “une place forte” sur la scène internationale, de se positionner pour l’avenir et de s’affirmer comme vitrine encore plus séduisante de la ville de Montréal. « Notre offre et la qualité de nos services évoluent pour mieux répondre aux nouvelles attentes des passagers et des entreprises clientes », a indiqué le PDG d’ADM.

YUL et YMX : une nouvelle image pour ADM Aéroports de Montréal (Groupe CNW/Aéroports de Montréal)

ADM compte entreprendre ce virage de manière progressive ; l’intégration de la nouvelle image de marque aux installations se fera graduellement dans le temps.  

À lire aussi : Toronto Pearson, meilleur grand aéroport international en Amérique du Nord

Lire la suite

Agenda

WestJet : Plus de vols entre Montréal et London à partir de cet été

Avatar

Publié

le

WestJet entame l’été 2019 avec plus de vols entre London, en Ontario, et Montréal.

Le transporteur a annoncé ce mardi, 26 février, l’ajout de plus de vols pour les voyageurs de London et de Montréal dès cet été.

« Montréal est l’une de nos destinations les plus importantes, et avec l’ajout de ce vol sans escale, nos passagers ont plus d’options. Cela nous permet d’offrir une expérience de voyage souple et en tout confort à davantage de voyageurs », a déclaré Brian Znotins, vice-président, Planification du réseau et Alliances de WestJet.

L’entreprise offrira un nouveau service quotidien à partir du 24 juin, et ce, jusqu’au 15 octobre avec WestJet Encore. Les horaires des vols sont : Départ London 10 h 20, et Arrivée Montréal 11 h 45. Départ Montréal à 12 h 15 et arrivée London à 13 h 49.

Pour plus d’information ICI

Lire aussi : « L’appel à lâcher prise », la nouvelle vitrine du tourisme québécois

Lire la suite

Voyage

Canada : 2018, une année touristique record

Avatar

Publié

le

21,13 millions de voyageurs ont visité le Canada en 2018. Selon Destination Canada, avec ce chiffre, le tourisme a dépassé pour la première fois la barre des 21 millions. Ce record est marqué par d’autres résultats jamais atteints auparavant, les voici.

« Destination Canada a fait converger ses partenaires de l’industrie de l’ensemble du pays pour promouvoir le Canada à l’échelle internationale », explique Ben Cowan-Dewar, président du conseil d’administration de Destination Canada. À l’heure des comptes, on a vu que les efforts ont porté fruits.

La clientèle étrangère a bondi

Les acteurs du secteur ont réussi à attirer plus de clientèles étrangères en provenance des quatre coins du monde.

Les touristes qui arrivent d’autres pays outre les États-Unis sont importants parce qu’ils séjournent plus longtemps et de facto dépensent plus au pays. Le taux de cette catégorie a atteint 6,7 millions en 2018, soit 32 % du nombre total d’arrivées.

Les touristes qui sont arrivés des pays suivants ont été les plus nombreux et leurs nombres ont atteints des taux historiques :

  • La Chine – 737 379 arrivées, soit 6 % de plus qu’en 2017;
  • La France – 604 166 arrivées, soit 5 % de plus qu’en 2017;
  • Le Mexique – 404 402 arrivées, soit 5 % de plus qu’en 2017;
  • L’Inde – 287 416 arrivées, soit 15 % de plus qu’en 2017.
L’infographie 2018 : Une année record! Crédit photo Destination Canada

Retombées économiques

En plus du travail promotionnel, Destination Canada attribut ce succès « aux changements relatifs aux visas pour les marchés étrangers prioritaires, à l’introduction de nouvelles liaisons aériennes et à l’intensification de liaisons existantes vers les aéroports canadiens », peut-on lire dans son communiqué.

L’organisme national de marketing touristique a aussi révélé l’importance des retombées économiques de l’année touristique 2018. En effet, la contribution du secteur à l’économie est estimée à 102,5 milliards de dollar.

« Les résultats dévoilés aujourd’hui témoignent une fois de plus de l’importance du tourisme au sein de l’économie canadienne », a affirmé Mélanie Joly la ministre du Tourisme.

Lire aussi : Air Transat, meilleur transporteur canadien dans le palmarès des meilleures compagnies aériennes

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant