Suivez-nous

Actualités

Climatosceptique, Donald Trump pris dans un piège de l’Accord de Paris !

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

|Crédit Photo : TJEERD ROYAARDS/alternatives-economiques|

Le président des États-Unis s’est encore donné en spectacle en retirant son pays de l’Accord de Paris (ADP). Si les réactions ne se sont pas fait attendre pour tirer sur Donald Trump, il faut souligner que « l’homme fort du monde » est pris dans un « piège » selon les textes prévus par l’ADP.

Donald Trump vient d’exécuter une promesse de campagne. Alors qu’approuvé par l’ensemble des 195 délégations, le 12 décembre 2015, dont les États-Unis, et entré en vigueur le 4 novembre 2016, M. Trump avait dénoncé l’ADP avant de devenir président de la République officiellement le 20 janvier dernier. Il avait promis de retirer les États-Unis. C’est une chose faite. Mais, à en croire les textes, le président américain ne pourra en sortir avant le mois de novembre 2020, date qui coïncidera avec la prochaine élection présidentielle. Afin de se retirer de l’accord, un pays doit le signifier par écrit, au secrétariat de la Convention-cadre climat de l’ONU (CCNUCC) qui compte 196 États ; il ne peut toutefois le faire que trois ans après l’entrée en vigueur des accords.

Patron et ex-patron de l’ONU floués ?

On se souvient encore que l’ex-patron de l’ONU, Ban Ki-moon, qui s’était déclaré convaincu, le 11 novembre 2016, que le président-élu américain Donald Trump ne remettra pas en cause l’accord de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique malgré ses « déclarations inquiétantes ». Peine perdue ! Le climatosceptique a retiré les États-Unis de l’Accord de Paris (ADP), le jeudi 1er juin 2017, estimant que ça « désavantageait les États-Unis », et a annoncé que le pays cesserait la mise en application du texte.

Un « acte grave » qui a fait réagir plusieurs citoyens et dirigeants au monde, dont la dernière est la sortie du Secrétaire général de l’ONU. « On ne peut pas arrêter » la lutte contre le réchauffement climatique, a prévenu le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, appelant tous les pays signataires à « rester engagés » envers l’Accord de Paris. « Le changement climatique est indéniable et constitue l’une des plus fortes menaces au monde, actuellement et pour le futur de notre planète », a déclaré M. Guterres, en marge du Forum international de Saint-Pétersbourg. Dans la foulée, le successeur de Ban Ki-moon prévient que « Ceux qui échoueront à faire le pari de l’économie verte connaîtront un avenir gris ». Une raison de plus, pour la société américaine dans son ensemble – les villes, les États, les entreprises – de rester engagée », dans une volonté de se diriger vers une économie propre.

De leurs côtés, les États démocrates de New York, Californie et Washington, ont déclaré qu’ils allaient former une « alliance pour le climat » et s’engager à respecter les engagements de la COP21. Dans un communiqué commun rendu public, ce jeudi 1er juin, les gouverneurs Andrew Cuomo (New York), Jerry Brown (Californie) et Jay Inslee (Washington) assurent être « déterminés à atteindre l’objectif américain de réduction de 26 à 28% des émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 2005 » et combattre « la décision dangereuse de la Maison Blanche de se retirer de l’accord de Paris ».

Une vague de réactions négatives, un front commun !

Par ailleurs, Paris, Berlin et Rome ont publié un communiqué conjoint pour condamner cette décision de Donald Trump et tout en précisant que l’accord est « irréversible » et ne peut être renégocié, en réponse au président américain qui s’est dit ouvert à négocier une nouvelle entente « dans des termes justes pour les ÉtatsUnis ». Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a téléphoné à M. Trump pour lui exprimer « sa déception », et « la volonté soutenue du Canada de travailler à l’échelle internationale pour lutter contre le changement climatique ».

Même son de cloche avec le Brésil, l’Argentine et le Mexique qui ont également déploré la décision américaine. Le Mexique continuera à « encourager la coopération internationale, sans restriction, pour que l’Accord de Paris s’applique en totalité ». Le changement climatique « est un fait établi basé sur des preuves scientifiques », insiste le voisin septentrional des États-Unis. « Même sans les États-Unis, 70 % des émissions mondiales restent concernées par cet accord », a déclaré le premier ministre australien.

Rappelons que l’Accord de Paris est le premier accord universel sur le climat. Il fait suite aux négociations qui se sont tenues lors de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Signé par 195 pays le 12 décembre 2015, et entré en vigueur le 4 novembre 2016, l’accord vise à fixer des objectifs de réduction des émissions de CO2 afin de contenir le réchauffement climatique.

Crédit photo:
|Crédit Photo : TJEERD ROYAARDS/alternatives-economiques|

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Les Canadiens sont-ils plutôt amateurs de vin ou de bière?

Avatar

Publié

le

En 2017-2018 le marché du vin a connu une croissance à l’échelle du pays, tandis que la vente de bière est restée stable.

Selon un rapport publié ce mardi, 23 avril, par Statistique Canada, la vente des boissons alcoolisées a atteint 23,2 milliards de dollars, en hausse de 3,1 % par rapport à l’année précédente. Cela correspond à 3 098 millions de litres de boissons vendues durant cette période. L’achat par personne ayant l’âge légal de consommer l’alcool au Canada a été estimée à 507,1 verres standard.

Le Québec, le plus important marché du vin

La hausse des ventes des vins (4,6 %) a été plus importante que celle des bières (0,8 %). Les ventes des deux produits se sont chiffrées à respectivement 7,5 milliards de dollars et 9,2 milliards de dollars.

Les Canadiens ont acheté au total 2 215 millions de litres de bière et 531 millions de litres de vin en 2017-2018. Le volume de bière vendue a connu ainsi une baisse de 0,8 % par rapport à 2016-2017 tandis que celui du vin a monté de 4,9 %.

Pour ce qui est des ventes par type de vin, le rouge est en tête de la liste en représentant 52,8 % de toutes les ventes de vin au Canada en 2017-2018. Il est suivi par le vin blanc (32,2 %) et le vin mousseux (5,9 %).

Les ventes des autres types de boissons alcoolisées ont aussi augmenté. En effet, le marché des spiritueux et celui des cidres, coolers et autres boissons rafraîchissantes ont progressé respectivement de 4,4 % et de 7,2 % par rapport à l’année précédente.

Ce sont les sociétés des alcools, leurs agences et les autres points de vente au détail du Québec qui ont vendu le plus de vin à l’échelle du pays. La part de ce marché a atteint 43,8 % des ventes totales de boissons alcoolisées en 2017-2018.

Lire aussi : La Canadienne Liz Palmer, parmi les meilleurs influenceurs du vin 2019

Lire la suite

Actualités

Arrestation de cinq milliardaires algériens dans le cadre d’une enquête anti-corruption

Avatar

Publié

le

La gendarmerie algérienne a procédé ce dimanche à l’arrestation de plusieurs industriels dont Issad Rebrab, considéré comme la première fortune du pays.

Alors que « l’ancien système  » se prépare aux élections présidentielles qui sont prévues pour le mois de juillet, l’atmosphère politique et sociale est de plus en plus électrique dans le pays.

Les Algériens continuent de manifester en espérant évincer les personnalités du régime Bouteflika.

Un autre événement survenu ce dimanche, 21 avril, risque de faire monter encore plus les tensions à Alger.

La gendarmerie algérienne a arrêté cinq milliardaires, parmi lesquels quatre des frères Kouninef, une puissante famille d’hommes d’affaires proche d’Abdelaziz Bouteflika.

Le milliardaire Issad Rebrab, qui dirige la société Cevital, a également été interpellé.

Des enquêtes sont ouvertes sur des faits de corruption et de détournements de foncier, ont annoncé plusieurs médias locaux.

En outre, la télévision d’état a révélé que l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia et l’actuel ministre des finances Mouhamed Loukal sont entendus ce lundi, 22 avril, par le parquet d’Alger dans le cadre d’une enquête sur la dilapidation de l’argent publique.

Lire aussi : Algérie : foule immense pour dire « non » à un 5è « mandat Bouteflika »

Lire la suite

Actualités

Laval : Les militaires mobilisés afin de prévenir les inondations

Avatar

Publié

le

Météo Média a annoncé ce lundi, 22 avril, que les risques d’inondations sont en train d’augmenter en raison des crues. Le niveau des eaux monte un peu partout au Québec et des régions avoisinant Montréal sont en état d’alerte.

Depuis quelques jours, la Ville de Montréal ne cesse d’informer les citoyens sur les aides mises à leur disposition afin de faire face aux inondations printanières.

Avec la fonte des neiges, les risques de montée des eaux sont à prendre en considérations même en absence de pluies.

Les quartiers de plusieurs arrondissements proches des eaux, dont Ahuntsic-Cartierville, Pierrefonds-Roxboro ainsi que l’île Bizard, resteront en alerte jusqu’à la fin du mois.

Laval craint la montée des eaux à la fin de cette semaine

« Au nord de Laval aux abords de la Rivière-des-Mille-Îles, l’eau a commencé à monter », prévient ce lundi, Patrick De Bellefeuille, le reporter de Météo Média.

Les 20 mm de pluies prévues demain dans le secteur risquent d’aggraver la situation. Il faut compter en plus les précipitations de fin de semaine qui feront monter la barre de 50 à 70 mm.

La Ville de Laval et l’armée sont mobilisés. En effet, 200 militaires des Forces de l’armée canadienne sont déployés sur le territoire pour prêter main-forte aux citoyens.

Des visites des zones les plus vulnérables sont effectuées aujourd’hui. De plus, 1375 résidences ont reçu des palettes de sacs de sable à installer au pourtour de leur maison.

La Ville rassure notamment que « les autorités surveillent de près la situation et informeront rapidement les résidents advenant la fermeture du pont. »

Lire aussi : Montréal : La saison des pluies commence demain

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant