Suivez-nous

HighTech

Construire sur Mars, c’est déjà possible !

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo Pixabay

Quatre ingénieurs de l’Université de Californie San Diego ont créé des briques à partir de composants imitant le sol de la planète Mars dans une étude financée par la NASA.

Aucun autre matériau n’a été nécessaire pour assurer la cohésion des blocs. De plus, les briques étaient incroyablement dures et plus solides que le béton armé.

Les ingénieurs ont utilisé un marteau hydraulique afin de compacter une composition chimique similaire au sol martien. Elle est composée de graines provenant de la terre, ayant la même grandeur et la même forme que leurs analogues de la planète rouge.

De la prospective architecturale lunaire à la prospective martienne

Cette découverte va ouvrir la voie à la construction de structures habitables qui abriteront les chercheurs en mission sur la planète. Ils n’auront qu’à transporter des marteaux hydrauliques.

« Il est vraiment facile de faire fonctionner un marteau sur Mars », a déclaré Jon Rask, spécialiste des sciences de la vie à la NASA qui n’a pas participé à l’étude, à The Verge. « Vous pouvez déjà imaginer un explorateur de Mars entrain de manipuler un marteau pour créer des blocs de construction ».

L’équipe a déjà fait des expériences avec le sol lunaire, lorsque la NASA prévoyait de retourner à la lune. Le sol lunaire nécessite un liant ; mais comme celui-ci devait être expédié de la Terre, l’équipe a fait plusieurs études afin de réduire la quantité de liant nécessaire pour fabriquer des matériaux de construction, de 15 à 3 %.

Lorsque la NASA a focalisé, depuis 2010, sur l’exploration de Mars, l’équipe a réorienté ses études afin d’utiliser les composants du sol Martien. Ils ont d’abord essayé de construire des briques en utilisant la même méthode et en ayant recours à 6% de liant. Et quand cette expérience a bien fonctionné, ils ont décidé de tester la composition sans l’ajout du liant.

Des structures habitables imprimées en 3D

Cette découverte a permis aux chercheurs de penser qu’il existe déjà un ingrédient dans le sol martien qui participe à compacter la composition. Ils ont finalement découvert qu’il s’agit de l’oxyde de fer : le composé chimique qui donne au sol martien sa fameuse couleur rouge. Lorsque l’oxyde de fer est écrasé, il peut craquer facilement, formant des fractures avec des surfaces très propres et plates, selon Qiao. Et lorsque ces surfaces sont fermement pressées ensemble, elles forment des liens extra forts.

Qiao pense que la meilleure façon de fabriquer des structures habitables est la construction additive permettant de déposer lentement des couches de sol. C’est la même chose que l’impression en 3D, et cela pourrait faciliter la construction de structures assez grandes sur la planète rouge. Par ailleurs l’équipe doit expérimenter cette méthode parce que leur étude a permis de tester des petites briques et non pas la superposition de grandes couches.

Crédit photo:
Crédit photo Pixabay

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

NASA : Vers la gestion du trafic des drones

Publié

le

Plusieurs entreprises, comme Amazon, envisagent d’utiliser les véhicules autonomes comme mode de transport des personnes ou pour effectuer les livraisons. Les autorités des villes qui accueilleront ces nouvelles technologies gagnent à anticiper la démocratisation de ces engins. Aux États-Unis, la NASA s’est consacrée ces dernières années à la question de la gestion du trafic des drones.

La NASA est sur le point de tester son système de gestion du trafic des drones au Nevada et au Texas.

L’agence a créé ce système en collaboration avec la Federal Aviation Administration (FAA) au cours des quatre dernières années. Il servira à déterminer comment utiliser des drones en toute sécurité dans les milieux urbains.

L’étape de test, qui fait partie de la phase finale du projet, est menée avec la Nevada Institute for Autonomous Systems à Las Vegas et the Lone Star UAS Center for Excellence & Innovation à Corpus Christi au Texas. Elle permettra d’effectuer des démonstrations techniques dans un environnement réel.

Selon les sources d’Engadget, les derniers vols d’essai du projet auront lieu de mars à juin prochain dans le centre-ville de Reno et dans les environs, ainsi qu’en juillet et août à Corpus Christi.

Des données importantes pour l’industrie des drones

La NASA et la FAA prévoient de tester une grande liste de technologies. Celle-ci inclut l’interface équipée de capacités de détection et d’évitement, les dispositifs de communication entre drones et de prévention des collisions, ainsi que les technologies d’atterrissage automatisé.

Tous ces éléments aideront la NASA à comprendre les défis que présente l’engin dans un environnement urbain et à proposer des idées pour les règles et les politiques futures.

Ils aideront également l’agence à déterminer les meilleures procédures d’exploitation des drones dans les zones surpeuplées.

Les agences transmettront par la suite ce qu’elles ont appris de ces démonstrations à l’industrie des drones commerciaux. Cette initiative vise à orienter la conception d’appareils plus performants.

Lire aussi : Uber Eats se donne trois ans pour lancer ses drones-livreurs

Lire la suite

HighTech

Google se lance dans les jeux vidéo en streaming ?

Publié

le

Google va annoncer en mois de mars prochain un nouveau projet en rapport avec le domaine des jeux vidéo. Pour attiser la curiosité des tabloïds et de facto de ses futurs clients, le géant de l’informatique a tablé sur le message mystérieux. Le voici.

Google a contacté les médias et les spécialistes en culture high tech afin d’annoncer le dévoilement d’un projet. L’entreprise leur a indiqué peu de choses.

L’on sait par ailleurs que le dévoilement aura lieu à la Game Developers Conference (GDC) le 19 mars à 13 h à San Francisco.

Il s’agit d’un événement réservé aux secteurs de l’industrie du jeu vidéo, qui organise des conférences et des rencontres. Celles-ci abordent plusieurs thèmes comme le design, le marketing, les nouvelles technologies, etc.

L’invitation mystère

L’invitation, envoyée aux médias, comporte un gif animé qui représente une lumière au bout d’un couloir. L’image est suivie d’un slogan cryptique disant « rassemblez-vous ».

Habituellement, Google ne fait pas de dévoilements lors des grands événements de jeux vidéo. Cette année, l’entreprise fait donc exception à la règle.

Google n’a pas donné d’autres indices, mais des rumeurs circulent depuis des mois sur son intention de lancer un service de diffusion en continu de jeux par abonnement.

Une nouvelle étape du Project Stream ?

Selon les sources d’Engadget, l’entreprise relancera probablement son Project Stream. Cette plateforme, dont la version alpha a pris fin le 22 janvier dernier, permettra de jouer à des jeux comme Assassin’s Creed à partir de son navigateur Google Chrome.

Le dévoilement de ce projet à la GDC offrira au géant des opportunités importantes. En effet, Google aurait besoin d’inciter les développeurs à s’inscrire au service. De plus, la conférence sera propice au réseautage avec des studios et à la proposition d’expertises techniques.

Lire aussi : Des organismes de protection des consommateurs européens portent plainte contre Google

Lire la suite

Technologie de l'information

Internet et travail : être connecté en tout temps, avantage ou mal du 21e siècle?

Publié

le

Avec l’internet, le monde du travail a bien changé au cours des dernières années, tout comme les besoins des travailleurs et des organisations. L’évolution des technologies et des outils de communication a transformé l’organisation traditionnelle du travail ouvrant ainsi la voie à de nouvelles possibilités, mais effaçant du même coup la frontière entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Devrions-nous limiter ou encourager la connexion en dehors des heures de travail?

Selon un sondage CROP-CRHA, 36 % des travailleurs mentionnent que leur employeur leur demande de rester connectés ou joignables en dehors des heures normales de travail. 50 % (12 % fortement, 19 % assez et 19 % un peu), disent ressentir une pression officieuse pour rester connectés. Cette pression est davantage ressentie chez les jeunes travailleurs alors que 62 % l’affirment. Pour l’ensemble des travailleurs, cette pression proviendrait en grande partie d’eux-mêmes. « Si on se met cette pression sur les épaules, c’est qu’on estime que répondre rapidement et être joignable en tout temps est socialement valorisé », note Manon Poirier, CRHA, DG de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

L’importance de bénéficier de moments de repos

L’hyperconnectivité est un enjeu sociétal réel. Bien que les conséquences de ce phénomène sur la santé soient encore floues, il n’en demeure pas moins que les spécialistes entretiennent de sérieuses inquiétudes : troubles musculosquelettiques, troubles du sommeil, stress, anxiété, détresse psychologique, isolement, moins de temps consacré aux relations interpersonnelles, etc. « Afin de préserver la santé des travailleurs, et par conséquent leur productivité à long terme, il est nécessaire qu’ils bénéficient de moments où ils sont complètement déconnectés du travail. Cette distanciation est essentielle pour refaire le plein d’énergie et maintenir un équilibre sain entre les différentes sphères de leur vie », souligne Mme Poirier.

Pas que des désagréments à la connexion à distance

Malgré les maux que peuvent engendrer les excès, il faut reconnaître que la possibilité de se connecter à tout moment et de n’importe où procure des avantages appréciables pour les employeurs comme pour les travailleurs. Elle permet aux organisations de s’adapter au contexte de mondialisation et de compétitivité grandissantes et améliore leur pouvoir d’attraction et de rétention à une période où le manque de main-d’œuvre se fait sérieusement ressentir. Quant aux travailleurs, elle leur permet une gestion plus agile et flexible de leur horaire, ce qui facilite la conciliation entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle. 31 % des travailleurs affirment que leur employeur leur fournit ou leur rembourse l’utilisation d’outils numériques (cellulaire, ordinateur portable, etc.).

Pour optimiser la productivité tout en assurant un climat de travail sain

Au dire de la DG de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, « que les milieux de travail optent pour une limitation de la connexion à l’extérieur des heures de travail ou à l’opposé pour une flexibilité absolue, il vaut mieux établir clairement les attentes et instaurer un cadre afin d’éviter les excès ». Selon Mme Poirier, cet exercice devrait être réalisé conjointement par l’employeur et ses travailleurs. « L’Ordre estime qu’il est important de respecter les besoins de chacun et d’être en mesure de s’adapter à l’évolution du monde du travail tout en conservant un climat de travail à la fois sain et productif », conclut-elle.

Source : Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

Pour plus d’information sur cet enjeu, consultez le dossier spécial sur le droit à la déconnexion.

À lire aussi :

Ça travaille moins d’heures au Québec qu’en Ontario et aux États-Unis

Cybercitoyenneté : les jeunes Québécois face au meilleur et au pire dans l’univers numérique

Lire la suite

en-avant