Suivez-nous

Immigration Provinces canadiennes

Consultants en immigration : le Conseil de réglementation du Canada va assainir le milieu…

Avatar

Publié

le

Les membres du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada (CRCIC) ont approuvé une motion autorisant le CRCIC à devenir un nouvel organisme d’autoréglementation, le Collège des consultants en immigration et en citoyenneté.

« Grâce à l’approbation de nos membres, nous sommes bien placés pour effectuer la transition vers des normes professionnelles rehaussées pour les consultants en immigration et en citoyenneté et pour les appliquer », a affirmé John Burke, président du conseil d’administration du CRCIC. « Le CRCIC est prêt à assumer ce rôle renforcé et à aider à protéger les Canadiens et les immigrants vulnérables contre la fraude. »

Au printemps 2019, la loi fédérale intitulée Loi sur le Collège des consultants en immigration et en citoyenneté (« la Loi sur le Collège ») a obtenu la sanction royale, qui permet au CRCIC de continuer à titre d’organisme professionnel officiel d’autoréglementation des consultants canadiens en immigration et en citoyenneté. Une fois entrée en vigueur, la loi permet au CRCIC, après approbation des membres, de présenter une demande auprès du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté pour devenir le nouveau Collège.

Loi sur le Collège des consultants en immigration et en citoyenneté

« Le 19 septembre, le vote des membres a soutenu la capacité du CRCIC à devenir le nouveau Collège et à améliorer notre profession », a affirmé John Murray, président et chef de la direction du CRCIC. « Le CRCIC est prêt à effectuer une transition harmonieuse au nouveau Collège aussitôt que possible et à se mettre au travail pour améliorer les services offerts par les consultants. »

Le nouveau Collège aura les pouvoirs accrus d’appliquer la loi, de mener des enquêtes, d’assurer la gouvernance et d’encadrer les consultants en immigration et en citoyenneté partout au Canada et à l’étranger. Ces changements permettront de mieux protéger les Canadiens, les nouveaux arrivants et les consultants réglementés.

Les personnes qui fournissent des services d’immigration et de citoyenneté canadiens à l’étranger sont assujetties au droit canadien même si elles résident à l’extérieur du Canada.

Rappelons que le CRCIC est l’organisme d’autoréglementation national qui promeut et protège l’intérêt public en encadrant les consultants en immigration et en citoyenneté et les conseillers d’étudiants étrangers réglementés.

Le mandat fédéral du CRCIC découle de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR) et de la Loi sur la citoyenneté qui stipulent que quiconque fournit des conseils ou des services de représentation en immigration ou en citoyenneté canadienne moyennant des frais ou une autre forme de rétribution doit être membre en règle du CRCIC, d’un barreau canadien ou de la Chambre des notaires du Québec.

Source : CRCIC

À lire : Le Canada lance un projet pilote de résidence permanente pour les travailleurs admissibles

Culture

Relations interculturelles, les gouvernements de proximité se mobilisent pour l’immigration

Avatar

Publié

le

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) dresse un bilan positif de la Journée de mobilisation sur l’immigration et les relations interculturelles qu’elle a tenue vendredi 11 octobre à Sherbrooke en présence de plus de 150 élues, élus, gestionnaires municipaux, spécialistes et personnalités.

« Les gouvernements de proximité se retrouvent au cœur des défis de société que sont la cohésion sociale et le vivre ensemble. Elles peuvent jouer un rôle important en matière d’inclusion des personnes immigrantes sur leur territoire grâce à des actions structurées, cohérentes et adaptées aux besoins des personnes et des milieux d’accueil », a déclaré le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson.

Les relations interculturelles au cœur des défis de société!

Selon lui, cette journée de mobilisation a permis de mettre en lumière les besoins des membres de l’Union en matière de formation continue et d’accompagnement sur cet enjeu et de partager les initiatives, outils et bonnes pratiques à la disposition du milieu municipal.

L’UMQ a par ailleurs profité de l’événement pour rappeler l’importance de convenir rapidement d’un cadre de référence pour les ententes entre les municipalités et le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI).

« Alors que le MIFI procède à une révision de ses différents programmes, il est essentiel que le partenariat avec les municipalités soit basé sur une vision commune, cohérente et à long terme des actions à mettre en place concernant la régionalisation de l’immigration. Il apparaît aussi nécessaire de bonifier les sommes dont peuvent bénéficier les municipalités dans le programme Mobilisation-Diversité, ce qui leur permettrait de consolider les actions en cours, mais aussi d’en développer de nouvelles, notamment dans les municipalités qui prévoient accueillir davantage de personnes immigrantes dans les années à venir », a conclu Monsieur Cusson.

La voix des gouvernements de proximité 

Depuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85% de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

Lire la suite

Agriculture

Agroalimentaire : le Canada lance un projet pilote de résidence permanente pour les travailleurs admissibles

Avatar

Publié

le

Les travailleurs étrangers temporaires ayant de l’expérience dans le secteur agroalimentaire canadien auront une nouvelle voie d’accès à la résidence permanente au Canada à partir du début de 2020. 

Le projet pilote d’immigration agroalimentaire, d’une durée de trois ans, devrait contribuer à « fidéliser » les travailleurs étrangers expérimentés et non saisonniers aux offres d’emploi admissibles dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire au Canada.

Le gouvernement du Canada a déclaré que l’industrie avait exporté un record de 66,2 milliards de dollars de produits en 2018 et qu’elle soutenait 1 emploi sur 8 au pays, mais que des industries telles que la transformation de la viande et la production de champignons « ont toujours eu de la difficulté à trouver et à garder de nouveaux employés. »

Immigration agroalimentaire : 2 750 demandeurs seront acceptés par an!

À l’heure actuelle, les travailleurs agricoles migrants qui arrivent au Canada dans le cadre de son programme de travailleurs étrangers temporaires pour les travailleurs agricoles saisonniers ne reçoivent qu’un permis de travail à durée limitée et n’ont pas de voie d’accès à la résidence permanente.

Les professions et les industries admissibles au nouveau projet pilote d’immigration agroalimentaire comprennent:

  • Traitement de la viande
    • boucherie au détail
    • boucher industriel
    • manoeuvre à la transformation des aliments
  • manoeuvre à la récolte pour la production de champignons et la production en serre
  • ouvrier agricole général pour la production de champignons toute l’année, la production de cultures en serre, ou l’élevage
  • surveillant de ferme et ouvrier spécialisé dans l’élevage de viande, de champignons toute l’année, de cultures sous serre ou d’élevage.

Un maximum de 2 750 demandeurs principaux seront acceptés pour le traitement chaque année dans le cadre du projet pilote. Avec des membres de la famille, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a déclaré que le projet pilote pourrait accueillir environ 16 500 nouveaux résidents permanents au Canada au cours des trois années que durera le projet pilote.

L’industrie agricole et agroalimentaire du Canada est une composante essentielle de l’économie canadienne et contribue pour plus de 110 milliards de dollars par an au produit intérieur brut du pays. 

«Les travailleurs étrangers temporaires qui viennent au Canada et travaillent fort pour occuper des postes permanents devraient avoir une chance juste et raisonnable de devenir Canadiens, quel que soit le poste occupé», a déclaré dans un communiqué de presse, Rodger Cuzner, secrétaire parlementaire du ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Développement social du Canada.

Le projet pilote d’immigration agroalimentaire suit d’autres initiatives récentes du gouvernement du Canada visant à aider les travailleurs étrangers temporaires à faire la transition vers la résidence permanente.

Ces initiatives comprennent de nouvelles voies pour les aidants naturels et l’attribution de 2 000 places additionnelles dans le cadre du Programme des candidats des provinces à des travailleurs étrangers temporaires qualifiés et moyennement qualifiés.

Source : cicnews

À lire : « Produit du Canada » ou « Fabriqué au Canada » ? le gouvernement sollicite votre point de vue

Lire la suite

Actualités

Déploiement historique des services d’immigration dans les régions du Québec

Avatar

Publié

le

Le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), Simon Jolin-Barrette, accompagné du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet, a annoncé un déploiement historique du ministère de l’Immigration dans toutes les régions du Québec ainsi qu’une bonification des services offerts aux entreprises. 

Ces nouvelles mesures représentent un investissement majeur de 8,3 millions de dollars du MIDI. Les nouveaux employés du MIDI s’installeront dans les bureaux de Services Québec et les centres locaux d’emploi. Leur travail s’exercera en complémentarité avec celui des employés du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Déploiement sans précédent du MIDI dans les régions

Déploiement institutionnel

Le Ministère ouvrira 40 nouveaux points de services du MIDI partout au Québec pour un grand total de 61. Ces antennes s’intégreront aux bureaux existants de Services Québec et seront réparties dans les Directions régionales du MIDI. Le Ministère ajoute également deux nouvelles Directions régionales pour un total de six. Avec ce réseau bonifié, le Ministère sera présent dans plus de 50 villes, dans l’ensemble des régions administratives du Québec, afin de répondre aux besoins des entreprises et des régions.

Déploiement de ressources humaines

Afin d’assurer une présence suffisante en région et de mieux servir les différents partenaires, le Ministère ajoute 111 employés sur le territoire. Au total, ce sont 162 employés du MIDI qui offriront des services dans toutes les régions du Québec. Le déploiement du réseau offrira aux entrepreneurs un accès facile et rapide à un employé du Ministère.

Bonification des services aux entreprises en immigration

Pour assurer les nouveaux services aux entreprises, le Ministère crée le nouveau poste de conseiller en immigration régionale. Ces conseillers offriront des services personnalisés et de proximité aux entreprises. Leur nouveau mandat consistera notamment à :

  • informer les entreprises et les accompagner dans les différents programmes existants d’immigration permanente ou temporaire et les aides financières disponibles ;
  • traiter les demandes des entreprises directement en région ;
  • guider les employeurs qui souhaitent utiliser le « Portail employeurs » disponible sur la plateforme Arrima ;
  • soutenir les agents d’aide à l’intégration pour accompagner les personnes immigrantes.

Ces services s’ajoutent à l’offre gouvernementale existante, notamment à celle du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) et du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI), qui travaillent ensemble pour répondre aux besoins des entreprises.

À lire : Seuils d’immigration : Québec met de l’eau dans son vin et opte pour plus de nouveaux arrivants

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant