Suivez-nous

Actualités

Contre le projet de loi 17, les chauffeurs de taxi ont déserté la circulation au Québec, lundi

Avatar

Publié

le

Ce poste de taxi, dans l'arrondissement de Saint-Laurent, était vide de ses occupants habituels ce lundi 25 mars 2019.

De Montréal à Québec, en passant par Laval, Sherbrooke, Saguenay etc., les chauffeurs de taxi ont mis à exécution leur menace de grève lundi dans plusieurs grandes villes, suite au dépôt du projet de loi 17, introduit par le ministre des Transports le mercredi 20 mars à l’Assemblée nationale du Québec.

Alors que le ministre des Transports, François Bonnardel, soutient que le projet de loi 17 qui vise une déréglementation de l’industrie du taxi et la régularisation de celles d’Uber, permettra d’offrir aux clients «plus de services, plus de concurrence et plus de transparence dans les prix». De leur côté, les propriétaires et chauffeurs de taxi, réunis dimanche en assemblée générale extraordinaire à Montréal, estiment plutôt qu’il est «totalement inhumain».

« Un projet de loi inhumain », selon l’industrie du taxi…

Dans un communiqué, le porte-parole pour l’industrie du taxi a indiqué que le gouvernement « envoie sciemment et sans détour près de 22 000 familles à la faillite », au bénéfice d’une multinationale « sans foi ni loi ». « Ce terrain-là est brûlé, on ne voit pas comment on peut bâtir dessus », a déploré Abdallah Homsy, demandant de « carrément retirer » le projet de loi.

Ce lundi, tôt le matin, après un rassemblement devant l’Assemblée nationale, des convois de taxis se sont dirigé vers les bureaux du ministère des Transports pour manifester leur colère, a rapporté Radio-Canada, ajoutant que les chauffeurs ont également déserté l’aéroport international Montréal-Trudeau. La grève générale durerait de 7 h à 19 h.

À lire : L’entreprise irlandaise iCabbi recrute l’équipe techno de Téo Taxi

Au lendemain du dépôt du projet de loi 17, le gouvernement a eu droit à un tirs groupés de Québec solidaire (QS) sur le projet de loi en question que les solidaires ont qualifié de « déloyal » envers les taxis. « C’est un échec cuisant! Le projet de loi 17 ne respecte pas les principes d’équité qu’il devait honorer », a dénoncé Ruba Ghazal.

QS annonce la mort de l’industrie!

Au dire de la députée de Mercier, loin de favoriser les nouveaux joueurs dans l’industrie, le projet de loi, qui prévoit un allègement important des règlements pour les services de transport de type Uber, risque de porter un coup dur à l’industrie du taxi en accentuant la concurrence déloyale. « Le gouvernement a fait tellement de concessions à Uber qu’aucun joueur québécois n’arrivera à faire compétition. L’industrie québécoise du taxi sera tuée avant même d’avoir eu la chance de se moderniser », a martelé Mme Ghazal.

À lire aussi : Face à Uber, Québec verse 250 millions $ aux titulaires de permis de taxi

Malgré tout, le ministre des Transports a soutenu lundi que son projet de loi sur l’industrie du taxi est « bon ». Estimant qu’il sera bénéfique pour les chauffeurs de taxi, puisqu’il réduit la réglementation, la charge fiscale ainsi que les charges administratives de l’industrie. « On met fin à la classe 4C, on met fin à la plaque T qui coûte 1000 $, on réduit le fardeau des chauffeurs de taxi. Les chauffeurs qui louent à hauteur de 300 $, 500 $, 600 $ par semaine un permis de taxi, pour eux, demain matin, ça sera terminé », a-t-il fait valoir.

L’émergence d’innovations et de moyens technologiques

Selon le gouvernement, le projet de loi encourage une offre de services diversifiée en transport de personnes par automobile et facilite le covoiturage avec l’émergence d’innovations et l’utilisation de moyens technologiques tels que les applications mobiles. Il réduit de manière substantielle les charges administratives imposées aux chauffeurs et aux propriétaires d’automobiles utilisées pour offrir du transport rémunéré de personnes. De plus, dit la CAQ, la nouvelle loi facilitera l’entrée sur le marché des aspirants au métier de chauffeur et améliorera la rentabilité des services de transport par automobile offerts aux usagers.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Montréal : Ouvert ou fermé pendant le congé de Pâques?

Avatar

Publié

le

Cette année on ira à la chasse aux cocos, le dimanche, 21 avril. Plusieurs établissements et certains commerces seront fermés le vendredi 19 avril et le lundi 22 avril, à l’occasion du congé pascal. Consulter cette liste afin de mieux planifier vos déplacements.

Les commerces

Le vendredi 19 avril, le samedi 20 avril et le lundi 22 avril 2019, les commerces de détail pourront ouvrir leurs portes au public selon les heures d’ouverture habituelles.

Le dimanche, 21 avril, ils seront fermés, sauf les établissements d’alimentation et les pharmacies.

Les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) et les commerces d’alimentation de petite surface peuvent ouvrir toute la journée.

Les banques

Elles seront fermées à partir de vendredi, et ouvriront leurs portes lundi selon leur horaire habituel.

Services municipaux

Les bureaux municipaux seront fermés durant tout le congé de Pâques, incluant le lundi 21 avril.

STM, autobus et métro

Les horaires d’autobus sont modifiés le vendredi et le lundi de Pâques.

Le métro offrira ses services habituels mais à une fréquence réduite pour la plupart des lignes.

Le Planétarium, le Jardin botanique et certains musées

Ils seront ouverts les 19, 20, 21 et 22 avril.

La Grande Bibliothèque BAnQ

Elle sera ouverte seulement vendredi, samedi et dimanche.

Lire aussi : Où et comment les Québécois passent leurs vacances de Pâques?

Lire la suite

Actualités

La grève a généré une perte de 270 M$ à Postes Canada

Avatar

Publié

le

Postes Canada a déclaré ce jeudi, 18 avril, avoir enregistré une perte avant impôts de 270 millions de dollars pour 2018.

Les facteurs liés aux grèves des employés qui ont eu lieu l’automne dernier sont entre autres en cause du déficit de l’entreprise.

Plusieurs revendications étaient au cœur du litige, soit l’égalité salariale, la rémunération des facteurs en milieu rural et suburbain, la sécurité d’emploi, la surcharge de travail, etc.

Postes Canada en grève, les PME lancent l’alarme

Facteurs principaux de la perte

Le bilan annuel du secteur est tombé quelques mois après les grèves tournantes du 22 octobre au 27 novembre, et les décisions prises par les parties, patronale et syndicale.

Les facteurs principaux qui ont engendré la perte sont les suivants :

  • La décision sur l’équité salariale a coûté 280 millions de dollars à l’entreprise
  • Les arrêts de travail ont engendré 135 millions de dollars de perte
  • « Ces deux facteurs étant en partie compensés par un troisième, soit un profit de 48 millions de dollars après une mise à jour actuarielle dans le calcul des coûts liés à l’indemnisation des accidents du travail », explique le communiqué.

Postes Canada a affirmé aujourd’hui dans un communiqué que ces pertes « représentent une baisse de 346 millions de dollars par rapport à 2017. »

L’entreprise a précisé notamment que pendant la période d’arrêts du travail ses clients se sont retournés vers les concurrents. Cette situation a engendré une baisse des volumes, dont l’effet sur la perte avant impôts de 2018 est estimé à 135 millions de dollars.

Lire aussi : Vendredi fou et Cyberlundi : Postes Canada panique face à la grève tournante

Lire la suite

Actualités

Montréal : La saison des pluies commence demain

Avatar

Publié

le

Malgré des pluies abondantes sur Montréal, les températures seront douces durant le congé de Pâques.

D’ici la fin du mois les températures seront clémentes avec une moyenne de 10o C. Le 30 avril, Montréal atteindra environ 16o C. Météo Média prévoit des précipitations abondantes jusqu’au 21 avril.

Hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent

Québec est sur le qui-vive car les pluies peuvent provoquer « un ruissellement considérable dans plusieurs secteurs du Québec », indique le Ministère de la Sécurité publique. Les régions du Centre-du-Québec, de la Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de Lanaudière, des Laurentides, de l’Outaouais ainsi que dans l’archipel de Montréal sont surveillées de près afin de prévenir débordements et situations problématiques.

Le ministère estime que la période critique débute à partir de demain, 18 avril. « Les quantités de pluie prévue combinées à une hausse des débits des cours d’eau provoqueront une hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent, ce qui pourrait causer un débordement dans le secteur de Québec », précise le communiqué.

Lire aussi : Des araignées géantes débarquent à Montréal

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant