Suivez-nous

Économie

Création d’un nouveau centre d’entrepreneuriat à Montréal-Nord

Publié

le

La Corporation de développement économique communautaire (CDEC) en collaboration avec l’arrondissement de Montréal-Nord envisagent la création d’un nouveau centre d’entrepreneuriat inspiré d’une expérience shawiniganaise.

« Alors que les entreprises montréalaises cherchent activement des employés qualifiés, plusieurs résidents de l’arrondissement Montréal-Nord et des arrondissements limitrophes n’ont pas d’emploi ou sont sous-employés. Montréal-Nord devient donc un actif stratégique pour la croissance de l’ensemble des entreprises montréalaises. » Jean-François Gosselin, directeur de la CDEC.

Le projet du nouveau centre de formation et d’entrepreneuriat vise à préparer les chercheurs d’emplois et à les outiller pour mieux s’intégrer au marché du travail. Ce nouvel outil économique contribuera notamment à stimuler l’entrepreneuriat dans l’arrondissement.

S’inspirer d’un modèle économique québécois qui attiré des visiteurs des quatre coins du monde

Pour mettre en place le centre, les représentants de l’arrondissement, la CDEC et des acteurs locaux ont visité ce mardi, 5 février, le Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et le DigiHub Shawinigan. Ces deux organismes ont contribué en 2012 et 2014 à rebooster l’économie de Shawinigan qui traversait une mauvaise passe avec la perte de plusieurs de ses grandes entreprises liées à l’exploitation et à la transformation des ressources naturelles.

« La collaboration est au coeur de notre réussite, que ce soit dans notre ville ou avec d’autres régions du Québec. C’est pourquoi nous sommes ravis de partager notre expérience à d’autres écosystèmes qui cherchent leur propre façon de redynamiser leur économie. » Michel Angers, maire de Shawinigan et président du DigiHub Shawinigan.

La réussite de cette expérience shawiniganaise avait attiré des curieux de plusieurs pays, dont la France, le Sénégal et la Tunisie.

Lire aussi :

Le Canada appuie l’entrepreneuriat comme perspective professionnelle

Expo Entrepreneurs : une « vision assez forte » qui mobilise les gens dans la bonne direction au Québec

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agriculture

La ruée vers les cabanes à sucres a officiellement commencé

Publié

le

Si les mots sirop d’érable vous mettent l’eau à la bouche, c’est à partir d’aujourd’hui que vous pouvez planifier des échappées gourmandes et les provisions de l’année.

Tant que c’est possible, il est conseillé de remplacer le sucre blanc par le sirop d’érable. On aura mangé sain, consommé local et participé à une économie prospère.

La saison acéricole 2019 a été lancée ce mercredi, 20 février, à l’érablière du Bois-de-Coulonge située dans la capitale nationale. La production du sirop a quant à elle débuté ces dernières semaines.

Même si en 2018 la production de sirop d’érable a chuté de 21,7 % à l’échelle nationale, les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) restent optimistes concernant l’avenir du secteur au Québec. Et ce essentiellement parce que la province demeure le plus grand producteur à l’échelle mondiale.

La communauté acéricole est optimiste

À l’occasion du lancement les PPAQ ont souligné le progrès économique important accompli par ce secteur.

« Les faits montrent que l’arrangement institutionnel actuel a permis de réunir les conditions pour que l’économie de l’érable du Québec relève le nouveau défi de la demande agroalimentaire mondiale », explique François L’Italien, chercheur à l’Institut de recherche en économie contemporaine.

Il est important de rappeler que le Québec produit 72 % du sirop d’érable au monde. À ce propos le PPAQ ont indiqué aussi dans leur communiqué qu’ils « visent des ventes de l’ordre de 185 millions de livres dans un horizon de cinq ans. »

De son côté M. L’italien pense que le modèle économique du secteur est performant. Et ce grâce à la mise en marché collective en acériculture. Celle-ci « a constitué une rampe de lancement pour les producteurs québécois », a-t-il expliqué.

Lire aussi : Agroindicateur 2018 : l’économie agricole du Québec pète la forme

Lire la suite

Tourisme

La Canadienne Liz Palmer, parmi les meilleurs influenceurs du vin 2019

Publié

le

L’influenceuse et journaliste spécialisée dans le vin Liz Palmer figure désormais dans la liste des « Meilleurs Influenceurs du Vin en 2019 ».

Liz Palmer a été sacrée meilleure influenceuse nord-américaine par un jury qui comprend 45 sommeliers, acheteurs de vin et directeurs de vin américains.

La liste des meilleurs influenceurs du vin est organisée et lancée par Sommeliers Choice Awards et Beverage Trade Network. Ces derniers ont mis en vedette « les meilleurs influenceurs du vin ayant une bonne audience sur Instagram & Twitter. »

Les experts suivants figurent dans la liste : The Wine Wankers, Jancis Robinson, Julien Miquel, Jon Thorsen, Jessica Altieri, Kelly Mitchell, Jeff Kralik, Tim Atkin, Julie Brosterman, Jamie Goode, Luiz Alberto, Joey Casco, Alder Yarrow, Cathrine Todd, Michelle Williams, Marilena Barbera, Meg Maker, Dusan Jelic et Katherine Cole.

L’influenceuse a raflé d’autres distinctions

Mme Palmer est également experte en marketing. Elle a fondé en 2018 l’Upsocial Wine & Spirits Agency (une agence de marketing numérique ), basée à Toronto et à Londres au Royaume-Uni.

Avec cette reconnaissance, l’influenceuse canadienne, basée à Toronto, aurait accumulé ainsi plusieurs distinctions. En effet, elle a été aussi désignée parmi le « Top 20 » des influenceurs de pouvoir des médias sociaux sur les vins et spiritueux en 2019 et a été classée dans le Top 1% de l’ISS de l’industrie.

Lire aussi : Meilleurs sommeliers du monde 2019 : Deux Québécois dans la course

Lire la suite

Économie

Home Depot embauche 5500 nouveaux employés par message texte

Publié

le

« Ce printemps, grâce à notre nouvelle fonction permettant de postuler par message texte, il sera plus facile que jamais pour les personnes qui souhaitent offrir une excellente expérience de magasinage aux clients de se joindre à notre équipe», a déclaré Jeff Kinnaird, président de Home Depot Canada.

Home Depot a opté ainsi pour une méthode de postulation plus commode. Et pour cause, l’entreprise s’apprête à entamer sa haute saison en recrutant partout dans le pays 5 500 nouveaux associés. Les postes offerts sont : Associés de ventes, caissiers, manutention de nuit, associés au stationnement; et associés au centre de jardinage.

« Nous savons que la commodité est la clé au moment de postuler à un emploi», a expliqué M. Kinnaird.

Pour faire parvenir sa demande d’emploi, il suffit d’envoyer le texto «Home Depot Jobs», ou au Québec, «HD Emplois» au 97211.

Les personnes intéressées peuvent aussi postuler en ligne ici : www.homedepot.ca/emplois ou visiter l’un des 182 salons de recrutement organisés partout au pays.

Lire aussi : Montréal : Une nouvelle stratégie d’intégration professionnelle des immigrants

Lire la suite

en-avant