Suivez-nous

Société

Culture, les Québécois préfèrent les médias numériques

Avatar

Publié

le

La technologie semble avoir pris la relève concernant la consommation des produits culturels. Selon une étude récente, les québécois ont augmenté leurs dépenses dans l’accès aux produits culturels dématérialisés via les médias numériques.

La tendance à consommer des produits culturels dématérialisés a été constatée au Québec dans la période de 2010 à 2015. Elle figure dans le rapport publié par Statistique Québec ce mardi, 23 octobre.

Il s’agit de l’étude Optique culture, no 62 qui observe l’évolution des dépenses des ménages dans l’enveloppe « culture et médias ».

Elle a révélé que dans la culture, les québécois déboursaient plus dans les services de télécommunications qui leurs donnent accès aux produits dématérialisés. La hausse de ce montant a été recensée dans les services suivants :

  • Accès à Internet : Les dépenses par ménage ont passé de 358 $ en 2010 à 451 $ en 2015),
  • Téléphonie cellulaire : De 468 $ en 2010 à 689 $ en 2015
  • Accès au câble et autres services de télédistribution : De 488 $ en 2010 à 558 $ en 2015

Les médias numériques pour accéder aux produits gratuits

Au total, l’enveloppe destinée aux services de communication a augmenté de 384 $. Elle est passée de 1 314 $ en 2010 à 1 698 $ en 2015.

Quant à la somme globale consacrée à la consommation des produits culturels, elle n’a pas connu une grande augmentation. En effet, le taux de croissance annuel moyen est de 0,8%. L’enveloppe s’est donc stabilisée durant cette période autour de 2 700 $.

Sous ce rapport « l’ensemble des autres dépenses pour la culture et les médias a diminué de 342 $, passant de 1 395 $ en 2010 à 1 053 $ en 2015. » Dans cette catégorie, on trouve par exemple les médias matériels comme livres, DVD, et les sorties, soit, cinéma, musées, etc.

L’étude conclut, en outre, que « les produits culturels dont l’importance socioéconomique décline le plus sont ceux pour lesquels les ménages peuvent trouver des équivalents gratuits, ou moins chers, sur Internet et sur le réseau mobile. »

Lire aussi : Incroyable, la reine Élisabeth Ire ressuscitée grâce à l’animatronique

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Entreprises numériques : voici la liste des 76 fournisseurs hors Québec... - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Budget fédéral 2019 : ce qui est prévu pour les enfants au Canada et dans le monde

Avatar

Publié

le

Photo karinaleblanc.com

Commentant le dernier budget fédéral 2019, qualifié de « budget électoraliste » par certains, UNICEF Canada s’est félicité d’apprendre de nouveaux investissements en faveur des enfants et des jeunes, tout en exhortant Ottawa à continuer dans ce sens.

Selon l’Agence des Nations unies pour l’enfance, un « financement important » est prévu pour les enfants métis, inuits et des Premières Nations afin de combler les écarts dans les services de base et de recentrer l’attention sur la santé mentale des enfants et des adolescents.

À lire aussi : Le budget canadien 2019-2020 expliqué en tweets par le ministre Morneau

En plus, UNICEF Canada note de nouvelles initiatives comprennent également une plus grande accessibilité à l’éducation postsecondaire, des initiatives environnementales pour améliorer la qualité de l’air, et des programmes visant à rendre les logements et les médicaments plus abordables. « Les enfants et les jeunes formant 20 pour cent de la population canadienne, nous sommes heureux que les décisionnaires les écoutent et s’emploient à s’attaquer aux problèmes qui les concernent directement », a déclaré Carleen McGuinty, la directrice adjointe des politiques et programmes internationaux d’UNICEF Canada.

« Les enfants et les jeunes forment 20 % de la population canadienne »

Alors que le Canada se classe actuellement au 25e rang sur 41 pays riches relativement au bien-être général chez les enfants et les jeunes. L’initiative Une jeunesse surveille 125 indicateurs afin de mieux comprendre ce qui caractérise la vie des jeunes au Canada, tout en développant avec eux des solutions qui feront de ce pays le meilleur endroit du monde où grandir.

À lire aussi : Top 10 des meilleurs pays pour élever ses enfants en 2019

A cet effet, UNICEF Canada se réjouit de l’augmentation prévue de l’enveloppe budgétaire pour l’aide internationale et du renouvellement de l’aide humanitaire et du développement international dans le cadre de la stratégie pour le Moyen-Orient. « Le gouvernement du Canada devrait continuer de se concentrer sur les enfants et les jeunes, et s’employer à venir en aide aux filles et aux garçons les plus vulnérables, tant au Canada que dans le monde », a encouragé Mme McGuinty.

À lire aussi : Portrait des enfants vivant dans les zones de conflits en 2018

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme.

Lire la suite

Économie

Défi OSEntreprendre, «l’audace» des 68 500 personnes qui participent à la 21e édition

Avatar

Publié

le

« Fiers, innovants et déterminés », sont les qualificatifs à l’endroit des 68 500 participants qui ont osé prendre part à la 21e édition du Défi OSEntreprendre, dont la période d’inscription vient tout juste de se terminer.

OSEntreprendre à pour mission d’inspirer le désir d’entreprendre pour contribuer à « bâtir un Québec fier, innovant, engagé et prospère ». Selon les organisateurs, le « succès collectif » de cette 21ème édition témoigne de l’effervescence de l’esprit d’entreprendre au Québec et du succès des mesures mises en place.

Pour bâtir un Québec « fier, innovant, engagé et prospère… »

Ce travail serait le fruit d’une mobilisation d’envergure impliquant 17 responsables régionaux, 320 responsables locaux et une quarantaine de partenaires et d’alliés stratégiques qui unissent leurs efforts pour mettre en lumière les projets qui se développent dans toutes les régions du Québec.

« Que ce soit en Entrepreneuriat étudiant, en Création d’entreprise ou dans le volet Réussite inc., chacun des 4 250 projets inscrits porte une marque distinctive, source de fierté et d’inspiration dans son milieu. » – OSEntreprendre

D’ailleurs, les organisateurs invitent tous les participants à « affirmer fièrement leur audace » avec les outils « moi j’OSEntreprendre! ». Le processus de sélection débutera dans les prochains jours à l’échelon local, pour se poursuivre au régional en avril, puis au national en mai. Cette 21e édition culminera, le 12 juin prochain, au Palais Montcalm de Québec lors du Gala des Grands Prix Desjardins du Défi OSEntreprendre.

À lire aussi : Le Canada appuie l’entrepreneuriat comme perspective professionnelle

Rappelons que le Défi OSEntreprendre, principale activité de l’organisme OSEntreprendre, est un grand mouvement québécois qui fait rayonner les initiatives entrepreneuriales des élèves du primaire à l’université et celles des créateurs d’entreprise.

Lire la suite

Économie

REEE collectifs : Universitas lance un plan de mesures financières d’atténuation de 1,5 million dollars

Avatar

Publié

le

L’un des pionniers en matière de régimes enregistrés d’épargne-études (REEE), a annoncé mercredi le lancement d’un plan de mesures financières d’atténuation d’une valeur de 1,5 million de dollars. Cette somme vise à atténuer l’impact financier qu’auraient pu causer, chez certaines familles, les assouplissements aux critères d’admissibilité aux paiements d’aide aux études (PAE) entrés en vigueur au mois de janvier 2018.

« Nous avons à cœur le fait que l’épargne-études représente un investissement précieux pour les familles qui choisissent Universitas, et nous avons été à l’écoute de celles pour qui les assouplissements ont pu avoir une incidence sur leur planification financière », a déclaré Isabelle Grenier, présidente et chef de la direction d’Universitas.

Mme Grenier souligne que le plan de mesures financières d’atténuation lancé par Universitas aujourd’hui est le reflet de leur « engagement sincère » à accompagner les familles dans le passage aux critères assouplis et surtout, dans la réalisation du plein potentiel de leurs enfants.

Le plan de mesures financières d’atténuation s’adresse aux clients ayant souscrit un produit collectif offert par Universitas avant le 5 octobre 2017 et n’ayant pas retiré les trois PAE en date du 31 décembre 2017, soit la veille de l’entrée en vigueur des critères assouplis.

À lire aussi : Les Québécois, devenus champions de l’épargne et des placements ?

Afin d’assurer une évaluation impartiale des dossiers, la mise en œuvre du plan de mesures financières d’atténuation a été confiée à Paul Vézina, ancien juge de la Cour supérieure du Québec et de la Cour d’appel du Québec ayant également occupé les fonctions de Bâtonnier du Québec.

Comment les sommes seront distribuées aux clients admissibles ?

À titre d’évaluateur indépendant, Me Vézina devra mettre son expertise et son expérience à contribution afin d’élaborer la structure et les critères selon lesquels les sommes seront distribuées aux clients admissibles. La logistique entourant le plan de mesures financières d’atténuation est, quant à elle, confiée à la société Collectiva, une firme spécialisée dans la gestion de réclamations.

Universitas invite tous les clients concernés et s’estimant désavantagés par les assouplissements à s’inscrire dès maintenant en visitant le universitas-attenuation.collectiva.ca. La période d’inscription sera en vigueur jusqu’au 30 avril 2019, après quoi les dossiers seront rapidement évalués par l’honorable Paul Vézina.

Pour rappel, Universitas accompagne, depuis 1964, les familles du Québec et du Nouveau-Brunswick dans le financement des études postsecondaires de leurs enfants. Organisme sans but lucratif, il s’agit de la seule fondation de cette spécialité à avoir son siège social au Québec. Universitas gère plus de 1,45 milliard d’actifs et a versé, à ce jour, près de 885 M$ en paiements d’aide aux études (PAE) et en remboursement d’épargne.

Lire la suite

en-avant