Suivez-nous

Culture

Dédicace: Le léopard n’aime pas les maladroits, 1er roman de Yvan Asselin chez MdAM Éditions

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Crédit photo: Baba I. Fofana/Avant-Première MTL

Maison de l’Afrique Montréal se lance dans la production et la diffusion de livres ou de documents mis en page. D’une pierre deux coups, le lancement des Éditions de la Maison de l’Afrique Mandingo (ou MdAM Éditions) s’est fait conjointement avec la dédicace du premier roman, Le léopard n’aime pas les maladroits, de Yvan Asselin, le jeudi 22 mars à Montréal.

« C’est la première fois de ma vie que j’ai autant de gens que j’aime aussi proche de moi pour un évènement comme celui-là. J’ai découvert une nouvelle fonction dans la vie, celle d’éditeur. Et comme me disait un vieil éditeur, c’est un métier qui s’apprend, ça prend 20 ans, 30 ans pour se bâtir. Et moi, tout à coup, je suis arrivé comme ça. J’ai eu quand même de l’aide, des gens qui m’ont soutenu pour ce premier roman tout en m’apprenant les règles du jeu parce qu’au Québec, c’est compliqué de publier des livres, c’est compliqué d’écrire. Il faut maîtriser tout le milieu pour en arriver à ce stade », a souligné d’entrée de jeu Yvan Asselin, auteur et patron des Éditions MdAM.

« Ça m’a pris 10 ans, mais tout a été inventé »

Yvan Asselin en séance de dédicace de Le léopard n’aime pas les maladroits. Crédit: Baba I. Fofana

De directeur général à Radio-Canada à consultant en Afrique, en passant par la création de la première télé web en Côte d’Ivoire et directeur de la Radio Okapi en RDC, M. Asselin aura travaillé 10 années avant de sortir Le léopard n’aime pas les maladroits. « Ça m’a pris 10 ans, mais tout a été inventé. C’est un vrai roman, sauf que chaque ligne, chaque période que j’évoque a été vérifiée », précise l’auteur. En dégustant ce premier roman qui transporte au cœur des croyances africaines et amérindiennes à la fin du dix-neuvième siècle, Yvan Asselin arrive à faire voyager le lecteur avec une touche d’humour exaltant.

Noir sur blanc, tout fout le camp de Michel Mbambara aux Éditions MdAM. Crédit: Baba I. Fofana

« Pour sauver son peuple de la misère qui s’annonçait après la cession du Congo au roi des Belges Léopold II en 1885, le chef de la tribu des Mbotos envoie son fils au ‘’pays des Blancs’’ découvrir les secrets de leurs richesses pour ensuite sauver son peuple de la misère qui l’attend. Caché dans la cale d’un navire en partance pour l’Europe, Auguste Mbuyi, héritier à quatorze ans des pouvoirs des sorciers du Léopard, se retrouve après de multiples péripéties en terre québécoise, à Tadoussac, dans un campement montagnais. Toute sa vie, malgré un destin hors du commun, il portera la culpabilité de son enracinement définitif au Québec. C’est son petit-fils, Victor, un enfant à la peau blanche, qui retournera dans les années 1980 au pays de ces ancêtres afin de racheter la faute de son aïeul », peut-on lire en substance dans le résumé de l’éditeur.

Taxi pour Kigali de Nathalie Blaquière aux Éditions MdAM. Crédit: Baba I. Fofana

Selon Yvan Asselin, l’idée est de « faire vivre toute l’Afrique autrement » à travers des auteurs inspirés par du vécu africain, des histoires africaines : « Il fallait trouver des gens ici qui ont quelques connaissances de l’Afrique et qui peuvent apporter quelque chose. On est au Canada et en Afrique francophone parce qu’on a l’avantage de faire partie d’un groupe que, dirige Mariam Sy Diawara, qui a la possibilité de distribuer en Afrique de l’Ouest. Nos auteurs canadiens de toutes origines sont inspirés par l’Afrique ».

« Le meilleur de l’Afrique en partage »

Mariam Sy Diawara, fondatrice et Présidente de la Maison de l’Afrique-Mandingo. Crédit: MAM

Pour sa part, Mariam Sy Diawara, fondatrice et Présidente de la Maison de l’Afrique-Mandingo, dont la mission est de « faire vivre l’Afrique à Montréal » et pour slogan « le meilleur de l’Afrique en partage » a dit sa joie d’accueillir le lancement de la nouvelle maison d’édition MdAM. Reprenant un pan de son discours du 5 novembre 2009, lors de l’inauguration de Maison de l’Afrique-Mandingo [encore d’actualité selon elle], Mme Sy Diawara a parlé de son engagement visant à l’intégration « la meilleure possible » des Africains de toutes les origines au Canada, « afin que chacun de vous puisse dire parmi vous et un jour parmi nous ».

Également promotrice du plus grand événement sur le numérique en Afrique francophone dont Africa Web Festival [conçu à Montréal], elle entend continuer à œuvrer pour « le meilleur de l’Afrique en partage » à travers des “idées et des actions de tous et de toutes”.

Par ailleurs, le patron de la maison des Éditions MdAM a annoncé son intention d’éditer 10 ouvrages par an. Profitant de l’occasion, M. Asselin a levé le voile sur les prochaines parutions [au moins neuf livres] dont Taxi pour Kigali de Nathalie Blaquière ; Noir sur blanc, tout fout le camp de Michel Mbambara ; Un enfant qui rêvait en rouge d’Iman Eyitayo et La vieille qui dessinait sa vie de Aziz Farez.

"LE LEOPARD N'AIME PAS LES MALADROITS"

Posted by Maison de l'Afrique Montréal on Saturday, March 24, 2018

Les Éditions MdAM sont ouverts à six collections ou genres : Fiction, comme le roman Le léopard n’aime pas les maladroits; Témoignages, pour des aventures qui méritent davantage d’être connu ; Idées, pour les intellectuels qui veulent contribuer au développement en Afrique ; Nature, Environnement et Cuisine, qui vise à promouvoir des recettes africaines.

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Culture

Pratiques linguistiques : des lacunes qui défavorisent l’Administration québécoise

Avatar

Publié

le

Les ministères et organismes publics du gouvernement du Québec adoptent des pratiques linguistiques conformes à la politique linguistique gouvernementale tout en favorisant l’unilinguisme français, mais des lacunes doivent être corrigées pour assurer l’exemplarité de l’Administration.

Tel est l’un des constats de l’étude rendue publique aujourd’hui, lundi 4 novembre, par le Conseil supérieur de la langue française et intitulée Pratiques linguistiques des ministères et organismes publics du gouvernement du Québec.

L’exemplarité de l’État en matière d’usage du français comme langue de l’Administration, du travail et des communications est un des éléments-clés de la Charte de la langue française, cette exemplarité étant notamment encadrée par la Politique gouvernementale relative à l’emploi et à la qualité de la langue française dans l’Administration.

Le Conseil avait ainsi pour mandat d’établir un portrait des pratiques linguistiques des ministères et organismes dans leurs interactions avec les personnes physiques, les personnes morales et les entreprises, une opération qui visait à déterminer les meilleures pratiques parmi celles observées et à suggérer des pistes d’amélioration pour l’adoption de pratiques conformes aux objectifs de la politique linguistique gouvernementale.

Les approches retenues dans le dispositif afférent permettent de viser soit l’ensemble des ministères et organismes assujettis à cette politique, soit ceux d’entre eux qui interagissent le plus couramment avec les citoyens ou les entreprises.

Cette recherche n’est toutefois pas un exercice de contrôle en ce qu’elle vise plutôt à établir des constats sur les façons dont les organisations ont recours au français et à d’autres langues dans leurs activités et leur fonctionnement. En ce sens, aucun ministère ou organisme n’est nommément associé à une pratique linguistique particulière, les constats étant plutôt traités de manière globale et générique.

À la suite de l’analyse des politiques linguistiques institutionnelles et des documents administratifs sur l’usage des langues, de la réalisation de recensions relatives aux services téléphoniques et aux sites Web, et de la tenue d’une enquête par sondage portant sur les pratiques en situation de travail, le Conseil a été en mesure de signaler les bonnes pratiques et de suggérer des pistes d’amélioration.

Les politiques linguistiques des ministères et organismes

Les ministères et organismes dont les pratiques ont été analysées respectent la politique linguistique gouvernementale et ont su l’adapter en fonction de leur mission respective et de leurs activités en balisant, par exemple, l’utilisation d’une autre langue dans les interactions orales et écrites avec les personnes physiques, les personnes morales et les entreprises. Ces politiques linguistiques institutionnelles, lorsqu’elles traitent de ces questions, favorisent également l’unilinguisme français.

Les organisations ont de plus mis à la disposition de leur personnel une documentation sur laquelle il peut s’appuyer et qui est de nature à assurer la cohérence des pratiques linguistiques. Somme toute, on peut affirmer qu’elles manifestent une volonté d’accorder une place centrale au français dans leur fonctionnement ainsi que dans leurs activités de communication.

Il pourrait par contre être utile de demander aux ministères et aux organismes, dans la perspective qu’ils adoptent une politique linguistique institutionnelle ou qu’ils procèdent à sa révision, de voir de quelles manières ils pourraient alors, le cas échéant, baliser davantage leurs interactions avec la communauté d’expression anglaise, les communautés autochtones et les personnes immigrantes, en tenant compte au même moment des principes et des dispositions de la Charte de la langue française.

Par ailleurs, la gestion des codes de langue, soit la langue inscrite au dossier d’un usager et qui permet de déterminer celle dans laquelle sa correspondance doit lui être transmise, peut apparaître déficiente. Si plus de 41 ministères et organismes y ont recours, seulement 4 abordent cette question dans leur politique linguistique et guère plus dans leurs documents administratifs sur l’usage des langues.

Les services téléphoniques et les sites Web

Les politiques linguistiques institutionnelles démontrent aussi que les ministères et organismes se sont approprié les prescriptions de la politique linguistique gouvernementale tant à l’égard des systèmes interactifs de réponse vocale qu’à celui des sites Web.

Ils doivent toutefois évaluer la pertinence, comme les invite la politique linguistique gouvernementale, de faire entendre un message dans une autre langue que le français dans les systèmes téléphoniques interactifs, considérant que ces messages doivent être en français et que la présence de l’anglais y a été notée dans plus de 46 % des 622 systèmes répertoriés.

De plus, au moment où la politique linguistique gouvernementale précise que le message d’accueil en français doit être énoncé au complet avant que ne soit donné l’accès à un message dans une autre langue, la recension a permis de constater que 38 % de ces systèmes ne s’y conforment pas. Les organisations doivent ainsi être plus vigilantes à ce chapitre.

Enfin, le sujet de la langue des interactions orales est balisé dans les politiques linguistiques institutionnelles, et les ministères et organismes doivent voir à ce que leur personnel s’assure du niveau de compétence linguistique de l’interlocuteur avant de poursuivre les échanges dans une autre langue que le français.

En ce qui concerne les sites Web, tous se présentent d’abord en français, conformément aux prescriptions de la politique linguistique gouvernementale. Si le contact avec la page d’accueil de ces sites confirme le principe selon lequel l’Administration privilégie l’unilinguisme français dans ses activités, on remarque par ailleurs que les ministères et organismes ont prévu offrir aussi aux internautes de l’information dans une autre langue.

Ainsi, dans 96 des 131 sites à l’étude, soit 73 %, il y a présence d’une telle section distincte en anglais. Il y a aussi présence de l’anglais dans certaines sections en français, surtout dans celle des publications.

Des analyses de pertinence devraient porter sur la nécessité d’offrir, dans les sites des organisations, une version dans une autre langue des contenus qui y sont présentés. Pas plus ici que dans les services téléphoniques ces exercices auraient-ils pour but de retirer, le cas échéant, des messages et des contenus déjà offerts, mais bien désormais d’en mesurer davantage l’à-propos, conformément à la politique linguistique gouvernementale.

Enquête par sondage sur les pratiques linguistiques

Une enquête par sondage menée auprès de 4 475 personnes travaillant au sein de 19 ministères et organismes a permis de mesurer le niveau de connaissance et de respect de la politique linguistique gouvernementale ou des politiques linguistiques institutionnelles.

On constate d’abord que la très vaste majorité (91 %) du personnel ayant des interactions avec des usagers accorde beaucoup d’attention à la qualité de la langue française dans le cadre de son travail.

Par ailleurs, environ les deux tiers (67 %) des membres du personnel savent que le ministère ou l’organisme pour lequel ils travaillent est tenu d’adopter sa propre politique linguistique. Toutefois, seulement 38 % déclarent avoir été formés et informés à ce sujet. Il en résulte que ce personnel n’est guère en mesure de se référer à cette politique dans l’exercice de ses fonctions.

Les résultats de l’enquête révèlent également que plus de la moitié (56 %) des membres du personnel ignorent l’existence de documents administratifs sur l’usage des langues dans leur organisation et une proportion similaire (58 %), que leur ministère ou organisme met en application des mesures qui privilégient les communications en français avec les personnes immigrantes.

Il existe par conséquent un besoin important de formation et d’information sur la politique linguistique gouvernementale tout autant que sur la politique de chaque ministère ou organisme, sur les documents administratifs disponibles ainsi que sur les mesures favorisant l’application de ces politiques. Il s’agit là, vraisemblablement, de l’explication d’une partie des lacunes révélées par le portrait des pratiques linguistiques.

Ainsi, les règles régissant les interactions orales et écrites avec les personnes physiques semblent généralement connues des membres du personnel, et elles sont le plus souvent bien appliquées.

Cependant, lorsqu’il s’agit des interactions orales et écrites avec les personnes morales et les entreprises établies au Québec, ce personnel ne semble pas toujours connaître suffisamment bien les balises qui les encadrent. C’est ainsi près de la moitié (48 %) du personnel ayant des interactions orales avec des personnes morales ou des entreprises établies au Québec qui fait parfois usage d’une autre langue que le français dans ce type d’interaction, alors que la proportion est de 39 % dans le cas des interactions écrites.

Aussi, ce même personnel ne semble pas non plus avoir une juste connaissance des mesures applicables à la transmission de documents dans une autre langue à des usagers au Québec.

En somme, il y a certes présence de l’anglais ou usage de la langue anglaise dans certaines pratiques linguistiques des ministères et organismes, mais, dans la plupart des situations, sauf dans des cas d’espèce, ce recours se fait en conformité avec les dispositions de la Charte de même qu’avec celles de la politique linguistique gouvernementale.

L’exercice de révision de cette politique se révèle maintenant un passage obligé, plus de huit ans après l’adoption de sa dernière version. Dans cette perspective, les constats et les commentaires formulés tout au long de l’étude permettront de guider cette réflexion, laquelle devra de plus prendre en compte l’utilisation généralisée et croissante des médias sociaux dans les activités de communication des ministères et organismes, ainsi que dans leur offre de services.

Source : Conseil supérieur de la langue française

À lire : Le Mauril, un programme pour l’apprentissage de deux langues au cœur de l’identité canadienne

Lire la suite

Actualités

Les Prix du Québec : voici les récipiendaires des prix culturels et scientifiques 2019

Avatar

Publié

le

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Pierre Fitzgibbon, et la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, ont dévoilé les récipiendaires des Prix du Québec 2019.

« Les Prix du Québec mettent en lumière les découvertes, les réalisations et l’esprit d’innovation de nos plus grands chercheurs. Je suis très impressionné par le parcours de ces gens d’exception, qui contribuent à façonner le Québec d’aujourd’hui grâce à leur rigueur, à leur engagement et à leur savoir-faire », a déclaré M. Fitzgibbon.

Ces prix représentent la plus haute distinction décernée par le gouvernement du Québec en science et en culture. Ils soulignent la carrière remarquable de personnes qui contribuent à l’essor de leur domaine d’activité, repoussent les limites de la connaissance et participent au rayonnement du Québec à l’échelle internationale.

Les récipiendaires des Prix du Québec font briller le Québec!

« Les récipiendaires des Prix du Québec culturels sont des exemples d’engagement, de discipline et de créativité qui suscitent admiration et fierté, et qui inspirent les nouvelles générations de Québécois. Ils contribuent, par leur talent, à faire briller le Québec ici et hors de nos frontières et ils méritent qu’on leur accorde cette distinction », a fait valoir Mme Roy.

Les récipiendaires des prix culturels 2019 sont :

  • Pauline Vaillancourt, prix Albert-Tessier – Audiovisuel et arts de la scène;
  • Hélène Dorion, prix Athanase-David – Littérature;
  • Angèle Dubeau, prix Denise-Pelletier – Arts d’interprétation
  • Jean-Claude Poitras, prix Ernest-Cormier – Aménagement du territoire, architecture et design;
  • Hélène Cajolet-Laganière, prix Georges-Émile-Lapalme – Langue française;
  • Jocelyn Bérubé, prix Gérard-Morisset – Patrimoine;
  • Raymond Saint-Pierre, prix Guy-Mauffette – Radio, télévision, presse écrite et médias numériques;
  • Luc Courchesne, prix Paul-Émile-Borduas – Arts visuels, métiers d’art et arts numériques.

Les récipiendaires des prix scientifiques 2019 sont :

  • Réjean Hébert, prix Armand-Frappier – Création ou développement d’institutions de recherche ou administration et promotion de la recherche;
  • Claudia Mitchell, prix Léon-Gérin – Sciences humaines et sociales;
  • Karim Zaghib, prix Lionel-Boulet – Recherche et développement en milieu industriel;
  • Francine Descarries, prix Marie-Andrée-Bertrand – Innovation sociale;
  • Sylvain Moineau, prix Marie-Victorin – Sciences naturelles et génie;
  • Stanley Nattel, prix Wilder-Penfield – Recherche biomédicale;
  • Maxime Descoteaux, prix Relève scientifique.

La cérémonie de remise des prix aura lieu le 6 novembre à 16 h à l’hôtel du Parlement. Les récipiendaires recevront une médaille créée par la joaillière Catherine Villeneuve, une bourse de 30 000 $ et un parchemin calligraphié. Le lauréat du prix Relève scientifique obtiendra quant à lui une bourse de 5 000 $ et un certificat de reconnaissance, tandis que les deux finalistes, Julie Hlavacek-Larrondo et Laurent Turcot, recevront chacun une somme de 2 000 $.

À lire : Coopération climatique : Québec remporte un prestigieux prix des Nations Unies

Lire la suite

Culture

Relations interculturelles, les gouvernements de proximité se mobilisent pour l’immigration

Avatar

Publié

le

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) dresse un bilan positif de la Journée de mobilisation sur l’immigration et les relations interculturelles qu’elle a tenue vendredi 11 octobre à Sherbrooke en présence de plus de 150 élues, élus, gestionnaires municipaux, spécialistes et personnalités.

« Les gouvernements de proximité se retrouvent au cœur des défis de société que sont la cohésion sociale et le vivre ensemble. Elles peuvent jouer un rôle important en matière d’inclusion des personnes immigrantes sur leur territoire grâce à des actions structurées, cohérentes et adaptées aux besoins des personnes et des milieux d’accueil », a déclaré le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson.

Les relations interculturelles au cœur des défis de société!

Selon lui, cette journée de mobilisation a permis de mettre en lumière les besoins des membres de l’Union en matière de formation continue et d’accompagnement sur cet enjeu et de partager les initiatives, outils et bonnes pratiques à la disposition du milieu municipal.

L’UMQ a par ailleurs profité de l’événement pour rappeler l’importance de convenir rapidement d’un cadre de référence pour les ententes entre les municipalités et le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI).

« Alors que le MIFI procède à une révision de ses différents programmes, il est essentiel que le partenariat avec les municipalités soit basé sur une vision commune, cohérente et à long terme des actions à mettre en place concernant la régionalisation de l’immigration. Il apparaît aussi nécessaire de bonifier les sommes dont peuvent bénéficier les municipalités dans le programme Mobilisation-Diversité, ce qui leur permettrait de consolider les actions en cours, mais aussi d’en développer de nouvelles, notamment dans les municipalités qui prévoient accueillir davantage de personnes immigrantes dans les années à venir », a conclu Monsieur Cusson.

La voix des gouvernements de proximité 

Depuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85% de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant