Suivez-nous

Politique

Défense : un ministre canadien dans de beaux draps

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

( ©Adrian Wyld / THE CANADIAN PRESS)

Le ministre de la Défense du Canada est la cible de l’Opposition officielle depuis lundi, alors que les travaux à la Chambre des communes reprenaient après le congé pascal de deux semaines.

Harjit Sajjan va-t-il céder à la pression ? Le ministre de la Défense canadienne qui revient d’une visite officielle en Inde, le 18 avril dernier, est « attaqué » de toute part par l’opposition. En cause, le ministre Sajjan se serait « approprié des faits d’armes » lors de la plus célèbre opération de combat du Canada en Afghanistan. Le lieutenant-colonel à la retraite avait affirmé, à l’occasion de sa visite dans son pays d’origine, d’avoir été « l’architecte de l’opération Méduse, qui a permis le retrait du champ de bataille de 1500 combattants talibans ».

L’Opposition fait front commun !

Des propos que l’Opposition officielle juge « inacceptable » de sa part : « Le ministre est devenu la risée dans les Forces armées canadiennes. Il a perdu toute crédibilité envers les militaires canadiens et envers ses collègues des autres pays. De s’approprier des faits d’armes, c’est inacceptable. C’est la base de l’éthique des Forces canadiennes. C’est une disgrâce totale », a commenté le député Pierre Paul-Hus, un ancien militaire.

Accusé d’avoir minimisé le rôle de ses anciens collègues des Forces armées canadiennes dans une bataille, en Afghanistan, en 2006, les partis d’opposition à Ottawa ont fait front commun contre M. Sajjan en réclamant sa démission. La chef par intérim du parti conservateur, Rona Ambrose, a même reproché au ministre de la Défense d’avoir pris le crédit pour les actions des autres. Le Nouveau Parti Démocratique (NPD) a aussi critiqué les propos du patron de la Défense canadienne, en demandant une nouvelle enquête sur le mauvais traitement de détenus afghans.

Face à cette « fronde », le ministre Sajjan a été forcé de s’excuser à plusieurs reprises, depuis le 28 avril dernier. Encore samedi, il a admis son « erreur » en tentant d’expliquer sur sa page Facebook ce qu’il voulait dire réellement sans vouloir nier le rôle de ses compagnons d’armes et de ses supérieures. « J’ai commis une erreur en décrivant mon rôle. Je souhaite rétracter cette description et m’en excuser. Je le regrette sincèrement. Quoique je sois fier du rôle que j’ai joué lors de mes déploiements en Afghanistan, mes commentaires n’avaient jamais l’intention de diminuer les rôles de mes anciens supérieurs ni de mes compagnons d’armes. Je souhaite leur offrir mes excuses les plus sincères », a regretté Harjit Sajjan.

Sajjan se débat, Trudeau à la rescousse

A l’en croire, il aurait dû parler de ce « succès militaire » comme étant « le résultat du leadership, du service et du sacrifice des nombreux hommes et femmes dévoués aux Forces canadiennes ». Et de préciser : « l’opération Méduse fut un succès en raison du leadership du Général Fraser et de l’équipe extraordinaire au sein de laquelle j’avais l’honneur de servir ». Tout en se disant « fier » d’avoir servi auprès de soldats canadiens, américains et afghans qui ont fait de l’opération Méduse un succès. « Je suis honoré de pouvoir servir aujourd’hui, en tant que Ministre de la Défense nationale, au service des femmes et des hommes de nos Forces canadiennes », a conclu M. Sajjan dans sa note d’excuse.

Malgré tout, l’opposition a continué de ‘’clamer haut et fort’’ que le premier ministre Justin Trudeau devrait « retirer sa confiance » en l’homme. En réponse, le Numéro 1 canadien a dit avoir pris acte des ‘’remords’’ de son ministre. Il a été plus clair face aux « demandes incessantes » de limogeage réclamées par l’opposition. « Le ministre a fait une erreur. Il a reconnu sa responsabilité et s’est excusé pour cela ; c’est ce à quoi les Canadiens s’attendent quand quelqu’un fait des erreurs », a tranché M. Trudeau, en chambre parlementaire.

Ces propos du premier ministre vont-ils réussir à calmer les ardeurs de l’opposition ? L’éventuelle démission du ministre n’est-elle pas un ‘’stratagème’’ de l’opposition pour affaiblir, de plus en plus, le Parti libéral face aux prochaines élections à venir au Canada? L’avenir nous le dira !

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formations

Réforme de l’immigration : des étudiants étrangers seront rapatriés du Québec ?

Avatar

Publié

le

Après avoir baissé le seuil d’immigration de 52 000 en 2018 à 40 000 en 2019, et annulé 18 000 dossiers de demandes d’immigration, le gouvernement du Québec est passé à une autre étape de sa vaste réforme de l’immigration depuis sa prise de fonction le 1er octobre 2018. Cette fois-ci, des milliers d’étudiants étrangers semblent être touchés par ce qui a été annoncé le 30 octobre dernier.

Depuis le 1er novembre 2019, la réforme de l’immigration a pris un virage à 360° à l’heure au Québec. Le gouvernement dirigé par François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), n’y est pas allé de main morte pour « briser le rêve » de milliers d’étudiants étrangers qui avaient l’intention de rester dans la Belle Province après leurs études.

Désormais, les étudiants étrangers, mais aussi les travailleurs temporaires, devront détenir un diplôme ou avoir une expérience d’emploi dans des domaines définis par le gouvernement, en lien avec la pénurie de main-d’œuvre, afin d’avoir accès au Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Par le passé, aucune distinction n’était faite selon le domaine de formation ou le travail occupé.

À travers le PEQ, les étudiants étrangers qui avaient terminé leurs études et obtenu leurs diplômes pouvaient faire une demande de Certificat de sélection du Québec (CSQ). Ce document qui permettait de faire une demande accélérée de Résidence permanente au Canada étaient délivré en un mois contre deux ans pour des candidats à l’immigration hors du Québec.

« La Liste des domaines de formation a été mise à jour le 1er novembre 2019. Cette mise à jour s’applique à toutes les demandes de sélection présentées au ministre, dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés qu’elles aient été présentées avant ou après le 1er novembre 2019 », a indiqué le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) sur son site web.

Étudiants, ce qui sera pris en compte à partir du 1er novembre 2019!

À partir du 1er novembre 2019, les diplômes du Québec admissibles au PEQ sont :

  • le baccalauréat (1er cycle universitaire);
  • la maîtrise;
  • le doctorat;
  • le diplôme d’études collégiales (DEC) techniques;
  • le diplôme d’études professionnelles (DEP) lequel, seul ou avec une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) obtenue consécutivement, sanctionne 900  heures ou plus de formation;
  • l’attestation de spécialisation professionnelle (ASP) sanctionnant 900 heures ou plus de formation;
  • l’attestation d’études collégiales (AEC) sanctionnant 900 heures ou plus de formation.

Par ailleurs, les candidats doivent avoir complété au moins 900 heures d’études à temps plein au Québec ou, si leur attestation ou diplôme sanctionne plus de 1 800 heures d’études, elles doivent avoir séjourné au Québec pendant au moins la moitié de la durée de leur programme d’études.

Enfin, pour les formations d’une durée de 900 heures à moins de 1 800 heures, les candidats doivent détenir une expérience de travail de 6 mois à temps plein, au Québec, acquise après leur programme d’études et dans leur domaine de formation.

Prioriser les besoins du marché au détriment de…

Rappelons qu’en 2018, près de 11 000 personnes ont bénéficié du PEQ, dont plus de 5100 diplômés. En 2019, le compteur s’est arrêté début juin, au moment de la suspension du programme, à 8052 CSQ délivrés, dont 3226 diplômés. Pendant ce temps, plus de 48 000 étudiants étrangers ont été recensés dans des universités québécoises cet automne.

D’une même voix, le Parti libéral (PLQ), Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont pourtant réclamé « un recul complet » du gouvernement. Mais, le premier ministre François Legault est intraitable sur la question. Le chef caquiste croit qu’à un moment donné, « il faut prioriser, se concentrer sur l’économie et répondre aux besoins du marché du travail ».

Alors que le gouvernement Legault prétend répondre en priorité, aux « besoins du marché du travail » à travers ces réformes de l’immigration, faut-il craindre que ses décisions [de plus en plus critiquées par tous les partis politiques d’opposition et le monde universitaire] pourraient nuire à l’image du Québec et à l’attractivité de ses universités?

À lire : Immigration : bonne nouvelle pour les étudiants étrangers au Canada

Lire la suite

Actualités

Fiscalité municipale : un Partenariat 2020-2024 pour des municipalités et des régions encore plus fortes

Avatar

Publié

le

C’est à l’Assemblée nationale du Québec que l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et ses partenaires municipaux ont signé le nouveau « Partenariat 2020-2024 pour des municipalités et des régions encore plus fortes » avec le gouvernement. Premier acte d’une réforme globale de la fiscalité municipale.

L’entente intervenue est l’initiative la plus franche des 15 dernières années en faveur de la prévisibilité et de la diversification des revenus des gouvernements de proximité.

Une “bonne entente” pour l’ensemble des municipalités

Après des mois de négociation, la solidarité du monde municipal a permis de décrocher une entente qui reprend l’essentiel des demandes de l’UMQ. « Aujourd’hui, c’est un grand jour pour les municipalités. Ce n’était pas joué d’avance, mais à force de discussions avec nos partenaires, nous sommes arrivés à dégager une voie de passage. Nous pouvons nous dire « mission accomplie ». Voilà le résultat de deux ans de travail dont nous pouvons être fiers », a déclaré d’entrée de jeu monsieur Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville, à sa sortie de la cérémonie de signature qui se déroulait à la salle du Conseil législatif de l’Hôtel du Parlement.

L’UMQ se félicite qu’avec le nouveau « Partenariat 2020-2024 pour des municipalités et des régions en plus fortes », ce sont toutes les municipalités qui y gagnent, qu’importe leur taille ou leur région. 

« Il y en a pour tout le monde dans cette entente. D’abord, le gouvernement du Québec reconnaît pour la première fois le rôle des gouvernements de proximité comme moteurs de création de richesses. Le partage de la croissance d’un point de la TVQ arrimera le monde municipal à une importante source de revenu autonome et encouragera le développement économique. Autre priorité de négociation, l’augmentation du partage des redevances sur les ressources naturelles permettra de valoriser les régions du Québec. Au total, c’est plus de 3 milliards $ d’argent neuf qui iront aux municipalités », a ajouté Monsieur Cusson, qui y voit également la reconnaissance de l’importance de l’autonomie municipale.

Plus de 3 milliards $ d’argent neuf qui iront aux municipalités pour la fiscalité municipale…

Outre les gains sur les priorités de négociations de l’UMQ, la création du Fonds Régions et Ruralité, qui bénéficiera d’une nouvelle enveloppe de 224,5 millions $, et la bonification du programme d’aide à la voirie locale, sont aussi de bonnes nouvelles pour les gouvernements de proximité.

L’UMQ constate que la conclusion de l’entente est le résultat de l’influence de son travail de sensibilisation et d’argumentation en faveur d’une réforme de la fiscalité municipale et de l’importance des gouvernements de proximité dans le quotidien des citoyennes et des citoyens.

« L’UMQ a été la première à tirer la sonnette d’alarme sur l’avenir de l’impôt foncier. On le sait, cet outil est dépassé et fait reposer un poids de plus en plus insoutenable sur les épaules des contribuables et des entreprises. Les responsabilités du monde municipal sont en croissance et les revenus sont en baisse. C’est mathématique. Malgré les qualités de l’entente, il reste du travail à faire », a conclu le président de l’UMQ.

Source : UMQ

À lire : Eau potable : Québec baissera de moitié la norme de concentration maximale de plomb

Lire la suite

Actualités

Eau potable : Québec baissera de moitié la norme de concentration maximale de plomb

Avatar

Publié

le

À la suite de l’annonce du gouvernement du Québec d’abaisser de moitié la norme de concentration maximale de plomb acceptable dans l’eau potable et de revoir les méthodes d’échantillonnage, conformément aux recommandations de Santé Canada, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) insiste sur l’importance d’assurer la qualité de l’eau potable que consomment les citoyennes et citoyens. 

L’UMQ annonce qu’elle offre sa collaboration à l’élaboration de la stratégie d’intervention gouvernementale à cet effet dans les prochains mois. « La qualité de l’eau potable est une priorité pour les gouvernements de proximité, qui assument la responsabilité du réseau public de conduites d’eau. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les municipalités sont à pied d’œuvre jour après jour et investissent déjà pour moderniser leur réseau d’aqueduc », a déclaré le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson.

L’eau potable qui sort des usines de traitement est exempte de plomb!

L’Union tient à rassurer la population : l’eau potable qui sort des usines de traitement est exempte de plomb et d’excellente qualité. Ce sont plutôt les composantes physiques de la plomberie qui peuvent occasionner le problème de contamination qui affecte certains quartiers dans un nombre limité de municipalités aux prises avec un réseau d’aqueduc vieillissant.

Cette problématique est complexe puisque la responsabilité des conduites d’eau est partagée entre les propriétaires privés, les institutions, les municipalités et les autres paliers de gouvernement. Le plan d’action que devront mettre en place les municipalités pour réduire la présence de plomb dans l’eau potable permettra par ailleurs de mieux documenter l’état de la situation sur leur territoire et d’agir en ce sens.

« Au cours des quatre prochaines années, ce sont plus de 8 milliards $ qui seront investis par les municipalités dans leurs conduites d’eau, en collaboration avec les autres paliers de gouvernement. »

– Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville

« Afin que la stratégie d’intervention gouvernementale porte ses fruits et atteigne les résultats escomptés, il s’avère essentiel que Québec établisse, avec les partenaires municipaux, un calendrier de mise en œuvre et un cadre financier qui tiennent compte des différentes réalités municipales en termes de ressources humaines, matérielles et financières, tout en gardant le cap sur l’objectif de maintenir et d’améliorer la qualité de l’eau potable au Québec », a conclu M. Cusson.

L’UMQ, la voix des gouvernements de proximité

Depuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85% de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

Source : Union des municipalités du Québec

À lire : Ce quizz te permettra d’évaluer ta consommation d’eau

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant