Suivez-nous

Actualités

Des Canadiennes sur la route d’Alyssa

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Avant Première MTL leur a souhaité bonne route alors qu’elles s’apprêtaient à prendre l’avion de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. 18 Canadiennes sont parties mercredi 27 décembre rouler sur un autre tapis blanc. Une compétition automobile «rose» les attend et la douceur du climat tunisien aussi.

La 4ème édition du Rallye Alyssa-Trophée Shell Fuel Save a commencé jeudi 28 décembre à Tunis. Plus d’une trentaine d’équipages féminins venant de France, du Canada, de la Belgique, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie sont impatients de prendre la route le 29 pour parcourir la Tunisie du nord au sud.

Le lancement de la première participation canadienne a eu lieu lors du Salon International Tourisme Voyage le 20 octobre 2017 à la Place Bonaventure. Les équipages portant la feuille d’érable sont accompagnés notamment par des médias Canadiens, à savoir, agencetourdumonde.com, Télé Québec, siegehublot.com et Tourisme Plus. Tout ce beau monde aura la chance d’admirer 1500 kilomètres de paysages pittoresques et sites archéologiques et profitera des activités culturelles organisées à cette occasion.

Comment fonctionne le Rallye Alyssa ?

« Le Rallye Alyssa-Trophée Shell Fuel Save est un rallye automobile de régularité sur routes goudronnées ouvertes. La sécurité est la principale préoccupation des organisateurs, tout comme le respect du Code de la Route, de la Prévention routière ainsi que la préservation de tous les sites, villes et villages traversés. Les Concurrentes doivent respecter une moyenne de vitesses imposées par le règlement particulier du rallye et des heures de passages. Il est nul besoin d’être une championne du volant, ni de suivre un entrainement intensif, les participantes ont pour objectif de s’approcher le plus possible d’une vitesse moyenne imposée pour effectuer un trajet défini. », indique le communiqué de presse de l’événement. L’équipage gagnant sera celui qui a le moins de pénalités.

« Le sport est bien affaire de frissons.», a dit Jean Dion (Le Devoir, 1999). Certes les frissons ne sont pas toutes les mêmes. De toute évidence, elles seront plurielles dans ce road trip de fin d’année. Pour ce sport, et particulièrement cette initiative internationale aux enjeux culturels et touristiques, l’idée est d’apprécier l’aventure en dehors des sentiers balisés.  

« C’est une action qu’on a programmée avec la participation et le soutien de Tunisair. On espère que nos invités auront l’occasion de découvrir un beau pays lors de cet événement promotionnel.», a déclaré Issam Khereddine, directeur de l’Office du Tourisme Tunisien au Canada. « Cette année c’est la grande reprise du marché canadien. On a enregistré une augmentation de 36% par rapport à l’année dernière. », s’est-il réjouit.

De gauche à droite : Audrey Rheault-Labarre, Caroline Mongrain, Hélène Frênette et Martine Bussières. Crédit photo Avant Première MTL

Les participantes avec qui on a eu le plaisir de converser ne sont pas à la recherche d’adrénaline et d’émotions exclusivement liés au challenge et à la victoire. On est à deux jours du départ et pour elles la question du stress ne se pose même pas.

« Le stress dépend de comment tu prends ça avant de partir et dans quel but tu vas là. Si tu vas là pour t’amuser ou si tu vas là pour performer. Si c’est pour performer tu vas avoir plus de stress par rapport à la conduite et tout ça. Mais si tu t’en vas là pour participer, découvrir, visiter, rencontrer les gens, puis échanger, c’est toute une autre idée là. », a dit Hélène Frênette.

« Moi j’ai zéro stress. Je m’en vais là pour m’amuser. », a-t-elle confirmé, sourire aux lèvres.

Pour Mme Frênette c’est la deuxième compétition sur le goudron nord-africain. Comme les trois autres participantes, elle a été invitée par son amie Isabelle Gagné rencontrée en 2011 sur le circuit du Cap Fémina au Maroc. Mme Gagné fait partie du comité d’organisation du rallye Alyssa basé à Montréal.

« Dans les rallyes, on fait de belles rencontres avec plusieurs personnes de partout dans le monde. Et c’est pour cette raison que j’ai décidé d’y retourner cette année. », a ajouté Mme Frênette.

« Je ne suis jamais allée au désert. Je vais réaliser le rêve de ma vie dans ce rallye. J’y vais aussi dans l’esprit de rencontrer des gens, découvrir le pays, les Tunisiens et comment ils vivent.», a expliqué Martine Bussières, la coéquipière de Mme Frênette.

« C’est le défi personnel. Nous aussi on y va pour l’aventure plus que pour l’esprit de compétition, surtout que c’est notre premier rallye. », a exprimé l’équipe formée par Caroline Mongrain et Audrey Rheault-Labarre.

Durant l’épreuve le groupe visitera les côtes de Carthage, Tabarka, les sites archéologiques de Dougga et Mactaris, le Cap Bon, les oasis des montagnes Tamerza et Chebika, etc. Les sept jours de la virée seront appréciés, espérant, dans la convivialité et la bonne humeur qu’ont connus les éditions précédentes.

« Ce que j’ai aimé, c’est qu’on conduira en avant midi. On arrête en après-midi, puis après on a tout le restant de la journée pour aller visiter et explorer. Les horaires sont bien parce que la journée ou on roule le plus, on fait seulement 300 kilomètres », a indiqué Mme Bussières.

« C’est accès sur la sécurité routière, donc on ne sera pas obliger de rouler vite ce qui est bien parce qu’on va profiter des paysages. On ne sera pas pressé par le temps. »

Il fera entre 15 et 22 degrés pendant le rallye. En souhaitant que cette température clémente procurera zénitude et complicité requises pour gagner, on vous donne rendez-vous dans une semaine pour le compte rendu de ce doux périple.

Madame Hélène Frênette, participante au Rallye Alyssa-Trophée Shell Fuel fait part de son enthousiasme de sillonner la Tunisie, lors du départ des équipes québécoises de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à Montréal vers la Tunisie.

Monsieur Issam Khereddine, directeur de l’Office National du Tourisme Tunisien au Canada, présente le Rallye Alyssa-Trophée Shell Fuel lors du départ des équipes québécoises de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à Montréal vers la Tunisie.

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Avatar

    Gémond-tlili

    8 Jan 2018 à 5:31

    Très bel article ! Bravo !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nation

Assurance-médicaments : vers la mise en œuvre d’un régime universel au Canada

Avatar

Publié

le

Le gouvernement Trudeau veut aller de l’avant avec un régime d’assurance-médicaments national comme l’ont suggéré récemment plusieurs organisations syndicales du Québec. Une nouvelle agence canadienne des médicaments devrait voir le jour.

Si les Canadiens sont fiers du système de soins de santé de leur pays, qui procure des soins en fonction des besoins et non de la capacité financière. Cependant, les médicaments sur ordonnance ne sont pas à la portée de tous.

D’après Santé Canada, les coûts des médicaments assumés par les Canadiens sont parmi les plus élevés dans le monde, et la couverture d’assurance-médicaments actuelle est inéquitable. « La nouvelle agence canadienne des médicaments aidera à réduire le coût de ces médicaments pour les Canadiens. Et grâce à l’approche nationale, certains médicaments parmi les plus coûteux deviendront accessibles aux Canadiens atteints d’une maladie rare », a annoncé Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé.

Les trois « étapes importantes » à venir

Dans le budget de 2019, présenté la semaine dernière, le gouvernement fédéral annonce son intention de collaborer avec ses partenaires afin de procéder à la mise en œuvre de trois éléments fondamentaux d’un régime d’assurance-médicaments national par les moyens suivants :

  • Créer l’Agence canadienne des médicaments, qui serait chargée d’évaluer l’efficacité des nouveaux médicaments sur ordonnance et en négocierait le prix pour le compte des régimes d’assurance-maladie du Canada. En négociant de meilleurs prix, il contribuerait à réduire le coût des médicaments payés par les Canadiens d’un montant pouvant atteindre 3 milliards de dollars par année à long terme.
  • Prendre des mesures en vue de l’élaboration d’un formulaire national, c’est-à-dire une liste exhaustive de médicaments sur ordonnance fondée sur les données probantes. Le gouvernement collaborera avec les provinces, les territoires et les intervenants à l’établissement de cette liste, qui jetterait les bases d’une approche pancanadienne uniforme à l’inscription aux formulaires et à l’accès des patients.
  • Établir une stratégie nationale pour les médicaments onéreux pour le traitement des maladies rares afin d’aider les Canadiens, dont bon nombre sont des enfants, à obtenir un meilleur accès aux traitements efficaces dont ils ont besoin. Le gouvernement collaborera avec les provinces, les territoires et d’autres partenaires pour élaborer un plan visant à ce que les patients atteints d’une maladie rare obtiennent une couverture meilleure et plus uniforme des traitements en vertu des régimes d’assurance-médicaments.

Un financement pouvant atteindre 1 milliard $ sur deux ans

Ces mesures représentent une première étape importante vers l’élargissement de la couverture d’assurance-médicaments et vers la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. « Elles sont fondées sur les résultats des consultations et de rapport provisoire du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime d’assurance-médicaments national », précise Santé Canada.

À lire : Régime d’assurance médicaments au Canada, la pression s’accentue…

Pour rappel, le budget de 2019 propose un financement pouvant atteindre 1 milliard de dollars sur deux ans, à compter de 2022-2023, et 500 millions par année par la suite, afin d’aider les Canadiens atteints d’une maladie rare à accéder aux médicaments dont ils ont besoin. Il versera aussi 35 millions sur quatre ans, à compter de 2019-2020, à Santé Canada en vue de la mise sur pied d’un bureau de transition vers une agence canadienne des médicaments.

Lire la suite

Actualités

Contre le projet de loi 17, les chauffeurs de taxi ont déserté la circulation au Québec, lundi

Avatar

Publié

le

Ce poste de taxi, dans l'arrondissement de Saint-Laurent, était vide de ses occupants habituels ce lundi 25 mars 2019.

De Montréal à Québec, en passant par Laval, Sherbrooke, Saguenay etc., les chauffeurs de taxi ont mis à exécution leur menace de grève lundi dans plusieurs grandes villes, suite au dépôt du projet de loi 17, introduit par le ministre des Transports le mercredi 20 mars à l’Assemblée nationale du Québec.

Alors que le ministre des Transports, François Bonnardel, soutient que le projet de loi 17 qui vise une déréglementation de l’industrie du taxi et la régularisation de celles d’Uber, permettra d’offrir aux clients «plus de services, plus de concurrence et plus de transparence dans les prix». De leur côté, les propriétaires et chauffeurs de taxi, réunis dimanche en assemblée générale extraordinaire à Montréal, estiment plutôt qu’il est «totalement inhumain».

« Un projet de loi inhumain », selon l’industrie du taxi…

Dans un communiqué, le porte-parole pour l’industrie du taxi a indiqué que le gouvernement « envoie sciemment et sans détour près de 22 000 familles à la faillite », au bénéfice d’une multinationale « sans foi ni loi ». « Ce terrain-là est brûlé, on ne voit pas comment on peut bâtir dessus », a déploré Abdallah Homsy, demandant de « carrément retirer » le projet de loi.

Ce lundi, tôt le matin, après un rassemblement devant l’Assemblée nationale, des convois de taxis se sont dirigé vers les bureaux du ministère des Transports pour manifester leur colère, a rapporté Radio-Canada, ajoutant que les chauffeurs ont également déserté l’aéroport international Montréal-Trudeau. La grève générale durerait de 7 h à 19 h.

À lire : L’entreprise irlandaise iCabbi recrute l’équipe techno de Téo Taxi

Au lendemain du dépôt du projet de loi 17, le gouvernement a eu droit à un tirs groupés de Québec solidaire (QS) sur le projet de loi en question que les solidaires ont qualifié de « déloyal » envers les taxis. « C’est un échec cuisant! Le projet de loi 17 ne respecte pas les principes d’équité qu’il devait honorer », a dénoncé Ruba Ghazal.

QS annonce la mort de l’industrie!

Au dire de la députée de Mercier, loin de favoriser les nouveaux joueurs dans l’industrie, le projet de loi, qui prévoit un allègement important des règlements pour les services de transport de type Uber, risque de porter un coup dur à l’industrie du taxi en accentuant la concurrence déloyale. « Le gouvernement a fait tellement de concessions à Uber qu’aucun joueur québécois n’arrivera à faire compétition. L’industrie québécoise du taxi sera tuée avant même d’avoir eu la chance de se moderniser », a martelé Mme Ghazal.

À lire aussi : Face à Uber, Québec verse 250 millions $ aux titulaires de permis de taxi

Malgré tout, le ministre des Transports a soutenu lundi que son projet de loi sur l’industrie du taxi est « bon ». Estimant qu’il sera bénéfique pour les chauffeurs de taxi, puisqu’il réduit la réglementation, la charge fiscale ainsi que les charges administratives de l’industrie. « On met fin à la classe 4C, on met fin à la plaque T qui coûte 1000 $, on réduit le fardeau des chauffeurs de taxi. Les chauffeurs qui louent à hauteur de 300 $, 500 $, 600 $ par semaine un permis de taxi, pour eux, demain matin, ça sera terminé », a-t-il fait valoir.

L’émergence d’innovations et de moyens technologiques

Selon le gouvernement, le projet de loi encourage une offre de services diversifiée en transport de personnes par automobile et facilite le covoiturage avec l’émergence d’innovations et l’utilisation de moyens technologiques tels que les applications mobiles. Il réduit de manière substantielle les charges administratives imposées aux chauffeurs et aux propriétaires d’automobiles utilisées pour offrir du transport rémunéré de personnes. De plus, dit la CAQ, la nouvelle loi facilitera l’entrée sur le marché des aspirants au métier de chauffeur et améliorera la rentabilité des services de transport par automobile offerts aux usagers.

Lire la suite

Actualités

L’itinérance au Québec : un portrait moins reluisant qui met Montréal sous le feu des projecteurs

Avatar

Publié

le

Les résultats du dénombrement des personnes en situation d’itinérance au Québec, réalisé au printemps dernier, ont été dévoilés ce lundi 25 mars par le gouvernement et la Ville de Montréal. De cet exercice, une première du genre, il ressort qu’un peu plus de la moitié des 5 789 personnes en situation d’itinérance dans la province se trouvent à Montréal.

Le rapport Dénombrement des personnes en situation d’itinérance au Québec le 24 avril 2018 s’inscrit dans le cadre d’une vaste démarche visant à dresser le portrait de la situation de l’itinérance au Québec afin de construire une compréhension plus globale du phénomène et d’orienter les réflexions du Québec en matière d’itinérance.

« Pour la toute première fois, cet exercice d’envergure a permis de dénombrer les personnes en situation d’itinérance visible, un jour donné, dans onze régions du Québec, et de dresser leur profil sous plusieurs angles », a déclaré Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux (MSSS), dont les services ont coordonné, sur le plan national, la démarche de dénombrement dans onze régions du Québec ciblées de son territoire pour s’assurer d’une harmonisation dans la collecte, la saisie et l’analyse des données.

Des renseignements précieux sur l’itinérance visible ou cachée…

En plus d’estimer le nombre de personnes en situation d’itinérance visible, cet exercice a permis de recueillir, selon le MSSS, des renseignements précieux permettant de décrire le profil des personnes en situation d’itinérance visible ou cachée. « Grâce à la collaboration des nombreux partenaires et de centaines de bénévoles, cette démarche a permis au ministère de la Santé et des Services sociaux de développer une riche expertise, qui s’avérera plus que précieuse lors des travaux futurs afin de bonifier nos interventions et de mieux répondre aux besoins des personnes, sur le terrain », a souligné Mme McCann.

« L’itinérance visible ne concerne pas seulement les personnes qui passent la nuit dehors. Sur le nombre total de personnes en situation d’itinérance visible, environ 15 % (845) ont passé la nuit dans des lieux extérieurs, alors que les autres personnes étaient majoritairement dans des services offrant de l’hébergement d’urgence ou de transition. » – MSSS

Selon l’estimation de l’équipe de recherche, les régions du Québec ciblées par le dénombrement comptaient, le 24 avril 2018, 5 789 personnes en situation d’itinérance visible. Ceci correspond à environ 76 personnes en situation d’itinérance visible par 100 000 habitants. « Ce résultat indique que l’étendue de l’itinérance visible au Québec serait, toutes proportions gardées, moins importante que dans de nombreuses autres provinces canadiennes ou d’autres pays », dit le ministère de la Santé.

Redoubler d’ardeur pour endiguer l’itinérance à sa source…

Chantal Rouleau, ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, reconnaît que les grandes villes font face à des défis particuliers en matière d’itinérance d’autant plus que la métropole québécoise n’y fait pas exception. « Ce rapport nous apprend d’ailleurs qu’un peu plus de la moitié des personnes en situation d’itinérance dénombrées au Québec se trouvent à Montréal », a noté Mme Rouleau. Tout en pensant que cet exercice de dénombrement permettra d’orienter l’organisation des services, la ministre entend collaborer avec l’ensemble des partenaires du milieu à la mise en place de « solutions durables ».

À lire : Lutte contre l’itinérance, le Canada double son budget

Pour sa part, Rosannie Filato croit qu’au-delà des chiffres, cet exercice de mobilisation aura permis de joindre des centaines de citoyennes et de citoyens en situation d’itinérance visible, en les informant de leurs parcours multiples, tant aux niveaux de la durée, des causes et des besoins.

« Les tendances et les constats qui se dégagent de ce 2e dénombrement nous rappellent qu’il faut redoubler d’ardeur, autant pour endiguer l’itinérance à sa source que pour renforcer la lutte contre l’itinérance selon les réalités propres de notre métropole », a laissé entendre Mme Filato, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable du développement social et communautaire, de l’itinérance, de la jeunesse, de la condition féminine et des sports et loisirs.

À lire aussi : 300 000 $ à l’Accueil Bonneau, Mission Old Brewery et Mission Bon Accueil

Lire la suite

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :