Suivez-nous

Actualités

Digital News Innovation Challenge, réinventer le journalisme canadien

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Facebook Journalism Project a annoncé, mardi 28 novembre, le lancement du programme Digital News Innovation Challenge au Canada. Il s’agit d’un partenariat avec le DMZ, un grand incubateur d’entreprises en milieu universitaire en Amérique du Nord, et l’École de journalisme de la Faculté de communication et de design de l’Université Ryerson.

Cette collaboration ambitionne d’aider et encourager les entreprises en démarrage qui lancent des nouvelles idées dans les domaines journalistiques et médiatiques.

Du 28 janvier au 9 mars 2018, les entrepreneurs débutants, de partout du Canada, pourront courir la chance de participer à un stage de cinq mois qui les aidera à développer leurs concepts avec le support d’experts, d’investisseurs et de journalistes. Ils bénéficieront d’aides financières de la part de Digital News Innovation Challenge afin de mettre en forme leurs projets. Les professionnels doivent-ils s’inquiéter du fait qu’un réseau social contribue à façonner les médias de demain ?

« S’il s’agit d’une nouvelle idée qui permet au journalisme citoyen et crédible de voir le jour quelque soit la plateforme utilisée, quel sera le bénéfice de Facebook en se lançant dans un tel projet ? », s’est interrogé Daniel Gagnon, Journaliste indépendant.

Selon lui, « l’idée de soutenir la création de média par l’entremise de Facebook et une école de journalisme est intéressante »,« mais à quel prix? », s’est encore questionné M. Gagnon.

Avec ce programme, la plateforme attire une nouvelle génération de clients. Chaque finaliste disposera dans le cadre de ce projet d’un budget de 50 000 $ en marketing sur Facebook. C’est aussi une occasion pour les jeunes entrepreneurs d’expérimenter le volet publicitaire dans un cadre propice à l’innovation.

« J’applaudis à cette initiative d’encadrer des jeunes entrepreneurs pour leur faciliter la création de nouveaux médias. Par un incubateur qui fournit le coaching, la formation, le capital… Tous les ingrédients sont réunis pour augmenter les chances de succès, pour innover le journalisme professionnel, en créant de nouvelles plateformes », a souligné François Morency, vice-président exécutif à Mabi TV.

Ce programme a, certes aussi, un rôle à jouer dans le développement de Facebook Journalism Project.  

Facebook Journalism Project, saura t-il créer une pluralité médiatique au Canada ?

En janvier 2017, Facebook a lancé Facebook Journalism Project. Le réseau propose d’outiller et de former les médias afin d’accroître leur visibilité sur la toile. Le projet vise notamment à créer des collaborations afin de promouvoir la littératie médiatique. Le projet Digital News Innovation Challenge est la première collaboration pancanadienne.

Facebook Journalism Project développera des produits qui faciliteront le contact avec les internautes et promet qu’avec cet outil, il pourra aider son public à distinguer entre les contenus pertinents et les fausses informations. Dans le contexte actuel que peut-il offrir au lecteur ? M. Morency voit dans ce programme un terreau d’émergence d’une pluralité médiatique.  

« Il y a encore beaucoup de place pour l’innovation journalistique et médiatique. Cette révolution devra son avenir à une réflexion sur notre monde libre et sans frontière. Nous avons besoin de médias qui nous ressemblent, qui nous rassemblent. Nous avons besoin de jeunes entrepreneurs pour réinventer nos médias ! », a t-il expliqué.

« Une personne issue de la diversité trouve nos informations publiques très blanches aux yeux bleus. Ne pourrait-on pas parler également de l’Europe, de l’Afrique, du Moyen-Orient, de notre planète ? Pour les assidus de nos bulletins d’information, nous devons avouer notre ignorance de tout ce qui se passe vraiment dans notre monde », a-t-il précisé. 

M Gagnon espère aussi de son côté que ce type de technologie apportera un nouveau souffle au paysage médiatique.

« Je pense que la nouveauté serait de permettre la création d’un média à partir de Facebook, en sortant des sentiers battus des médias numériques et classiques. Si tel est le cas, je crois qu’il y a lieu en ce moment de travailler sur la vision de ces médias qui pourraient être créés à partir de ce partenariat Facebook et l’école de journalisme dont-il est question », a t-il conclu.  

 

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Arrestation de cinq milliardaires algériens dans le cadre d’une enquête anti-corruption

Avatar

Publié

le

La gendarmerie algérienne a procédé ce dimanche à l’arrestation de plusieurs industriels dont Issad Rebrab, considéré comme la première fortune du pays.

Alors que « l’ancien système  » se prépare aux élections présidentielles qui sont prévues pour le mois de juillet, l’atmosphère politique et sociale est de plus en plus électrique dans le pays.

Les Algériens continuent de manifester en espérant évincer les personnalités du régime Bouteflika.

Un autre événement survenu ce dimanche, 21 avril, risque de faire monter encore plus les tensions à Alger.

La gendarmerie algérienne a arrêté cinq milliardaires, parmi lesquels quatre des frères Kouninef, une puissante famille d’hommes d’affaires proche d’Abdelaziz Bouteflika.

Le milliardaire Issad Rebrab, qui dirige la société Cevital, a également été interpellé.

Des enquêtes sont ouvertes sur des faits de corruption et de détournements de foncier, ont annoncé plusieurs médias locaux.

En outre, la télévision d’état a révélé que l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia et l’actuel ministre des finances Mouhamed Loukal sont entendus ce lundi, 22 avril, par le parquet d’Alger dans le cadre d’une enquête sur la dilapidation de l’argent publique.

Lire aussi : Algérie : foule immense pour dire « non » à un 5è « mandat Bouteflika »

Lire la suite

Actualités

Laval : Les militaires mobilisés afin de prévenir les inondations

Avatar

Publié

le

Météo Média a annoncé ce lundi, 22 avril, que les risques d’inondations sont en train d’augmenter en raison des crues. Le niveau des eaux monte un peu partout au Québec et des régions avoisinant Montréal sont en état d’alerte.

Depuis quelques jours, la Ville de Montréal ne cesse d’informer les citoyens sur les aides mises à leur disposition afin de faire face aux inondations printanières.

Avec la fonte des neiges, les risques de montée des eaux sont à prendre en considérations même en absence de pluies.

Les quartiers de plusieurs arrondissements proches des eaux, dont Ahuntsic-Cartierville, Pierrefonds-Roxboro ainsi que l’île Bizard, resteront en alerte jusqu’à la fin du mois.

Laval craint la montée des eaux à la fin de cette semaine

« Au nord de Laval aux abords de la Rivière-des-Mille-Îles, l’eau a commencé à monter », prévient ce lundi, Patrick De Bellefeuille, le reporter de Météo Média.

Les 20 mm de pluies prévues demain dans le secteur risquent d’aggraver la situation. Il faut compter en plus les précipitations de fin de semaine qui feront monter la barre de 50 à 70 mm.

La Ville de Laval et l’armée sont mobilisés. En effet, 200 militaires des Forces de l’armée canadienne sont déployés sur le territoire pour prêter main-forte aux citoyens.

Des visites des zones les plus vulnérables sont effectuées aujourd’hui. De plus, 1375 résidences ont reçu des palettes de sacs de sable à installer au pourtour de leur maison.

La Ville rassure notamment que « les autorités surveillent de près la situation et informeront rapidement les résidents advenant la fermeture du pont. »

Lire aussi : Montréal : La saison des pluies commence demain

Lire la suite

Actualités

Le FBI enquête sur les attaques au Sri Lanka

Avatar

Publié

le

Le Sri Lanka a été frappé ce dimanche de Pâques par une tragédie meurtrière que le pays n’avait pas vécu depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

Des attentats suicide à la bombe synchronisés visant des hôtels et des églises ont fait jusqu’aujourd’hui un bilan de 290 morts et 500 blessés. Les victimes sont originaires de plusieurs pays dont les États-Unis, l’Inde, le Portugal, la Turquie, le Japon et le Royaume uni.

En plus des explosions dans l’église Saint-Sébastien de Negombo, le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury, etc., les forces de l’ordre ont désamorcé une bombe artisanale sur une route menant au principal terminal de l’aéroport de Colombo.

Le porte-parole du gouvernement a désigné le National Thowheeth Jama’ath (NTJ) comme étant à l’origine de l’attaque terroriste. Le NTJ est un groupe islamiste qui a fait parler de lui au Sri Lanka en 2018 après avoir commis des actes de vandalisme contre des statues bouddhiques.

Bien qu’aucune organisation n’ait revendiqué les attentats d’hier, « les autorités sri-lankaises ont annoncé l’arrestation de 24 personnes et indiqué que le FBI américain les assistait dans leur enquête », rapporte l’AFP. Une équipe d’Interpol arrivera mardi dans le pays.

Lire aussi : Notre-Dame de Paris ravagée par un grand incendie

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant