Suivez-nous

En Avant

Diplomatie : le Québec se renforce en Afrique, notamment au Sénégal

Publié

le

Lors de l'annonce par la ministre St-Pierre de l'ouverture de la DGQD en mai 2018. Photo : Dominic Toupin/Twitter

Ouverte depuis le printemps 2016, la Représentation du Québec à Dakar, dans la capitale sénégalaise, vient de changer de statut. Mercredi, le Conseil des ministres a entériné l’Entente d’établissement de la Délégation générale du Québec à Dakar (DGQD) conclue avec la République du Sénégal. La DGQD couvrira aussi, désormais, le Cameroun et le Gabon, « pays porteurs d’occasions ».

« Le renforcement de notre réseau en Afrique, notamment au Sénégal, nous permettra d’intensifier nos relations avec des partenaires de premier plan pour le Québec, tant dans le secteur de l’économie que dans ceux de la culture et de l’éducation. Avec cette délégation générale, la première du Québec en Afrique, nous serons mieux outillés pour traiter des enjeux liés à la coopération et à la Francophonie sur ce continent où devraient se trouver, en 2050, 85 % des francophones du globe », a déclaré Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

En 2017, les exportations du Québec vers le Sénégal se chiffraient à 31,8 M$, une hausse marquée par rapport à 2013, alors qu’elles étaient de 4,6 M$. Ce pays est le deuxième client du Québec en Afrique de l’Ouest et le quatrième en Afrique subsaharienne. Il présente une économie vigoureuse qui a connu une croissance de 6,8 % en 2017.

Par cette action, la province canadienne a officialisé le rehaussement du statut de son poste en sol sénégalais au plus haut niveau de représentation de l’État québécois à l’étranger, une première sur le continent africain.

Ainsi, à l’aide de ressources additionnelles, en plus des affaires publiques et institutionnelles, la nouvelle DGQD favorisera la promotion de l’expertise québécoise et appuiera le développement et le maintien des liens en matière d’éducation, de culture, de coopération et de Francophonie.

La représentation a pour mission de développer les relations politiques et économiques avec le Sénégal et les autres pays qu’elle couvre, soit le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Togo et la Gambie.

La DGQD a également renforcé son équipe économique afin de soutenir un plus grand nombre d’entreprises souhaitant développer des échanges commerciaux avec ce pays en forte croissance et la sousrégion. Le Conseil des ministres a également procédé à la nomination de l’actuel directeur du Bureau du Québec à Dakar, Younes Mihoubi, au poste de délégué général du Québec à Dakar. M. Mihoubi a auparavant occupé le poste de sous-ministre adjoint au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion de 2013 à 2016 et dirigé le Bureau d’immigration du Québec à Hong Kong de 2012 à 2013.

Pour rappel, la représentation du Québec a obtenu une reconnaissance officielle de la part des autorités sénégalaises et jouit de facilités et de privilèges qui lui permettent de mener à bien sa mission dans les meilleures conditions.

Source : MRIF

Crédit photo:
Lors de l'annonce par la ministre St-Pierre de l'ouverture de la DGQD en mai 2018. Photo : Dominic Toupin/Twitter
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Chantier de l’emploi : un premier salon 100 % construction pour répondre à la pénurie de la main-d’oeuvre

Publié

le

Le « Chantier de l’emploi », c’est le nom du nouveau salon annuel de l’emploi et de la formation dédié exclusivement à l’industrie de la construction qui verra le jour les 18 et 19 octobre prochain au Complexe Capitale Hélicoptère à Québec.

Il s’agit d’une initiative de l’Association de la construction du Québec-Région de Québec en réponse à une industrie en excellente santé, mais aux prises avec un criant besoin de main-d’œuvre. « Pour nos membres, entrepreneurs et fournisseurs de l’industrie de la construction, et pour les établissements d’enseignement de la région, ce salon représente une véritable occasion de recrutement », note Véronique Mercier, directrice générale à l’ACQ-Québec.

Pour le grand public, « c’est une opportunité unique de découvrir toutes les possibilités qu’offre notre industrie dynamique et dans laquelle plusieurs métiers demeurent méconnus », poursuit Mme Mercier dans un communiqué de presse.

Construction : Briser les stéréotypes et les préjugés qui persistent!

L’ACQ-Québec estime à plus de 100 le nombre d’exposants qui seront présents pour cette première édition. Une sélection sera effectuée afin d’assurer aux visiteurs l’accès à de l’information sur la vaste majorité des métiers de l’industrie. L’ACQ-Québec confirme déjà la présence de plusieurs entreprises issues des secteurs institutionnel, commercial et industriel. Plusieurs rencontres avec les commissions scolaires de la grande région de Québec sont à prévoir cette semaine.

À lire aussi : Secteurs et régions touchés par la pénurie de main d’œuvre au Québec

Selon des données de la CCQ en 2017, les femmes représentent 1,91% des métiers et occupations dans l’industrie au Québec. « Du côté des jeunes, ce n’est pas difficile de les intéresser. Le défi concerne surtout les parents et nous serons ravis de les accueillir au Salon », ajoute Monsieur Jean Lapointe, président de l’ACQ-Québec, qui souligne que « l’industrie travaille fort à briser les stéréotypes et les préjugés qui persistent ». Et d’après lui, « les efforts semblent porter fruit, notamment en ce qui concerne la présence des femmes actives en chantier ».

À lire aussi : Plus de 2 500 postes à pourvoir dans le secteur de l’hébergement au Québec

Lire la suite

En Avant

OSE L’AÉRO : Près de 37 000 postes à combler en aérospatiale d’ici 10 ans au Québec

Publié

le

La phase 3 de la campagne de promotion des carrières OSE L’AÉRO, propulsé par Aéro Montréal, le Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale (CAMAQ), l’École des métiers de l’aérospatiale de Montréal (ÉMAM), l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) et les partenaires de l’industrie, démarre…

Avec près de 37 000 postes à combler en aérospatiale d’ici 2028, le forum stratégique de concertation qui réunit l’ensemble des premiers dirigeants du secteur aérospatial québécois issus de l’industrie, des institutions d’enseignement, des centres de recherche et incluant les associations et les syndicats, Aéro Montréal, met les bouchées doubles pour assurer le rayonnement de l’écosystème aérospatial du Québec.

Stimuler l’intérêt des jeunes pour les carrières en aérospatiale

Concrètement, selon Aéro Montréal, la phase 3 de la campagne comporte un volet publicitaire, dont un message diffusé dans plusieurs cinémas du Grand Montréal, visant à stimuler l’intérêt des jeunes pour les carrières en aérospatiale. Les villes de Longueuil et Mirabel afficheront également de grands panneaux routiers qui rappelleront qu’elles sont des villes d’aéro.

À lire aussi : Le Canada ira à la Lune avec la NASA

Cette campagne publicitaire est doublée d’un volet relations publiques visant à rejoindre les jeunes et leurs parents, notamment lors de différentes manifestations scientifiques comme les Expo-Sciences. Des représentants de la campagne Ose l’Aéro seront présents sur place pour répondre aux questions des jeunes sur un parcours académique en aérospatiale.

Deux écoles recrutent de nouveaux étudiants en aérospatial

A cet effet, l’ÉNA annonce l’organisation d’une journée d’information le mardi 16 avril de 13 h à 16 h pour notamment faire découvrir ses installations et accepte toujours les demandes d’admission pour ses trois programmes techniques exclusifs ainsi que ses nombreuses attestations d’études collégiales (AEC).

Pour en savoir plus, les futurs étudiants intéressés peuvent visiter le http://www.cegepmontpetit.ca/ena/futurs-etudiants/carriere-en-aero.

L’ÉMAM tiendra une journée portes ouvertes le mardi 9 avril prochain de 10 h à 20 h.

Des résultats tangibles après 8 mois de campagne 

La campagne promotionnelle comporte trois phases, dont la première a été lancée en mai 2018. La phase 1 a permis de mettre en place une campagne proactive sur le Web et les médias sociaux, le public était invité à visiter le www.oselaero.ca afin d’y découvrir cette industrie et les formations disponibles. Le site Web a connu un très fort achalandage et la page Facebook qui y est reliée a atteint près de 20 000 abonnés.

La phase 2, qui s’est achevée en décembre 2018, a généré des résultats très encourageants. Elle était axée sur une campagne d’affichage et de publicité à l’échelle du Québec. Résultat : « le nombre de visiteurs aux activités portes ouvertes des deux écoles spécialisées en aérospatiale au Québec, l’ÉNA et l’ÉMAM, a augmenté de façon importante, signe de l’intérêt des jeunes et des adultes qui envisagent une réorientation de carrière pour le secteur », se félicite Aéro Montréal.

Source : Aéro Montréal

Lire la suite

En Avant

Toronto Pearson, meilleur grand aéroport international en Amérique du Nord

Publié

le

Photo : building.ca

Recevant plus de 40 millions de personnes chaque année, le plus grand aéroport international du Canada, Toronto Pearson, a été établi à travers le vote des passagers comme N°1 en matière d’expérience client en Amérique du nord. Cela en témoigne l’octroi des prix pour la qualité des services aéroportuaires (ASQ – Airport Service Quality) décernés par le Conseil international des aéroports.

Alors que le plus grand aéroport du Canada se prépare à accueillir 144 000 passagers par jour au cours de la période de la relâche de mars, l’une des saisons de voyages les plus achalandées de l’année, Toronto Pearson se réjouit de l’annonce faite par le Conseil international des aéroports, qui l’a désigné pour une deuxième année de suite comme le meilleur grand aéroport en Amérique du Nord qui accueille plus de 40 millions de passagers par année.

Toronto Pearson, plus de 40 millions de passagers par an…

Cette reconnaissance s’inscrit dans le cadre du programme de qualité des services aéroportuaires (Airport Service Quality – ASQ), la seule analyse comparative qui évalue la satisfaction des passagers à l’échelle mondiale au moment où ils se trouvent dans l’aéroport le jour de leur voyage. « Nous sommes extrêmement reconnaissants envers nos passagers qui ont pris le temps de donner leur avis, et qui ont choisi encore une fois cette année Toronto Pearson comme le meilleur grand aéroport en Amérique du Nord, a déclaré Howard Eng, président et chef de la direction, Autorité aéroportuaire du Grand Toronto.

  • Améliorations en ce qui a trait à l’ambiance de l’aéroport, notamment l’ajout d’un personnel courtois et serviable et l’ouverture de 27 nouveaux points de vente au détail, d’alimentation et de boissons;
  • Temps de déplacement plus rapide des passagers de leur lieu d’arrivée à la porte d’embarquement, grâce à l’ajout de files de contrôle de sécurité plus rapides CATSA Plus, la mise en service de plus de 400 nouveaux écrans numériques et l’amélioration des options de transport terrestre;
  • Création d’un environnement confortable et propre grâce à la modernisation des 80 toilettes de l’aérogare 3; l’amélioration de la propreté des aérogares et la mise à disposition de services de chiens thérapeutes, d’espaces d’allaitement de pointe Mamava®, et de vestiaires assistés construits selon les normes indiquées par Changing Places ; et
  • Expérience de divertissement améliorée, notamment avec la série de prestations musicales gratuites de XYZ Live dans les aérogares, et la multiplication par dix de la vitesse et de la capacité du réseau sans fil gratuit de Toronto Pearson.

Cet exploit est rendu possible « grâce à la collaboration et à l’esprit d’innovation des quelque 50 000 employés et partenaires de l’aéroport qui sont « déterminés à offrir une meilleure expérience pour les passagers qui transitent par l’aéroport international Toronto Pearson, et qui continuent de travailler chaque jour pour concrétiser cette vision », a souligné M. Eng.

Prix de l’aéroport le plus amélioré en Amérique du Nord en 2018

L’aéroport international Toronto Pearson a également reçu un deuxième prix de l’ASQ en 2018, celui de l’aéroport le plus amélioré en Amérique du Nord, pour avoir effectué les plus importantes améliorations sur douze mois parmi tous les aéroports nord-américains qui participent au programme.

À lire aussi : Aéroport Montréal-Trudeau, une porte d’entrée sur le monde

Rappelons que le programme de l’ASQ est considéré comme la norme de référence en matière de mesure de la satisfaction des passagers. Il est administré par le Conseil international des aéroports, le seul représentant commercial mondial des aéroports de partout dans le monde. L’indice de l’ASQ est la seule analyse comparative qui évalue la satisfaction des passagers à l’échelle mondiale au moment où ils se trouvent dans l’aéroport le jour de leur voyage, au moyen de 34 indicateurs de rendement clés. Le réseau ASQ, qui en est à sa treizième année d’existence, effectue plus de 650 000 analyses par année dans 376 aéroports situés dans 90 pays en 2018.

Source : Greater Toronto Airports Authority

À lire aussi : Du nouveau pour les immigrants francophones à l’aéroport Toronto Pearson

Lire la suite

en-avant