Suivez-nous

Société

Disparition d’Ariel Kouakou, ça déchaîne des passions racistes

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Certainement un faux compte Facebook, mais il apparaît clairement que le message dénote de propos raciste.

Il se nomme Ariel Jeffrey Kouakou. Âgé de 10 ans, il mesure 1,40 m (4 pi 7 po) et pèse environ 40 kg (88 lb). Il a les yeux et les cheveux noirs et s’exprime en français. Voici les caractéristiques de l’adolescent le plus recherché, à cette date, à Montréal depuis le lundi 12 mars; allant jusqu’à déclencher l’alerte Amber mardi après-midi pour quelques heures.

Alors qu’on en parle dans tous les médias, de grands moyens sont mis à contribution pour retrouver Ariel. Au nombre de ce dispositif : le renfort d’effectif du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) pour les patrouilles, un hélicoptère de la Sûreté du Québec et une collaboration de spécialistes de pompiers de Montréal pour effectuer les recherches.

Sauf que, pendant ce temps, certains qualifient tout ce déploiement de « perte de temps ». D’autres ont eu le malin plaisir de cracher leur dégoût à l’endroit de l’enfant et de sa famille : une mère et un père qui sont pourtant sous le choc de la disparition de leur garçon.

Des messages haineux pris en capture d’écran par des internautes sur Facebook, certains comptes seraient de faux.

Comme vous pouvez le constater à travers ces captures d’écrans, sur des réseaux sociaux, des internautes n’ont pas manqué de crier leur indignation lorsque des facebookeurs ont taxé Ariel de « petit nègre » ou « d’esclave ». Avec de tels propos haineux, injustifiables à la limite, en pareille circonstance le commun des mortels serait tenté de dire: à qui profite le malheur ?

Ariel Jeffrey Kouakou, 10 ans. Photo courtoisie

Pour ce qu’on sait, Ariel Jeffrey Kouakou n’avait aucun problème de santé connu. Il a quitté son domicile à pied vers 12h30 lundi pour se rendre chez un ami habitant près de chez lui. Depuis lors, le jeune garçon [qui portait un manteau à capuchon noir orné de fourrure, un pantalon gris aux couleurs du FC Barcelone et des souliers jaunes au moment de sa disparition] n’est pas retourné à la maison, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Le SPVM qui dit n’avoir aucun indice lui donnant à penser que l’enfant a été enlevé « considérait » toutefois l’enfant en danger, notamment en raison de la température froide. L’alerte Amber qui avait été déclenchée mardi après-midi a finalement été levée dans la soirée sans mettre fin aux recherches.

D’ailleurs, la police souhaite amasser le plus d’informations du public. Toute personne ayant donc des informations est invitée à appeler Info-Crime au 514 393-1133 ou le 911.

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
6 Commentaires

6 Comments

  1. Avatar

    Ginette Descôteaux

    21 Mar 2018 à 12:18

    Je suis de tout coeur avec Parents d’Ariel KouaKou – Ce triste événement est très triste et n’aurait pas dû arriver – surtout que la plupart des gens soupçonne un ENLÈVEMENT par PÉDOPHILE. On entend souvent que le Québec – Canada est un Paradis pour Pédophiles car on essaie de réhabiliter ses criminels d’enfants en les gardant en LIBERTÉ et non LES GARDER EN PRISON comme ça devrait être pour protection du PUBLIC – ENFANTS SURTOUT. QUE fait le FÉDÉRAL (Justin Trudeau P.M. Canada – Mélanie Joly – députée d’Ahuntsic pour protection supplémentaire d’enfants) pour assurer la SÉCURITÉ des citoyens et ENFANTS. Il FAUT CHANGER LES LOIS concernant PÉDOPHILES et les conditions en rapport avec ceux-ci (ex. Alerte Amber – quand lancée le quartier devrait être regardé de très près – dans chaque maison légalement parlant selon la LOI AMENDÉE pour tout FAIRE POUR RETROUVER L’ENFANT DISPARU DANS CE QUARTIER. Un citoyen qui n’a rien à se reprocher n’a pas PEUR que sa maison soit REGARDÉE DE PRÈS – seul le criminel-pédophile a PEUR à ce moment – Il est un DANGER PUBLIC QU’IL FAUT METTRE HORS D’ÉTAT DE NUIRE – IL FAUT RETROUVER L’ENFANT AU PLUS TÔT ET LE METTRE EN SÉCURITÉ.

  2. Avatar

    ZineDouida

    24 Mar 2018 à 1:00

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1089564/disparition-dariel-jeffrey-kouakou-des-faux-comptes-derriere-certains-des-propos-racistes

    Lorsque l’on fait du journalisme… on s’arrange pour vérifier nos sources. Ça peut être dangereux et malsain de publier n’importe quoi. Il faudrait arrêter de ce voir comme des victimes, le Canada et plus précisément le Québec, reste probablement la meilleure terre d’accueil pour nous les immigrants.

    • Avatar

      Marlène

      28 Mar 2018 à 9:00

      Tu es raciste toi-même tu met tout lmonde CANADiENS QUÉBECOIS dans le même panier. Au lieu de ne voir pas plus loin que de ton bout de nez pour te plaindre…Plein de Canadiens et Québecois ont de la peine et aide pour le petit. Beaucoup de gens enorme même. Les autorités etc…au lieu de faire un texte pou profiter de détruire les CANADIENS C EST GRAVE durant cette tragédie c est honteux. Pauvre petit

    • Baba-Idriss FOFANA

      Baba-Idriss FOFANA

      12 Avr 2018 à 6:45

      Bonjour ZineDouida, pourriez-vous nous dire qu’est-ce qui pose problème dans cet article ? Ce n’est pas un article d’opinion en plus. On a juste rapporter les faits [ces propos racistes et haineux]. Vous parlez de vérifier quelle-s source-s? Vous avez insérez le lien d’un article [qui est d’ailleurs une chronique] de Radio-Canada, c’est quoi le rapport? Vous dites, je vous cite, « ça peut être dangereux et malsain de publier n’importe quoi »… c’est quoi le n’importe quoi dans cet article? À ce que je sache ce sont des humains qui, tapis derrière des faux profils propagent ce genre de langage. Ce ne sont pas des robots penseurs. Vous auriez pu dénoncer cela, ça ferais sens. N’allez-vous pas nous dire que vous n’aimez la vérité: ce dont il s’agit ici, ce sont les propos racistes, qui ne sont pas tombés du ciel. C’est ce qu’il convient de dénoncer et non pas de dénoncer ceux qui ont rapporté les faits à travers un article.

  3. Avatar

    Marlène

    28 Mar 2018 à 9:04

    Plein d aide apporter de tout les Canadiens Québecois cger Monsieur ça vas tu en parler?

    • Baba-Idriss FOFANA

      Baba-Idriss FOFANA

      12 Avr 2018 à 6:55

      Apparemment, vous avez un problème avec la verité des faits. On a juste rapporter des propos racistes tenus. Point final. Pour ce qui est des aides et de la solidarité des Québécois, Canadiens et bien d’autres on en parle également. CI-DESSOUS UN PAN D’UN ARTICLE !
      « Depuis 31 jours, le père et la mère du petit garçon de 10 ans sont sans nouvelles de lui. Malgré la douleur accablante, la famille Kouakou garde espoir de retrouver leur progéniture. Les parents puisent leur force, certainement, à travers l’élan de solidarité auquel on assiste au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde ».(..)

      (..)… »Concomitamment aux recherches menées depuis le début par la police, une chaîne humaine s’est formée pour soutenir les parents et les proches du jeune garçon disparu. À plusieurs occasions, des résidents d’Ahuntsic-Cartierville, et de plusieurs arrondissements de Montréal se sont retrouvés pour participer aux recherches autour du parc des Bateliers. Des bénévoles sont venus d’aussi loin que Sept-Îles ou d’Ottawa pour participer à des battues dans Montréal ».(..)
      >>> https://avant-premiere.ca/31-jours-apres-la-disparition-du-petit-ariel-jeffrey-kouakou-a-montreal/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formations

Leadership au féminin : les femmes parlementaires francophones formées au Québec

Avatar

Publié

le

C’est la fin de la 3e édition de l’Atelier de leadership au féminin pour femmes parlementaires francophones. La vice-présidente de l’Assemblée nationale et présidente du Réseau des femmes parlementaires de la Francophonie, Maryse Gaudreault, dirige les travaux qui se déroulent à l’hôtel du Parlement depuis le 3 septembre dernier. 

Cette formation de leadership au féminin se termine par la remise d’une attestation de participation à chaque parlementaire présente. « L’Assemblée nationale est toujours fière de tenir cet atelier d’une pertinence indéniable pour les femmes parlementaires de la Francophonie », a déclaré Mme Gaudreault.

Selon elle, les thématiques abordées s’avèrent des outils essentiels dans le cadre du travail des élues. De nombreuses séances de travail sont organisées en lien avec des sujets d’intérêt communs pour les députées de chaque parlement représenté lors de cet atelier. De plus, souligne la présidente du Réseau des femmes parlementaire francophone, cette activité met de l’avant « le réseautage et le partage des bonnes pratiques de leadership au féminin ».

« Réseautage et partage des bonnes pratiques de leadership au féminin »

Des sujets tels que les stratégies de développement de carrière au féminin et les instruments juridiques internationaux sur le droit des femmes ont été abordés, en plus d’une conférence sur le fonctionnement, la procédure et le rôle de l’élue et d’une table ronde réunissant d’anciennes parlementaires. 

Pour cette édition, les participantes viennent notamment de la France, de la Polynésie française, de la République centrafricaine, du Sénégal et de l’Assemblée législative de l’Alberta.

Rappelons qu’il s’agit d’une formation conçue sur mesure pour les femmes parlementaires de la Francophonie. Elle est organisée par l’Assemblée nationale, conjointement avec la Chaire en leadership dans le secteur public de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et le Groupe Femmes, Politique et Démocratie.

À lire : Québec finance 50 jeunes francophones pionniers de l’entrepreneuriat de 30 pays d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes

Lire la suite

Éducation

Rentrée 2019 : 6 signes que quelque chose cloche avec le sac à dos de votre enfant

Avatar

Publié

le

Vous avez déjà vu un enfant « tortue »?  Remarquez les petits écoliers qui prennent le chemin de l’école avec leur sac à dos immense qui bat la cadence sur leurs cuisses ! Certains sentent même le besoin de se pencher vers l’avant afin de compenser le poids de leur sac. C’est la rentrée 2019!

Un sac à dos dont la taille est inappropriée, qui est trop chargé, qui est mal ajusté peut affecter la santé neuro-vertébrale de vos enfants. « Un sac à dos porté sur une seule épaule peut entraîner une déviation de la posture. Si le sac est trop pesant, le corps aura tendance à pencher vers l’avant pour compenser, entraînant des tensions aux épaules et au cou », fait remarquer Dre Marie-Hélène Boivin, chiropraticienne et présidente de l’Association des chiropraticiens du Québec.

Parents, c’est la rentrée 2019, soyez alertes!

L’Association des chiropraticiens du Québec souhaite informer les parents des signes qui les avertiront que quelque chose cloche avec le sac à dos :

  1. L’enfant doit se pencher vers l’avant pour balancer le poids du sac à dos
  2. L’enfant lève une épaule afin d’éviter que la bretelle ne glisse
  3. Le sac à dos de l’enfant lui bat sur le postérieur quand il marche
  4. L’enfant doit placer une main sous son sac à dos de manière à soulager la pression sur ses épaules
  5. La peau de l’enfant porte les marques des bretelles quand il les enlève
  6. L’enfant se plaint de douleurs au dos, au cou ou aux épaules

Comment choisir et bien ajuster le sac à dos ?

Il faut ce qu’il faut, écoute ton chiro ! L’Association des chiropraticiens du Québec est fière de lancer, juste à temps pour débuter l’année scolaire avec de bonnes habitudes santé, une série de capsules Web donnant des conseils posturaux utiles et faciles à appliquer dans la vie quotidienne pour favoriser le bon développement de l’enfant d’âge scolaire.

Visionnez la première capsule Il faut ce qu’il faut, écoute ton chiro… pour choisir le bon sac à dos ! en cliquant ici

Pour rappel, l’Association des chiropraticiens du Québec est un organisme sans but lucratif existant depuis 1967. Dans le cadre de sa mission, l’Association des chiropraticiens du Québec oeuvre à mettre sur pied des projets éducatifs et informatifs visant l’amélioration de la santé publique par des approches scientifiques, efficaces et naturelles.

Source : Association des chiropraticiens du Québec

À lire : Québec exige deux récréations d’au moins 20 minutes par jour au primaire dès la rentrée 2019

Lire la suite

Société

Appareils d’amusement : Québec veut revoir la réglementation qui n’a pas été modifiée depuis 27 ans

Avatar

Publié

le

La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, a annoncé jeudi la mise à jour de la réglementation concernant les appareils d’amusement. Celle-ci a été adoptée en 1981 et n’a pas été modifiée depuis 1992 n. 

Les mesures proposées auront pour effet de simplifier plusieurs aspects administratifs. Ainsi, diverses catégories d’appareils d’amusement n’auront plus besoin d’être immatriculés, ce qui représente 81 % des appareils. Pour les entreprises du domaine de l’amusement, des économies de 1,3 M$ seront générées.

11 129 appareils d’amusement immatriculés au Québec!

De plus, grâce aux modifications, il sera désormais possible d’implanter au Québec des centres de divertissement munis d’appareils qui permettront à l’utilisateur d’amasser des points qui pourront être échangés contre un prix. 

Cette mesure était attendue par les acteurs du milieu. Par ailleurs, la nouvelle réglementation proposera d’interdire toute récompense en argent, cartes-cadeaux, billets de loterie, tabac, alcool, cannabis ou ses produits dérivés. 

« Votre gouvernement démontre une fois de plus sa volonté d’alléger le fardeau des entreprises d’ici afin qu’elles participent pleinement à la croissance économique du Québec. Fini la paperasse inutile! Le développement de centres de divertissement offrira à nos citoyens un endroit où se retrouver pour s’amuser, et ce, dans un environnement encadré et sécuritaire », a déclaré Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique.

Pour rappel, au 31 mars 2019, il y avait 11 129 appareils d’amusement immatriculés à l’aide d’une vignette.

  • Les appareils de loterie vidéo, qui permettent de jouer à des jeux de hasard, ne sont pas visés par ces nouvelles mesures.
  • Les licences et les vignettes pourront désormais être délivrées pour des périodes de moins d’un an.
  • Les allées de quilles, les tables de billard, les manèges et les jeux gonflables seront exclus de l’application de la réglementation.

À lire : Cette famille a remporté un lot historique au Lotto Max

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :