Suivez-nous

Société

Disparition d’Ariel Kouakou, ça déchaîne des passions racistes

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Certainement un faux compte Facebook, mais il apparaît clairement que le message dénote de propos raciste.

Il se nomme Ariel Jeffrey Kouakou. Âgé de 10 ans, il mesure 1,40 m (4 pi 7 po) et pèse environ 40 kg (88 lb). Il a les yeux et les cheveux noirs et s’exprime en français. Voici les caractéristiques de l’adolescent le plus recherché, à cette date, à Montréal depuis le lundi 12 mars; allant jusqu’à déclencher l’alerte Amber mardi après-midi pour quelques heures.

Alors qu’on en parle dans tous les médias, de grands moyens sont mis à contribution pour retrouver Ariel. Au nombre de ce dispositif : le renfort d’effectif du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) pour les patrouilles, un hélicoptère de la Sûreté du Québec et une collaboration de spécialistes de pompiers de Montréal pour effectuer les recherches.

Sauf que, pendant ce temps, certains qualifient tout ce déploiement de « perte de temps ». D’autres ont eu le malin plaisir de cracher leur dégoût à l’endroit de l’enfant et de sa famille : une mère et un père qui sont pourtant sous le choc de la disparition de leur garçon.

Des messages haineux pris en capture d’écran par des internautes sur Facebook, certains comptes seraient de faux.

Comme vous pouvez le constater à travers ces captures d’écrans, sur des réseaux sociaux, des internautes n’ont pas manqué de crier leur indignation lorsque des facebookeurs ont taxé Ariel de « petit nègre » ou « d’esclave ». Avec de tels propos haineux, injustifiables à la limite, en pareille circonstance le commun des mortels serait tenté de dire: à qui profite le malheur ?

Ariel Jeffrey Kouakou, 10 ans. Photo courtoisie

Pour ce qu’on sait, Ariel Jeffrey Kouakou n’avait aucun problème de santé connu. Il a quitté son domicile à pied vers 12h30 lundi pour se rendre chez un ami habitant près de chez lui. Depuis lors, le jeune garçon [qui portait un manteau à capuchon noir orné de fourrure, un pantalon gris aux couleurs du FC Barcelone et des souliers jaunes au moment de sa disparition] n’est pas retourné à la maison, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Le SPVM qui dit n’avoir aucun indice lui donnant à penser que l’enfant a été enlevé « considérait » toutefois l’enfant en danger, notamment en raison de la température froide. L’alerte Amber qui avait été déclenchée mardi après-midi a finalement été levée dans la soirée sans mettre fin aux recherches.

D’ailleurs, la police souhaite amasser le plus d’informations du public. Toute personne ayant donc des informations est invitée à appeler Info-Crime au 514 393-1133 ou le 911.

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
6 Commentaires

6 Comments

  1. Avatar

    Ginette Descôteaux

    21 Mar 2018 à 12:18

    Je suis de tout coeur avec Parents d’Ariel KouaKou – Ce triste événement est très triste et n’aurait pas dû arriver – surtout que la plupart des gens soupçonne un ENLÈVEMENT par PÉDOPHILE. On entend souvent que le Québec – Canada est un Paradis pour Pédophiles car on essaie de réhabiliter ses criminels d’enfants en les gardant en LIBERTÉ et non LES GARDER EN PRISON comme ça devrait être pour protection du PUBLIC – ENFANTS SURTOUT. QUE fait le FÉDÉRAL (Justin Trudeau P.M. Canada – Mélanie Joly – députée d’Ahuntsic pour protection supplémentaire d’enfants) pour assurer la SÉCURITÉ des citoyens et ENFANTS. Il FAUT CHANGER LES LOIS concernant PÉDOPHILES et les conditions en rapport avec ceux-ci (ex. Alerte Amber – quand lancée le quartier devrait être regardé de très près – dans chaque maison légalement parlant selon la LOI AMENDÉE pour tout FAIRE POUR RETROUVER L’ENFANT DISPARU DANS CE QUARTIER. Un citoyen qui n’a rien à se reprocher n’a pas PEUR que sa maison soit REGARDÉE DE PRÈS – seul le criminel-pédophile a PEUR à ce moment – Il est un DANGER PUBLIC QU’IL FAUT METTRE HORS D’ÉTAT DE NUIRE – IL FAUT RETROUVER L’ENFANT AU PLUS TÔT ET LE METTRE EN SÉCURITÉ.

  2. Avatar

    ZineDouida

    24 Mar 2018 à 1:00

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1089564/disparition-dariel-jeffrey-kouakou-des-faux-comptes-derriere-certains-des-propos-racistes

    Lorsque l’on fait du journalisme… on s’arrange pour vérifier nos sources. Ça peut être dangereux et malsain de publier n’importe quoi. Il faudrait arrêter de ce voir comme des victimes, le Canada et plus précisément le Québec, reste probablement la meilleure terre d’accueil pour nous les immigrants.

    • Avatar

      Marlène

      28 Mar 2018 à 9:00

      Tu es raciste toi-même tu met tout lmonde CANADiENS QUÉBECOIS dans le même panier. Au lieu de ne voir pas plus loin que de ton bout de nez pour te plaindre…Plein de Canadiens et Québecois ont de la peine et aide pour le petit. Beaucoup de gens enorme même. Les autorités etc…au lieu de faire un texte pou profiter de détruire les CANADIENS C EST GRAVE durant cette tragédie c est honteux. Pauvre petit

    • Baba-Idriss FOFANA

      Baba-Idriss FOFANA

      12 Avr 2018 à 6:45

      Bonjour ZineDouida, pourriez-vous nous dire qu’est-ce qui pose problème dans cet article ? Ce n’est pas un article d’opinion en plus. On a juste rapporter les faits [ces propos racistes et haineux]. Vous parlez de vérifier quelle-s source-s? Vous avez insérez le lien d’un article [qui est d’ailleurs une chronique] de Radio-Canada, c’est quoi le rapport? Vous dites, je vous cite, « ça peut être dangereux et malsain de publier n’importe quoi »… c’est quoi le n’importe quoi dans cet article? À ce que je sache ce sont des humains qui, tapis derrière des faux profils propagent ce genre de langage. Ce ne sont pas des robots penseurs. Vous auriez pu dénoncer cela, ça ferais sens. N’allez-vous pas nous dire que vous n’aimez la vérité: ce dont il s’agit ici, ce sont les propos racistes, qui ne sont pas tombés du ciel. C’est ce qu’il convient de dénoncer et non pas de dénoncer ceux qui ont rapporté les faits à travers un article.

  3. Avatar

    Marlène

    28 Mar 2018 à 9:04

    Plein d aide apporter de tout les Canadiens Québecois cger Monsieur ça vas tu en parler?

    • Baba-Idriss FOFANA

      Baba-Idriss FOFANA

      12 Avr 2018 à 6:55

      Apparemment, vous avez un problème avec la verité des faits. On a juste rapporter des propos racistes tenus. Point final. Pour ce qui est des aides et de la solidarité des Québécois, Canadiens et bien d’autres on en parle également. CI-DESSOUS UN PAN D’UN ARTICLE !
      « Depuis 31 jours, le père et la mère du petit garçon de 10 ans sont sans nouvelles de lui. Malgré la douleur accablante, la famille Kouakou garde espoir de retrouver leur progéniture. Les parents puisent leur force, certainement, à travers l’élan de solidarité auquel on assiste au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde ».(..)

      (..)… »Concomitamment aux recherches menées depuis le début par la police, une chaîne humaine s’est formée pour soutenir les parents et les proches du jeune garçon disparu. À plusieurs occasions, des résidents d’Ahuntsic-Cartierville, et de plusieurs arrondissements de Montréal se sont retrouvés pour participer aux recherches autour du parc des Bateliers. Des bénévoles sont venus d’aussi loin que Sept-Îles ou d’Ottawa pour participer à des battues dans Montréal ».(..)
      >>> https://avant-premiere.ca/31-jours-apres-la-disparition-du-petit-ariel-jeffrey-kouakou-a-montreal/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Couches lavables : les subventions reconduites et bonifiées dans Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Avatar

Publié

le

Le programme de subvention pour l’achat de couches lavables a été reconduit pour une autre année par les élus de l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension (Montréal) lors de la séance du conseil du 5 novembre.

Dès le 11 novembre 2019, les familles résidant sur le territoire de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension pourront se prévaloir d’une subvention offrant un remboursement de 75 % sur l’achat de couches lavables ou de produits liés à leur utilisation, jusqu’à un montant maximal de 150 $.

Cette année, en plus des couches lavables, plusieurs autres produits sont admissibles tels que les couches-maillots, lingettes, inserts et culottes d’entraînement lavables. Les parents pourront aussi se faire rembourser les frais des services de location de couches. Autre nouveauté au programme : les achats en ligne sont dorénavant reconnus.

Remboursement de 75 % sur l’achat de couches lavables!

C’est le centre de ressources périnatales Espace-Famille Villeray qui continuera à s’assurer de la gestion du programme. Les familles pourront s’y adresser pour obtenir le remboursement de leurs achats. L’organisme offrira également une dizaine de formations gratuites sur l’utilisation de ces couches, les différents modèles et leur entretien. Les formations seront données à différents endroits, dans les quatre districts du territoire.

Grâce à ces subventions, l’arrondissement souhaite encourager la réduction de déchets, encourager les comportements écoresponsables et rendre plus accessible à toutes les familles l’utilisation des couches lavables.

Pour être admissibles, les familles doivent résider sur le territoire, avoir un enfant âgé de moins de 36 mois, s’engager moralement à utiliser des couches ou culottes d’entraînement lavables et présenter des factures datant de moins de six mois.

Lire la suite

Formations

Réforme de l’immigration : des étudiants étrangers seront rapatriés du Québec ?

Avatar

Publié

le

Après avoir baissé le seuil d’immigration de 52 000 en 2018 à 40 000 en 2019, et annulé 18 000 dossiers de demandes d’immigration, le gouvernement du Québec est passé à une autre étape de sa vaste réforme de l’immigration depuis sa prise de fonction le 1er octobre 2018. Cette fois-ci, des milliers d’étudiants étrangers semblent être touchés par ce qui a été annoncé le 30 octobre dernier.

Depuis le 1er novembre 2019, la réforme de l’immigration a pris un virage à 360° à l’heure au Québec. Le gouvernement dirigé par François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), n’y est pas allé de main morte pour « briser le rêve » de milliers d’étudiants étrangers qui avaient l’intention de rester dans la Belle Province après leurs études.

Désormais, les étudiants étrangers, mais aussi les travailleurs temporaires, devront détenir un diplôme ou avoir une expérience d’emploi dans des domaines définis par le gouvernement, en lien avec la pénurie de main-d’œuvre, afin d’avoir accès au Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Par le passé, aucune distinction n’était faite selon le domaine de formation ou le travail occupé.

À travers le PEQ, les étudiants étrangers qui avaient terminé leurs études et obtenu leurs diplômes pouvaient faire une demande de Certificat de sélection du Québec (CSQ). Ce document qui permettait de faire une demande accélérée de Résidence permanente au Canada étaient délivré en un mois contre deux ans pour des candidats à l’immigration hors du Québec.

« La Liste des domaines de formation a été mise à jour le 1er novembre 2019. Cette mise à jour s’applique à toutes les demandes de sélection présentées au ministre, dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés qu’elles aient été présentées avant ou après le 1er novembre 2019 », a indiqué le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) sur son site web.

Étudiants, ce qui sera pris en compte à partir du 1er novembre 2019!

À partir du 1er novembre 2019, les diplômes du Québec admissibles au PEQ sont :

  • le baccalauréat (1er cycle universitaire);
  • la maîtrise;
  • le doctorat;
  • le diplôme d’études collégiales (DEC) techniques;
  • le diplôme d’études professionnelles (DEP) lequel, seul ou avec une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) obtenue consécutivement, sanctionne 900  heures ou plus de formation;
  • l’attestation de spécialisation professionnelle (ASP) sanctionnant 900 heures ou plus de formation;
  • l’attestation d’études collégiales (AEC) sanctionnant 900 heures ou plus de formation.

Par ailleurs, les candidats doivent avoir complété au moins 900 heures d’études à temps plein au Québec ou, si leur attestation ou diplôme sanctionne plus de 1 800 heures d’études, elles doivent avoir séjourné au Québec pendant au moins la moitié de la durée de leur programme d’études.

Enfin, pour les formations d’une durée de 900 heures à moins de 1 800 heures, les candidats doivent détenir une expérience de travail de 6 mois à temps plein, au Québec, acquise après leur programme d’études et dans leur domaine de formation.

Prioriser les besoins du marché au détriment de…

Rappelons qu’en 2018, près de 11 000 personnes ont bénéficié du PEQ, dont plus de 5100 diplômés. En 2019, le compteur s’est arrêté début juin, au moment de la suspension du programme, à 8052 CSQ délivrés, dont 3226 diplômés. Pendant ce temps, plus de 48 000 étudiants étrangers ont été recensés dans des universités québécoises cet automne.

D’une même voix, le Parti libéral (PLQ), Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont pourtant réclamé « un recul complet » du gouvernement. Mais, le premier ministre François Legault est intraitable sur la question. Le chef caquiste croit qu’à un moment donné, « il faut prioriser, se concentrer sur l’économie et répondre aux besoins du marché du travail ».

Alors que le gouvernement Legault prétend répondre en priorité, aux « besoins du marché du travail » à travers ces réformes de l’immigration, faut-il craindre que ses décisions [de plus en plus critiquées par tous les partis politiques d’opposition et le monde universitaire] pourraient nuire à l’image du Québec et à l’attractivité de ses universités?

À lire : Immigration : bonne nouvelle pour les étudiants étrangers au Canada

Lire la suite

Économie

RPC : voici le maximum des gains ouvrant droit à pension pour 2020 au Canada

Avatar

Publié

le

Le plafond des gains ouvrant droit à pension du Régime de pensions du Canada (RPC) sera fixé à 58 700 $ pour 2020, ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 57 400 $, selon Revenu Canada.

Le nouveau plafond a été calculé selon une formule du RPC établie par la loi, qui tient compte de la hausse des traitements et salaires hebdomadaires moyens au Canada. Les personnes qui gagneront plus de 58 700 $ en 2020 ne seront pas tenues de verser d’autres cotisations au RPC et ne pourront pas le faire.

L’exemption RPC de base pour 2020 reste fixée à 3 500 $.

Le taux de cotisation des employés et des employeurs pour 2020 seront de 5,25 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 5,1 %. Le taux de cotisation des travailleurs indépendants seront de 10,5 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 10,2 %. L’augmentation du taux de cotisation est attribuable à la bonification du RPC qui a été mise en œuvre le 1er janvier 2019.

La cotisation maximale des employeurs et des employés au RPC en 2020 sera de 2 898,00 $ chacun et la cotisation maximale des travailleurs indépendants sera de 5 796,00 $. Ces maximums étaient de 2 748,90 $ et de 5 497,80 $ en 2019.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ET INFORMATION

Source : Agence du revenu du Canada

À lire : Plus de 850 000 travailleurs seront des retraités d’ici 2025 au Québec

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :