Suivez-nous

HighTech

Domotique et agriculture locale, le nouveau défi d’IKEA

Hanen Hattab

Publié

le

IKEA a surpris les visiteurs du London Design Festival par un nouveau concept qui ambitionne de changer autant l’environnement domestique que les habitudes alimentaires.
Une maison intelligente est loin d’être un espace envahi par les écrans et les interfaces tactiles. Les publicités et les films de sciences fiction véhiculent des clichés très maigres sur le potentiel des nouvelles technologies dans l’optimisation de notre environnement matériel.
On a connu IKEA comme un laboratoire d’innovations en design et voilà que le géant du mobilier et des accessoires de maison s’adonne, depuis déjà un an, à l’agriculture domestique.
Lors du London Design Festival, qui s’est déroulé du 16 au 27 septembre 2017, Space10 Lab, le laboratoire d’IKEA, a installé, à Shoreditch, un quartier de l’Est de Londres, une ferme verticale éphémère qui présentait des technologies de l’agriculture du futur. C’est une ferme hydroponique verticale, nommée Lokal Pop Up, qui a abrité, du 18 au 23 septembre, des ateliers gastronomiques utilisant des aliments qui ont poussé dans ses bacs.

Space10 Lab

Se définissant comme pragmatique et idéaliste, le Space10 Lab explore les dernières technologies numériques et industrielles afin de proposer sa vision du style de vie et de l’habitat du futur en prônant une architecture intelligente, verte, saine, écologique, autonome et propice à l’épanouissement physique et psychologique humain.

Hydroponie domotique

Le système hydroponique créé par le laboratoire est domotique. Il est éclairé par des lumières LED modifiées et gérées par ordinateur afin d’optimiser la croissance des aliments. Lokal Pop Up est capable de faire pousser les plantes trois fois plus rapidement que les méthodes traditionnelles, en utilisant 90% moins d’eau et en générant moins de déchets.
Le système se caractérise, notamment, par l’efficience de son empreinte carbone et par sa flexibilité spatiale. En effet, les plantes ne poussent pas dans des sols mais plutôt dans des substrats légers comme la laine de roche qui permettent également d’obtenir différentes configurations d’installations verticales.
Ces installations sont munies de capteurs intelligents qui captent et stockent les données sur Google Home, et suivent, par une technologie d’apprentissage par machine, la croissance des plantes afin d’obtenir des aliments sains toute l’année.

Les habitudes culinaires du futur

Pendant six jours, les visiteurs de Lokal Pop Up ont dégusté des salades futuristes à base de pousses et de micro-aliments hydroponiques concoctées par Space10 Lab. Le consultant en design et technologies, Hirsch & Mann, a accueilli la section tactile « Meet Your Greens » chargée de sensibiliser sur les avantages des aliments locaux et de l’hydroponie.
Lors d’un atelier, appelé « Grow Your Greens», on a appris aux enfants comment réaliser leur propre ferme hydroponique nomade.
L’atelier de conservation des aliments, organisé par le vendeur d’aliments biologiques Farmdrop, a abordé la deuxième partie du cycle de nourriture en donnant des présentations sur la réduction des déchets alimentaires et la conservation des aliments par fermentation. SPACE10 Lab a notamment présenté SPROUT, une expérience pédagogique qui vise à rendre l’agriculture locale plus accessible grâce à une technologie vocale.

Crédit photo:

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

Les dernières révélations sur la «PlayStation 5»

Avatar

Publié

le

Les gamers accros savent que Sony est en train de développer sa nouvelle console PlayStation. Plusieurs médias tech supposent qu’elle sera nommée « PlayStation 5 ».

En octobre dernier, Kenichiro Yoshida, le président de la société, avait déclaré qu’il était « nécessaire » de disposer d’un « équipement nouvelle génération » après la PlayStation 4 Pro. Depuis, la marque n’a plus évoqué le sujet et a mis de l’avant ses nouveaux jeux exclusifs, comme Days Gone, Dreams et The Last of Us II. Ce mardi, 5 avril, des détails sur la nouvelle console ont été révélés.

Mark Cerny, l’architecte système de l’entreprise, a confirmé dans une interview avec Wired, que la nouvelle console sera munie d’un processeur AMD Ryzen de troisième génération. Il sera associé à un système audio 3D immersif et un processeur graphique personnalisé, construit à partir de la famille Radeon Navi d’AMD, actuellement réservée aux ordinateurs de jeu haut de gamme.

« La nouvelle PlayStation prendra également en charge les graphiques 8K », a indiqué Cerny. Elle sera aussi équipée d’un disque SSD pour accélérer le rendu et réduire les temps de chargement.

Selon Wired, Cerny a illustré ce point en lançant le jeu Spider-Man d’Insomniac et en montrant comment les temps de trajet rapides pouvaient être réduits de 15 à 0,8 seconde.

Rétro-compatible avec les derniers supports physiques

Le nouvelle console aura une architecture similaire à celle de la PS4. Par conséquent, elle sera rétro-compatible avec les jeux PS4 et s’accordera avec l’actuel casque PlayStation VR.

Cerny a aussi confirmé qu’un ou plusieurs accessoires, un nouveau casque peut-être, accompagneront la PS5. Ils seront compatibles avec les anciens supports physiques, soit, les PlayStation 4 et PlayStation 4 Pro.

Les plateformes geek n’ont pas pour le moment des informations sur la date de révélation de la PlayStation 5. L’année dernière, l’entreprise a annoncé que la nouvelle console pourrait ne pas arriver avant 2020. Elle a aussi déclaré qu’elle n’assisterait pas à l’ Electronic Entertainment Expo (E3), le plus grand et le plus prestigieux salon professionnel du secteur, qui aura lieu en juin 2019.

Lire aussi : Cet élève québécois a créé une solution qui diminue l’attente aux hôpitaux

Lire la suite

Technologie

Où rencontrer les génies en herbe du Québec?

Avatar

Publié

le

Ce vendredi, 12 avril, débute la Super Exposciences Hydro-Québec, finale québécoise 2019 au Collège Charles-Lemoyne. C’est l’occasion pour le public de découvrir les meilleurs projets scientifiques du Québec réalisés par des jeunes de 12 à 20 ans

41e édition de la super expo-sciences

L’événement est sous la présidence d’honneur de M. Réal Laporte, président d’Hydro-Québec Innovation, équipement et services partagés.

« C’est avec un plaisir renouvelé qu’Hydro-Québec s’associe aux Expo-sciences, souligne M. Réal Laporte, président d’Hydro-Québec Innovation, équipement et services partagés. Et c’est pour nous une fierté de contribuer à donner la chance aux jeunes Québécois de prendre part à cette compétition formatrice et rassembleuse. Nous souhaitons ainsi leur insuffler un peu de notre passion pour les sciences et l’innovation. »

De gauche à droite : M. François Pelletier, attaché politique du député de Vachon, M. Ian Lafrenière, Mme Éva Kammer, directrice Communications et éducation chez Génome Québec, Mme Marthe Poirier, directrice générale du Réseau Technoscience, Mme Geneviève Rousseau, directrice du bureau de la députée de Sanguinet, Mme Danielle McCann, M. David Bowles, directeur général du Collège Charles-Lemoyne

« À nouveau, la Fondation Alcoa est fière de s’associer aux Expo-sciences, de soutenir l’engagement scientifique de notre relève québécoise et de contribuer à l’expérience enrichissante de milliers de jeunes qui relèveront le défi cette année », a affirmé Jean-François Cyr, Président d’Alcoa Canada.

Le site d’exposition est accessible gratuitement au public les journées suivantes :

  • Vendredi 12 avril : 9 h à 12 h
  • Samedi 13 avril : 9 h 30 à 11 h 50 et 13 h à 16 h 30 
  • Dimanche 14 avril : 9 h 30 à 11 h 50

Près de 250 000 $ en prix

L’événement se terminera par la cérémonie de remise de prix où une valeur en prix, bourses et participation de près de 250 000 $ sera remise!

La cérémonie se tiendra le dimanche 14 avril entre 13 h et 15 h 30 au Cégep Champlain. Elle est également accessible en webdiffusion via la page Facebook des Expo-sciences.

Lire aussi : Qui sont les lauréats de la première édition québécoise de l’odyssée de l’objet?

Lire la suite

HighTech

Axionable ouvre un laboratoire de recherche en intelligence artificielle à Montréal

Avatar

Publié

le

Gwendal Bihan, cofondateur et directeur général d’Axionable, a déclaré lors de son passage au World AI Summit Americas qui se tient les 10 et 11 avril au théâtre St James à Montréal, l’ouverture d’un nouveau laboratoire dans la métropole.

Axionable est une firme française spécialiste des stratégies de données et d’IA clés en main pour les entreprises. Elle a ouvert ses portes en 2016 et compte aujourd’hui des grandes références telles que le Crédit Agricole, Auchan, M6, Michelin, etc.

L’entreprise prévoit d’installer à Montréal un laboratoire dédié à a recherche appliquée et à l’exécution de projets d’IA. Pour ce faire, elle prévoit recruter une cinquantaine d’experts d’ici deux ans. À ce propos, Investissement Québec a affirmé qu’Axionable « a déjà entamé des discussions avec différents partenaires potentiels de l’écosystème montréalais. »

Montréal, un écosystème en mutation

« Nous sommes impatients de travailler aux côtés des chercheurs les plus renommés internationalement et de plonger au cœur d’un écosystème bouillonnant, qui rassemble de grands joueurs et des startups prometteuses », a exprimé M. Bihan.

L’entreprise française a, en effet, entrepris des démarches pour recruter des spécialistes en apprentissage automatique, en apprentissage profond, et dans les technologies de l’information et des communications.

De son côté, Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d’Investissement Québec a affirme que son entreprise est fière d’avoir accompagné Axionable dans sa démarche d’investissement dans la province. L’entreprise française a aussi compté sur une autre structure locale, en l’occurrence, Montréal International.

Rappelons que ce dernier est un organisme sans but lucratif qui œuvre à attirer et retenir des investissements étrangers, en outre les entreprises en démarrage.

À cette occasion, Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International, a souligné que son équipe « a accompagné depuis deux ans plus de 30 projets en IA, totalisant 500 M$. »

Lire aussi : Corning, un leader mondial des matériaux intelligents, s’installe à Montréal

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant