Suivez-nous

Actualités

Québec réduit les délais de traitement de 31 000 dossiers d’immigration en attente

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Immigration Québec

Dans un projet de règlement sur la loi de l’immigration qui entre en vigueur le 02 août 2018, la province québécoise a décidé d’accélérer le traitement de 31 000 dossiers d’immigration économique. Ces demandes sont en souffrance depuis le lancement de la plateforme Mon projet Québec.

En septembre 2017, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) avait sévèrement été critiqué pour son retard dans le traitement de milliers de dossiers depuis le lancement de la plateforme Mon Projet Québec en 2016. « Au 31 mars 2017, soit plus d’un an après la mise en place de ce portail, le ministère n’avait pas encore entrepris le traitement des demandes reçues en ligne », avait déploré la protectrice du citoyen, Marie Rinfret, lors du dépôt d’un rapport. « Le nombre total de demandes en attente de traitement relativement à ce programme, y compris celles soumises avant l’implantation du portail, s’élevait à 31 378 », avait-elle ajouté.

Face aux critiques et surtout du fait de la rareté de la main d’œuvre, Québec est en train de modifier complètement ses règles en matière d’immigration. Le gouvernement Couillard veut faire passer de 32 à moins de 12 mois les délais de traitement des demandes pour 31 000 dossiers d’immigration économiques.

Annoncé en mars dernier, le règlement du Ministère de l’immigration, sur la loi en matière d’immigration a finalement été adopté cet été.

Nouveaux délais de traitement, nouvelles règles d’immigration

« Aujourd’hui, avec l’adoption du nouveau Règlement du @MIDI_Qc, le gouvernement met en place un système d’immigration d’avant-garde, efficace et performant; un système plus en phase avec les besoins actuels de la société québécoise et du marché du travail », a déclaré mardi sur Twitter, David Heurtel, ministre de l’Immigration québécoise.

Selon lui, « Avant, c’était premier arrivé, premier servi, ce qui créait de très longs délais ». « Maintenant, assure David Heurtel, on va pouvoir non seulement analyser les compétences en français, mais également [l’ensemble de] ses compétences et permettre de faire une meilleure sélection en fonction des besoins de main-d’œuvre en région », avait laissé entendre le ministre Heurtel, en mars, sur TVA Nouvelles.

Il faut noter que le règlement modifie aussi les règles concernant les immigrants investisseurs. Au lieu de 800 000$, Québec demandera plutôt 1,2 million, en plus d’avoir une entente avec un intermédiaire au Québec. L’objectif selon le gouvernement est de s’assurer que plus d’immigrants restent au Québec une fois qu’ils sont arrivés. Le programme d’immigrants entrepreneurs n’est pas en reste. Il a également été revu afin d’encourager les entrepreneurs à contribuer au développement des PME dans les régions du Québec.

Choix des immigrants selon les besoins du Québec

Pour rappel, le Plan d’immigration du Québec pour l’année 2018, découlant des orientations adoptées à la suite de la consultation publique sur la planification de l’immigration au Québec pour la période 2017-2019, tenue par la Commission des relations avec les citoyens à l’été 2016, contient neuf points importants :

  1. Stabiliser les niveaux d’immigration à 51 000 personnes immigrantes admises pour les deux premières années, puis les augmenter légèrement au cours de la troisième année pour atteindre 52 500 personnes en 2019;
  2. Accroître progressivement la part de l’immigration économique pour atteindre 63 % en fin de période;
  3. Augmenter à au moins 40 % en 2019 la proportion de personnes immigrantes de 18 ans et plus, de la sous-catégorie des travailleurs qualifiés, sélectionnées et ayant un statut de travailleur temporaire au Québec au moment de leur sélection ou d’étudiant étranger;
  4. Fixer à un minimum de 85 % la proportion des adultes de la sous-catégorie des travailleurs qualifiés qui déclarent connaître le français à l’admission;
  5. S’assurer que la proportion des candidates et candidats sélectionnés dans la sous-catégorie des travailleurs qualifiés détenant une formation en demande soit d’au moins 70 %;
  6. Maintenir annuellement à un minimum de 65 % la part des personnes de moins de 35 ans dans l’ensemble des admissions;
  7. Contribuer, de concert avec les acteurs économiques et territoriaux, à l’essor des régions du Québec par l’immigration permanente et temporaire;
  8. Continuer à favoriser la diversité du mouvement migratoire en provenance des différentes régions du monde pour soutenir le dynamisme économique du Québec ainsi que la vitalité du français;
  9. Réaffirmer annuellement l’engagement humanitaire du Québec par l’accueil de personnes réfugiées et d’autres personnes ayant besoin d’une protection internationale.

« Le Plan d’immigration du Québec pour l’année 2018 s’inscrit dans une période de transition vers un nouveau système d’immigration basé sur la déclaration d’intérêt. Celui-ci permettra de constituer une banque de candidatures et de choisir, selon des critères déterminés, celles qui répondent le mieux aux besoins du Québec », peut-on lire dans le document.

Crédit photo:
Immigration Québec

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Burkina Faso : le Canada « choqué » par la mort de Kirk Woodman

Publié

le

Les autorités canadiennes ont appris avec « effroi », jeudi 17 janvier, la mort de Kirk Woodman. Le Canadien originaire d’Halifax qui avait été kidnappé par un groupe armé, mardi 15 janvier, a été retrouvé le corps criblé de balles au Burkina Faso, pays d’Afrique de l’Ouest.

Au nom du gouvernement, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a dit que le Canada est « consterné et profondément attristé » que Kirk Woodman, qui avait été enlevé le 15 janvier 2019, ait été tué au Burkina Faso. « Nous offrons nos sincères condoléances à la famille de M. Woodman en cette période extrêmement difficile », a déclaré jeudi 17 janvier Mme Freeland.

Une « période extrêmement difficile »

Selon le ministère burkinabé de la Sécurité, le corps de Kirk Woodman a été retrouvé mercredi 16 janvier, criblé de balles, dans la province d’Oudalan, non loin de la frontière entre le Burkina-Faso et le Niger. Il a ensuite été conduit à Gorom-Gorom avant d’être acheminé à la morgue de l’hôpital de Dori.

« Nous adressons nos sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Woodman. C’est une période éprouvante et extrêmement douloureuse pour eux et ils bénéficient du soutien inconditionnel du Canada. Alors qu’ils pleurent cette tragédie, nous demandons que leur vie privée soit respectée. »

– Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères

En attendant, le Canada a condamné les responsables de ce crime odieux. « Nous travaillons avec le gouvernement du Burkina Faso et d’autres partenaires internationaux afin de rechercher les responsables et les traduire en justice », a indiqué la ministre canadienne des Affaires étrangères, tout en soulignant que « la priorité du gouvernement [canadien] est la sécurité et la protection des Canadiens ».

Kirk Woodman a passé 20 ans de sa vie en Afrique de l’Ouest

Pour rappel, Kirk Woodman était un employé de la société minière canadienne Progress Minerals. « M. Woodman était un géologue hautement respecté, dont la carrière s’est étendue sur 30 ans, dont 20 ans en Afrique de l’Ouest », a commenté le patron de Progress Minerals, Adam Spencer, dans un communiqué.

À lire aussi :

Coopération : Québec réalisera des projets dans 17 pays d’Afrique francophone…

Le président Kenyatta comparé à un singe, un Chinois se fait expulsé du Kenya pour racisme

Lire la suite

Actualités

Commission scolaire English-Montréal, « que la lumière soit faite » sur les allégations

Publié

le

La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) fait l’objet d’une « grosse » enquête ministérielle sur plusieurs allégations portant notamment sur la gestion des ressources matérielles et humaines ainsi que le climat organisationnel à la CSEM.

C’est la plus importante commission scolaire anglophone du Québec. La CSEM, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, compte 77 écoles et centres de formation pour 44 000 élèves. Afin de dresser un portrait objectif et complet des nombreuses allégations portées à la connaissance du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur concernant la gouvernance et la gestion des ressources à la Commission scolaire English-Montréal au cours des dernières années, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, s’est « rapidement » saisi du dossier.

Des « allégations préoccupantes » selon le ministre Roberge

Dans une lettre en date du 15 janvier 2019 et adressée à la Sous-ministre de l’Éducation, le ministre Jean-François Roberge a autorisé l’équipe des enquêtes ministérielles et réseaux du Ministère à mener une enquête à la CSEM sur les situations rapportées. Celles-ci touchent notamment la gestion des ressources matérielles et des ressources humaines ainsi que le climat organisationnel. « Les allégations portées à l’attention du ministère dans les dernières années à propos de la gouvernance et de la gestion des ressources dans ce dossier sont préoccupantes », s’est inquiété M. Roberge.

Cette enquête administrative, déclenchée en vertu des articles 478.3 et 478.4 de la Loi sur l’instruction publique, a pour objectif de dresser un portrait de la situation et de déterminer les actions à prendre, le cas échéant.

Contrairement au gouvernement précédent, le nouveau ministre de l’Éducation dit vouloir agir sans attendre pour nous assurer que les institutions publiques québécoises soient gouvernées et administrées de façon saine et selon les règles d’éthique. « Nous nous devons d’agir rapidement dans l’intérêt de la CSEM et, par conséquent, des élèves, de leurs parents et des membres du personnel », fait valoir Jean-François Roberge, tout en tenant à « maintenir les liens de confiance » qui existent entre la CSEM et la communauté.

Fin des enquêtes au plus tard le 10 septembre 2019

Même si un travail remarquable se fait auprès des élèves de la Commission scolaire English-Montréal, souligne le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, « il serait dommage qu’il soit entaché par des actes qui ne sont pas acceptables sur le plan de l’éthique ».

À en croire la lettre du ministre, les travaux d’enquête doivent prendre fin au plus tard le 10 septembre 2019 et avoir fait l’objet d’un rapport complet à cette date. « De plus, je demande à obtenir un rapport préliminaire des travaux accomplis au plus tard le 3 juin 2019. Par ailleurs, je demande à ce que l’on porte à mon attention immédiate tout constat qui pourrait exiger, dans les circonstances, qu’une mesure soit prise avant la fin des travaux », s’est voulu on ne peut plus clair le ministre Roberge dans sa lettre.

À lire aussi :

Les Allophones ont aussi droit au bilinguisme

80 % des élèves au Nunavik quittent l’école sans diplôme

Lire la suite

Actualités

« L’appel à lâcher prise », la nouvelle vitrine du tourisme québécois

Publié

le

Le Québec est riche de destinations culturelles et naturelles que le spectateur découvrira très prochainement à travers une nouvelle série dont la bande sonore sera sublimée par la voix de Charlotte Cardin.

La nouvelle série nommée « L’appel à lâcher prise » mettra en valeur le Québec comme destination touristique. Il s’agit du nouveau projet promotionnel de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec.

La série présente 8 épisodes de 3 à 5 minutes qui mettent en vedette 2 duos de voyageurs au Québec. Les 4 premiers épisodes présentent les échappées des deux globetrotters français Alex Vizéo et Steven Herteleer. Sandra Rodriguez et sa fille Paola Franqui racontent leurs aventures au Québec dans les quatre épisodes qui suivent. À l’automne prochain, l’acteur et blogueur mexicain, Alan Estrada fera découvrir ce que recèle la province pour les voyageurs de l’hiver.

En plus de faire connaître les acteurs de l’industrie, appelés par l’alliance les originaux, le but de cette campagne est de promouvoir le Québec comme destination de bien-être et de découvertes émotives. D’où le titre de la série.

« Le Québec n’est pas une simple destination : c’est une invitation à lâcher prise et à se reconnecter à ce qui compte vraiment », dépeint Martin Soucy, président de l’alliance.

Présenté par la plateforme Québec Original, le premier épisode sortira ce vendredi, 18 janvier. Tous les épisodes seront en ligne sur la chaîne YouTube de Québec Original, dès le 6 mars prochain.

Lire aussi : 2030 : Les défis économiques du tourisme canadien

Lire la suite

en-avant