Suivez-nous

Style de vie

Du vrai sang dans vos plats

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Les mets que nous proposons risquent de faire grimacer certains. Notre sélection est à base de vrai sang. Hématophobes s’abstenir!

Préparer des plats à base de vrai sang ne veut pas dire que la cuisine aura l’air d’une scène de crime. Le boudin noir, qu’on peut intégrer dans plusieurs plats comme le hachis parmentier, est une charcuterie à base de sang et de graisse de porc.
Dans les recettes anciennes, même le pain peut être préparé avec du sang d’animaux domestiques : porc, volaille, veau, etc.
Pour tenter cette expérience et inquiéter ses convives, il faut commander du sang frais à son boucher. Pour le conserver, il faut lui rajouter du sel et du vinaigre.
Les moins aventureux peuvent commencer avec une omelette au sang de volaille ou de porc frais, avec ciboulette, ail, oignon et beurre.
Pour les cuisiniers vampiristes, voici notre sélection de plats :

La soupe au sang de porc : un incontournable de la cuisine urbaine taïwanaise

Photo libre de droits

Le pain complet au sang de bœuf

Photo libre de droits

La sanguette au sang de porc et aux fines herbes

Photo libre de droits

Et enfin, à chaque cuisine ses instruments de torture

Une presse pour récupérer le sang de canard est utilisé dans une recette française mythique, le canard au sang.

Photo libre de droits

 

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Style de vie

La semaine prochaine 47% des Québécois partiront en vacances

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Un quart de la population active du Québec prend un congé durant les vacances de construction. Où partiront les Québécois qui profitent de cette période estivale pour changer de paysages ?

Les vacances de la construction été 2018 ont lieu du 21 juillet au 5 août. Selon un sondage effectué par le ministère du Tourisme sur les intentions de voyage des Québécois durant cette période :

« 47 % prévoient de séjourner au moins une nuit hors de leur lieu de résidence. »

Un grand nombre de personne dans cette portion séjourneront environ 3,9 nuitées à l’extérieur de leurs domiciles et dépenseront en moyenne 750$, en demeurant dans la province.

Ils seront 24% à se rendre à la ville de Québec, 13% à Charlevoix, 12% iront aux Cantons-de-l’Est, 12% visiteront les Laurentides et 11% la Gaspésie.

À propos du tourisme intérieur, Julie Boulet, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie se réjouit de souligner que :

« les voyageurs québécois constituent la clientèle la plus importante pour le Québec et sa principale source de revenus, bien avant les touristes étrangers. »

Vacances à l’extérieur du Québec

Durant cette période de vacances, 14% ont l’intention de partir en Ontario, 13% aux États-Unis et 6% en Europe.

Les plus grands budgets de vacances sont prévus pour les destinations européennes. Ils s’élèveront environ à 4500$.

54% parmi les 1 005 Québécois qui ont participé au sondage privilégieront les hôtels alors que 3% prévoient l’hébergement collaboratif.

À savoir aussi : « Les voyageurs québécois profiteront des vacances de la construction principalement pour pratiquer des activités de plein air et pour visiter des parents et des amis. »

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

Style de vie

Idée d’ailleurs, le parc flottant recyclé du port de Rotterdam

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Avez-vous envie d’embarquer sur un ilot flottant et de chiller face à la ville ? Aux Pays-Bas c’est possible et ce grâce à un concept qui conjugue la dépollution des eaux aux expériences de vie urbaine verte.

Les ilots verts en plastique

Les mini parcs flottants est une idée écologique et socio-urbaine imaginée et réalisée par Recycled Island Foundation.

L’organisation, lancée par l’architecte Ramon Knoester, est basée à Rotterdam. Elle a pour objectif de collecter et de recycler les déchets solides qui polluent les eaux du Nieuwe Maas.

Le projet, auquel a contribué la municipalité de Rotterdam, a profité d’une technique de recyclage écologique développée au sein de l’Université de Wageningue. Celle-ci permet de capturer les matières plastiques en utilisant le cours d’eau existant et de les garder piégés même lorsque la direction du courant change.

Les dispositifs de recyclage ont été testés, surveillés et optimisés pendant une période de un an et demi. Des volontaires ont aussi contribué à des opérations de ramassage manuel des détritus sur les rives.

Une infrastructure symbiotique

Les ilots urbains, de 140 m2, sont sous forme de modules hexagonaux verdis flottants. La nouvelle infrastructure qui s’ajoute au paysage comporte 28 unités.

Elle est bénéfique pour l’environnement parce qu’elle est entièrement construite en plastique recyclé et aussi parce qu’elle contribue à la préservation de la faune et la flore locale. En effet, les unités sont aussi des petits écosystèmes qui peuvent abriter grâce à la végétation et au sol, des escargots, des vers plats, des coléoptères et des poissons.

Le fond de la plate-forme est doté notamment d’une surface spéciale où les plantes aquatiques peuvent pousser et où les poissons peuvent cacher leurs œufs.

Le parc de la rivière Nieuwe Maas est d’ores et déjà ouvert au public. Ses unités rendent le paysage urbain mobile et sensibilisent les citoyens sur la gestion des déchets humains.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

Style de vie

Les espaces d’Espace pour la vie gratuits pour 9000 familles montréalaises

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Aujourd’hui la ville de Montréal a annoncé un beau cadeau pour 9000 familles montréalaises. Leurs budgets de sorties seront allégés jusqu’à la fin de l’année 2018.

Ces familles auront des laissez-passer pour visiter les musées d’Espace pour la vie.

« Espace pour la vie est le plus grand complexe muséal en sciences de la nature du Canada. Il est essentiel de le rendre accessible à toutes les Montréalaises et tous les Montréalais. Nous sommes fiers de cette belle pratique et souhaitons qu’un maximum de familles puissent profiter du contenu ludique et fortement éducatif que ces institutions ont à offrir », explique Laurence Lavigne Lalonde, responsable de la transparence, de la démocratie, de la gouvernance, de la vie citoyenne et d’Espace pour la vie au comité exécutif.

C’est une tradition qui date de 2002 et une sorte de cadeau de bienvenue puisque le programme vise notamment les nouveaux arrivants.

En fait, la Ville de Montréal donne la possibilité aux familles qui n’ont pas les moyens pour s’offrir des sorties d’aller visiter le Jardin botanique, l’Insectarium et le Planétarium Rio Tinto Alcan. Étant fermé jusqu’à la fin de l’été 2019 à cause des travaux, le biodôme ne fait pas parti de la liste cette année.

Les arrondissements de la métropole ont chargé des organismes pour distribuer les laissez-passer aux familles ayant jusqu’à 3 enfants de moins de 18 ans.

Les passes permettront l’accès au Jardin botanique et l’Insectarium du 14 juillet au 6 septembre. Pour le Planétarium, la période s’étend du 14 juillet au 31 décembre.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

en-avant

X
X