Suivez-nous

Style de vie

Du vrai sang dans vos plats

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits
imprimer

Les mets que nous proposons risquent de faire grimacer certains. Notre sélection est à base de vrai sang. Hématophobes s’abstenir!

Préparer des plats à base de vrai sang ne veut pas dire que la cuisine aura l’air d’une scène de crime. Le boudin noir, qu’on peut intégrer dans plusieurs plats comme le hachis parmentier, est une charcuterie à base de sang et de graisse de porc.
Dans les recettes anciennes, même le pain peut être préparé avec du sang d’animaux domestiques : porc, volaille, veau, etc.
Pour tenter cette expérience et inquiéter ses convives, il faut commander du sang frais à son boucher. Pour le conserver, il faut lui rajouter du sel et du vinaigre.
Les moins aventureux peuvent commencer avec une omelette au sang de volaille ou de porc frais, avec ciboulette, ail, oignon et beurre.
Pour les cuisiniers vampiristes, voici notre sélection de plats :

La soupe au sang de porc : un incontournable de la cuisine urbaine taïwanaise

Photo libre de droits

Le pain complet au sang de bœuf

Photo libre de droits

La sanguette au sang de porc et aux fines herbes

Photo libre de droits

Et enfin, à chaque cuisine ses instruments de torture

Une presse pour récupérer le sang de canard est utilisé dans une recette française mythique, le canard au sang.

Photo libre de droits

 

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Cliquez pour commenter

HighTech

Trois modes de paiement du futur

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Le paiement sans contact a su très vite s’allier à la mode de l’Internet des Objets. Comme les montres et les téléphones intelligents, les trois technologies qu’on présente ici remplacent la carte bancaire et changent le fonctionnement de certains services commerciaux. On ne posera pas de questions sur la sécurité si on utilise déjà la technologie PayPass. Le principe est presque le même, à prendre ou à laisser si on a peur des fraudeurs et des malintentionnés qui rodent dans les lieux publics.

La bague de Bankwest

En Australie, Bankwest a passé des bagues aux doigts de ses clients. La symbolique est, entre autres, un coup publicitaire bien recherché. Les clients peuvent payer leurs factures en passant la main sur la machine de paiement électronique. Comme le montre la vidéo, la technologie facilite les opérations quand on a les mains occupées par beaucoup de choses en même temps. Ça évite aussi de prendre son portefeuille quand on va se baigner, sachant qu’on aura envie de prendre un verre au bar de la piscine.

Face++ pour payer

La Chine a mieux fait. Grâce aux applications munies de l’intelligence artificielle Face++, les clients peuvent faire des transferts d’argent avec un simple scan du visage. L’application Alipay, utilisée par plus de 120 million de personnes, permet aussi de faire les transactions à partir de bornes interactives qui remplacent le caissier et les terminaux de comptoir. Il ne faut pas oublier de sourire le Big Brother chinois Is Watching You.

Smart coffee cup

On revient en Australie avec SmartCup. C’est un verre réutilisable qui paye lui-même son contenu. En plus de la carte à puce qui assure le transfert de l’argent, le verre est connecté à l’application Frank Green’s Hydrate qui permet de calculer la quantité d’eau dans la boisson. Des outils marketing de fidélisation du client sont aussi intégrés au système, et la boucle est bouclée.

Lire la suite

Actualités

La nature charme au salon plein air

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

C’est avec un nouveau nom que le salon des experts de la chasse et de la pêche revient cette année. Dans cette édition intitulée désormais Salon plein air chasse pêche et camping, l’industrie et les services touristiques liés aux activités et l’exploration de la nature visent un public plus large.

« L’événement se devait d’élargir ses horizons. Nous souhaitons reprendre contact avec nos origines, qui ont toujours reposé sur les activités de plein air. D’ailleurs, cette année, nous avons de nombreux nouveaux exposants reliés à ce volet », avait déclaré Roger Saint-Laurent, le directeur du salon lors du communiqué de presse.

Cap sur les dernières tendances

Les nouveautés attendues s’adressent aux passionnés et amateurs du camping et des grandes étendues. Des produits permettant aux professionnels et aux familles d’arpenter et d’habiter les espaces les plus arides et les plus vastes dénotent d’un secteur qui veut attirer les futures générations vers la nature canadienne. On avait annoncé les véhicules et accessoires d’overlanding qui offrent les accessoires et les équipements nécessaires pour s’aventurer sur les routes des plaines et des montagnes. Dans la catégorie transport, on a vu aussi le Snowdo, une nouvelle génération de traîneaux mécaniques, et Koroc le bateau-maison qui réinvente le luxe flottant.

Transformation overlanding. Crédit photo Avant Première MTL

Les sédentaires les plus endurcis peuvent eux aussi faire trempette à moins d’une heure de Montréal sans céder au confort citadin. Car la Sépaq est revenue avec une nouveauté promettant aux campeurs d’avoir les commodités d’un appartement en plein milieu du Parc National du Mont-Saint-Bruno avec son chalet minimaliste « Prêt-à-camper-étoile ».

À ce propos, il est réjouissant de rappeler que le Québec se place en deuxième position au pays pour « le nombre de camping et d’emplacements, avec 4231 terrains et 423283 emplacements en 2016. » En plus de la belle affluence qu’a connu le salon ce premier jour, ce nombre donne lui aussi une idée sur l’importance de la communauté des amateurs de pêche et de chasse qui représente le public cible numéro un de la majorité des kiosques. « Oui, nous demeurons un salon très axé sur la pêche et la chasse », faisait remarquer M. Saint-Laurent.

Au programme, plusieurs conférences portant notamment sur la pêche au doré ou à la truite, l’appel aux bernaches, la chasse au chevreuil, etc., sont données par des conférenciers « de renom du milieu, dont Patrick Campeau du côté de la pêche, et Michel Therrien du côté de la chasse. »

La surprise culinaire du salon

Julien Cabana. Crédit photo Avant Première MTL

Parmi les personnalités qui ont marqué ce monde, Julien Cabana, le chroniqueur de chasse et de pêche, la plume du Journal de Québec et le Journal de Montréal, présente à la foule une littérature d’un genre nouveau. Comme à son habitude, l’expert de la nature québécoise parle de poissons et de gibiers mais cette fois-ci il s’attarde particulièrement sur les espèces qui se retrouveront dans les assiettes plutôt que des trophées des sportifs chevronnés.

Cabana est présent dans cette édition pour dévoiler son dernier livre « De la nature à votre assiette ». Un grand chapitre se rajoute à la cuisine québécoise avec 104 recettes à base de produits du terroir qui ont jalonné la carrière du reporter des grands paysages. Selon l’auteur, ce livre aux illustrations esthétiques et gourmandes, propose une cuisine de niche pour les fins gourmets en manque de temps. « Dans les livres de recette on trouve souvent beaucoup d’ingrédients dont la plupart ne seront jamais réutilisés », a expliqué M. Cabana. Ses recettes courtes, faciles et avec un minimum d’ingrédients sont introduites par les anecdotes autobiographiques du journaliste.

Le salon se poursuit jusqu’au 18 février 2018 à la Pace Bonaventure.

Lire la suite

Économie

La Saint Valentin, combien dépensent les Canadiens ?

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Beaucoup ont déjà emballé leurs cadeaux et attendent le moment de voir briller les yeux de leurs bien aimé(es). Combien dépense le Canadien pour célébrer cette journée spéciale ?

Sais-tu que:

En la matière, les Canadiens restent classiques dans leurs choix de cadeaux. En tête des achats, 3,60 milliards de dollars ont été déboursés sur les bijoux et les montres. En deuxième position, les parfums et les cosmétiques qui ont coûté aux Canadiens 2,89 milliards de dollars (Source Statistiques Canada). Sachant que 17% des femmes aiment recevoir un bijou contre 2% des hommes — d’après la Presse Canadienne — on a notre petite idée sur qui a cassé la tirelire pour le jour J. Les fleurs ont toujours la côte, on en a acheté pour 71,7 millions. Quand aux mousseux, on en a vendu pour 336,6 millions de dollars.

Selon les statistiques de la Presse Canadienne, le Québec est en haut de la liste des provinces qui aiment célébrer la Saint Valentin, sachant qu’elle n’est pas la fête préférée des Canadiens.

Et parce qu’ils sont les plus romantiques, les Québécois ont leur propre festival fêté du 7 au 14 février. Devinez où ? Dans une localité qui s’appelle Saint Valentin. Celle-ci se trouve en Montérégie, à une heure de Montréal.

Lire la suite

en-avant

X
X