Suivez-nous

Actualités

Éducation au Québec, entre promesse et bataille électorale

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Photo libre de droit

À la veille de l’élection générale du 1er octobre 2018 au Québec, l’Éducation prend une place centrale dans les discours politiques de la plupart des partis. Ce n’est pas le parti au pouvoir qui dira le contraire.

En un temps record, d’importantes annonces en faveur du système éducatif ont été faites. Au nombre de celles-ci, il faut citer la toute nouvelle stratégie relative aux services éducatifs offerts aux enfants de 0 à 8 ans. Intitulée Tout pour nos enfants, elle a été élaborée en application de la Politique de la réussite éducative, selon le gouvernement québécois. D’autant plus que le premier ministre, Philippe Couillard, reconnaît lui-même qu’au Québec, « 800 000 enfants sont âgés de 0 à 8 ans et représentent un dixième de notre population ».

Précieux à ses yeux, le numéro des Québécois soutient que la jeunesse constitue la plus grande richesse collective de la province. Justifiant ainsi pour le gouvernement le devoir de « donner à tous ces jeunes des chances équitables d’arriver plus tard à la destination qu’ils auront choisie ». « Ensemble, assurons-nous que chaque jeune puisse grandir dans un Québec confiant, prospère et plus équitable, capable de lui donner un bagage solide pour prendre la route de la réussite ! », a fait valoir récemment Philippe Couillard, dans un communiqué émanant de son Cabinet.

Éducation, enjeu électoral ?

À en croire les Libéraux, d’ici 2022, près de 1,4 G$ sera investi pour offrir aux 800 000 enfants de 0 à 8 ans les mêmes chances de réussir. Et cela passe par la mise en œuvre de la stratégie qui elle-même poursuit cinq objectifs à savoir : favoriser l’égalité des chances pour tous les enfants (1,135 G$) ; assurer aux enfants de 0 à 8 ans un parcours éducatif continu et des transitions harmonieuses (30,3 M$) ; implanter ou consolider des pratiques éducatives et pédagogiques de qualité (96,9 M$) ; permettre à tous les enfants d’acquérir les compétences essentielles en lecture, en écriture et en mathématiques à la fin de leur 2e année du primaire (32,2 M$) ; accompagner les parents et favoriser la mobilisation et la concertation des acteurs (97,1 M$).

Cette nouvelle, comme il fallait s’y attendre, a soulevé le courroux de certaines personnes. Dans son éditorial du 20 janvier dans Le Devoir, Brian Myles a plutôt proposé l’expression « Tout pour notre réélection » à la place de l’intitulé « Tout pour nos enfants » de la « Politique pour la réussite éducative ». « Depuis quelques mois, les libéraux multiplient les annonces en éducation, la nouvelle priorité sociétale, pour faire oublier les mesures de rigueur budgétaire qui ont été sévèrement critiquées dans la première partie de leur mandat », a martelé l’éditorialiste.

« Écrans de fumée de la #CAQ + #PLQ.. »

Bien avant, c’est le député de Chambly, Jean-F. Roberge, qui ‘’riait’’ des investissements « sans précédent » de 740 millions de dollars annoncés pour rénover les écoles du Québec en 2018 et dont se félicitait le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx. Faisant référence à un article paru dans La Presse, le Caquiste Porte-parole en matière d’Éducation écrivait ceci sur Twitter : « Après 15 ans de gouvernement libéral, nos écoles sont en piteux état. Et malgré les belles paroles du min. Proulx, elles continueront de se dégrader cette année encore ! (..) ».

Pendant ce temps, c’est la Coalition Avenir Québec (CAQ) – en tête des récents sondages – qui promet un taux unique de taxe scolaire pour l’ensemble du Québec en cas de victoire au soir du 1er octobre. Cela devrait permettre de « remettre plus d’argent dans le portefeuille des familles » selon le chef caquiste François Legault. Une déclaration qui a vite été balayé par Véronique Hivon, député péquiste et promue fraîchement vice-présidente du Parti Québécois (PQ). « Fausses bonnes idées et écrans de fumée de la #CAQ + #PLQ en matière d’éducation et de petite enfance », écrit-elle sur son compte Twitter.

À cette allure, à qui les parents devront « faire confiance » pour l’avenir de leurs enfants et de l’école au Québec ? Comme disait la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, « le système d’éducation, ce n’est pas d’un changement de structure qu’il a besoin. C’est d’un changement de vision qui s’appuie sur les besoins des élèves ».

Crédit photo:
Photo libre de droit

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Montréal : Ouvert ou fermé pendant le congé de Pâques?

Avatar

Publié

le

Cette année on ira à la chasse aux cocos, le dimanche, 21 avril. Plusieurs établissements et certains commerces seront fermés le vendredi 19 avril et le lundi 22 avril, à l’occasion du congé pascal. Consulter cette liste afin de mieux planifier vos déplacements.

Les commerces

Le vendredi 19 avril, le samedi 20 avril et le lundi 22 avril 2019, les commerces de détail pourront ouvrir leurs portes au public selon les heures d’ouverture habituelles.

Le dimanche, 21 avril, ils seront fermés, sauf les établissements d’alimentation et les pharmacies.

Les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) et les commerces d’alimentation de petite surface peuvent ouvrir toute la journée.

Les banques

Elles seront fermées à partir de vendredi, et ouvriront leurs portes lundi selon leur horaire habituel.

Services municipaux

Les bureaux municipaux seront fermés durant tout le congé de Pâques, incluant le lundi 21 avril.

STM, autobus et métro

Les horaires d’autobus sont modifiés le vendredi et le lundi de Pâques.

Le métro offrira ses services habituels mais à une fréquence réduite pour la plupart des lignes.

Le Planétarium, le Jardin botanique et certains musées

Ils seront ouverts les 19, 20, 21 et 22 avril.

La Grande Bibliothèque BAnQ

Elle sera ouverte seulement vendredi, samedi et dimanche.

Lire aussi : Où et comment les Québécois passent leurs vacances de Pâques?

Lire la suite

Actualités

La grève a généré une perte de 270 M$ à Postes Canada

Avatar

Publié

le

Postes Canada a déclaré ce jeudi, 18 avril, avoir enregistré une perte avant impôts de 270 millions de dollars pour 2018.

Les facteurs liés aux grèves des employés qui ont eu lieu l’automne dernier sont entre autres en cause du déficit de l’entreprise.

Plusieurs revendications étaient au cœur du litige, soit l’égalité salariale, la rémunération des facteurs en milieu rural et suburbain, la sécurité d’emploi, la surcharge de travail, etc.

Postes Canada en grève, les PME lancent l’alarme

Facteurs principaux de la perte

Le bilan annuel du secteur est tombé quelques mois après les grèves tournantes du 22 octobre au 27 novembre, et les décisions prises par les parties, patronale et syndicale.

Les facteurs principaux qui ont engendré la perte sont les suivants :

  • La décision sur l’équité salariale a coûté 280 millions de dollars à l’entreprise
  • Les arrêts de travail ont engendré 135 millions de dollars de perte
  • « Ces deux facteurs étant en partie compensés par un troisième, soit un profit de 48 millions de dollars après une mise à jour actuarielle dans le calcul des coûts liés à l’indemnisation des accidents du travail », explique le communiqué.

Postes Canada a affirmé aujourd’hui dans un communiqué que ces pertes « représentent une baisse de 346 millions de dollars par rapport à 2017. »

L’entreprise a précisé notamment que pendant la période d’arrêts du travail ses clients se sont retournés vers les concurrents. Cette situation a engendré une baisse des volumes, dont l’effet sur la perte avant impôts de 2018 est estimé à 135 millions de dollars.

Lire aussi : Vendredi fou et Cyberlundi : Postes Canada panique face à la grève tournante

Lire la suite

Actualités

Montréal : La saison des pluies commence demain

Avatar

Publié

le

Malgré des pluies abondantes sur Montréal, les températures seront douces durant le congé de Pâques.

D’ici la fin du mois les températures seront clémentes avec une moyenne de 10o C. Le 30 avril, Montréal atteindra environ 16o C. Météo Média prévoit des précipitations abondantes jusqu’au 21 avril.

Hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent

Québec est sur le qui-vive car les pluies peuvent provoquer « un ruissellement considérable dans plusieurs secteurs du Québec », indique le Ministère de la Sécurité publique. Les régions du Centre-du-Québec, de la Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de Lanaudière, des Laurentides, de l’Outaouais ainsi que dans l’archipel de Montréal sont surveillées de près afin de prévenir débordements et situations problématiques.

Le ministère estime que la période critique débute à partir de demain, 18 avril. « Les quantités de pluie prévue combinées à une hausse des débits des cours d’eau provoqueront une hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent, ce qui pourrait causer un débordement dans le secteur de Québec », précise le communiqué.

Lire aussi : Des araignées géantes débarquent à Montréal

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant