Suivez-nous

Culture

Entrevue avec Eric Tolledano et Gilles Lellouche

Quitterie HERVOUET

Publié

le

Crédit photo: Sonia_Recchia

Retour à la comédie pour Eric Tolledano et Olivier Nakache dans leur dernier film, Le sens de la fête.

Entrevue réalisée pendant le TIFF 2017.

Quitterie HERVOUET –Vous revenez en force avec Le sens de la fête. D’où vous est venue l’envie de faire une comédie ?

Eric Toledano – Nous avions envie de nous marrer dans un contexte un peu dur. J’aime citer le maître de la comédie Billy Wilder qui disait « quand je suis un peu déprimé, j’aime faire des comédies ». On est parti se réfugier dans la comédie en créant un terrain de jeu dans une contrainte de temps et d’espace. On a fait évoluer des personnages chacun avec leurs failles et on a un peu montré l’interaction des uns avec les autres. Nous avons voulu faire une petite radiographie de la société française à travers plein de personnages.

QH – Vous jouez un personnage haut en couleur, un peu loufoque.

Gilles Lellouche – Au départ, ce n’est pas lui qui a été choisi par le marié pour chanter ; mais comme le chanteur a eu des petits soucis, ils ont été obligé de changer au dernier moment et ont décidé de prendre James qui a un gros ego et qui est donc difficile à gérer. C’est un personnage que j’ai adoré faire car il a quelque chose de très joli et touchant. Il fait partie de ces gens qui ont leur quart d’heure de gloire tous les samedis quand ils jouent dans des mariages. Pendant deux ou trois heures, ils donnent tout, prennent les choses à cœur. Pour le rôle, je me suis entraîné à chanter avec un groupe qui joue toute les semaines dans les mariages. J’ai trouvé leur professionnalisme très beau. Que l’on chante dans la rue, dans un bar avec 20 personnes ou à Bercy (salle de concert parisienne), c’est le même métier. Ce sont des chanteurs. J’ai trouvé ça super rigolo à faire parce que le personnage est très épais, très lourd et en même temps très humain, beaucoup plus sensible qu’il n’y paraît. Les personnages sont très humains et riches à jouer et le film creuse ce sillon. Je me suis amusé comme rarement.

QH – le film est drôle. Il y a notamment une scène où votre personnage chante en italien, mais ce n’est pas vraiment de l’italien.

GL – Oui, il fait du n’importe quoi, du yaourt italien. Chanter de « l’italien n’importe quoi », c’est quelque chose que je faisais avec mes copains quand j’étais plus jeune et ça me faisait beaucoup rire. Quand j’ai lu le script, j’étais hilare. Je me suis dit, enfin je vais pouvoir chanter de “l’italien n’importe quoi”. On s’est vraiment amusé à faire ce film. C’était dément.

QH – avec un film comme celui-là, on peut penser que l’ambiance était drôle sur le plateau de tournage…

ET – L’ambiance sur ce film était assez exceptionnelle. Il y avait vraiment très peu de tension alors qu’il y aurait pu en avoir beaucoup, car il y a de nombreux personnages.

QH – Vous avez assisté à des projections. Quelle fut la réaction du public ?

GL – Les gens sont hilares. C’est très rare de voir ça, d’assister à des projections et de voir des gens qui ont vraiment ri du début à la fin sans discontinu. C’est un bonheur inouï, c’est assez incroyable. J’ai rarement vu les gens rire autant pendant un film. Il y a aussi une écoute de la part du public. C’est un film qui fait du bien, un film qui est chaleureux. C’est un film avec de beaux personnages, des gens venant d’horizons très différents où tout le monde s’aide. Il y a un état de grâce autour du film.

QH – Y a t-il une scène qui vous a amusé à tourner plus que les autres ?

GL – Vraiment toutes les scènes m’ont amusé. Tous les jours, c’était un bonheur. C’était vraiment génial de croiser tous les acteurs et toutes les actrices. Éric et Olivier ont une énergie, une joie de faire qui est jubilatoire. Ils savent ce qu’ils veulent et c’est beau à voir. Sans dévoiler toute l’histoire, il y a une scène où Jean-Pierre Bacri nous engueule tous. Il se lance dans une tirade de cinq-six minutes. A la fin de la scène, on s’est tous naturellement mis à l’applaudir. On s’est vraiment pris une leçon de cinéma, on savait qu’on était face à un grand acteur qui joue merveilleusement bien, et c’était quelque chose de très émouvant de voir tous ces acteurs et actrices de plusieurs générations saluer son talent incroyable.

Crédit photo:
Crédit photo: Sonia_Recchia
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Portrait – L’industrie du cinéma en croissance au Québec

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Avant-Première MTL/Welcome MTL Film

Ces résultats sont tirés de la vingt-cinquième édition de la publication Statistiques sur l’industrie du film et de la production télévisuelle indépendante, réalisée par l’Observatoire de la culture et des communications du Québec. La publication présente les résultats d’exploitation des films et contient de nombreuses autres statistiques. De plus, elle porte une attention particulière aux productions québécoises.

En 2017, l’assistance dans les cinémas du Québec s’établit à 19,5 M, en hausse de 5 % par rapport à l’année précédente. Cette croissance s’explique en partie par la bonne performance du cinéma québécois. C’est ce que révèlent les statistiques publiées, mardi 19 juin, par l’Observatoire de la culture et des communications de l’Institut de la statistique du Québec.

Le cinéma dans les régions

Des hausses de fréquentation sont observées en 2017 dans l’ensemble des régions. Elles se situent entre 2 %, dans les régions de Montréal et de la Capitale-Nationale, et 19 %, dans Lanaudière. Néanmoins, depuis cinq ans, la région de Montréal connaît une baisse de 12 % de son assistance dans le contexte d’une décroissance de 8 % pour l’ensemble du Québec.

Part de marché des films au Québec

Avec des entrées en salle de 2,6 M en 2017 (1,2 M en 2016), les films québécois obtiennent des parts de marché supérieures à 15 % dans toutes les régions du Québec, sauf à Laval (10 %) et à Montréal (6 %). Cependant, le nombre de nouveaux films québécois offerts en salle est plus élevé dans la métropole (56) et la Capitale-Nationale (50) que dans les autres régions, où la moyenne est de 26.

Fléchissement des entrées aux projections en 3D

Pour l’ensemble du Québec, l’assistance aux films projetés en 3D recule de 16 % en 2017. La part de l’assistance à ce type de projection diminue à 17 % alors qu’elle était de 22 % en 2016.

Films d’aventures en hausse

Avec seulement 5 % des nouveautés, le genre « aventures » remporte 26 % des entrées en salle au Québec en 2017. Ce résultat est attribuable notamment au succès de Star Wars et des films de superhéros. Suivent les genres « animation » et « comédie » qui recueillent chacun 17 % de l’assistance. Les films d’aventures prennent ainsi la place des comédies comme genre le plus populaire depuis trois ans.

La distribution

Parmi les 520 nouveautés projetées en salle au Québec en 2017, 21 % ont été distribuées par les grands studios américains, communément appelés majors. Ces films recueillent 66 % des projections et 69 % de l’assistance.

Source : Institut de la statistique du Québec

Crédit photo:
Avant-Première MTL/Welcome MTL Film
Lire la suite

Actualités

Du nouveau pour les immigrants francophones à Toronto

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Le ministre Ahmed Hussen l’aéroport international Pearson/Photo Twitter

Dans la perspective de favoriser l’immigration francophone hors du Québec, le gouvernement canadien travail à la mise en place de plusieurs mesures. Un appel d’offre vient d’être lancé, dans cette perspective, pour le recrutement d’organisme pouvant offrir des services en français à l’aéroport Pearson de Toronto où plus de 2000 nouveaux arrivants atterrissent chaque année.

Lundi, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté Canadienne (IRCC), Ahmed Hussen, et le secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Arif Virani, a annoncé des améliorations aux services destinés aux immigrants francophones qui arrivent à l’aéroport international Pearson à Toronto. Cela devrait se concrétiser par une « amélioration la qualité des services d’établissement » pour ces nouveaux arrivants et à les « aider à tisser des liens avec les communautés francophones hors Québec le plus rapidement possible » au cours de leur processus d’établissement et d’intégration.

Pour respecter son engagement, IRCC a lancé un processus de demande de prix afin de sélectionner un organisme francophone qui fournira des services en français aux nouveaux arrivants à l’aéroport Pearson. Ce processus devrait être terminé d’ici l’automne 2018. « Le gouvernement favorise un cheminement d’intégration consolidé en français, pour que les nouveaux arrivants d’expression française obtiennent tous les renseignements voulus sur les communautés francophones hors Québec et des services de qualité des organismes d’aide à l’établissement francophones. Avoir un excellent fournisseur de services francophone à l’aéroport international Pearson nous aidera à atteindre notre objectif », a indiqué Ahmed Hussen, lors d’une conférence lundi 18 juin à l’aéroport Pearson.

Même si l’aéroport international Pearson est le principal point d’accueil des nouveaux arrivants au Canada, IRCC dit étudié la possibilité d’offrir des services semblables dans d’autres aéroports internationaux canadiens où atterrissent de nouveaux arrivants francophones.

En mars 2018, le premier ministre Justin Trudeau et la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly ont annoncé le Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023, qui prévoit une augmentation des investissements de 40,8 millions de dollars sur 5 ans afin de favoriser un cheminement d’intégration consolidé en français et la coordination des politiques et des programmes d’immigration francophone. C’est dans cette perspective que s’inscrit le projet d’amélioration des services d’établissement pour les francophones à l’aéroport Pearson.

« Le nouveau Plan d’action pour les langues officielles est à ce jour le plus important investissement du gouvernement du Canada en appui aux langues officielles. Pour assurer la vitalité et la pérennité des communautés francophones en situation minoritaire, nous proposons des solutions porteuses qui auront des impacts autant dans le domaine de l’éducation que dans celui des arts et de la culture. Le parcours d’intégration francophone est un élément clé de notre plan pour la croissance et l’épanouissement des communautés francophones », fait valoir Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable des langues officielles.

Faits en bref

  • En 2017, plus de 90 300 résidents permanents sont arrivés à l’aéroport Pearson, dont environ 2 100 étaient de nouveaux arrivants d’expression française.
  • IRCC finance la prestation de services d’accueil à l’aéroport Pearson depuis plus de 20 ans.
  • Les services d’accueil à l’aéroport Pearson comprennent :
    • la diffusion d’information aux nouveaux arrivants pour les aider à s’établir et à s’intégrer;
    • la distribution de vêtements d’hiver aux réfugiés pris en charge par le gouvernement;
    • l’aiguillage des nouveaux arrivants vers leurs vols de correspondance en direction de leur destination finale;
    • le transport vers un hébergement temporaire, principalement dans la région du Grand Toronto.
  • Le Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 ajoutera 499,2 millions de dollars sur 5 ans aux investissements permanents de 2,2 milliards de dollars afin de contribuer à la force et au dynamisme des collectivités partout au Canada.

Source : IRCC

Crédit photo:
Le ministre Ahmed Hussen l’aéroport international Pearson/Photo Twitter
Lire la suite

Culture

Quand Zied Gharsa carbure à l’amour du public montréalais

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo M. Belmellat

Tune Easy Events, la boîte d’organisation d’événements culturels créée par le journaliste et présentateur radio-télé, Ahmad Aissioui, a convié ses spectateurs à la fête de l’aid el fitr en faisant un clin d’œil généreux aux coutumes mondaines tunisiennes.

Les effluves des machmoums (un montage de fleurs de jasmin) embaumaient l’air et le thé aux pignons coulait à flot au théâtre Rialto à Montréal. La scénographie et l’art de recevoir à la tunisienne situent la représentation musicale de Zied Gharsa, qui a eu lieu le 15 juin 2018, dans un cadre rituel pittoresque et chaleureux.

Premier plan, de gauche à droite : Imen Ben Ismail, Noureddine Salhi et Ahmad Aissioui. Crédit photo M. Belmellat

Performer le malouf dans un style débridé

C’est parti avec prestance. Il ne fallait pas s’y méfier. Les oreilles éduquées au malouf ont peut être soupçonné une trame sonore introductive inhabituelle. Quand Zied s’écarte, c’est une ruse, une zone de liberté.

Au commencement, par une composition instrumentale hybride et atmosphérique, l’artiste a tenu en haleine ses fans. Ils murmuraient les vers avec impatience. Il faut dire que la note et le verbe s’enchevêtrent dans le malouf tunisien comme le groupe du Laocoon. Pour un public complice, difficile de dénouer leur musicalité.

Ce n’était donc pas un prélude de convenance. Le musicien chevronné a abandonné dans cette soirée avec inventivité et brio la rigueur apollinaire et les codes symphoniques du genre pour s’adonner à un jeu spontané, exquis.

Ses lectures fines et complices approchent le répertoire avec une esthétique du fragmentaire joyeuse et prudente. Le maître se permet des mélanges débridés, mais le purisme langagier a été respecté. De toute façon, dans le malouf, c’est une ligne difficile à franchir. Le reste, tout est à son honneur.

Crédit photo M. Belmellat

Les interprétations vocales et instrumentales alternaient justesse et emphase subjective. Certains passages abrupts ont théâtralisé le jeu, la surprise est de mise quand on s’écarte des manières.

Le mélange des thèmes abordés a arpégé un arc-en-ciel de sentiments. Les intermèdes au clavier, limpides et minimalistes, soulignaient la qualité intertextuelle et encyclopédique du menu proposé.

C’était l’occasion aussi de deviner un trait du caractère d’un artiste en apparence introverti. Quand Zied opte pour le versant festif du malouf, il carbure à l’amour du public.

Pour en savoir plus sur Zied Gharsa : https://avant-premiere.ca/zied-gharsa-le-maitre-inconteste-du-malouf-a-montreal/

Crédit photo:
Crédit photo M. Belmellat
Lire la suite

en-avant

X
X