Suivez-nous

Culture

Fait main – Hand Made, au Musée des beaux-arts du Québec jusqu’en septembre

Avatar

Publié

le

Exposition Fait main / Hand Made. Photo MNBAQ

Du 14 juin au 3 septembre prochain, le Musée national des beaux-arts du Québec présente Fait main / Hand Made. Une exposition à grand déploiement dans les salles temporaires du pavillon Pierre Lassonde, qui aborde les savoir-faire et les pratiques artisanales dans l’art contemporain avec des clins d’œil vers l’art populaire, l’art brut, le pop surréalisme et l’art technologique.  

À travers un parcours éclaté, l’exposition Fait main / Hand Made jette un regard unique sur tout un pan de la production contemporaine au Canada.

C’est donc la maîtrise de la matière qui est à l’avant-scène de cette exposition inédite, qui regroupe une centaine d’œuvres de haut calibre réalisées par près de 40 artistes canadiens. De Vancouver à Halifax, en passant par Montréal, ces créateurs aux horizons multiples proposent un large éventail de pratiques, allant de la sculpture sur bois jusqu’à la courtepointe, en passant par la céramique et la broderie. Parmi les œuvres rassemblées : une chaise sculptée dans le papier journal, des objets couverts de tricots, des vidéos textiles et de l’impression 3D.

Cinq thèmes, cinq visions pertinentes

Dans l’espace Savoir-faire / Faire savoir, les artistes réunis proposent des esthétiques singulières. Ils s’expriment à travers, entre autres, la taille directe, la poterie et l’ébénisterie, ne cherchant pas tant à obéir aux convenances qu’à exprimer des valeurs politiques, spirituelles et identitaires.

Dans la zone consacrée à Motifs de trame, le textile vient transcender la sphère privée pour être projeté dans la sphère publique. La courtepointe ou le tricot permettant de tisser autre chose que des fibres, on sentira un passage graduel du poétique vers le politique.

À travers le thème Labeurs / Loisirs, le passe-temps, en réaction au rythme accéléré de notre époque, permet non seulement de ralentir, mais aussi de créer un objet d’artisanat pour s’exprimer, pour communiquer. Casse-tête ou encore modèle à coller, dans cette zone certains artistes atteignent des sommets impressionnants de méticulosité.

Cynthia Girard, Money, 2015. Acrylique sur toile, 267 x 183 m. Collection du MNBAQ, achat (2017.253) © Cynthia Girard Crédit photo : MNBAQ, Idra Labrie // // Paryse Martin, Récits lacrymogènes, 2013. Fonte et acier nickelé, coupole d’acier, papier mâché, plâtre, gesso transparent et dessin à l’encre de Chine noire, 130 cm de hauteur, 80 cm de diamètre. Collection privée © Paryse Martin Photo : Renée Méthot // Chris Millar, REAP (détail), 2012-2013. Techniques mixtes, 190,5 x 114,3 x 116,84 cm. Collection privée. © Chris Millar. Photo : Heather Saitz // Clint Neufeld, Three Deuce’s, 2010. Céramique et mobilier, 71 x 70 x 114 cm. Collection de l’artiste avec l’aimable autorisation de la galerie Art Mûr, Montréal © Clint Neufeld Photo : Michael Patten (Groupe CNW/Musée national des beaux-arts du Québec).

Mouvement pictural né en Californie dans les années 1970 à l’encontre des beaux-arts, le lowbrow permet une percée plus irrévérencieuse. Tous les artistes de cette section ne se réclament pas explicitement du lowbrow, mais leurs pratiques sont plus directes et indisciplinées, se moquant des catégories des arts dits majeurs et touchant un raffinement peut-être un brin plus excentrique.

La technologie de pointe transforme la matière. Jacquards, tricots, tissage, crochet et courtepointes sont aussi livrés aux technologies, transportés par elles. Le dernier thème de l’exposition, Prolongements technologiques, regroupe des œuvres appuyées par la technologie, des œuvres inventives et des bricolages sophistiqués.

Des artistes des quatre coins du Canada

L’exposition réunit une centaine d’œuvres de près de quarante artistes du Canada. Les voici : Anne Ashton, Jonathan Bergeron, Carl Bouchard, Nathalie Bujold, Mark Clintberg, Marie Côté, Patrick Coutu, Myriam Dion, Jean-Robert Drouillard, Sébastien Duchange, Jean-Pierre Gauthier, Cynthia Girard-Renard, Carla Hemlock, Barb Hunt, Richard Kerr, Guillaume Lachapelle, Cal Lane, Guy Laramée, Maclean, Sarah Maloney, Paryse Martin, Luanne Martineau, Jean-Marc Mathieu-Lajoie, Gilles Mihalcean, Chris Millar, Mitch Mitchell, Geneviève Moisan, Didier Morelli, François Morelli, Nadia Myre, Clint Neufeld, Michael Patten, Dominique Pétrin, Olivier Roberge, Jérôme Ruby, Stephen Schofield, Brendan Lee Satish Tang, Barbara Todd et Anna Torma.

Source: MNBAQ

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Le gouvernement canadien investit dans les arts et la culture partout en Ontario

Avatar

Publié

le

Soutenir la création et la rénovation d’espaces culturels pour favoriser un meilleur accès aux arts et au patrimoine pour tous est une priorité pour le gouvernement du Canada.

Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, a annoncé samedi 7 septembre l’octroi de 3,2 millions de dollars pour les installations culturelles de trois organismes artistiques établis en Ontario.

Centre Nia, Science Nord et Toronto Dance en ligne de mire…

Le Centre Nia pour les arts recevra 1 931 000 dollars pour la rénovation et la modification de sa salle de spectacle, qui comprendra un lieu de spectacle, un studio d’art numérique, des studios d’arts visuels et d’enregistrement, ainsi qu’une galerie d’art et un espace réservé aux événements.

Lors dune visite des étudiants à Science Nord, Sudbury.

Les rénovations permettront au Centre Nia de réaliser sa mission de créer un centre des arts et de la culture noirs au Canada et d’accroître l’accès aux activités artistiques dans la communauté.

Science Nord à Sudbury a reçu 1,1 million de dollars pour appuyer la conception de nouveaux programmes et d’un espace d’exposition dans le cinéma souterrain de l’installation Terre dynamique.

De plus, la Toronto Dance Foundation a reçu 175 000 dollars pour apporter des améliorations importantes à ses locaux du Winchester Street Theatre. Les améliorations proposées feront en sorte que l’entrée de l’immeuble sera entièrement accessible aux personnes handicapées ou aux prises avec des difficultés physiques.

Le gouvernement du Canada a accordé ces sommes par l’entremise du Fonds du Canada pour les espaces culturels.

À lire : Embracing Differences : le Canada investit dans un projet de sensibilisation au multiculturalisme

Lire la suite

Culture

Embracing Differences : le Canada investit dans un projet de sensibilisation au multiculturalisme

Avatar

Publié

le

Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a annoncé, vendredi, au nom de l’honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, l’octroi d’un nouvel appui financier au Regina Multicultural Council en faveur de « Embracing Differences ».

Le Regina Multicultural Council recevra 200 000 dollars pour son projet de sensibilisation « Embracing Differences ». Ce financement permettra d’appuyer l’élaboration d’un programme de sensibilisation culturelle, de mobiliser des travailleurs des communautés autochtones et ethnoculturelles ainsi que d’offrir des ressources éducatives et pédagogiques aux classes intermédiaires participantes des divisions scolaires publiques et catholiques de Regina. 

Le projet comprendra des ateliers mensuels et une activité annuelle culminante pour chaque cycle des écoles participantes au cours des trois prochaines années.

Plus de 60 écoles de Regina seront invitées à participer au projet, qui vise à accroître la compréhension, l’appréciation et le respect de l’éventail très diversifié des cultures qui existent à Regina et dans les collectivités environnantes.

Le financement s’échelonne sur trois ans dans le cadre du volet Projets du Programme de soutien aux communautés, au multiculturalisme et à la lutte contre le racisme.   

Le Regina Multicultural Council a été créé en 1965 sous le nom de Regina Folk Arts Council. Son mandat est d’éduquer le public sur les différentes cultures et de favoriser l’établissement de relations positives entre les communautés en faisant mieux connaître et apprécier les arts, la culture, la langue et les traditions de différents groupes ethniques. Le Council sert d’organisme-cadre à plus de 40 groupes membres représentant environ 15 000 personnes.

Bâtir une société intégrée et cohésive au plan social avec Embracing Differences

Le Programme de soutien aux communautés, au multiculturalisme et à la lutte contre le racisme vise à bâtir une société intégrée et cohésive au plan social. Il compte trois volets de financement, soit Événements, Projets et Renforcement des capacités communautaires. Il comprend également deux initiatives distinctes : l’Initiative de soutien communautaire pour les jeunes Canadiens noirs et l’Initiative jeunesse Paul Yuzyk pour le multiculturalisme.

Le volet Projets finance des projets de développement communautaire, de lutte contre le racisme et de mobilisation qui visent à promouvoir la diversité et l’inclusion en favorisant l’interaction entre les groupes communautaires dans le cadre de projets qui :

  • favorisent les interactions positives entre les communautés culturelles, religieuses et ethniques du Canada;
  • favorisent l’expression des identités multiples des Canadiens.

Afin d’appuyer les activités et les projets qui aident les gens et les collectivités à se rassembler, le gouvernement du Canada a prévu 23 millions de dollars sur deux ans dans le budget de 2018 pour accroître le financement du Programme du multiculturalisme. 

En plus des 42 millions de dollars prévus dans le budget de 2018, le budget de 2019 propose un investissement supplémentaire de 45 millions de dollars sur trois ans pour appuyer Construire une fondation pour le changement : la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme 2019-2022.

À lire : Grand Toronto : des projets pour lutter contre le racisme et la discrimination envers les Canadiens noirs

Lire la suite

Culture

Ville d’Ottawa : nouvel investissement pour améliorer l’offre de services en français

Avatar

Publié

le

Le caractère bilingue de la Ville d’Ottawa, la capitale du Canada, est une source de fierté et un reflet de ce que les Canadiens sont. C’est pourquoi le gouvernement reconnaît l’importance d’appuyer des initiatives qui le favorisent.

Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, a annoncé un investissement de 224 500 dollars pour améliorer la qualité des services en français offerts aux résidants de la Ville d’Ottawa et aux visiteurs. 

Avec cette aide financière, accordée par Patrimoine canadien dans le cadre du programme Développement des communautés de langue officielle, la Ville d’Ottawa aspire à mobiliser et à appuyer son personnel pour améliorer la qualité de l’offre de services en français. Elle compte atteindre cet objectif au moyen de son projet « Une Ville, deux langues – l’offre active au service du citoyen », qui se poursuivra jusqu’en 2021.

« La diversité culturelle du pays s’exprime par nos deux langues officielles. Notre capitale doit refléter cette richesse culturelle et linguistique. Comme gouvernement fédéral, nous nous engageons donc à soutenir l’amélioration des services en français à Ottawa. »

– Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie

Le projet consiste en la bonification des programmes de loisirs et des programmes culturels en français. Six carrefours francophones seront créés à même les installations municipales et communautaires déjà existantes. Ces carrefours joueront un rôle de coordination et de promotion des services et des programmes en français. De plus, ce volet prévoit la réalisation d’initiatives et la mise en place de ressources en français pour outiller le personnel en matière d’offre de services en français.

Le projet vise également à mettre à jour les outils existants pour favoriser l’offre active de services municipaux dans les deux langues officielles. Une vidéo de formation sera produite dans le but de promouvoir auprès des employés la Politique de bilinguisme de la Ville et les outils à leur disposition.

Le français et l’anglais bénéficient des mêmes droits, des mêmes statuts et des mêmes privilèges dans la Ville d’Ottawa 

« La Ville est fière de collaborer avec Patrimoine canadien dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles. La Ville reconnaît l’apport important de la communauté francophone à toutes les sphères d’activité de la communauté, et nous nous engageons à contribuer à son essor et à sa vitalité. Je suis certain que nos résidants et le personnel de la Ville bénéficieront des nombreuses retombées positives de ce projet », a déclaré Jim Watson, maire d’Ottawa.

Rappelons qu’en 2017, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi qui officialise le statut bilingue de la Ville d’Ottawa. Cette loi reconnaît que les deux langues officielles bénéficieront des mêmes droits, des mêmes statuts et des mêmes privilèges à Ottawa. 

Le Plan d’action pour les langues officielles représente un investissement inégalé de 2,7 milliards de dollars sur 5 ans, dont 500 millions de dollars en nouveaux fonds, pour appuyer les communautés de langue officielle en situation minoritaire et la promotion des deux langues officielles partout au pays.

Ce plan propose une vision claire, une nouvelle aide financière et des mesures précises pour favoriser la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire et la promotion du français et de l’anglais d’un océan à l’autre.

À lire : Doug Ford évite « la guerre » avec les Franco-Ontariens

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant