Suivez-nous

Culture

Francophonie : Québec finance TV5 Monde pour la promotion de la culture québécoise

Redaction Avant Premiere

Publié

le

TV5 Monde

En tant qu’opérateur direct de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), TV5 Monde met à disposition un portail multimédia gratuit et interactif pour apprendre et enseigner le français. Cette langue, qui fait partie du patrimoine culturel du Québec, connaît un recul aussi bien dans la province que dans tout le pays selon Statistique Canada.

Souhaitant maintenir « l’importante vitrine internationale qu’offre TV5 Monde au Québec », le gouvernement québécois a annoncé, mercredi 8 août, le versement d’une contribution maximale de 6 074 340 $ à Télé-Québec afin de participer au financement de TV5 Monde pour son exercice financier 2018. Ce, en vue de favoriser la diffusion de ses productions télévisuelles dans 354 millions de foyers partout dans le monde francophone.

TV5 Monde est disponible dans 354 millions de foyers à travers 200 pays, et regardée chaque semaine par 60 millions de téléspectateurs en 2017 (audience cumulée hebdomadaire).

« La renommée de TV5 et l’étendue de son réseau de diffusion en font une des plus grandes réussites de la Francophonie. À travers le monde, les francophones et francophiles peuvent ainsi jouir de la qualité et de la richesse des artisans québécois du monde télévisuel et ainsi faire rayonner le Québec sur cinq continents », fait valoir Christine St-Pierre, ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie.

TV5 Monde : un outil francophone incontournable !

En contribuant à la première chaîne internationale de langue française, le Québec dit soutenir ce remarquable outil de la Francophonie qui œuvre à la promotion de la langue de Molière et participe à la diversité des expressions culturelles; une orientation établie dans la Politique internationale du Québec ainsi que dans la Politique culturelle Partout, la culture.

“TV5 est un outil unique de rayonnement de la culture et de la langue française”

– Marie Montpetit, ministre de la Culture et des Communications.

« Notre gouvernement est heureux de réitérer son soutien à cette chaîne multilatérale qui compte sur une programmation de qualité, bâtie sur la richesse audiovisuelle des nombreux partenaires, et qui nous démontre chaque jour l’importance de la diversité culturelle », ajoute Mme Montpetit, également ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française au Québec.

Rappelons que le gouvernement du Québec participe depuis plus de 30 ans au succès de TV5 Monde en partenariat avec les gouvernements de la France, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Suisse et du Canada. La contribution annuelle de la province canadienne à TV5 Monde se répartit à parts égales entre le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et le ministère de la Culture et des Communications.

Crédit photo:
TV5 Monde
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Éducation – Pédagogie numérique, l’école 42 à Paris inspire le Québec

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Dans le but de soutenir le développement des compétences numériques des jeunes et des adultes, Québec numérique a reçu l’appui du gouvernement québécois en vue de tenir une étude d’opportunité sur la création d’un lieu d’autoapprentissage inspiré du 42 à Paris.

Depuis quelques années, Québec numérique cherche à réunir les conditions pour la mise en place d’un lieu de formation alternatif dans le monde du numérique. Ce laboratoire d’expérimentation pédagogique devrait répondre à la fois aux besoins de main-d’œuvre dans le secteur numérique, tout en levant certaines barrières en accueillant des jeunes qui souhaitent d’autres formes d’apprentissage que le parcours scolaire traditionnel.

L’école 42, le savoir de la pédagogie numérique!

S’inspirant du 42 fondée par Xavier Niel à Paris et d’autres initiatives similaires dans le monde, l’organisation souhaite lancer un modèle novateur qui sera adapté à la réalité québécoise. La philosophie de 42 est d’offrir un lieu d’autoapprentissage gratuit, ouvert à tous, où chaque étudiant, à la fois formateur et apprenant, est responsable de sa propre réussite et de celle de ses collègues.

Québec numérique est un partenaire indispensable et un facilitateur hors pair pour nous aider à atteindre nos objectifs d’intégration du numérique à l’école

– Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

En plus de la création d’un lieu d’autoapprentissage, Québec numérique devra travailler à la mise en place de la Semaine numérique à l’école, inspirée par l’événement Web à Québec Junior (WAQ Junior), lancé par Québec numérique en 2017 et qui vise à initier les jeunes de 10 à 14 ans aux différentes notions du Web et des technologies dans une ambiance différente du cadre scolaire.

Un montant de 225 000 $ a été à l’organisme Québec numérique par le gouvernement québécois pour la tenue de la Semaine numérique à l’école (150 000 $) et l’étude d’opportunité sur la création d’un lieu d’autoapprentissage inspiré du 42 à Paris (75 000 $).

Ces projets s’inscrivent directement dans la mise en œuvre du Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur (PAN). « La créativité a sa place en éducation et le fait de soutenir des projets comme ceux-ci favorisent les pratiques pédagogiques innovantes, en plus d’accroître l’usage pédagogique de la programmation numérique », a ajouté M. Proulx.

Ces deux nouveaux projets permettront d’agir plus directement dans l’univers de la formation par la réalisation d’activités en lien avec les métiers du numérique, tant dans le milieu scolaire que chez les adultes

– Martine Rioux, directrice générale de Québec numérique.

« Chez Québec numérique, l’ensemble de nos actions vise à faire progresser l’usage du numérique et à développer des façons de faire innovantes. (..) Cela confirme notre rôle de facilitateur et d’accompagnateur dans le développement des compétences numériques de notre communauté », a-t-elle appuyé.

Pour rappel, les deux projets de Québec numérique s’inscrivent directement dans plusieurs mesures du PAN, lancé le 30 mai 2018 :

  • Accroître l’usage pédagogique de la programmation informatique;
  • Maximiser le rôle du personnel affecté à l’intégration du numérique dans les établissements d’enseignement supérieur;
  • Valoriser les pratiques pédagogiques innovantes et le potentiel du numérique dans le contexte éducatif;
  • Amener les apprenants à saisir les possibilités, les enjeux et les impacts de l’usage du numérique, incluant ceux liés à la protection de la vie privée;
  • Soutenir les établissements dans le développement de l’offre de formation continue et de perfectionnement des personnes en matière de compétences numériques;
  • Encourager des projets d’innovation liés aux technologies numériques;
  • Accroître la communication et la collaboration entre les intervenants scolaires, les élèves et les parents en exploitant le potentiel du numérique.

Crédit photo:
Lire la suite

Culture

« Nordicité / Meeting point » est de retour à Montréal

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Crédit photo Théâtre Incliné et Nordland Visual Theatre

Après deux tournées en Norvège, le spectacle Nordicité du Théâtre Incliné revient à Montréal en s’enveloppant d’une expérience qui dépasse la salle de représentation.

L’évènement Nordicité / Meeting point est un point de rencontre où le public est invité à vivre une immersion dans les cultures du Nord, à goûter une part d’immensité, à faire ses propres pas sur le cercle polaire.

C’est un moment éphémère. Unique. 3 jours seulement. Avant et après la représentation du spectacle, des artistes de Montréal et du Nunavik envahissent les espaces de la maison de la culture Maisonneuve pour offrir d’autres visions de la culture nordique.

L’alliage de toutes ces impressions du Nord, allant de l’intime à la fiction, complète le tableau et enrichit l’expérience théâtrale.

Œuvres interactives, vidéo, exposition, courts métrages et chant de gorge électro-acoustique sont au menu.

Dates des représentations

  • Mardi 13 novembre 2018, 20 h 00 (représentation en français)
  • Mercredi 14 novembre 2018, 20 h 00 (représentation en anglais)
  • Jeudi 15 novembre 2018, 13 h 30 (représentation en anglais)
  • Jeudi 15 novembre 2018, 20 h 00 (représentation en anglais)

Le cycle nordique

Le cycle Nordicité, des pas sur le cercle est un vaste projet créatif sur cinq ans (2015-2019) réalisé en collaboration avec divers artistes des pays nordiques. Il regroupe des expéditions artistiques, la création de deux spectacles et de courts métrages, et l’écriture de nouvelles par un auteur de chaque pays qui touche le cercle polaire arctique. Pour mettre en lumière plusieurs facettes de la nordicité, chaque production porte en elle une impression du Nord, un angle de vue particulier, allant de l’intime à la fiction. Indépendantes les unes des autres, c’est pourtant ensemble que ces créations donnent tout son sens au cycle et que le tableau du Nord se complète. Tout le cycle est présenté sur une plateforme numérique évolutive où les spectateurs deviennent compagnons de l’aventure : theatreincline.ca/nordicite

Le spectacle nordicité

Autofiction qui interroge l’acte de création en relation avec le nord, Nordicité est un théâtre visuel où se rencontrent objets, vidéo, jeu et danse. Librement inspiré du journal de bord de José Babin lors d’expéditions artistiques en territoires nordiques, c’est une invitation au voyage entre mythes et réalités et une réflexion sur notre capacité à comprendre les voix du Nord. Créé au nord du cercle polaire norvégien, Nordicité est une coproduction du Théâtre Incliné (Québec) et du Nordland Visual Theatre (Norvège).

Les œuvres du cycle nordique du Théâtre Incliné sont inspirées des expéditions et des témoignages recueillis par José Babin, ainsi que des nouvelles des auteurs circumpolaires : Groenland : Pipaluk Lykke Løgstrup | Suède : Rasmus Lindberg | Islande : Kári Tulinius | Norvège : Tale Næss Lysestøl | Finlande : Maria Peura | Canada : Lucy Tulugarjuk | Russie : Alexander Seryakov | Alaska : Sean Asiqluq Topkok.

Crédit photo:
Crédit photo Théâtre Incliné et Nordland Visual Theatre
Lire la suite

Culture

Le dernier havre : Le cinéma d’hier questionné par le cinéma féminin

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Crédit photo Éléphant sur grand écran

Une rencontre de deux projets cinématographiques se déroulera la semaine prochaine, à la cinémathèque québécoise autour du film Le dernier havre.

Le jeudi 16 août à 19h, on n’assistera pas seulement au film Le dernier havre de Denyse Benoît, mais aussi au court métrage Denyse Benoît : comédienne, réalisé par Luce Guilbeault en 1975.

C’est donc notamment de la cinéaste qu’il s’agit, d’autant plus qu’elle sera présente pour un débat avec le public après les projections.

Le dernier havre est présenté par Éléphant sur grand écran. C’est un long métrage (81 minutes et 13 secondes) en langue française.

La redécouverte du film interroge la place des cinéastes femmes à l’époque de la parution du film, c’est-à-dire en 1986.

Il est présenté aussi dans le cadre du cycle de projection Femmes, femmes de la Cinémathèque québécoise. ” Ce cycle propose un parcours montrant la diversité, la richesse et la qualité du cinéma féminin à travers les époques et les continents.”

L’œuvre est une adaptation du roman d’Yves Thériault qui porte le même titre. Le scénario du film a été écrit par la cinéaste.

Synopsis du film :

« Un retraité, qui fut pêcheur toute sa vie, s’ennuie à mourir chez son fils et sa belle-fille. Ayant découvert, au cours de ses longues promenades, une barque abandonnée, il entreprend en cachette de la remettre à flot pour un dernier voyage. »

Crédit photo:
Crédit photo Éléphant sur grand écran
Lire la suite

en-avant

X
X