Suivez-nous

Chroniques

La guerre contre le tabac aura lieu

Publié

le

Photo libre de droits

Les nouvelles qui nous viennent de l’Organisation mondiale de la Santé OMS (Voir rapport du 19 juillet 2017 L’épidémie mondiale de tabagisme) sont encourageantes et nous permettent d’être optimistes : pas moins de 63% de personnes dans le monde sont protégées par des mesures de lutte contre le tabagisme. Il y a dix ans, ce chiffre était un maigre : 15% seulement. Un grand pas vers un monde sans fumée ? Oui, ou presque.

La consommation de tabac est responsable de la mort de plus de 7 millions de personnes par an, dans le monde. La perte humaine s’ajoute au fardeau économique que cela cause en termes de santé et productivité : selon l’OMS, les coûts découlant du tabagisme totalisent plus de 1400 milliards de dollars (US $).

La réussite des mesures mises en place dans la lutte anti-tabac démontre que la mort due au tabagisme est évitable. L’interdiction de publicité, les images de mise en garde sur les paquets, la prohibition de fumer dans des lieux publics ou dans un diamètre X, font que l’étau se resserre sur l’expansion de cette épidémie qui touche la santé, en premier et en second degré.

Toutefois, pour garantir l’efficacité de ces mesures, il faut des stratégies gouvernementales locales. En fait, la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 comportent des cibles pour renforcer l’application de ces mesures. Le but étant     « de réduire d’un tiers le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles, dont les maladies cardiovasculaires et pulmonaires, le cancer et le diabète ».

Que font précisément les pays pour renforcer cette orientation ? Y a-t-il un décalage quelconque entre les pays riches et pauvres ?

Selon la sérieuse revue britannique « The Economist », dans les pays riches, les ex-fumeurs sont, maintenant, plus nombreux que les fumeurs ; alors que dans les pays pauvres, plus d’un tiers des hommes fument. Dans des pays asiatiques, les gens fument comme s’ils vivaient encore aux États-Unis des années 1950 : une période où l’idée que le tabac soit nocif à la santé n’était pas prise au sérieux. Le gouffre entre les deux est alarmant : on vit dans deux époques distinctes, quand il s’agit de tabagisme.

La recette gagnante des pays riches se résume en deux volets : taxer les compagnies de tabac et sensibiliser la population à travers des campagnes éducationnelles. La hausse des taxes fait augmenter les prix des produits du tabac ; c’est donc le moyen le plus efficace pour le court terme. Nous constatons que l’éducation aux effets néfastes du tabac porte fruit à long terme. Par contre, une combinaison des deux incite les consommateurs au sevrage.

Les pays pauvres ne saisissent pas le vrai sens de l’adage : rien n’est certain, sauf les impôts et la mort. Le taux d’imposition sur les produits de tabac ne dépasse pas 50% ; et dans plusieurs, ce taux est à zéro. Il faut augmenter la taxe sur le tabac pour protéger la vie des gens et les aider à « écraser » (expression québécoise qui veut dire : arrêter de fumer).

Selon l’OMS, la recette des gouvernements émanant de la collection de taxes sur le tabac pourrait croître de plus de 50% et générer 141 milliards supplémentaires, en augmentant les taxes sur les cigarettes d’à peine 0,80 dollar (US $) : soit un dollar international par paquet. De là, il est indéniable que ces mêmes gouvernements pourraient mobiliser des ressources humaines et autres dans une lutte continue contre le tabagisme.

En l’attente de ce genre d’initiatives sur le papier radicales, plusieurs pays ont pris l’initiative et des réussites commencent à surgir de pays pauvres ou à ressources limitées. Cela est une source de motivation aux autres pays.

Aux Philippines, la taxe sur les cigarettes a plus que quadruplé en 2012 : les prix des marques les moins chères ont augmenté de plus que 50%. Entre 2011 et 2015, la recette des revenues de taxation sur le tabac a plus que doublé et surtout, le nombre de fumeurs a diminué de 25-30%. En comparaison, selon « The Economist », la Grande Bretagne avait mis plus d’une décennie pour atteindre les mêmes résultats.

Au Népal, une mesure de 2015, permettait, aux mises en garde contre les effets du tabac sur la santé, de couvrir 90% du paquet de cigarette.

L’Inde a lancé un vaste programme de sevrage avec un numéro d’appel gratuit pour arrêter de fumer : une étude avait découvert un grand intérêt chez 50% des fumeurs pour mettre fin à leur habitude. Le gouvernement s’est porté au secours des fumeurs.

Ces pays doivent renforcer la surveillance, donc le monitoring de la taxation. Il faut uniformiser les taux pour bien suivre l’application et contrôler l’évasion. Pour l’OMS, la taxe doit être au moins 75% du prix de détail des cigarettes, avec ajustement au coût de la vie et l’inflation : une mesure ambitieuse pour les consommateurs qui veulent arrêter, et aux autorités de santé dans tous les pays. Et les compagnies qui vont vouloir échapper à cet étau?

Le Brésil, la Turquie et le Kenya ont mis en place des mesures de lutte contre la contrebande incluant l’installation de dispositifs de détections de position dans les camions de transports de boites de cartons de tabac, et l’utilisation de l’encre invisible pour encrypter des codes de ventes.

La lutte contre le tabagisme doit être une priorité à l’échelle mondiale. Selon le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, si ces pays « … prennent des mesures drastiques de lutte antitabac, les gouvernements peuvent préserver l’avenir de leurs pays en protégeant les consommateurs et les non-consommateurs de tabac contre ces produits mortels, en générant des recettes visant à financer les services de santé et les autres services sociaux, et en préservant leur environnement des ravages causés par le tabac ».

Les pays du Maghreb ne sont pas épargnés et doivent se soumettre au même exercice, si jamais ils veulent avoir une population en santé et productive.

Crédit photo:
Photo libre de droits

Noureddine Salhi originaire de la Médina de Tunis ou il a fait ses études primaires, secondaires et universitaires, Il obtient une license en lettres anglaises et travaille pour l'ERTT (L'Établissement de la radiodiffusion-télévision tunisienne) avant d'immigrer au Canada en 2000. Il est actif dans les médias et anime des émissions avec Media Maghreb sur les ondes de la radio du Moyen Orient. Il vient d'obtenir une maîtrise en administration publique -gestion internationale.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chroniques

Le cannabis, comme un feu de paille au Québec

Publié

le

À mesure que vous tirez un joint avec intensité, aussi facilement vous videz les succursales de la Société québécoise de cannabis (SQDC). Non seulement le POT se fait rare, mais en plus, la misère commence à se lire sur les visages. À qui la faute?

Cette date du mercredi 17 octobre 2018 restera une journée mémorable dans l’histoire du Canada. En cause, la loi sur la légalisation de la drogue [le cannabis] est entrée en vigueur. Dans tout le pays, on a vu des citoyens immortaliser l’achat d’au moins un gramme de cannabis. Mais ce n’était pas tout! Les jours qui ont suivi, tous les commerces ont été pris d’assaut par des consommateurs, comme s’ils voulaient en découdre avec le pot pour une bonne fois.

À lire aussi : Vente de cannabis : le Québec se frotte les mains déjà

Au Québec, devant les succursales de la SQDC, on pouvait apercevoir des gens en rang, les uns après les autres, en file indienne dans l’espoir de se procurer du cannabis. Ces images ont marqué le monde entier et les autorités canadiennes s’en réjouissaient, puisqu’elles croyaient avoir donné une « vraie raclée » au marché noir de la drogue. Dire que le crime organisé contrôle le marché du cannabis au pays, la Palice en aurait dit autant !

Cannabis : tout ça pour ça?

Bref, le bilan de la première semaine de vente de cannabis est assez évocateur en chiffres et en dollars canadiens. « On chiffre à 53 300 le nombre de transactions en ligne et à 84 850 le nombre de transactions dans le réseau des succursales, soit un total de 138 150 pour la première semaine d’opération », nous apprend la SQDC. Du côté de l’Ontario, la Société ontarienne du cannabis (OCS) révélait plutôt le 19 octobre via son compte Twitter avoir traité « plus de 100 000 commandes » en ligne depuis le 17 octobre, cette seule journée la province aurait amassé 750 000 $.

«La fermeture des succursales, ça va durer autant que l’approvisionnement ne sera pas au rendez-vous. On peut prévoir un trimestre à deux. On pense qu’au printemps, l’équilibre entre la production et la demande devrait être au rendez-vous » – Jean-François Bergeron.

Puis 10 jours après l’ouverture en grande pompe du marché légal de vente de cannabis au Canada, les commerces tendent à démontrer leur incapacité à répondre à la demande. Pour preuve, depuis le vendredi 26 octobre, un communiqué de la Société québécoise de cannabis laisse entendre que désormais ses boutiques resteront fermées les lundis, mardis et mercredis, faute de marchandise. Si la SQDC parle de sa “pénurie” avec franchise, du côté de l’OCS ce n’est pas le cas. La Société ontarienne du cannabis fait croire aux internautes que « l’OCS dispose d’un approvisionnement de produits adéquat pour répondre à la demande ».

À lire aussi : Voici les produits à base de cannabis disponibles

Et pourtant! Parlant d’approvisionnement du marché, le responsable de la mise sur pied de la SQDC, Jean-François Bergeron, a confié lors d’une entrevue à RDI, mardi 30 octobre, que [toutes] les provinces vivent le même problème. « Ce n’est pas qu’au Québec, c’est un problème de capacité de production et non de planification », a précisé M. Bergeron qui prévient d’ailleurs que « la fermeture des succursales va durer autant que l’approvisionnement ne sera pas au rendez-vous ». Pire, la SQDC prévoit un trimestre à deux pour le retour à la normale. « On pense qu’au printemps, l’équilibre entre la production et la demande devrait être au rendez-vous », a poursuivi Jean-François Bergeron.

Un spectacle qui frise le ridicule…

Quel triste spectacle! Croire que la machine du pot s’arrêterait en plein décollage, sachant que la légalisation du cannabis était initialement prévue pour juillet 2017, cela « frise le ridicule ». Le Canada était-il [vraiment] préparé pour cette légalisation du cannabis? L’une des thèses défendues par la SQDC serait le fait qu’une centaine de producteurs sont en attente de leur licence, et que ces licences en question sont à trois niveaux, à savoir pour la production, la transformation et la vente. Tout ça pour ça?

C’est à croire que le fédéral et les provinces ne parlent pas le même langage sur le cannabis. On a l’impression que le Québec s’est juste rendu compte, seulement après le 17 octobre, que la province ferait face à des problèmes d’approvisionnement. D’autant plus qu’il y a moins de deux mois, soit le 30 août dernier, la Société québécoise de cannabis annonçait l’ouverture de 14 succursales. Un chiffre qui devrait être porté à une vingtaine d’ici fin octobre 2018. C’est finalement un rendez-vous manqué.

À lire aussi : Cannabis : la SQDC confirme l’ouverture de 14 succursales au Québec

Dans son entrevue à RDI, M. Bergeron n’a pas caché de dire qu’il n’y aura “pas d’ouverture de nouvelles succursales” de vente de cannabis au Québec avec cette pénurie, qui ne permet même pas à la SQDC de fonctionner 7j/7j. « On voulait être au rendez-vous pour une vingtaine de succursales. Dans le contexte actuel, on va freiner, c’est sûr, il n’y a pas lieu d’ouvrir de nouvelles succursales tant que la production n’est pas là », s’est-il défendu une fois de plus.

Un gros concurrent aux pieds d’argile!

Pendant ce temps, le marché noir, qui est tombé en veilleuse, reprend du poil de la bête. Puisqu’au Québec, la culture de cannabis à la maison est interdite. La loi québécoise adoptée en juin dernier en prévision de la légalisation interdit toute culture de cannabis non thérapeutique à domicile, et ce, même si la loi fédérale autorise jusqu’à quatre plants à la maison.

À lire aussi : Cannabis comestible, l’industrie du Québec se prépare

Finalement, les consommateurs se retrouvent avec deux grands monopoles : gouvernement et trafiquants. Or, on sait présentement que le gouvernement est en rupture de stock. Tout est parti, en un temps record, comme un feu de paille. Le marché noir, celui du crime organisé, qui avait « craint » l’entrée en scène de la drogue légale le 17 octobre et vu « détourner » une grosse partie de sa clientèle va certainement pousser un ouf de soulagement. On imagine qu’ils [les dealers] sont en train de dire quelque part dans le noir : « il y a eu plus de peur que de mal… c’est un gros joueur aux pieds d’argile ».

Lire la suite

Actualités

Affaire Khashoggi : quand l’argent frappe, la démocratie s’enfuit…

Publié

le

CHRONIQUE. Ce qu’il convient d’appeler désormais l’affaire Khashoggi n’a pas fini de lever le voile sur le vrai visage [hideux] de l’un des principaux exportateurs de pétrole au monde: l’Arabie saoudite. Ce pays, avec qui les fervents défenseurs de la démocratie au monde, les occidentaux, ont les plus juteux contrats de ventes d’armes qui détruisent des vies humaines. Est-ce l’hôpital qui se fout de la charité?

Le commun des mortels est sous le choc depuis l’assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, le 2 octobre dernier en Turquie. Même les meilleurs alliés du royaume sunnite crient leur indignation. Au point où Riyad qui avait nié toute implication dans l’assassinat du chroniqueur du Washington Post a fini par reconnaître que l’homme avait été tué, [torturé, étranglé puis démembré], au son sein du Consulat saoudien à Istanbul.

L’Arabie saoudite, le royaume des armes de guerre!

Ceux qui mettent la pression aujourd’hui sur l’Arabie saoudite ne veulent pourtant pas jeter le bébé avec l’eau du bain. En dehors de l’Allemagne, ni les États-Unis, ni la France, encore moins le Canada, ne souhaitent [pour l’instant] mettre un terme aux juteux contrats de vente d’arme de guerre aux Saoudiens. Pour eux, quoi qu’il en soit, l’Arabie saoudite reste l’un des meilleurs partenaires économiques que la planète puis avoir.

Que dire de plus face à ces vies humaines qui sont fauchées au Yémen par les balles assassines vendues par les occidentaux, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni? Quand il s’agit d’intérêts économiques entre États, les intérêts des populations civiles désintéressent. Pendant ce temps, l’ONU continue de tirer la sonnette d’alarme sur « la pire crise humanitaire au monde ». On parle de plus 10 000 morts, dont des milliers d’enfants depuis le déclenchement de la guerre en 2015 au Yémen par la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis.

Et les enfants meurent de faim, sous les balles…

En août 2018, un bombardement mené par la coalition saoudienne avait tué 51 civils dont 40 enfants dans une province yéménite de Saada selon le Comité international de la Croix-Rouge. En septembre dernier, les commanditaires de cet « acte ignoble » avaient reconnu que cela avait été une « erreur » de la part de la coalition, alors que le raid avait visé un autobus transportant des enfants.

Au moment où le meurtre de Khashoggi remet au goût du jour les questions de violations de droit de l’homme par l’Arabie saoudite, surtout la mise en cause des armes vendus par l’occident, les positions des dirigeants américains, français et canadiens laissent pantois.

À Washington, le président américain se réjouit d’avoir raflé « le plus gros contrat jamais signé dans l’histoire ». Donald Trump veut « bien » sanctionner Riyad pour son implication dans la mort de Khashoggi, mais tout en le caressant « très bien » dans le sens du poil pour ne pas affecter les contrats de vente d’armes, qui créeraient de nombreux emplois aux États-Unis. D’autant plus que pour son premier voyage officiel à l’étranger, le président Trump avait choisi l’Arabie saoudite, d’où il est reparti avec des promesses d’investissements de 450 milliards de dollars pour des « choses », disait-il, et 110 milliards de dollars de contrats d’armement.

Que vaut Khashoggi face aux  juteux contrats ?

Du côté de Paris, le président français pique une colère bleue lorsqu’on lui pose la question de savoir si la France, comme lui demande l’Allemagne, stoppera-t-elle ses exportations d’armes aux Saoudiens malgré le meurtre du journaliste Khashoggi? En retour, Emmanuel Macron refuse de répondre en disant : « Ce n’est pas parce qu’un dirigeant dit quelque chose que je suis censé réagir à chaque fois ». Ce silence vaut la poursuite des 12 milliards d’euros de commandes saoudiennes passés entre 2008 à 2017.

Sans oublier qu’en septembre dernier, le gouvernement espagnol a essuyé de vives critiques pour avoir décidé de maintenir la livraison de 400 bombes à guidage laser à l’Arabie saoudite.

Ici, à Ottawa, le premier ministre canadien dénonce avec la dernière énergie la mort de Jamal Khashoggi et l’incarcération « injuste » du blogueur Raif Badawi, dont la famille se trouve au Canada, mais reconnaît qu’il sera difficile de déchirer le contrat de 15 milliards de dollars de véhicules blindés signé par son prédécesseur Stephen Harper avec l’Arabie saoudite. Estimant que la pénalité financière s’élèverait à au moins 1 milliard de dollars pour les Canadiens.

Certains se demandent pourquoi ces pays du G7, taxés de grandes démocraties, vendent des armes à un pays ou la culture démocratique est au bas à l’échelle planétaire? Mais, ils ne demandent pas pourquoi [pour qui et contre qui] l’Arabie saoudite injecte des milliards de pétrodollars, rien que dans les armes?

Plus besoin de rappeler que les humanitaires sont en train de “perdre la lutte contre la famine” au Yémen, « que 22 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire (75% de la population), que 18 millions sont en insécurité alimentaire, dont une grande partie sont des enfants, que 8 millions ne savent pas comment obtenir leur prochain repas, et que 73% de la population n’a pas accès à l’eau potable ». Non! La seule chose qui prime, c’est comment trouver le juste milieu pour sauver les contrats juteux déjà ficelés avec un pays qui bafoue les droits et la dignité des êtres humains.

En vérité, les vrais complices des Saoudiens [dans leurs agissements], ce sont les occidentaux. Ceux là-même qui sont guidés par le gros gain du pétrole que tout autre chose. Ils réclament la vérité sur la « tuerie sauvage » du journaliste de 60 ans, mais ils n’ont pas fini de dire [toute] la vérité sur leur lien avec l’Arabie saoudite.

« L’assassin qui marche dans les funérailles de sa victime » – Proverbe oriental.

En attendant, le prince héritier Mohammed ben Salmane alias MBS se la coule douce au royaume des armes. L’assassinat de Jamal Khashoggi n’est qu’un « incident hideux » selon les propres mots de MBS. Comme quoi, l’affaire Khashoggi finira [sans doute] par s’éteindre comme un feu de paille. Il suffit juste de révoquer les visas [en occident] des 21 personnes qui seraient impliquées dans la disparition macabre du journaliste saoudien, qui dérangeait tant le pouvoir de MBS. Et c’est tout!

Lire la suite

Chroniques

Twitter : le compte du nouveau premier ministre Legault n’est pas authentifié

Publié

le

Chronique – Le premier ministre du Québec n’est plus Philippe Couillard. Depuis le 1er octobre dernier, le numéro un des Québécois se nomme François Legault. C’est lui qui a gagné les élections en remportant une majorité des sièges 74/125 à l’Assemblée nationale. Depuis lors, ces faits et gestes sont suivis par le monde entier depuis les réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook.

Officiellement, c’est vers la mi-octobre que François Legault deviendra premier ministre reconnu du Québec. Son assermentation n’est qu’une question de formalité. Mais d’ici là, la machine caquiste devrait être en marche afin que tout soit au point.

Pour l’instant, on ne parle que de formation du gouvernement, des éventuelles nominations de ministres ou d’aménagement des bureaux du tout nouveau premier ministre du Québec. Pendant ce temps, les gens défilent sur les pages sociales du premier ministre désigné du Québec. C’est à travers les réseaux sociaux que le reste du monde entier verra qui est le premier ministre du Québec. C’est à travers ce nouveau canal d’information que lui-même pourrait donner la primeur de ce qu’il fait ou compte entreprendre pour la “Belle Province” et ses populations. On devrait s’attendre à une “vraie identité virtuelle’’ du premier ministre, à une “page vraie” de M. Legault.

Depuis sa victoire aux élections provinciales, les abonnements au compte Twitter « moche », de François Legault se multiplient.

De plus en plus, les dirigeants du monde ont tendance à marquer les réseaux sociaux. Certains les utilisent comme moyen de rapprochement vers les populations à travers des messages ou en rendant compte de leurs activités. Twitter, Facebook – pour ne citer que ces deux médias sociaux -, sont des plateformes , de nos jours, des journalistes recueillent et collectent de l’information en plus des canaux traditionnels. D’ailleurs, Donald Trump est un exemple parfait des dirigeants qui diffusent sur leurs comptes Twitter de l’information, considérés comme crédible par les médias. À l’heure des infox (fakenews), ces pages officielles certifiées authentiques par les plateformes font la différence.

De l’authenticité de la page Facebook ou du compte Twitter d’un dirigeant

Lorsqu’on se rend sur le compte Twitter de M. Legault, la seule chose qui a changé, c’est son statut de « Premier ministre désigné du Québec ». En dehors de ça, Twitter nous apprend que le compte du premier ministre n’est pas une « page certifiée ». Elle n’est donc actuellement « pas authentique ». Pourtant, la page Facebook officielle de François Legault est certifiée authentique par la compagnie de Mark Zuckerberg.

 

Lire aussi: Le président Kenyatta comparé à un singe, un Chinois se fait expulsé

Sur Twitter, comme Facebook, un « compte certifié » se reconnaît par un « badge bleu ». Il apparaît à côté du nom sur le profil du compte et à côté du nom du compte dans les résultats de recherche. « Ce badge est toujours de la même couleur et placé au même endroit, quelles que soient les couleurs du thème ou du profil qui personnalisent le compte », précise le réseau social Twitter.

« Les badges certifiés doivent être attribués par Twitter. Par conséquent, tout compte arborant un badge sur sa photo de profil ou d’arrière‑plan, ou à tout autre endroit, laissant ainsi supposer qu’il s’agit d’un compte certifié, peut faire l’objet d’une suspension définitive »

– Service assistance Twitter.

En conséquence, selon Twitter, « le badge bleu permet d’assurer aux utilisateurs l’authenticité d’un compte d’intérêt public ». Le compte Twitter de François Legault, désormais premier ministre, n’est-il pas d’intérêt public? Au juste, qui gère la page officieuse de M. Legault? Est-ce le premier ministre lui-même ou un gestionnaire de communauté de la Coalition avenir Québec (CAQ) ? Or, il se trouve que le parti d’où est issu le nouveau premier ministre tient un compte certifié sur Twitter.

N’importe qui peut se créer une page au nom de François Legault

Si vous vous rendez sur le compte Twitter de Philippe Couillard, premier ministre sortant, vous verrez qu’il porte un badge bleu. Même si le compte de M. Couillard n’est pas encore actualisé, vous pouvez lire ceci : « Député de Roberval, chef du Parti libéral du Québec et premier ministre du Québec. Compte animé par l’équipe des communications ». Il en est de même pour le premier ministre du Canada. Sur le compte Twitter certifié de Justin Trudeau, il est marqué : « Compte géré par le 23e premier ministre du Canada et personnel ».

Lire aussi: Céline Dion en maillot de bain, la star québécoise enflamme la toile

À défaut d’avoir une présentation claire sur la section « à propos » du compte Twitter du premier ministre désigné du Québec, il apparaît « indispensable » à l’équipe de François Legault de faire une demande d’authentification dudit compte Twitter. Cela y va de l’image du premier ministre, première personnalité du Québec et de la crédibilité des informations ou messages diffusés, pris en compte par les médias et les journalistes.

Lire la suite

en-avant