Suivez-nous

Actualités

Hourya, un éros jeté dans le chaos

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo Avant Première

Dans le cadre du Festival du Monde Arabe, Leila Toubel, accompagnée du pianiste Mehdi Trabelsi, a joué sa pièce musico-théâtrale « Hourya » sur la scène de la cinquième salle, à la Place des arts le 31 octobre 2017.

En temps de guerre, instinct et fatalité se trouvent face à face, s’opposent ; c’est l’effet de la présence de la mort, de son imminence. Pour donner forme à ce dualisme, le théâtraliser jusqu’à n’en garder que son essence même, Leila Toubel a fabriqué une histoire d’amour entre Houriya et Adam, les deux rescapés d’un attentat suicide. Sur scène, l’actrice a fait de l’idylle une réflexion sur la société tunisienne fantasmant ses pulsions de mort et de vie, souvent dans la douleur et l’absurdité, parfois riant de ses échecs post-révolutionnaires.

Hourya signifie vierge du paradis. C’est aussi un prénom. Par un petit jeu phonétique, Hourya se transforme en Horiya, en l’occurrence, liberté. C’est le mot qui se désidentifie, se libère. Leila en a fait un calembour en ritournelle pour disséquer l’image de la femme dans l’imaginaire arabo-musulman à l’aune de la montée du radicalisme religieux.

L’acteur et pianiste Mehdi Trabelsi. Crédit photo Avant-Première

L’amour, une topique pour raconter l’infernal

La pièce a débuté et s’est achevée avec Leila perchée sur le piano à queue, fière et tenace comme Bou Kornine, la montagne qui surplombe Hammam Lif, sa ville natale (banlieue sud de Tunis). Parce que Leila, la femme, la citoyenne, la rebelle et son franc-parler ne peuvent que faire un avec une Hourya lorsqu’elle se dresse face au dogme religieux. Son corps a parcouru avec vigueur et passion un plancher habité par un pupitre et une chaise renversée. La musique de Mehdi Trabelsi, qui jouait au centre de la scène, est elle-aussi un crescendo résistant, impétueux, haletant, mettant en exergue des cris de colère et de douleur saisissants. L’acteur silencieux, au faciès se modelant aux grés des émotions, portait un complet traditionnel rouge. Il représentait cette couleur du drapeau, du sang autour de laquelle Houriya tourne et erre à la recherche d’une issue.

C’est l’amour, l’amour de la vie, qui hurle entre les débris d’un attentat, dans les radeaux de la méditerranée, les villes assiégées par Daech, dans les histoires de jihad sexuel. C’est un amour qui raconte une période de désillusion, de perte des repères, de l’étouffement de sa parole, de ses espoirs et l’aliénation de ses désirs. Bref, c’est un héros jeté dans le chaos.

Leila Toubel dans Hourya. Crédit photo Avant Première

Désidéologiser en renversant les situations et les mots

Une panoplie de voix déferle du corps de l’actrice, les voix du personnage principal, du narrateur, des morts, des médias, des gens au pouvoir et des gens ordinaires. Leila a incarné subtilement tout ce beau monde et a su restituer le vacarme assourdissant du verbiage politique et social tunisien et celui des guerres du moyen orient. Comme une possédée, son visage était souvent dépourvue d’expression, ses yeux fixaient le vide et ses mots embrassaient toutes les intonations de la douleur, la peur et le désespoir. Les paroles se chevauchent, se superposent s’affrontent dans une joute verbale qui a duré deux heures. Une performance artistique athlétique de l’hystérie sociale collective.

Le public est plongé au cœur de la société tunisienne éclatée par les débats identitaires et meurtrie par l’horrible disparition de ses soldats, politiciens, bergers et migrants fuyant la misère. La pièce relate aussi, avec ironie, quelques épisodes marquants de l’histoire actuelle sous formes de farces, décapant la gravité du moment reconstitué, donnant aux images verbales le pouvoir de déconstruire le sens originel, de se réinventer. N’est ce pas un coup de fouet, au sens figés, aux mots endoctrinants ?

Crédit photo:
Crédit photo Avant Première

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Hend Zarrouk

    2 Nov 2017 à 2:07

    Bravo à Leila Toubel et à Mehdi Trabelsi , merci Hanan Hattab pour ce résumé .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Nouvelle-Zélande : Le gouvernement va durcir la législation sur les armes

Publié

le

Après l’attentat terroriste commis par le suprémaciste blanc dans deux mosquées, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a annoncé ce lundi un durcissement de sa législation sur les armes.

La décision prise par le gouvernement pour durcir ses lois sur les armes a été soutenue notamment par le parti New Zealand First, qui s’opposait auparavant à ce type de mesures.

Brenton Tarrant, le terroriste qui a tué 50 personnes dans les deux mosquées de la ville de Christchurch, a limogé son avocat et a déclaré qu’il se défendra seul devant la justice, ont relayé plusieurs médias.

Lire aussi : Nouvelle-Zélande, les dessous des opérations de suppression des vidéos de la fusillade sur YouTube et Facebook

Lire la suite

Actualités

États-Unis : des dizaines de milliers de chiens sont tués dans les laboratoires

Publié

le

L’organisation de défense des animaux, The Humane Society of the United States, a publié récemment un rapport sur l’utilisation des chiens dans les expériences scientifiques. Ses enquêtes ont dévoilé que les animaux étaient forcés à ingurgiter des produits toxiques et mortels…

L’enquête de la Humane Society a duré un peu plus de trois mois et a permis de découvrir que des dizaines de milliers de chiens étaient tués chaque année dans des expériences de tests de produits.

En plus de sensibiliser les gens à ce problème, l’organisme espère mettre fin aux tests et trouver des abris pour les animaux survivants.

Le rapport de l’organisation a mis au jour sa liste des laboratoires étasuniens qui utilisent les chiens pour tester les niveaux de toxicité de médicaments, d’implants dentaires et de pesticides.

Les opérations d’infiltration, menées par l’organisation, ont enregistré près de deux douzaines d’expériences faites principalement sur des chiens.

À la fin de certaines de ces études, tous les chiens ont été tués, tandis que dans d’autres, les animaux ont souffert tout au long des essais.

Dow AgroSciences teste ses pesticides sur les Beagles

L’une des enquêtes documentées a révélé que Dow AgroSciences a commandé une étude qui implique des tests sur 36 chiens de la race Beagle.

L’entreprise avait ordonné aux chercheurs de forcer ces animaux à avaler des comprimés de fongicide. L’étude doit se terminer juillet prochain et tous les Beagles qui ont survécu vont être tués.

En outre, l’organisation a précisé que les laboratoires utilisent les Beagles parce qu’ils sont dociles et facile à manipuler.

En plus de Dow AgroSciences, les enquêtes ont démasqué les agissements des entreprises Paredox Therapeutics et Above and Beyond NB LLC.

Selon la Humane Society, le gouvernement a cessé d’exiger que des produits destinés à la consommation humaine soient testés sur les animaux. Or ces expériences sont encore très répandues, a t-elle dénoncé.

« Les découvertes troublantes de cet établissement ne sont malheureusement pas uniques. Des expériences sont menées dans des centaines de laboratoires chaque année dans tout le pays, et plus de 60 000 chiens en souffrent », a déclaré Kitty Block, présidente de la Human Society of United States.

Lire aussi :

Une première en Amérique du Nord : La Californie interdit les cosmétiques testés sur les animaux

Tests Volkswagen, du dioxyde d’azote à des humains et singes

Lire la suite

Actualités

Industrie touristique : faire du Québec « un incontournable » à l’échelle internationale 2020-2025

Publié

le

Une vue du Château Frontenac, haut lieu touristique, est un célèbre hôtel de Québec situé dans le Vieux-Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent.

Tourisme Québec a fait un bilan favorable de sa rencontre à Trois-Rivières, lundi, avec les quelque 80 représentants d’entreprise qui étaient rassemblés au Musée Pop afin de participer à des ateliers de réflexion et de faire part de leurs idées pour stimuler la croissance de l’industrie touristique québécoise. Cette activité marquait le sixième arrêt de la tournée de consultation de l’industrie touristique entamée par la ministre en février 2019.

À cette occasion, la ministre du Tourisme Caroline Proulx a rencontré des élus locaux et régionaux ainsi que des dirigeants des principales associations touristiques. « Ensemble, nous souhaitons poursuivre notre ascension et faire du Québec une destination de choix pour les visiteurs de toutes provenances, en plus d’accroître la venue de touristes internationaux », fait-elle valoir.

À lire aussi : « L’appel à lâcher prise », la nouvelle vitrine du tourisme québécois

Ces rencontres auraient permis d’aborder avec eux les enjeux auxquels fait face leur région et d’échanger sur leur vision et leurs ambitions visant à faire du tourisme au Québec « un incontournable » à l’échelle internationale.

Comment demeurer des leaders dans l’industrie touristique?

Selon Mme Proulx, les entreprises touristiques de la Mauricie ont fait ressortir des points extrêmement intéressants au cours de la consultation. Leurs propositions, souligne-t-elle, concourront sans aucun doute à renforcer l’offre de cette région reconnue pour le tourisme de nature et d’aventure. « Je suis convaincue qu’au terme de cette tournée, nous aurons déjà une vue d’ensemble des avenues à explorer pour appuyer nos entreprises et faire en sorte qu’elles demeurent des leaders dans leur domaine », a déclaré la ministre québécoise du Tourisme.

À lire aussi : 12 millions de visiteurs au Canada en trois mois, deux provinces se démarquent…

Rappelons que cette tournée, qui comprend 18 arrêts à travers le Québec, constitue la première étape d’une importante démarche de consultation dont l’objectif est d’alimenter les travaux d’élaboration de la stratégie de croissance économique de l’industrie touristique 2020-2025, qui sera dévoilée lors des Assises du Tourisme 2020.

La démarche de consultation comprend les phases suivantes :

  • Tournée des régions.
  • Présentation des constats de la tournée des régions et validation des orientations envisagées auprès de l’industrie touristique, lors des Assises du Tourisme 2019.
  • Appel de mémoires, d’avis et de commentaires.
  • Rencontres de groupes de travail mixtes (représentants du ministère du Tourisme, de l’industrie, de ministères et d’organismes partenaires, etc.).
  • Consultations ciblées.
  • Dates des prochaines consultations régionales :
DateRégion touristiqueVille
22 marsQuébecQuébec
28 marsSaguenay-Lac-Saint-JeanAlma
29 marsManicouagan et DuplessisSept-Îles
1er avrilCharlevoixBaie-Saint-Paul
5 avrilChaudière-AppalachesLévis
8 avrilBas-Saint-Laurent et GaspésieMatane
9 avrilÎles-de-la-MadeleineCap-aux-Meules
15 avrilMontréalMontréal
16 avrilCantons-de-l’EstSherbrooke
24 avrilMontérégieSaint-Jean-sur-Richelieu
25 avrilLaurentidesMont-Tremblant
26 avrilOutaouaisGatineau
  • Les entreprises qui souhaitent participer à l’activité de consultation se déroulant dans leur région peuvent signifier leur intérêt en remplissant le formulaire prévu dans le site Web du ministère du Tourisme.

À voir : Plan de développement de l’industrie touristique 2012-2020

Lire la suite

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :