Suivez-nous

Nation

Immigration : bonne nouvelle pour les étudiants étrangers au Canada

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Le gouvernement canadien a décidé de prolonger la période des demandes pour un permis de travail post-diplôme, éliminant du coup l’exigence du permis d’études. Les étrangers diplômés des écoles canadiennes éligibles ont maintenant 180 jours pour présenter une demande de permis de travail post-diplôme.

Les étudiants étrangers qui souhaitent rester au Canada en vertu d’un permis de travail post-diplôme ont maintenant six mois pour présenter une demande dès qu’ils reçoivent l’avis officiel d’obtention du diplôme. Ils n’ont plus besoin d’être en possession d’un permis d’études valide pour travailler. Les changements et modifications apportés à ce programme ont été annoncés par le gouvernement du Canada le jeudi 14 février 2019.

La prolongation double le temps que les récents diplômés ont pour présenter une demande de permis de travail post-diplôme (PTPD) une fois qu’ils ont reçu leurs notes finales de 90 à 180 jours.

L’autre changement concerne la suppression de l’exigence de possession d’un permis d’études valide par les diplômés étrangers au moment de présenter la demande de PTPD. Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) indique qu’un permis d’études doit avoir été valide « à un moment » durant les 180 jours que les diplômés ont maintenant pour soumettre leur demande de PTPD.

À lire aussi : Québec solidaire défend les étudiants internationaux francophones

Les permis d’études sont généralement émis pour la durée du programme d’études de l’étudiant. En éliminant l’exigence du permis d’études valide, les étudiants ont maintenant le temps adéquat pour obtenir les documents requis afin de présenter une demande sans avoir la contrainte supplémentaire d’un permis arrivé à terme. « C’est une immense nouvelle pour les diplômés étrangers qui présentent leur demande de permis de travail post-diplôme », a commenté David Cohen, avocat principal du cabinet d’avocats en immigration Campbell Cohen.

C’est quoi le Permis de Travail Post-Diplôme ?

Un permis de travail post-diplôme est un permis de travail ouvert qui permet aux diplômés étrangers des établissements d’enseignements désignés canadiens de rester et travailler au Canada pour une période de trois ans après avoir terminé leurs études. Afin d’être éligible, le programme d’études doit être d’une durée d’au moins huit mois ainsi que satisfaire à certains critères.

À lire aussi : Les aides familiaux, une voie d’accès à la résidence permanente au Canada

L’un des avantages du Programme PTPD résulte du fait que les diplômés étrangers n’ont pas besoin d’une offre d’emploi canadienne au moment de présenter la demande. Avec un permis de travail ouvert, les diplômés internationaux ayant un PTPD peuvent occuper toute profession n’importe où au Canada, et peuvent changer d’employeur à tout moment.

Source : CIC News

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Actualités

Labour Day : « nous célébrons les travailleurs qui ont bâti notre pays », dit Justin Trudeau

Avatar

Publié

le

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a fait aujourd’hui une déclaration à l’occasion du Labour Day ou la fête du Travail, célébrée chaque premier lundi de septembre.

« En cette fête du Travail, nous célébrons les travailleurs qui ont bâti notre pays et rendu les milieux de travail d’un océan à l’autre plus sécuritaires, plus équitables et plus justes.

« Cette année marque le 100e anniversaire de la grève générale de Winnipeg, l’une des grèves les plus importantes de notre histoire. Elle a suscité un mouvement ouvrier qui s’est battu, avec succès, pour obtenir les avantages sociaux et les protections dont les travailleurs profitent aujourd’hui. Qu’il s’agisse des soins de santé universels, des salaires justes, des fins de semaine ou des vacances payées, ce mouvement a transformé la vie de millions de Canadiens et a aidé à renforcer notre économie et la classe moyenne.

Protection des droits à la négociation collective et l’abrogation des lois antisyndicales

« Un siècle plus tard, les travailleurs canadiens continuent de bâtir un pays plus fort et un avenir meilleur. Notre gouvernement est fier d’être leur allié et leur partenaire. Depuis 2015, le gouvernement du Canada a franchi des pas importants pour appuyer les travailleurs canadiens, grâce en partie aux travailleurs et aux syndicats à travers le pays qui ont milité pour ces changements. Ensemble, nous avons protégé les droits à la négociation collective et abrogé les lois antisyndicales adoptées en 2014 et 2015. En collaboration avec nos partenaires provinciaux, nous avons renforcé le Régime de pensions du Canada. Nous avons adopté un nouveau règlement pour interdire l’usage futur de l’amiante et une loi visant à protéger les employés contre le harcèlement et la violence. Nous avons aussi rendu les milieux de travail plus sécuritaires. De plus, au cours des quatre dernières années, plus d’un million de nouveaux emplois ont été créés d’un océan à l’autre.

Des investissements dans la formation professionnelle

« Notre gouvernement a également réalisé des investissements sans précédent dans la formation professionnelle. Ces investissements aideront les Canadiens à acquérir les compétences et l’expérience dont ils ont besoin pour réussir dans un marché du travail qui évolue rapidement et une économie mondiale de plus en plus concurrentielle. Dans le cadre du budget de 2019, nous avons annoncé la nouvelle Allocation canadienne pour la formation afin d’accorder aux travailleurs le temps et l’argent nécessaires pour améliorer leurs compétences ou en acquérir de nouvelles. Nous avons également pris des mesures pour rendre les études postsecondaires plus abordables, promouvoir les carrières de qualité dans les métiers spécialisés et veiller à ce qu’à l’avenir, chaque étudiant qui souhaite faire un stage puisse en trouver un.

« Les travailleurs canadiens sont au cœur de notre réussite, et ils seront la pierre angulaire de notre avenir. Nous défendrons toujours les travailleurs et leurs familles. Ensemble, nous allons veiller à ce qu’ils aient le soutien dont ils ont besoin pour réussir dans les emplois d’aujourd’hui et de demain.

« Au nom du gouvernement du Canada, Sophie et moi souhaitons à tous les Canadiens une bonne fête du Travail, en toute sécurité. »

Ce document se trouve également à l’adresse : http://pm.gc.ca

Source : Cabinet du Premier ministre du Canada

À lire : À Ottawa, le premier ministre Trudeau annonce des changements…

Lire la suite

Culture

Embracing Differences : le Canada investit dans un projet de sensibilisation au multiculturalisme

Avatar

Publié

le

Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a annoncé, vendredi, au nom de l’honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, l’octroi d’un nouvel appui financier au Regina Multicultural Council en faveur de « Embracing Differences ».

Le Regina Multicultural Council recevra 200 000 dollars pour son projet de sensibilisation « Embracing Differences ». Ce financement permettra d’appuyer l’élaboration d’un programme de sensibilisation culturelle, de mobiliser des travailleurs des communautés autochtones et ethnoculturelles ainsi que d’offrir des ressources éducatives et pédagogiques aux classes intermédiaires participantes des divisions scolaires publiques et catholiques de Regina. 

Le projet comprendra des ateliers mensuels et une activité annuelle culminante pour chaque cycle des écoles participantes au cours des trois prochaines années.

Plus de 60 écoles de Regina seront invitées à participer au projet, qui vise à accroître la compréhension, l’appréciation et le respect de l’éventail très diversifié des cultures qui existent à Regina et dans les collectivités environnantes.

Le financement s’échelonne sur trois ans dans le cadre du volet Projets du Programme de soutien aux communautés, au multiculturalisme et à la lutte contre le racisme.   

Le Regina Multicultural Council a été créé en 1965 sous le nom de Regina Folk Arts Council. Son mandat est d’éduquer le public sur les différentes cultures et de favoriser l’établissement de relations positives entre les communautés en faisant mieux connaître et apprécier les arts, la culture, la langue et les traditions de différents groupes ethniques. Le Council sert d’organisme-cadre à plus de 40 groupes membres représentant environ 15 000 personnes.

Bâtir une société intégrée et cohésive au plan social avec Embracing Differences

Le Programme de soutien aux communautés, au multiculturalisme et à la lutte contre le racisme vise à bâtir une société intégrée et cohésive au plan social. Il compte trois volets de financement, soit Événements, Projets et Renforcement des capacités communautaires. Il comprend également deux initiatives distinctes : l’Initiative de soutien communautaire pour les jeunes Canadiens noirs et l’Initiative jeunesse Paul Yuzyk pour le multiculturalisme.

Le volet Projets finance des projets de développement communautaire, de lutte contre le racisme et de mobilisation qui visent à promouvoir la diversité et l’inclusion en favorisant l’interaction entre les groupes communautaires dans le cadre de projets qui :

  • favorisent les interactions positives entre les communautés culturelles, religieuses et ethniques du Canada;
  • favorisent l’expression des identités multiples des Canadiens.

Afin d’appuyer les activités et les projets qui aident les gens et les collectivités à se rassembler, le gouvernement du Canada a prévu 23 millions de dollars sur deux ans dans le budget de 2018 pour accroître le financement du Programme du multiculturalisme. 

En plus des 42 millions de dollars prévus dans le budget de 2018, le budget de 2019 propose un investissement supplémentaire de 45 millions de dollars sur trois ans pour appuyer Construire une fondation pour le changement : la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme 2019-2022.

À lire : Grand Toronto : des projets pour lutter contre le racisme et la discrimination envers les Canadiens noirs

Lire la suite

Nation

Garde côtière canadienne : six nouveaux brise-glaces remplaceront l’actuelle flotte vieillissante

Avatar

Publié

le

Brise-glaces actuels de la Garde côtière canadienne : NGCC Terry Fox (brise-glace lourd) 2

Les Canadiens partout au pays comptent sur les services essentiels de la Garde côtière canadienne pour protéger les navigateurs et l’environnement marin, et pour assurer le mouvement sécuritaire et efficace des navires qui contribuent grandement à la prospérité de notre économie. 

La Garde côtière fournit des services de déglaçage essentiels pour s’assurer que les navires commerciaux et les traversiers ont accès aux ports canadiens pendant l’hiver, et soutient les activités de réapprovisionnement dans l’Arctique canadien en été. 

Pour s’assurer que la Garde côtière est en mesure de continuer à fournir ces services essentiels, Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé aujourd’hui que la Garde côtière fera l’acquisition de six nouveaux brise-glaces de programme afin de remplacer sa flotte vieillissante actuelle de brise-glaces.  

Les brise-glaces, une arme de taille pour la Garde côtière canadienne

Brise-glaces actuels de la Garde côtière canadienne : NGCC Henry Larsen (brise-glace moyen) 1

Le ministre Wilkinson a également annoncé, au nom de Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, que le gouvernement du Canada lance officiellement un processus concurrentiel, au moyen d’une invitation à se qualifier, afin d’ajouter un troisième chantier naval canadien comme partenaire stratégique dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN). Ce nouveau chantier naval construira les nouveaux brise-glaces de programme pour la Garde côtière.    

Compte tenu de la croissance continue de la navigation commerciale et des changements climatiques ayant déjà des répercussions sur les collectivités du pays, le nombre de demandes que reçoit la Garde côtière continue d’augmenter.  

Les brise-glaces de programme de la Garde côtière sont essentiels à l’économie canadienne puisqu’ils soutiennent toute l’année le commerce maritime dans l’Est du Canada, la voie navigable du Saint-Laurent et les Grands Lacs. Ils permettent aux traversiers canadiens dans l’Est de fonctionner pendant l’hiver, et sont essentiels à la pêche commerciale du Canada. 

À lire : Navires de combat : le Canada choisit un modèle de type 26 de BAE Systems

Les brise-glaces de programme sont également utilisés pour fournir des services aux résidants du Nord du Canada, en assurant le soutien du réapprovisionnement annuel en marchandises des collectivités et de leurs industries dans l’Arctique canadien. 

À lire : Changements climatiques en Arctique : Création d’une nouvelle région canadienne

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant