Suivez-nous

Nation

Immigration : le Canada veut accueillir 330 000 immigrants économiques en 2019

Publié

le

Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, a annoncé, mercredi 31 octobre, le nouveau plan pluriannuel des niveaux d’immigration de 2019-2021. Comparativement à la cible de 310 000 établie pour 2018, le Canada compte accueillir 330 000 en 2019, 341 000 en 2020 et 350 000 en 2021, soit près de 1 % de la population canadienne.

Ce plan devrait profiter à tous les Canadiens, « parce que les immigrants contribuent à la croissance économique du Canada et aident à maintenir la compétitivité du pays au sein de l’économie mondiale » selon Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Soulignant l’importance de l’immigration économique pour stimuler l’innovation au pays, le ministre Hussen a indiqué que le plan d’immigration du gouvernement canadien a pour but d’attirer au pays « des talents parmi les meilleurs et les plus brillants du monde ». D’ailleurs, a-t-il fait valoir dans un communiqué, la majeure partie de l’augmentation de 2021 vise l’admission d’immigrants économiques hautement qualifiés. « Les nouveaux arrivants aident les entreprises canadiennes à réussir et à se développer dans le secteur en pleine expansion des technologies de l’information et des communications, dans lequel les immigrants forment le tiers de la main-d’œuvre », a poursuivi M. Hussen.

« Attirer des talents parmi les meilleurs et les plus brillants du monde »

Au lendemain du dévoilement du plan pluriannuel des niveaux d’immigration de 2019-2021, le ministre fédéral de l’Immigration a fait savoir qu’il était essentiel de « bien » communiquer les avantages découlant de l’immigration. « Voilà le défi que nous devons surmonter : maintenir le système migratoire, mais aussi vraiment bien communiquer, être à l’écoute et faire connaître les véritables avantages locaux de l’immigration. Parce que si nous ne le faisons pas, il sera difficile pour certaines personnes anxieuses à propos de l’économie et à propos de leur avenir, de considérer l’immigration comme une bonne chose », a déclaré Ahmed Hussen lors d’un discours prononcé dans le cadre d’une séance de questions et réponses organisée au Canadian Club de Toronto.

Flux migratoire au Canada : Les conservateurs blâment les libéraux!

Alors que les conservateurs continuent de blâmer les libéraux sur la gestion des flux migratoires vers le Canada, le ministre s’est défendu à dire que « le système d’immigration canadien est bien géré et, dans la plupart des cas, fonctionne selon des critères stricts ». « Tant que les Canadiens voient les avantages de l’immigration, ils l’appuieront », a martelé le numéro 1 de l’immigration au sein du gouvernement Trudeau.

À cet effet, IRCC rappelle que le Canada a accueilli des générations d’immigrants, qui font maintenant partie intégrante des collectivités canadiennes au service desquelles ils ont mis leurs talents. « L’immigration est un pilier central de la réussite économique future du Canada. En plus de stimuler la croissance économique du pays, l’immigration contribue à résoudre les problèmes découlant du vieillissement de la population et joue un rôle crucial pour maintenir le Canada à l’avant-garde de l’économie mondiale ».

L’Immigration pour contrer le vieillissement de la population

Dans cette même veine, le ministre Hussen souligne également que le nouveau plan pluriannuel des niveaux d’immigration soutient les entreprises et les employeurs canadiens en leur assurant d’avoir accès à la main-d’œuvre qualifiée dont ils ont besoin pour stimuler l’innovation, « et nous aide à maintenir notre pays à l’avant-garde de l’économie mondiale ».

À lire aussi : Entrée express : le Canada va délivrer 980 000 visas en 2018-2020

À lire aussi : Canada : L’immigration fait passer la population à plus de 37 millions

À lire aussi : Parrainage des parents, le Canada rehausse le quota des demandes à 20 000

Pour rappel, le nouveau plan triennal des seuils d’immigration au Canada comprend des objectifs actualisés pour 2019 et 2020 de 330 800 et 341 000 nouveaux résidents permanents, respectivement, et fixe un nouvel objectif de 350 000 personnes pour 2021.

Lire la suite
Publicité
3 Commentaires

3 Comments

  1. Saida

    6 Nov 2018 à 11:32

    Qui les la méthode la plus favorable pour immigration au canada

  2. Pingback: Le Canada concocte un plan pour chasser 10 000 « faux immigrants » par an -

  3. Mili kamel

    15 Nov 2018 à 12:40

    Bonjour immigration Canada en famille mili kamel demande travail moi et femmes diplômé de saisie et moi chauffeur qualifié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nation

Le Canada concocte un plan pour chasser 10 000 « faux immigrants » par an

Publié

le

Selon des informations révélées récemment par Radio-Canada, le gouvernement canadien prépare activement un nouveau plan de renvoi massif d’immigrants illégaux dans leur pays d’origine par le biais de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

De l’ordre de 6 000 en 2018, l’expulsion d’immigrants illégaux par le Canada devrait atteindre 10 000 dans les prochaines années. Une liste de 18 000 personnes seraient en attente de renvoi. Mais parmi ces derniers, il y aurait environ 5 300 cas pour lesquels il ne semblerait pas y avoir d’obstacle au renvoi.

L’ASFC met en œuvre la procédure de renvois accélérés

L’ASFC qui est chargé de ces opérations d’expulsion aurait pour première cible les demandeurs d’asile entrés illégalement au pays et ayant été débouté par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), ainsi que les personnes considérées comme étant un problème de sécurité nationale, en liaison avec le crime organisé, les crimes contre l’humanité et autres actes criminels. Non sans oublier les personnes arrivées au Canada avec un visa de court séjour et qui refuseraient de partir après expiration de leur sésame.

Si l’ASFC soutient que « le Canada demeure un pays ouvert et accueillant », puisque le pays continue à « traiter équitablement, avec compassion les demandes d’asile », l’Agence estime toutefois que les personnes entrées illégalement et dont les demandes de statuts de réfugiés ont été refusées n’ont pas le droit d’y vivre.

À lire aussi : Canada : L’immigration fait passer la population à plus de 37 millions

Au nombre des 68 000 demandeurs d’asile qui seraient entrés au Canada depuis le début de 2017, dont un grand nombre d’Haïtiens fuyant les États-Unis, seulement « moins de 1 % avait été expulsé du pays » alors qu’il devrait en avoir un peu plus selon l’ASFC. C’est sans doute pour prêter main forte à l’ASFC, que le gouvernement canadien aurait versé un supplément de 7,5 millions de dollars dans son dernier budget afin d’accélérer les « renvois des demandeurs déboutés, ayant épuisé tous les recours légaux d’appel et pour lesquels on a rempli toutes les exigences au plan administratif ».

Environ 500 Haïtiens expulsés du Canada en 2018

En plus de mettre à exécution son plan des renvois accélérés des immigrants illégaux au Canada, le gouvernement fédéral travaillerait à l’instauration des cibles nationale et régionales en la matière. Rappelons que dépuis le début de l’année, environ 500 Haïtiens qui ont été renvoyés du Canada.

À lire aussi : Immigration : le Canada veut accueillir 330 000 immigrants économiques en 2019

Lire la suite

Nation

Québec annonce des plaques d’immatriculation pour les vétérans

Publié

le

Dès 2019, une nouvelle plaque d’immatriculation commémorative pour les [60 000] anciens combattants sera en circulation au Québec. L’annonce a été faite, vendredi, par le ministre des Transports, François Bonnardel, ainsi que le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire.

Un mandat a été confié la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour qu’elle développe, en collaboration avec la Légion royale canadienne, un visuel distinctif qui permettra de souligner la contribution exceptionnelle des vétérans, a annoncé le ministre des Transports, François Bonnardel, qui précise que cette plaque se voudra non seulement une marque de reconnaissance, mais aussi un hommage à leur engagement et au sacrifice humain.

« À l’approche de la 100e édition du jour du Souvenir, le gouvernement tient à souligner l’apport considérable des anciens combattants, qui ont accepté de servir et de défendre leur pays et les valeurs démocratiques » – François Bonnardel, ministre des Transports

Pour sa part, Éric Caire, également député de la circonscription de La Peltrie, où se situe la base de Valcartier des Forces armées canadiennes, se réjouit de la concrétisation de cet engagement, qui survient trois semaines seulement après la formation du nouveau gouvernement caquiste.

« Plusieurs vétérans nous ont formulé la demande d’être identifiés plus précisément avec leur plaque d’immatriculation. Notre gouvernement les a écoutés. Nous sommes donc fiers d’annoncer l’arrivée prochaine d’une nouvelle plaque qui répondra aux attentes qu’ils avaient exprimées » – Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale

Rappelons que dans la majorité des provinces et territoires du Canada, il existe de telles plaques d’immatriculation commémoratives pour les anciens combattants avec des visuels diversifiés, comme le présente l’annexe de ce communiqué. La SAAQ s’inspirera notamment de ce qui se fait ailleurs au pays pour présenter au ministre des Transports le projet de plaque au plus tard le 31 mars 2019.

Source : Cabinet du ministre des Transports

À lire aussi : SAAQ – Y’a problème au niveau des plaques d’immatriculation personnalisées

Lire la suite

Nation

Réfugiés juifs refoulés, les « sincères excuses » du Canada après le crime

Publié

le

Justin Trudeau a présenté, mercredi, des excuses officielles à la Chambre des communes à Ottawa dans l’affaire des réfugiés juifs refoulés. Le premier ministre canadien a offert ses excuses aux 254 passagers du MS Saint Louis [tués pendant l’Holocauste], à leurs familles et aux communautés juives au Canada et à travers le monde.

Près de 80 ans après, le Canada a reconnu publiquement son « manque de compassion » à l’endroit des passagers du MS Saint Louis. Ce paquebot allemand à bord duquel plus de 900 Juifs allemands quittèrent l’Allemagne nazie durant le printemps 1939. Alors qu’ils cherchaient désespérément sécurité et refuge face à la persécution des nazis, ces réfugiés se sont vu refuser l’entrée à Cuba, aux États-Unis et au Canada. Forcés de retourner en Europe, où le Royaume‑Uni, la Belgique, la France et les Pays-Bas ont accepté de les accueillir, en 1940 254 des passagers du MS Saint Louis ont été tués pendant l’Holocauste lorsque les nazis ont envahi ces trois pays d’accueil.

Mort de 254 réfugiés juifs, le prix de l’inaction du Canada?

Face à ce qui est qualifié de « prix de l’inaction », le premier ministre Trudeau a présenté ses excuses aux réfugiés juifs que le Canada a refusés, offrant également ses excuses pour la politique d’immigration antisémite « aucun, c’est encore trop » qui aurait mené à l’incident du MS Saint Louis. « […] Je me suis levé dans la Chambre des communes afin de présenter des excuses attendues depuis trop longtemps aux réfugiés juifs que le Canada a refusés ».

« J’espère sincèrement qu’en présentant ces excuses, nous pourrons mettre en lumière ce douloureux chapitre de notre histoire et nous assurer de ne jamais oublier ses leçons. » – Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Selon lui, l’antisémitisme, la xénophobie et la haine n’ont pas leur place au Canada, ni ailleurs dans le monde. Tout en offert ses excuses aux Juifs qui ont été emprisonnés à tort pendant la Deuxième Guerre mondiale, aux membres de la communauté juive canadienne dont les appels sont restés sans réponse et à tous ceux qui ont payé « le prix de l’inaction du Canada », Justin Trudeau a également fait allusion aux récents attentats visant la communauté juive aux États-Unis. Il a souligné de l’importance du travail qu’il reste à faire. « Nous devons toujours nous dresser contre les attitudes xénophobes et antisémites et contre la haine sous toutes ses formes », a-t-exhorté.

Les Juifs [encore] la cible de 17 % des crimes haineux au Canada!

Rappelons que l’Holocauste est un génocide perpétré durant la Deuxième Guerre mondiale, au moment où l’Allemagne nazie, aidée par ses collaborateurs, a procédé au meurtre systématique de plus de six millions de Juifs. Des millions d’autres personnes ont également été tuées et ont subi des atrocités aux mains du régime nazi. Il s’agit de l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Même si le Canada n’a pas vécu directement l’Holocauste, ses politiques d’immigration restrictives de l’époque ont largement fermé la porte aux Juifs qui cherchaient refuge après avoir été persécutés en Europe.

Et pourtant, la discrimination et la violence contre les Juifs au Canada et ailleurs dans le monde sont encore alarmantes. Selon les données les plus récentes, les Juifs sont la cible de 17 % des crimes haineux commis au Canada, un taux par personne nettement plus élevé que celui des autres groupes.

Lire la suite

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :