Suivez-nous

Actualités

Immigration : le maire de Québec demande 5000 immigrants chaque année au prochain premier ministre

Publié

le

La ville de Québec continue de souffrir du fait d’une pénurie accrue de la main-d’œuvre. Afin de pouvoir répondre à ce « dangereux manque » de travailleurs, le maire de la capitale nationale, Régis Labeaume, a interpellé récemment les principaux chefs de partis politiques en campagne pour les élections du 1er octobre prochain sur la question de l’immigration.

Le secteur de l’immigration est en première position sur la récente liste annuelle de priorités publiée par Régis Labeaume. Il cite le besoin urgent de combler environ 17,000 postes à pourvoir dans la région. « Ce considérable manque de main-d’œuvre est le problème le plus dangereux et peut compromettre notre futur économique », dit M. Labeaume. « Il n’y a plus de temps pour faire des observations, des études ou encore pour les bonnes intentions », a appuyé le maire de la ville de Québec.

Immigration, enjeu électoral au Québec

Considérant l’élection d’un nouveau premier ministre le 1er octobre, M. Labeaume a lancé un appel aux partis politiques du Québec à prendre position sur la question de l’immigration. Et pour Régis Labeaume, le prochain gouvernement devra également améliorer le système d’immigration de la province du Québec afin de réduire les délais de traitement des demandes tout en rendant le processus d’immigration plus facile, notamment la reconnaissance de l’historique professionnel et des diplômes étrangers.

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) veut diminuer les seuils actuels d’immigration, et il promet de consacrer plus d’énergie à l’intégration et à la francisation des nouveaux arrivants.

Mettant l’accent sur l’immigration francophone, M. Labeaume note que la plupart des gens vivant dans la région de la capitale du Québec ont le français comme langue maternelle. « Nous avons les postes ; s’ils parlent français, ça sera un franc succès », a-t-il assuré. À en croire le maire de Québec, ville francophone, « il y a deux possibilités de réussir l’immigration : obtenir un emploi et parler la langue locale ».

Pendant ce temps, François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), a annoncé son intention de réduire le seuil d’immigration actuel de 20%, passant de 50 000 à 40 000 immigrants par année au Québec. De plus, si la CAQ était au pouvoir le 1er octobre, le parti entend mettre la barre très haute quant à la sélection des « immigrants économiques ». Ces derniers devraient répondre à trois exigences en matière de connaissance du français à travers un test, des connaissances des valeurs québécoises en vertu de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne et démontrer qu’ils sont en emploi ou en situation de recherche sur le territoire québécois.

Dans un projet de règlement sur la loi de l’Immigration entré en vigueur le 02 août 2018, le gouvernement Couillard a annoncé la réduction des délais de traitement de 31 000 dossiers d’immigration, de 32 à moins de 12 mois.

Or, Philippe Couillard, premier ministre sortant et candidat à sa propre succession pour le compte du Parti libéral du Québec (PLQ) croit savoir que l’immigration est une chance pour le Québec. Contrairement à Legault, Couillard veut augmenter le seuil d’immigration 52 500 personnes en 2019. Surtout que la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023, dévoilée en mai dernier, laisse croire qu’il y aura plus de 1,3 millions de postes à pouvoir d’ici 10 ans au Québec.

Le prochain premier ministre aura le pouvoir de décider!

Entre-temps, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée estime que la solution n’est pas de faire venir 50 000 ou 55 000 immigrants chaque année au Québec. Car, a-t-il déploré, « on a beau en faire venir 50 000 ou 55 000, si le tiers ou la moitié quitte après quelques années, c’est un échec complet pour la société d’accueil et pour ces candidats à l’immigration ».

Le Parti québécois se propose d’améliorer la régionalisation de l’immigration et faire en sorte que 25% des nouveaux Québécois puissent s’installent en région si le PQ gagne l’élection du 1er octobre prochain.

Les propositions du PQ « pour vraiment passer de l’échec aux succès » de l’Immigration, sont « un contraste énorme entre un bilan de 15 ans de gouvernement libéral qui a échoué, dit Lisée, à répondre aux besoins de main d’œuvre en région, échoué à retenir les nouveaux Québécois ».

Déjà, il faut souligner que les libéraux ont introduits, le 2 août, plusieurs changements dans le système d’immigration du Québec, qui comprend un nouveau système de déclaration d’intérêt pour le Programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec. « Avec l’adoption du nouveau Règlement du MIDI, le gouvernement met en place un système d’immigration d’avant-garde, efficace et performant; un système plus en phase avec les besoins actuels de la société québécoise et du marché du travail », avait déclaré David Heurtel, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI).

Seul le vainqueur des élections du 1er octobre 2018 aura le dernier mot sur la question de l’immigration qui fait tant jaser ces derniers temps au Québec.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Québec : Un hiver plus froid, des factures plus élevées

Publié

le

Les Québécois pourront recevoir des factures d’électricité plus élevées que d’habitude selon Hydro Québec. Et pour cause un mois de novembre plus froid que d’habitude. L’hiver fera un peu mal au portefeuille cette année !

Environnement Canada avait annoncé de son côté que les températures aux mois de février et de mars descendront encore plus bas. La consommation d’électricité augmentera en conséquence et particulièrement si on ne prend pas de bonnes habitudes.

Concernant le mois de novembre Hydro Québec a déclaré que « la hausse pourrait être de 3$ pourun appartement 5½ et de 18$ pour une maison moyenne de 158 m2 ».

Conseils à suivre pour réduire sa consommation :

  • Baisser de un ou deux degrés la température durant la nuit et en tout temps dans les pièces inoccupées.
  • Réduire les infiltrations d’air froid en mettant des plastiques autour des fenêtres s’il y a des courants d’air.
  • Limiter la consommation d’eau chaude en prenant des douches plus courtes et en lavant les vêtements à l’eau froide.
  • Utiliser des ampoules éco-énergétiques. Les ampoules à DEL sont environ 85 % plus efficaces que les ampoules à incandescence et durent 25 fois plus longtemps.

Pour plus d’informations ICI

Lire aussi : Un hiver doux et glacial au Canada ?

Lire la suite

Actualités

Montréal, les routes fermées durant la fin de semaine

Publié

le

Des routes au niveau de l’échangeur Turcot seront fermées à partir du vendredi 14 jusqu’au lundi 17 décembre.

Le ministère de transport informe aussi qu‘un « nouveau tronçon de l’autoroute 20 en direction est sera ouvert à la circulation entre les échangeurs Angrignon et Turcot. Les usagers sont invités à porter une attention particulière à la signalisation. »

Voici les fermetures du vendredi 23 h 59 à lundi 5 h :

  • Fermeture de l’autoroute 20 en direction est entre la sortie n° 63 – 138 ouest / Pont H.-Mercier et l’échangeur Turcot
    • Fermeture de la bretelle menant de la route 138 en direction est (en provenance du pont Honoré-Mercier) à l’autoroute 20 en direction est                                
    • Fermeture de la bretelle menant de l’autoroute 20 en direction est à l’autoroute 15 en direction nord
    • Fermeture de la bretelle menant de l’autoroute 20 en direction est à l’autoroute 15 en direction sud
  • Fermeture partielle (1 voie disponible) de la route 136 en direction est   (A-720) entre l’échangeur Turcot et la sortie n° 2 – Av. Atwater
  • Fermeture de la route 136 (A-720) / autoroute 20 en direction ouest dans l’échangeur Turcot
  • Fermeture de l’autoroute 15 en direction nord dans l’échangeur Turcot, à partir de la sortie n° 63 – P.-E.-Trudeau /A-20 ouest / Toronto

Lire la suite

Actualités

Canada : le Bureau de la Concurrence alerte sur les jouets intelligents

Publié

le

On est en plein période d’achats des cadeaux, surtout pour les enfants, parfois sans faire attention à certains détails. À l’heure de l’Internet des Objets, même les plus petits n’échappent pas à la collecte des données personnelles.

En fait, certaines plateformes utilisent les jouets comme un pont pour faire du marketing caché. C’est pour cette raison que le Bureau de la Concurrence a lancé ce mardi, 11 décembre, un appel aux consommateurs afin de faire attention avant d’acheter et lors de l’usage des jouets connectés.

Qu’est ce que le marketing caché et comment passe t-il par les jouets pour atteindre ses consommateurs potentiels ?

Il existe des jouets qui peuvent être connectés à des applications pour fonctionner ou pour proposer d’autres options de jeux. Or ce type de jouet peut être muni de dispositif d’écoute pour capter les conversations à proximité. L’objet se transforme ainsi en espion insoupçonné et ludique. En effet, à partir de mots clés détectés dans la conversation la tablette ou le cellulaire intelligent affichent des publicités ciblées. Il s’agit dans ce cas du marketing caché. Dans la même veine, certains jouets sont programmés pour émettre des messages publicitaires confinés dans l’interaction avec l’enfant.

Le Bureau de la Concurrence alerte notamment sur les jouets qui sont mal conçus et qui comportent des failles de sécurités. En s’y connectant, on s’expose ainsi aux attaques des cyber-pirates.

Or les jouets intelligents ne sont pas tous à craindre.

À retenir avant d’acheter des jouets intelligents

Pour éviter de faire des mauvais choix voici les conseils du Bureau de la Concurrence :

  • Se renseigner au préalable sur les risques ou les problèmes connus du jouet
  • Lire attentivement toutes les modalités d’utilisation du jouet
  • S’informer sur le fabricant et n’achetez que de marques connues et bien réputées
  • Apprendre la méthode de fonctionnement du jouet
  • S’informer sur les renseignements qui seront recueillis et la façon dont ils seront utilisés, conservés et partagés
  • Utiliser des réseaux Internet sécurisés et dignes de confiance
  • Modifier le nom d’utilisateur et le mot de passe assignés par défaut par le fabricant. Utilisez un mot de passe fort
  • S’assurer de faire les mises à jour de sécurité du jouet
  • Surveiller les activités des enfants lorsqu’ils s’amusent avec le jouet
  • Éteindre le jouet et le déconnecter pour un surcroît de sécurité entre les séances de jeu
  • Apprendre à supprimer les renseignements personnels des enfants si le jouet est perdu ou jet

Lire aussi : Des organismes de protection des consommateurs européens portent plainte contre Google

Lire la suite

en-avant