Suivez-nous

Politique

Indépendantisme et antiracisme, Gabriel Nadeau provoque une polémique

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Crédit Photo: Page Facebook officielle GND

L’amphithéâtre B-2305 du Pavillon Jean-Brillant de l’Université de Montréal était plein à craquer, vendredi 16 février, pour entendre le député et Co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, sur le thème « L’indépendantisme est-il compatible avec l’antiracisme ? ». Une rencontre conjointement organisée par le Mouvement des étudiants souverainistes de l’Université de Montréal (MÉSUM), et l’Association des jeunes péquistes de l’Université de Montréal (AJPUM) et ce dans le cadre de la Semaine de la souveraineté.

Dans son propos liminaire, Gabriel Nadeau-Dubois (GND) a reconnu le thème comme étant provocateur. Vu les commentaires et les discussions sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de cette conférence, le porte-parole masculin du parti Québec solidaire pense avoir atteint l’objectif recherché qui était d’attirer l’attention sur l’importance du sujet.

« J’ai choisi ce thème provocateur pour attirer l’attention sur un débat qui est important. Le débat sur la relation entre la question d’indépendance nationale du Québec et la question de la lutte contre le racisme. C’est un enjeu qui est d’actualité. On a beaucoup parlé dans les dernières semaines et j’ai posé la question de manière volontairement simpliste. L’objectif aujourd’hui, c’est d’avoir des réponses tout sauf simplistes mais de les nuancer. Ce que je veux faire aujourd’hui, c’est de faire la critique de deux idées qu’on entend dans l’espace public », a-t-il précisé d’entrée de jeu.

D’abord, il s’agit selon le conférencier des idées selon laquelle ‘’l’indépendance serait nécessairement et absolument incompatible avec les luttes antiracistes, ces luttes contre les discriminations’’. Une position qui serait de plus en plus entretenue dans certaines franges du mouvement indépendantiste, qui verrait l’émergence de lutte contre le racisme comme une menace au projet d’indépendance national. « Bien sûr, je suis indépendantiste. Donc à la question de savoir si l’indépendantisme est-il compatible avec l’antiracisme ? Moi, je le crois et Québec solidaire croit que l’indépendance doit être un projet inclusif pour tout le monde au Québec quel que soit leurs origines », soutien Nadeau-Dubois.

Un blocage collectif

Pour lui, ‘’l’idée selon laquelle l’indépendance serait nécessairement un projet de blanc francophone catholique’’ « bloque collectivement » les Québécois. Alors que, souligne-t-il, le projet d’indépendance devrait être vu comme un projet d’inclusion sociale et d’émancipation pour tout le monde. Tout en s’interrogeant sur le désintérêt de ‘’sa génération’’ sur la question indépendantiste aujourd’hui.

« Elle a déjà été plus populaire par le passé auprès des jeunes qui, à une certaine époque étaient les forces vives du mouvement indépendantiste. Et on nous dit également que ce projet n’est pas à ce sommet de popularité au sein des communautés culturelles auprès des Néo-Québécois et Néo-Québécoise ».

Au dire du Co-porte-parole de Québec solidaire, une des perceptions qui affaiblit le projet d’indépendance du Québec et qui lui fait mal, c’est la perception selon laquelle ce projet d’indépendance national du Québec serait essentiellement un projet qui concerne les gens qu’on appelle les Québécois de souche, c’est-à-dire les Québécois francophones blancs de descendance canadienne française.

« C’est une perception qui est réelle. On peut être en désaccord, mais il ne faut pas se cacher les yeux ! cette perception-là, elle existe. Et elle existe pour certaines raisons. Il faut discuter de ces raisons-là si on veut pouvoir la combattre, cette perception-là », croit savoir Gabriel Nadeau, ajoutant qu’il est possible d’avoir ce débat sans tomber dans la caricature et sans tomber dans le simpliste.

Le conférencier a vertement critiqué ceux qui dénaturent le combat indépendantiste à travers des discours venimeux ou en posant des actes à l’image du groupe extrémiste La Meute. « Il faut reconnaître que quand on parle d’indépendance aujourd’hui, l’imaginaire des gens est marqué assez négativement à cause de certains événements et dérapages qui ont eu lieu au sein du mouvement indépendantiste dans les dernières années. Et cela a suscité une méfiance (..) ».

« Depuis une dizaine d’années au Québec, on assiste à cela. Ça a commencé autour des fameux accommodements raisonnables en 2007-2008, la montée d’un discours qu’on appelle souvent ‘’nationalisme-conservateur’’ qui est de plus en plus influent au Québec. (..) Un discours qui se caractérise essentiellement par une méfiance à l’égard de l’immigration et de la diversité culturelle en générale. Ce discours-là voit les immigrants et les immigrantes comme une menace à ce qu’ils vont appeler l’identité historique québécoise et voit que la diversité culturelle à un effet nécessairement dissolvant sur l’identité et le vivre ensemble au Québec », a déploré GND.

La diversité culturelle, « jamais » une menace !

Dans la même veine, il est revenu sur un ‘’vieux discours’’ de Pierre Karl Péladeau qui, selon Nadeau-Dubois, aurait laissé entendre, lors d’une campagne électorale, qu’« une des raisons pour lesquelles il faut aller à l’indépendance le plus rapidement possible, c’est qu’à chaque année, l’immigration fait perdre un certain nombre de comté au Parti québécois ».

Une perception « froide » et « candide » de croire qu’avec de plus en plus d’immigrants, on a moins de chance de prendre notre indépendance selon GND. « C’est une perception assez candide avec l’idée de dire que la diversité culturelle [qui est de plus en plus grandissante au Québec] est une menace au projet d’indépendance du Québec », a-t-il jugé.

A ce stade de son propos, le député solidaire a reconnu que cette ‘’vision erronée’’ du projet d’indépendance explique bien les raisons de la « méfiance » des familles Néo-Québécoise sur la question nationaliste et identitaire. Un contexte qui serait dû, selon Nadeau-Dubois, à la montée d’un certain « populisme de droite férocement nationaliste de manière ethnique qui est une réalité au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe » et qui est « une menace des droits et de liberté de vraie personne, en chair et en os ». « Je ne vais pas citer des noms, mais on connait ces intellectuels qui ont nourri cette méfiance-là. Donc, les gens ne sont pas fous de penser que l’indépendance peut-être une menace pour eux quand des gens qui sont pour l’indépendance tiennent ce genre de discours », a-t-il dénoncé.

Dissocier la Nation du Conservatisme

Pour relever les défis, Gabriel Nadeau soutien qu’il doit y avoir une “conception de la nation” qui est différente de la “conception du conservatisme” : « C’est-à-dire de la définition selon laquelle la nation serait essentiellement quelque chose dont on hérite du passé. À Québec solidaire, on conçoit la Nation à la fois comme un héritage et un projet. C’est comme quelque chose dont on hérite mais aussi à laquelle on adhère. Et les personnes qui se joignent à la société québécoise contribuent à définir cette nation, ce qui est cette identité québécoise. Ce n’est pas une menace de l’extérieur. Durant les commémorations de l’attentat de Québec, j’entendais plusieurs acteurs politiques dire : ‘’les Québécois sont accueillants envers les Musulmans’’. C’est comme si ces personnes ne sont pas des Québécois et que les Québécois doivent les accueillir ».

GND qui se dit « indépendantiste et antiraciste » pense qu’il n’y a pas lieu de créer un conflit entre ces deux enjeux. Car, appuie-t-il, dans l’histoire du Québec, il y a eu en effet plein de moments, plein de gens, plein de groupes qui ont rendu ces luttes compatibles : « On n’a pas besoin de faire de la théorie politique dans l’histoire du Québec. Il y a eu ces tentatives de réunir les enjeux plutôt que de les diviser ».

Pour lui, les gens doivent prendre conscience qu’un projet comme l’indépendance nationale est un projet révolutionnaire : « On parle de changer de régime politique et le cadre institutionnel qui ordonnent toutes nos vies et toutes nos décisions politiques ».

Mais, le jeune politicien prévient que, « le changement révolutionnaire est forcément synonyme de bouleversement politique, d’instabilité politique ». Non sans rappeler que « les gens dont les conditions de vie sont précaires ont une réticence toujours plus grande à ce projet d’indépendance ». 

Face à cette réalité, Gabriel Nadeau-Dubois a touché du doigt le véritable problème que rencontre les immigrations sur le marché de l’emploi et la question de leur intégration dans la société québécoise. Chose qui, d’après lui, devrait être au centre des préoccupations des politiciens du Québec.

Crédit photo:
Crédit Photo: Page Facebook officielle GND

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
3 Commentaires

3 Comments

  1. Laurent Desbois

    20 Fév 2018 à 12:22

    Le PQ a organisé un méga colloque dans la circonscription de Marie-Victorin en 2015. Il avait eu la gentillesse d’inviter GND, à titre de conférencier. Si ma vieille mémoire est toujours fidèle, tout ce qu’il a su faire, c’est cracher son venin sur le PQ !!!! Rien de neuf ! 😉😆

    Selon GND, un obstacle majeur à l’indépendance serait dû au néo-libéralisme du Parti Québécois, qui dévalorise l’état et qui est contre la solidarité sociale, en faisant la promotion de l’égoïsme généralisé. Voir entre 21 et 32min.

    Quatre obstacles à l’indépendance, selon GND:
    1. Plusieurs indépendantistes ne sont pas dans le PQ.
    2. Conservatisme identitaire : franco-catholique.
    3. Néolibéralisme du PQ
    4. Colonialisme des Québécois envers les autochtones.

    Comment penser l’indépendance au XXIe siècle
    Conférence par Gabriel Nadeau-Dubois

    1er Colloque PQ Marie-Victorin – Conférence de Gabriel Nadeau-Dubois

  2. Pingback: Indépendantisme et antiracisme – Leroux

  3. Georges Léonard

    20 Fév 2018 à 7:02

    Un minable carriériste qui attire les médias par la provocation et le PQ “bashing” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chroniques

Sacrifier la Francophonie sur l’autel des intérêts !

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Le drapeau de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et sa symbolique.

OPINION. C’est la pire nouvelle du mois, en ce qui concerne la Francophonie. Je parle de cette Organisation internationale, qui rassemble 84 États et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF. Ce dispositif institutionnel censé promouvoir la langue française, des valeurs et les relations de coopération aux quatre coins du monde, est en train de devenir un “instrument” politique de rapprochement entre la France et le Rwanda.

Le soutien de la France, annoncé en grande pompe le mercredi 23 mai, à une candidature en provenance du Rwanda pour diriger la Francophonie est scandaleux. Pourquoi ? bah, c’est un peu comme se foutre des francophones, des États et gouvernements qui se battent au quotidien pour accorder une place au français, aux valeurs défendues par l’Institution Cette annonce démontre à quel point la France n’accorde pas d’importance à cette institution qui est l’OIF mais à ses intérêts.

Quand j’apprends des médias français que Paris a officialisé son soutien à la candidature de Louise Mushikiwabo [je n’ai rien contre sa personne], la cheffe de la diplomatie rwandaise à la tête de l’OIF et que désormais Emmanuel Macron est le bienvenu à Kigali, allez-y comprendre le deal avec le président rwandais Paul Kagame. Celui-là même qui n’a hésité un seul instant à tourner le dos à la francophonie. Le Rwanda, de tradition francophone, est devenu officiellement en novembre 2009 le 54e membre du Commonwealth. Bien avant, M. Kagame qui ne parle aucun mot français, a fait adopter l’anglais comme langue officielle [depuis 2003] au pays des mille collines.

Si tel était le souhait de la France : faire déguerpir Michaëlle Jean pour mieux promouvoir la Francophonie, parce parce qu’il n’y aurait pas de transparence, cela regarde la France et les Français. Je n’ai rien à dire! 

Comme le mouton broute là où il y a de l’herbe, la France veut aller certainement faire du ‘’broutage’’ au Rwanda. Un pays qui [20 ans après le génocide des Tutsis qui a fait environ 800 000 morts en trois mois], fait rêver par son modèle économique en Afrique. Qu’est-ce que la France ne ferait pas pour retourner dans ce petit pays d’Afrique de l’Est d’environ 12 millions d’habitants ?

Certes, la France est une puissance mondiale respectable, mais elle ne devrait pas sacrifier la Francophonie sur l’autel de ses intérêts politiques, diplomatiques et économiques. Surtout lorsqu’elle n’est pas le patron de cette institution qu’est l’OIF. C’est vrai que le siège de l’organisation en question est basé à Paris. Toutefois on ne nous dira pas que c’est seulement l’argent du contribuable français qui fait fonctionner la machine « F » ; du moment où la contribution de la France au budget de l’OIF baisse de plus en plus par rapport au Canada.

Les franco-canadiens doivent se réveiller, le Québec surtout. La réaction suiviste du gouvernement québécois suite à la position affichée hier (mercredi 23 mai) par la France m’a laissé pantois.

On peut comprendre que la France ne veut plus de Michaëlle Jean, désignée Secrétaire générale de la Francophonie [pour un mandat de quatre ans renouvelables] les 29 et 30 novembre 2014 à Dakar lors du XVe Sommet de la Francophonie par les Chefs d’État et de gouvernement. Et si tel était le souhait de la France, c’est à dire : faire déguerpir Mme Jean pour mieux promouvoir la Francophonie, parce que les finances ne seraient pas bien gérées, cela regarde la France et les Français. Mais de là, à vouloir faire un marchandage politico-diplomatique à la tête de l’organisation, ce serait gravissime pour l’avenir de l’OIF et de la langue française.

Les franco-canadiens doivent se réveiller. Le Québec surtout qui occupe un siège distinct de celui du Canada dans toutes les instances décisionnelles de la Francophonie. D’autant plus que la province canadienne siège en tant que membre à part entière, avec une voix délibérative. La “réaction lâche” du gouvernement québécois suite à la position affichée hier (mercredi 23 mai) par la France m’a laissé pantois. Mais au fond, je ne suis pas si surpris que ça ! Le premier ministre Couillard qui n’a pas hésité au cours d’un récent voyage en 2018 à Paris pour rappeler à une « saine gestion » de l’argent de la Francophonie pourrait, lui-aussi, envisager le départ de l’actuel Secrétaire générale. Si c’était le cas, c’est son choix.

Francophonie : Le Québec, lèche-bottes de la France ?

Le problème, c’est de ne pas être capable de dénoncer ce soutien de Macron [je parle de la France] à une candidature rwandaise. C’est aussi ça, défendre le français en tout temps. On ne va pas attendre que le gérant de la boutique Adidas dise « un mot en français pour accommoder la ville de Montréal » et se sentir blesser après. Le Québec devrait être toujours prendre position quand le français est en danger. Sinon à quoi bon d’être considéré [Le Québec] comme l’un des membres les plus actifs de l’OIF, notamment en matière de promotion de la langue française et de diversité culturelle ? Je crois que la langue française est une identité du Québec, un patrimoine fondamental des Québécois. Alors, si on à une voix, il faut savoir la rendre audible.

Crédit photo:
Le drapeau de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et sa symbolique.
Lire la suite

Actualités

L’immigration au Québec, le PQ dévoile sa stratégie pour passer de l’échec au succès

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Couverture du document: Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023 présentée par le gouvernement québécois

Une semaine après la Coalition avenir Québec (CAQ), c’était au tour du Parti Québécois (PQ) de mettre les pieds dans le plat de l’immigration. Mardi, en direct de la permanence du parti à Montréal, les péquistes ont présenté leur stratégie « Pour passer vraiment de l’échec au succès ». Pendant ce temps, les libéraux n’ont pas chômé. Constamment critiqué au cours de cette conférence du PQ sur leur échec a trouvé des solutions sur la crise de la main-d’œuvre qui secoue le Québec, le gouvernement Couillard a profité pour dévoiler sa Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023.

Pas étonnant que la question de l’immigration continue d’alimenter le débat politique au Québec. À moins de cinq mois de l’élection générale, chaque parti profite de chaque occasion pour se faire de la place. Surtout lorsque le sujet polarise, certains profitent des failles du plan de l’adversaire pour présenter leur solution. Et le Parti québécois estime que les solutions proposées par la Coalition avenir Québec, la semaine dernière, sont « insensées ». En retour, le chef Jean-François Lisée et son équipe ont annoncé avoir des « propositions réalistes et pragmatiques » pour répondre directement aux pénuries d’emplois; pour s’assurer que les candidats à l’immigration disposent d’une connaissance suffisante du français; qu’ils adhèrent aux valeurs et aux lois québécoises.

Libéraux et caquistes : Lisée enfonce le clou !

« Aujourd’hui, on a le grand plaisir de vous présenter le document le plus complet, le plus réfléchi que le Parti québécois présente sur la question de l’immigration. Une question qui est important, essentielle dont les éléments et les variables changent un petit peu. Contrairement aux discussions qu’on pouvait avoir il y a quatre ans, nous sommes en ce moment aux prises avec une pénurie de main d’œuvre notamment dans les régions québécoises. Dans la réflexion que nous devons mener pour la résolution de ses problèmes-là, nous devons nous adapter à cette nouvelle problématique tout en ayant en tête le succès du parcours de chaque nouveau québécois ainsi que le succès du français comme langue officielle et commune des québécois », a déclaré d’entrée de jeu, M. Lisée.

Notre solution à nous, elle est pragmatique, elle est réaliste, elle ne dépend pas de l’avis du gouvernement fédéral. Elle dépend entièrement de notre capacité d’agir pour le français, notre capacité d’agir pour les régions, notre capacité d’agir pour assurer le succès de chaque immigrant qu’on reçoit.

   – Jean-François Lisée, chef du PQ

Selon lui, les propositions de son parti « pour vraiment passer de l’échec aux succès », sont un ‘’contraste énorme’’ entre un bilan de 15 ans de gouvernement libéral qui a « échoué à répondre aux besoins de main d’œuvre en région, échoué à retenir les nouveaux Québécois ». « Le gouvernement libéral a échoué aussi à sélectionner les immigrants francophones, son objectif c’est d’avoir seulement 15% des travailleurs qualifiés qui ne connaissent pas le français. Or, il y en a plus de 40% qui ne le connaissent pas. Et au total dans l’immigration québécoise, il y a 60% des nouveaux arrivants qui ne connaissent pas le français au point d’entrée. Comme vous le savez, seulement une minorité d’entre eux prennent des cours de francisation et 90% de ceux qui prennent les cours de francisation échouent », a-t-il affirmé.

La ‘’voie rapide’’ pour l’obtention du CSQ…

Enfonçant le clou, le chef péquiste croit savoir que la solution n’est pas de faire venir 50 000 ou 55 000 immigrants chaque année au Québec. Car, a-t-il déploré, « on a beau en faire venir 50 000 ou 55 000, si le tiers ou la moitié quitte après quelques années, c’est un échec complet pour la société d’accueil et pour ces candidats à l’immigration ». Pour Jean-François Lisée, la proposition de la CAQ en la matière est « irréalisable » puisqu’il repose entièrement sur la volonté d’un autre gouvernement du Canada de créer une nouvelle catégorie d’immigrant temporaire de trois ans qui, après, pourrait devenir sans statut s’il ne passe pas un des trois tests de la CAQ. « C’est un programme qui ne se réalisera jamais. S’il se réalisait, ça empirerait la situation notamment du français », a laissé entendre M. Lisée.

Ainsi, le Parti québécois se propose d’améliorer la régionalisation de l’immigration et faire en sorte que 25% des nouveaux Québécois puissent s’installent en région si le PQ gagne l’élection du 1er octobre prochain. A cet effet, les péquistes entendent utiliser la ‘’voie rapide’’ qui existe déjà pour sélectionner des travailleurs temporaires.

Stratégie en région, face au vieillissement de la population !

« On considère que la voie la plus facile pour sélectionner des gens qui répondent à nos besoins en main d’œuvre ici au Québec, c’est en passant directement par les employeurs. Les employeurs sélectionnent déjà aujourd’hui des travailleurs temporaires et grâce au Programme pour une expérience québécoise (PEC). Ce programme a fait ses preuves, on souhaite le rendre permanent pour être en mesure de répondre aux besoins en main d’œuvre », a annoncé la députée péquiste Catherine Fournier, également porte-parole du parti en matière de diversité.

Le principe du programme qui est la voie rapide pour l’obtention d’un CSQ, on souhaite également l’appliqué pour les étudiants étrangers de sorte que quelqu’un qui voudrait rester au Québec après ses études puissent obtenir plus rapidement son CSQ, parce que quand ça prend trop de temps, ça décourage et la personne peut finalement retourner dans son pays d’origine. Alors nous on souhaite garder ces talents chez nous. 

   – Catherine Fournier, députée péquiste

Abordant la question démographique, notamment le vieillissement de la population confronté à la pénurie de main-d’œuvre dans les régions, le porte-parole péquiste en matière de développement des régions et de décentralisation, Sylvain Gaudreault, a dénoncé le faible nombre de point accordé aux immigrants qui envisagent s’installer au Québec. « C’est une aberration de constater aujourd’hui que 90% de l’immigration s’installent dans la grande région métropolitaine et que dans la grille de sélection actuelle un immigrant qui veut travailler en région reçoit seulement deux points de plus sur les 99 points que s’il dit qu’un emploi est valable pour lui à Montréal ».

J’ai immigré de l’Asie, je suis née pendant la guerre du Vietnam. Il y a une quarantaine d’année que je suis au Québec. À mon arrivée, j’ai été adoptée par une famille qui était en région, en Montérégie. J’ai fait mes études à Rimouski, j’ai fait toute ma carrière en région. Ma municipalité où je travaille en ce moment, sur 6 employés il y a 3 qui sont issus de l’immigration et ils sont à des postes assez stratégiques.

   – Ève-Mary Thaï Thi Lac, vice-présidente du PQ

Le PQ souhaite donc « doubler le nombre de point pour l’immigrant qui souhaite s’installer en région », étendre à toutes les régions le programme « un emploi en sol québécois » initié par la Fédération des chambres de commerce (FCC) et qui vise à encourager les personnes déjà installées à Montréal, à partir en région. « Ça date de l’automne dernier, c’est un projet pilote qui marche bien. Déjà, il y a eu 2500 emplois disponibles dans différentes régions du Québec. Mais le problème, ce programme ne s’applique pas dans certaines régions, nous allons le pérenniser et l’étendre dans toutes les autres régions où le programme ne s’applique pas encore », a indiqué M. Gaudreault, tout en annonçant l’ouverture des bureaux du ministère de l’Immigration qui ont été fermés dans les régions depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir. « Ce qui est complètement absurde », a-t-il critiqué.

CV cachés pour aider au recrutement des immigrants qualifiés!

Le débat sur l’immigration ne peut épargner toutes ces personnes qui sont déjà surplace au Québec et qui peinent à avoir un emploi dans leur domaine de compétence. Sur la question, le président du Comité de la diversité du PQ et candidat dans Saint-Henri Sainte-Anne, Dieudonné Ella Oyono, pense qu’il y a de « l’espoir ». Présent au Québec depuis 18 ans, cet économiste dit avoir travaillé avec ses diplômes obtenus à l’extérieur du Québec que ce soit au gouvernement ou à la Ville de Montréal. « Les diplômes que j’ai eu à l’extérieur ont été reconnus », a-t-il avoué.

L’idée, ce n’est pas d’offrir des emplois à ceux qui ne les méritent pas mais donner la possibilité d’avoir une entrevue. Au cours de toute ma carrière, ceux qui ont eu la chance d’avoir une entrevue ont été recrutés parce que les gens que le Québec va chercher à l’étranger sont compétents. – Dieudonné Ella Oyono, président du Comité de la diversité au PQ

Néanmoins, M. Oyono reconnaît également que depuis ces 15 dernières années, sous les libéraux, « les gens n’ont même pas la chance d’aller en entrevue, parce qu’on ne reconnaît pas leur diplôme et leur compétence acquise à l’extérieur ». Pire, précise le péquiste de la diversité, on leur exige une expérience québécoise qu’ils n’ont pas. « C’est pour cela, il y a quelques semaines, le Parti québécois a déposé le projet de loi 998. En gros, c’est un problème qui se doit d’être réglé et l’une des façons de le régler, ce sont les CV anonymes », a-t-il fait valoir.

En attendant que les ‘’rêves péquistes’’ se réalisent, ceux qui gouvernent encore le Québec ont dévoilé, mardi 22 mai, la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023. Selon le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, elle résulte d’une vision concertée de l’ensemble des partenaires du marché du travail. La Stratégie annonce plus de 1,3 millions de postes à pouvoir d’ici 10 ans, pour 1,3 milliard de dollars d’investissement sur cinq ans dont près de 400 millions de dollars pour « améliorer la flexibilité et l’agilité des compétences ».

Cette annonce gouvernementale, pour en finir avec la pénurie de main-d’oeuvre, porte à croire que le Québec devra maintenir voire augmenter le nombre d’immigrant a accueilli dans la province. Or, il se trouve que la CAQ et le PQ sont prêts à réduire le taux actuel lorsqu’ils parviendront au pouvoir. Cela dit, le dernier mot le dernier mot reviendra au parti qui aura gagné le scrutin du 1er octobre 2018.

Crédit photo:
Couverture du document: Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023 présentée par le gouvernement québécois
Lire la suite

Moyen-Orient

Après 60 morts et 2500 blessés à Gaza : le Canada se réveille, Trudeau dit non !

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Justin Trudeau / Photo: Dan Toulgoet

Le transfèrement de l’ambassade des Etats-Unis, lundi 14 mai, à Jérusalem, s’est fait dans la douleur. Résultat : 60 morts et environ 2 500 blessés ont été dénombrés côté palestinien. Ce nouveau décor a fait changer la position du Canada qui s’était abstenu de voter la résolution condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre dernier.

La position du Canada avait été critiquée par plusieurs Canadiens et Québécois. C’est un attaché de presse qui avait réagi aux premières heures des heurts survenus lundi dans la bande de Gaza. Au nom du gouvernement canadien, il avait condamné le Hamas pour « son implication dans les violences » survenues à Gaza alors que certains opposants canadiens comme Jagmeet Singh, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), avaient réclamé une enquête indépendante dans les heures qui ont suivi.

Honteusement, le Canada a joint sa voix aux faucons qui appuient les pires exactions de l’État d’Israël

   – Amir Khadir, député Québec solidaire

Tout comme M. Singh, un député de Québec solidaire n’a pas hésité a posté une courte vidéo d’environ trois minutes pour parler d’une une « grande injustice » qui accable le peuple palestinien, avant de critiquer la « position honteuse » du Canada. « Cela fait 60 ans qu’une grande injustice accable le peuple palestinien, un peuple littéralement emprisonné dans une partie de son territoire. Honteusement, le Canada a joint sa voix aux faucons qui appuient les pires exactions de l’État d’Israël », s’est indigné Amir Khadir.

Finalement, c’est Justin Trudeau qui est revenu à la charge. Emboîtant le pas aux dirigeants européens, le premier ministre canadien a dénoncé « la violence, l’incitation à la violence, et l’emploi de force excessive » avant de réclamer une enquête indépendante. « Le Canada réclame qu’une enquête indépendante soit réalisée immédiatement afin d’évaluer la situation sur le terrain, notamment la violence, l’incitation à la violence, et l’emploi de force excessive », a fait valoir M. Trudeau par voie de communiqué.

L’emploi présumé d’une force excessive et de munitions réelles est inexcusable

   – Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Estimant que « l’emploi présumé d’une force excessive et de munitions réelles est inexcusable », le numéro 1 Canadien a indiqué qu’il est impératif d’éclaircir les faits concernant la situation à Gaza. Justin Trudeau a donc proposé la participation du Canada à l’enquête indépendante qu’il a réclamé. « Le Canada est prêt à contribuer à cette enquête. Nous travaillerons de près avec nos partenaires internationaux et au sein d’organismes internationaux afin de répondre à cette grave situation », a-t-il déclaré mercredi.

De son côté, le Conseil de sécurité n’avait pas tardé a exprimé son « indignation et sa tristesse » face à la mort de « civils palestiniens exerçant leur droit à manifester pacifiquement ». L’organe exécutif de l’ONU a même appelé, lundi, à une enquête indépendante sur les événements meurtriers dans la bande de Gaza, mais la Maison-Blanche aurait pesé de tout son poids pour bloquer le communiqué onusien.

Alors que les États-Unis sont résolus à défendre Israël envers et contre tous, cette nouvelle posture du Canada dans le dossier ne serait pas du goût du voisin américain. La crise devient diplomatique; les rappels et renvois d’ambassadeurs se multiplient. Sauf que ni les cris de colère et de joie ni les va-et-vient ne pourront ramener la paix au proche orient. En attendant, ce sont des familles qui en souffrent le martyr.

Crédit photo:
Justin Trudeau / Photo: Dan Toulgoet
Lire la suite

en-avant

X
X
%d blogueurs aiment cette page :