Suivez-nous

Culture

Indivisible, des rêves et des pensées qui s’épanchent

Hanen Hattab

Publié

le

Crédit photo Gaetan Brunelle

Indivisible est une création multidisciplinaire de Nadia Chaney. Elle a été présentée à l’occasion du festival Accès Asie du 10 au 13 mai au Montréal Arts Interculturels.

L’œuvre conjugue la danse, la musique, la lecture d’une prose improvisée et une animation numérique. L’artiste a travaillé avec une composition sonore et des dessins spontanés réalisés auparavant et adaptés à la mise en scène d’Indivisible.

À la recherche de matériaux authentiques, Nadia a conduit le mode d’expression automatique sur scène. Avant de commencer, elle a demandé au public de lui envoyer des petits textes décrivant les pensées qui leurs passent par la tête au moment de la représentation. On pouvait lui faire parvenir le message sur un bout de papier ou par téléphone.

Crédit photo Gaetan Brunelle

Assise un peu en retrait de la scène, l’artiste regardait les danseurs Ynier Cordova Jimenez et Sarahi Proyenza Silveira s’enlacer devant l’écran projetant des illustrations animées fantastiques.

Le duo performait des tableaux créés par le chorégraphe Julio Hong. Leurs corps en tandem épousaient avec naturel et sensualité des mouvements lyriques. Ils formaient un ensemble hybride et mystérieux comme les créatures mythologiques dessinées par Nadia et animées par le réalisateur Eric Bent. Sur l’écran ou sur scène, les figures s’enchaînent en résistant à la narration. On pouvait dès lors tout imaginer à partir d’une ville moderne habitée par des monstres et des hommes incorporant des pans du cosmos.

C’est un hymne au rêve et à l’amour qui se traduit par le débordement de l’imaginaire et l’expression de la jouissance.  

Crédit photo Gaetan Brunelle

Sur le rythme d’une composition inspirée de sons méditatifs les danseurs se séparent et s’éloignent. Mais on ne pouvait que s’attendre au recollement de leurs corps quand ils sont saisis par des micro-spasmes.

La superposition de scénarios, faisant jouer des figures naïves et enchantées, et la chorégraphie soulignait l’espoir avoué de l’œuvre : ne jamais se laisser entraîner par la rupture. La transformation serait selon Nadia le contre-motif de la division.  

Pour rêver ensemble et raccommoder les brèches, l’artiste a rassemblé les confessions intimes et les images intérieures des spectateurs. Par leur syntaxe morcelée, les textes, qu’elle lisait, échappaient à la signifiance, et se dédiaient à la l’indivisible comme chiasme symbolique.

Crédit photo:
Crédit photo Gaetan Brunelle

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Québec : Trophées du numérique pour l’éducation 2018

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droit

L’Université TÉLUQ présente la 2e édition des Trophées du numérique et annonce annonce par la même occasion l’ouverture des participations. Cette compétition ouverte à la francophonie se tient à l’occasion du Colloque de la Communauté pour l’innovation et la recherche sur les technologies dans l’enseignement/apprentissage (CIRTA) et les prix destinés aux gagnants seront remis le 10 octobre 2018.

Toutes les organisations à vocation éducative sont invitées à y participer. Le projet proposé doit allier l’usage de technologies, d’outils ou d’approches numériques avec des objectifs pédagogiques. Le projet doit également permettre, favoriser ou améliorer des démarches d’apprentissage au bénéfice d’apprenants de tous âges et de toutes situations.

« L’Université TÉLUQ est heureuse d’offrir, par cette 2e édition des Trophées du numérique, un lieu de présentation et de valorisation des meilleures pratiques d’apprentissage au bénéfice d’apprenants de tous âges et de toutes situations. L’édition 2016 a permis de mettre en lumière une première fois toute la richesse et la diversité des projets issus autant des milieux de formation des écoles que des entreprises. Aussi, j’invite toutes les personnes se sentant interpellées par cette compétition à participer à grand nombre », déclare Martin Noël, directeur général de l’Université TÉLUQ.

Le numérique au service de l’éducation

Pour sa part, le professeur de l’Université TÉLUQ Patrick Plante, organisateur du colloque de la CIRTA 2018, souligne que « les Trophées du numérique et le colloque sont deux événements qui partagent un grand nombre d’objectifs communs, dont la valorisation de l’innovation technologique au service de la pédagogie ».

Le jury, composé de membres de la recherche universitaire en enseignement et de praticiens du milieu, récompensera les meilleurs projets dans ces catégories : enseignement préscolaire, primaire et secondaire, enseignement collégial et universitaire, formation en entreprise, start-up, innovation pédagogique. Il remettra également le prix Coup de cœur du public.

Rappelons que la TÉLUQ est la seule université francophone en Amérique du Nord à offrir tous ses programmes à distance. Chaque année, près de 20 000 personnes choisissent la flexibilité de l’Université TÉLUQ pour y faire leurs études universitaires, du 1er au 3e cycle.

SOURCE

Université TÉLUQ

Crédit photo:
Photo libre de droit
Lire la suite

Culture

Cinq livres à lire proposés par Bill Gates

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Quand Bill Gates propose des lectures estivales, on est curieux de savoir pour quelles raisons les a t-il choisis. Les bouquins traitent de sujets profonds et se lisent de façon très fluide, dit-il.

D’entrée de jeu, le billionaire confie que ses choix de livres répondent à des questions d’envergures : Parmi lesquelles une en particulier montre un attrait pour les sujets à consonance existentielle. D’où vient l’humanité et où allons-nous? S’interroge-t-il.

Cinq livres commentés sur gatesnotes

Leonardo da Vinci

Photo libre de droits

De Walter Isaacson : Le livre se penche sur ce que peut nous enseigner la vie du génie italien.

Everything Happens for a Reason and Other Lies I’ve Loved

Photo libre de droits

De Kate Bowler: L’auteur est une professeure à l’université Duke. Atteinte du cancer du côlon, elle raconte comment elle est parvenue à prendre sa vie en main avec détermination.

Lincoln in the Bardo

Photo libre de droits

De George Saunders : L’auteur invente une fiction à partir de la vie d’Abraham Lincoln. L’histoire raconte une conversation entre 166 fantômes parmi lesquels le fils décédé du fameux président américain.

Origin Story: A Big History of Everything

Photo libre de droits

De David Christian : L’auteur invente un nouveau concept historique appellé Big history. Il propose d’imaginer un récit qui raconte l’histoire de l’univers depuis son début jusqu’à sa fin. Il s’agit d’une approche qui permet selon Christian de questionner le destin de l’humanité.

Factfulness

Photo libre de droits

De Hans Rosling, Ola Rosling et Anna Rosling Ronnlund : Sur un ton positif, le livre explique pourquoi nous ne devons pas se fier aux informations relayées par les médias et les autres sources qui tentent de dévoiler et déchiffrer le monde à partir de leurs propres points de vue.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

Culture

Juin : notre sélection de spectacles

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Musique

Quelque part mon jardin 

9 juin, 20h à L’Usine C

collectif9 et Architek Percussion se réunissent pour la première fois pour présenter un spectacle de percussion, poésie contemporaine et vidéo.

« Quelque part, mon jardin est une réflexion sur les multiples facettes de nos connexions à un lieu ou à une communauté. Cette création explore les concepts de frontières, de lieu et de sentiment d’appartenance : notre sens malléable du chez-soi, nos voyages de et vers ces endroits où nous revenons toujours, ainsi que les éléments de communication entre les personnes et les lieux. »

Billetterie et informations

Danse

Solo 70 

Du 1e au 3 juin à l’Agora de la danse

Il danse encore et l’œuvre qu’il interprète avec Étienne Pilon célèbre cette volonté de continuer à danser. À l’âge de 70 ans, le chorégraphe Paul-André Fortier se déchaîne sur la guitare punk de Jackie Gallant. Solo 70 est une création de Fortier Danse-Création.

Billetterie et informations

Théâtre

Autour du Lactume

Le, 1e, 2, 3 et 4 juin à La Chapelle Scènes contemporaines

Le titre de l’œuvre invite à y voir un hommage à Réjean Ducharme. On pénètre l’univers de l’écrivain à travers son dernier manuscrit. « Le Lactume, 198 dessins accompagnés de très ducharmiennes légendes, envoyés à un éditeur en 1966, oubliés, redonnés à l’auteur en 2001, puis édités en 2017. Intact : le Ducharme libre et fou de ses 23 ans, dessinant et commentant ses révoltes, constats et rêveries au cœur d’un Québec en pleine révolution. »

Billetterie et informations

Cinéma

FIFF : soirée de courts métrages

Le 6 juin au centre Phi

Le centre présente une sélection de six courts dans le cadre du Festival international du film francophone de Namur. Les films seront introduits par Nicole Gillet, déléguée générale du FIFF Namur et Emanuelle Beaugrand Champagne, consultante en scénarisation.

Billetterie et informations

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

en-avant

X
X