Suivez-nous

Actualités

Interview avec Robin Campillo, Nahuel Perez Biskarios et Arnaud Valois pour le film 120 Battements par minute !

Quitterie HERVOUET

Publié

le

120 BPM
Credit photo: Celine Nieszawer

L’équipe de 120 Battements par minute était à Toronto à l’occasion du TIFF. Gagnant du grand Prix au festival de Cannes et représentant de la France dans la course à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, le film raconte le combat et les actions, dans les années 90, des militants d’ACT UP Paris, une association de lutte contre le SIDA.
Rencontre avec le réalisateur, Robin Campillo, et les deux acteurs principaux, Nahuel Perez Biskarios et Arnaud Valois.
Sortie sur les écrans canadiens le 13 octobre.

Quitterie Hervouet – Pourquoi avoir fait le film maintenant ?

Robin Campillo – j’ai fait le film quand j’ai pu, en fait. Pour moi, cela a toujours été quelque chose que je désirais faire, un film sur le SIDA, sachant que ce n’est pas un sujet de cinéma en soi. L’épidémie commence quand je suis réalisateur, je rentre à l’IDHEC (actuelle Fémis). Très vite, il y a une espèce de hiatus, enfin quelque chose de très fort qui se produit entre le fait que je veux commencer à faire du cinéma et le fait que cette épidémie commence, et par la peur quelle crée chez le jeune homosexuel que je suis à l’époque. Ça produit quelque chose qui m’empêche de me projeter dans le cinéma, voir même dans ma vie en général, parce que je suis persuadé que je vais mourir de cette maladie et que donc, je suis incapable de me projeter dans un avenir. Et, il se trouve que je me suis posé cette question « du traitement de la maladie », parce que le cinéma que j’adorais, la nouvelle vague ne traitait pas de ce sujet. Je me suis rendue compte qu’elle était inopérante. A une exception près, il y a un film qui parle de la maladie dans la nouvelle vague, c’est le film d’Agnès Varda qui s’appelle Cléo de 5 à 7 : l’histoire d’une femme qui attend de 5 à 7 de savoir si elle a un cancer et si elle doit commencer des rayons. Un film qui est assez proche de ce que je ressentais à l’époque. Et c’est assez étonnant car j’y ai pensé juste dernièrement. En 92, 10 ans après le début de l’épidémie, je rentre à ACT UP, et c’est un moment libérateur pour moi car le fait qu’on se retrouve et qu’on lutte ensemble, cela me permet de me réinventer. Après, je reviens au cinéma grâce à Laurent Cantet (NDRL – réalisateur d’Entre les murs, palm d’or à Cannes). Mais, pendant tout ce temps, je n’arrive pas à voir ce que je peux faire, et sauf qu’au bout d’un moment, je m’aperçois que ACT UP, c’était devenu comme des lunettes que j’avais sur le nez et qui me permettaient de voir la réalité d’une certaine manière. Cela m’avait tellement formé intellectuellement, émotionnellement, sentimentalement, même que je ne me rendais plus compte que j’avais le sujet de mon film devant les yeux, mais que je n’avais pas encore réussi à en faire un objet. J’ai mis du temps à m’apercevoir de cette évidence. C’est assez récemment que je me suis rendu compte que je devais parler de ce moment libérateur, collectif, de la solitude de la maladie, de tout ce truc là qui me pesait trop. Je trouvais que c’était plus important de parler de ça.

QH – C’est un film de fiction. Pourquoi ne pas avoir voulu raconter votre histoire ?

RC – En fait, j’ai tout vécu dans le film, à peu près. Tout est réel mais tout est redistribué. Les personnages ne sont pas cohérents, parce qu’en fait, au lieu de trouver un sens à ce qui c’était produit, j’ai essayé de dégager une perspective. Déjà, mettre les choses un peu dans l’ordre pour voir ce que ça produit. Le film est un peu expérimental, dans le sens où la fiction permet d’interroger l’ordre des choses. Cela remet les choses dans une espèce d’ordre hypothétique qui permet de comprendre ou pas certains événements. Je considère qu’en réalité, le réel reste comme une métaphore de lui-même. En fait, pour moi, il n’y a pas tellement de différence. Je considère que tout est fiction. Les souvenirs sont de la fiction, les souvenirs sont une ré-interprétation du réel, ce qui fait que l’on n’est plus du tout dans le réel. C’est toujours de la fiction, parce que ce qui crée de la fiction, pour moi, c’est la manière dont j’ordonne les choses. Et j’essaie de leur donner encore une fois, un sens dans le sens sensation, leur trouver un ordre, une direction. Effectivement, quand on ré-interprète les choses, c’est qu’on leur donne une vie nouvelle et c’est beaucoup plus intéressant que de coller à la réalité de l’époque.

120-BPM

120 Battements par minute/ Credit: Les-Films-de-Pierre

QH – C’est un film qui a un sujet assez difficile. Avez-vous eu l’impression de revivre ce que vous avez vécu en tournant ce film et en l’écrivant également?

RC – Ça a été plus dur à écrire qu’autre chose. Le cinéma a cette vertu de faire peser, sur les autres, les choses qu’on portait en soi. Donc, en fait, il faut extérioriser et laisser les autres envahir le film. En réalité, concernant la question de l’émotion, c’est impossible d’être en face des comédiens et de porter soi-même cette émotion, parce que l’on n’est pas censé, en tant que réalisateur, porter cette émotion. Je suis censé l’observer. Si j’ai attendu aussi longtemps, c’est d’une certaine manière, le fait d’avoir la possibilité de ne pas être complètement envahi par l’émotion et plutôt être envahi par les autres et que les autres soient porteurs de cette émotion. Et en plus, moi, je me souviens de la jubilation du groupe. C’était assez joyeux, malgré cette période assez dur. Après sur le tournage, il y a eu des moments moins durs par rapport à ça. En réalité sur le tournage, on est tellement sur des choses techniques, c’est très pragmatique un tournage. C’est ça que j’aime au fond, on observe les émotions des autres et les sensations que procure les autres. On est protégé par le fait que ça passe par d’autres. Je suis extérieur et je me dis heureusement que je ne suis plus dans leur situation. Comme dans l’Exorciste, il y a quelque chose de cet ordre-là, de la passation de la malédiction.

QH – Ce sont des personnages de fiction, mais ils auraient pu quand même exister. Qu’est-ce que ça vous fait en tant qu’acteur d’interpréter des personnages aussi sensibles, aussi vivants?

Nahuel Perez Biskarios – Moi, je n’ai jamais le poids de l’histoire quand je joue, sinon je ne peux pas jouer. Pour rebondir sur le fait que c’était des personnages de l’époque qui avaient existé, je ne pense pas à ça, en fait. Ce que l’on a créé c’était très contemporain. C’était vraiment dans le présent. Je ne vois pas du tout la question de l’époque. Donner une voix au malade, c’était très fort parce que tous ce que les personnages font dans le film part d’un endroit très intime, du coup, on avait une force qu’il fallait plutôt mesurer parce que c’était vraiment comme un volcan. Moi, je sentais qu’on avait tellement de quantité, de matière pour travailler que c’était toujours grâce à Robin, qui savait mesurer les choses, pour qu’on respire quelque chose sans exploser. Chez moi, tout le tournage a été rempli d’une énergie qui était très enrichissante, et dans laquelle on pouvait puiser.

Arnaud Valois – Moi, c’est un peu différent car le personnage arrive dans l’association et il n’est pas malade. Vraiment moi, j’ai construit le personnage avec Robin tout au long du tournage au fur et à mesure, il se remplit, il écoute, il grandit. Comme on a tourné en ordre chronologique, ce fut assez facile pour moi.

RC – Et justement sur la question de l’incarnation, vous voyez que ce sont deux garçons qui ont une personnalité différente. Et en fait, sur la question de reproduire des gens de l’époque, ce que je dis souvent, c’est que je n’ai pas voulu faire un film d’époque. Je n’ai pas voulu filmer des fantômes, mais j’ai voulu redonner un présent à des gens. J’en ai fini avec l’idée précise de ce que je veux des personnages. Pour moi, les personnages, c’est le tournage qui me les révèle. Je n’ai pas d’opinion sur les personnages parce qu’au fond, les personnages sont plus que ce que j’imaginais. Heureusement que le cinéma c’est ça, c’est qu’on apprend à construire en faisant le film et parfois même, on retourne parce qu’on s’aperçoit qu’on était à côté de la plaque. Dès qu’on fait du casting, on cherche les gens, moi j’essaie de regarder les gens. Et le personnage se trouve à mi-chemin entre ce que j’avais imaginé et ce que sont les acteurs. Les acteurs de composition absolue, ça n’existe pas, je crois vraiment que c’est une rêverie cette chose-là. En fait, j’essaye que l’on se retrouve à la frontière entre le scénario, mon idée, et ce que eux sont ; ce qui permet à eux et à moi de respirer. Cela me fait respirer car ce n’est pas exactement ce que j’imaginais et notamment le personnage de Nathan, annoncé comme quelqu’un de très posé. Moi, j’imaginais un type plus maladroit, mais il se trouve que le fait qu’il soit posé est une forme de maladresse, une manière de se protéger de ce qu’il est en train de vivre. Ce qui fait qu’au fur à mesure du tournage, il y a une scène où il essaye de fouiller dans son sac, et est en train de compter le nombre de poches dans le train qui l’a emmené. Et moi, je pensais que ça devait être beaucoup plus maladroit que ça et en fait non, c’est mieux parce qu’on sent beaucoup plus la panique chez quelqu’un qui est plutôt dans le contrôle que dans quelqu’un qui serait plus paniqué. Ça serait trop simple. Quand ce personnage qui est très ordonné craque à la fin parce qu’il a fait comme il fallait, comme un bon petit soldat, quand il explose ça a un prix. Il y a un contraste très très fort sur le personnage. C’est donc comme ça qu’on construit. Mais ça, je l’ai compris en milieu de tournage. Vous voyez, on invente. Ce qui fait que pour tout le monde, c’est un « work in progress ». Tout le monde est un peu inquiet mais tout le monde est un peu rassuré parce que l’autre est dans la même merde.

AV – Tous dans le même bateau.

RC – C’est un peu ça

120-BPM

Credit: Céline Nieszawer

QH – Y a t-il une scène qui vous a marqué en la tournant ou en l’écrivant ? Peut-être la scène ou l’un des personnages meurt ?

RC – Moi en l’écrivant, il y a plein de trucs qui m’ont ému. Il y avait des trucs très très durs. Il y a la grande scène de l’hôpital quand Thibault (NDRL – Antoine Reinartz) se dispute avec lui ; et et la scène où ils ont du sexe ensemble. Ça s’est révélé assez miraculeux sur le tournage parce que moi, je ne peux pas aider les acteurs, comme quand quelqu’un meurt, on ne peut pas l’accompagner jusqu’au bout. Il y a un moment, mes acteurs, ils font ce qu’ils peuvent et moi je les filme, le moment après avoir joui où il y a un moment de soulagement, où il se met un peu à rire, mais il a des larmes et lui aussi etc… il y a un truc qui se produisait sur la question, c’est un soulagement très très éphémère et que ça… évidemment, j’ai un peu dirigé, mais ça se produit sur le moment. C’est un truc, c’est assez miraculeux et après, on est content de voir les rushs et que ça a été enregistrés. Je ne sais plus quel réalisateur disait « un film, c’est un documentaire sur des comédiens » et moi, je crois beaucoup à ce truc là.

NPB – par rapport à cette scène, on peut dire que c’était un soulagement pour nous.

AV – Exactement. On s’en faisait tout un monde, mais finalement, ça s’est fait en deux heures.

NPB – Oui, c’est ultra nécessaire.

RC – Il faut imaginer que ce genre de scène, si vous la faites dix fois, ça ne marchera pas plus. Soit, ça vient dans les deux premières prises, soit, c’est pas la peine parce que les autres scènes, on peut les reprendre vraiment, mais ce genre de scène où il y a vraiment une incarnation très forte, une émotion à fleur de peau etc.., quand il craque, quand il découvre le corps, vous ne pouvez pas faire les choses 10 fois, ce n’est pas possible. Donc, là pour le coup, ce n’est pas très grave qu’il y ai une urgence à tourner assez vite etc.. parce que cela met les gens dans un état de survie très très fort.

Crédit photo:
Credit photo: Celine Nieszawer
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

L’immigration au Québec, le PQ dévoile sa stratégie pour passer de l’échec au succès

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Couverture du document: Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023 présentée par le gouvernement québécois

Une semaine après la Coalition avenir Québec (CAQ), c’était au tour du Parti Québécois (PQ) de mettre les pieds dans le plat de l’immigration. Mardi, en direct de la permanence du parti à Montréal, les péquistes ont présenté leur stratégie « Pour passer vraiment de l’échec au succès ». Pendant ce temps, les libéraux n’ont pas chômé. Constamment critiqué au cours de cette conférence du PQ sur leur échec a trouvé des solutions sur la crise de la main-d’œuvre qui secoue le Québec, le gouvernement Couillard a profité pour dévoiler sa Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023.

Pas étonnant que la question de l’immigration continue d’alimenter le débat politique au Québec. À moins de cinq mois de l’élection générale, chaque parti profite de chaque occasion pour se faire de la place. Surtout lorsque le sujet polarise, certains profitent des failles du plan de l’adversaire pour présenter leur solution. Et le Parti québécois estime que les solutions proposées par la Coalition avenir Québec, la semaine dernière, sont « insensées ». En retour, le chef Jean-François Lisée et son équipe ont annoncé avoir des « propositions réalistes et pragmatiques » pour répondre directement aux pénuries d’emplois; pour s’assurer que les candidats à l’immigration disposent d’une connaissance suffisante du français; qu’ils adhèrent aux valeurs et aux lois québécoises.

Libéraux et caquistes : Lisée enfonce le clou !

« Aujourd’hui, on a le grand plaisir de vous présenter le document le plus complet, le plus réfléchi que le Parti québécois présente sur la question de l’immigration. Une question qui est important, essentielle dont les éléments et les variables changent un petit peu. Contrairement aux discussions qu’on pouvait avoir il y a quatre ans, nous sommes en ce moment aux prises avec une pénurie de main d’œuvre notamment dans les régions québécoises. Dans la réflexion que nous devons mener pour la résolution de ses problèmes-là, nous devons nous adapter à cette nouvelle problématique tout en ayant en tête le succès du parcours de chaque nouveau québécois ainsi que le succès du français comme langue officielle et commune des québécois », a déclaré d’entrée de jeu, M. Lisée.

Notre solution à nous, elle est pragmatique, elle est réaliste, elle ne dépend pas de l’avis du gouvernement fédéral. Elle dépend entièrement de notre capacité d’agir pour le français, notre capacité d’agir pour les régions, notre capacité d’agir pour assurer le succès de chaque immigrant qu’on reçoit.

   – Jean-François Lisée, chef du PQ

Selon lui, les propositions de son parti « pour vraiment passer de l’échec aux succès », sont un ‘’contraste énorme’’ entre un bilan de 15 ans de gouvernement libéral qui a « échoué à répondre aux besoins de main d’œuvre en région, échoué à retenir les nouveaux Québécois ». « Le gouvernement libéral a échoué aussi à sélectionner les immigrants francophones, son objectif c’est d’avoir seulement 15% des travailleurs qualifiés qui ne connaissent pas le français. Or, il y en a plus de 40% qui ne le connaissent pas. Et au total dans l’immigration québécoise, il y a 60% des nouveaux arrivants qui ne connaissent pas le français au point d’entrée. Comme vous le savez, seulement une minorité d’entre eux prennent des cours de francisation et 90% de ceux qui prennent les cours de francisation échouent », a-t-il affirmé.

La ‘’voie rapide’’ pour l’obtention du CSQ…

Enfonçant le clou, le chef péquiste croit savoir que la solution n’est pas de faire venir 50 000 ou 55 000 immigrants chaque année au Québec. Car, a-t-il déploré, « on a beau en faire venir 50 000 ou 55 000, si le tiers ou la moitié quitte après quelques années, c’est un échec complet pour la société d’accueil et pour ces candidats à l’immigration ». Pour Jean-François Lisée, la proposition de la CAQ en la matière est « irréalisable » puisqu’il repose entièrement sur la volonté d’un autre gouvernement du Canada de créer une nouvelle catégorie d’immigrant temporaire de trois ans qui, après, pourrait devenir sans statut s’il ne passe pas un des trois tests de la CAQ. « C’est un programme qui ne se réalisera jamais. S’il se réalisait, ça empirerait la situation notamment du français », a laissé entendre M. Lisée.

Ainsi, le Parti québécois se propose d’améliorer la régionalisation de l’immigration et faire en sorte que 25% des nouveaux Québécois puissent s’installent en région si le PQ gagne l’élection du 1er octobre prochain. A cet effet, les péquistes entendent utiliser la ‘’voie rapide’’ qui existe déjà pour sélectionner des travailleurs temporaires.

Stratégie en région, face au vieillissement de la population !

« On considère que la voie la plus facile pour sélectionner des gens qui répondent à nos besoins en main d’œuvre ici au Québec, c’est en passant directement par les employeurs. Les employeurs sélectionnent déjà aujourd’hui des travailleurs temporaires et grâce au Programme pour une expérience québécoise (PEC). Ce programme a fait ses preuves, on souhaite le rendre permanent pour être en mesure de répondre aux besoins en main d’œuvre », a annoncé la députée péquiste Catherine Fournier, également porte-parole du parti en matière de diversité.

Le principe du programme qui est la voie rapide pour l’obtention d’un CSQ, on souhaite également l’appliqué pour les étudiants étrangers de sorte que quelqu’un qui voudrait rester au Québec après ses études puissent obtenir plus rapidement son CSQ, parce que quand ça prend trop de temps, ça décourage et la personne peut finalement retourner dans son pays d’origine. Alors nous on souhaite garder ces talents chez nous. 

   – Catherine Fournier, députée péquiste

Abordant la question démographique, notamment le vieillissement de la population confronté à la pénurie de main-d’œuvre dans les régions, le porte-parole péquiste en matière de développement des régions et de décentralisation, Sylvain Gaudreault, a dénoncé le faible nombre de point accordé aux immigrants qui envisagent s’installer au Québec. « C’est une aberration de constater aujourd’hui que 90% de l’immigration s’installent dans la grande région métropolitaine et que dans la grille de sélection actuelle un immigrant qui veut travailler en région reçoit seulement deux points de plus sur les 99 points que s’il dit qu’un emploi est valable pour lui à Montréal ».

J’ai immigré de l’Asie, je suis née pendant la guerre du Vietnam. Il y a une quarantaine d’année que je suis au Québec. À mon arrivée, j’ai été adoptée par une famille qui était en région, en Montérégie. J’ai fait mes études à Rimouski, j’ai fait toute ma carrière en région. Ma municipalité où je travaille en ce moment, sur 6 employés il y a 3 qui sont issus de l’immigration et ils sont à des postes assez stratégiques.

   – Ève-Mary Thaï Thi Lac, vice-présidente du PQ

Le PQ souhaite donc « doubler le nombre de point pour l’immigrant qui souhaite s’installer en région », étendre à toutes les régions le programme « un emploi en sol québécois » initié par la Fédération des chambres de commerce (FCC) et qui vise à encourager les personnes déjà installées à Montréal, à partir en région. « Ça date de l’automne dernier, c’est un projet pilote qui marche bien. Déjà, il y a eu 2500 emplois disponibles dans différentes régions du Québec. Mais le problème, ce programme ne s’applique pas dans certaines régions, nous allons le pérenniser et l’étendre dans toutes les autres régions où le programme ne s’applique pas encore », a indiqué M. Gaudreault, tout en annonçant l’ouverture des bureaux du ministère de l’Immigration qui ont été fermés dans les régions depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir. « Ce qui est complètement absurde », a-t-il critiqué.

CV cachés pour aider au recrutement des immigrants qualifiés!

Le débat sur l’immigration ne peut épargner toutes ces personnes qui sont déjà surplace au Québec et qui peinent à avoir un emploi dans leur domaine de compétence. Sur la question, le président du Comité de la diversité du PQ et candidat dans Saint-Henri Sainte-Anne, Dieudonné Ella Oyono, pense qu’il y a de « l’espoir ». Présent au Québec depuis 18 ans, cet économiste dit avoir travaillé avec ses diplômes obtenus à l’extérieur du Québec que ce soit au gouvernement ou à la Ville de Montréal. « Les diplômes que j’ai eu à l’extérieur ont été reconnus », a-t-il avoué.

L’idée, ce n’est pas d’offrir des emplois à ceux qui ne les méritent pas mais donner la possibilité d’avoir une entrevue. Au cours de toute ma carrière, ceux qui ont eu la chance d’avoir une entrevue ont été recrutés parce que les gens que le Québec va chercher à l’étranger sont compétents. – Dieudonné Ella Oyono, président du Comité de la diversité au PQ

Néanmoins, M. Oyono reconnaît également que depuis ces 15 dernières années, sous les libéraux, « les gens n’ont même pas la chance d’aller en entrevue, parce qu’on ne reconnaît pas leur diplôme et leur compétence acquise à l’extérieur ». Pire, précise le péquiste de la diversité, on leur exige une expérience québécoise qu’ils n’ont pas. « C’est pour cela, il y a quelques semaines, le Parti québécois a déposé le projet de loi 998. En gros, c’est un problème qui se doit d’être réglé et l’une des façons de le régler, ce sont les CV anonymes », a-t-il fait valoir.

En attendant que les ‘’rêves péquistes’’ se réalisent, ceux qui gouvernent encore le Québec ont dévoilé, mardi 22 mai, la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023. Selon le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, elle résulte d’une vision concertée de l’ensemble des partenaires du marché du travail. La Stratégie annonce plus de 1,3 millions de postes à pouvoir d’ici 10 ans, pour 1,3 milliard de dollars d’investissement sur cinq ans dont près de 400 millions de dollars pour « améliorer la flexibilité et l’agilité des compétences ».

Cette annonce gouvernementale, pour en finir avec la pénurie de main-d’oeuvre, porte à croire que le Québec devra maintenir voire augmenter le nombre d’immigrant a accueilli dans la province. Or, il se trouve que la CAQ et le PQ sont prêts à réduire le taux actuel lorsqu’ils parviendront au pouvoir. Cela dit, le dernier mot le dernier mot reviendra au parti qui aura gagné le scrutin du 1er octobre 2018.

Crédit photo:
Couverture du document: Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023 présentée par le gouvernement québécois
Lire la suite

Actualités

Montréal mise sur un groupe de leaders pour attirer les congrès internationaux

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Palais des congrès de Montréal (Groupe CNW/Palais des congrès de Montréal)

La mission du groupe sera d’établir des liens avec des influenceurs qui contribueront activement à confirmer des congrès internationaux d’envergure à Montréal, au Palais des congrès.

Un prestigieux comité d’experts a été réuni, le 3 mai, par le Palais des congrès de Montréal. Ce groupe de leaders représentent huit des principaux secteurs d’activités de la métropole au sein du nouveau Comité stratégique multisectoriel.

Ce prestigieux comité d’experts regroupe les membres suivants :

  • Frank Béraud, président-directeur général de Montréal InVivo
  • Mathieu Charbonneau, directeur général de CargoM
  • James J. Clark, professeur au département de génie électrique de l’Université McGill
  • Fabrice Labeau, premier vice-principal exécutif adjoint intérimaire – études et vie étudiante – à l’Université McGill
  • Marie Larue, présidente-directrice générale de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Maryse Lassonde, directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies
  • Serge Marchand, directeur scientifique du Fonds de recherche du Québec – Santé
  • Louise Poissant, directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec – Société et culture

Selon le classement publié par l’International Congress and Convention Association, Montréal accueille le plus grand nombre d’événements internationaux en Amérique du Nord.

  Un prestigieux comité stratégique multisectoriel est mis en place  (Groupe CNW/Palais des congrès de Montréal)

Ces dirigeants de haut niveau deviennent ainsi des collaborateurs d’une grande importance dans l’identification d’un chercheur, d’un scientifique ou d’un influenceur du monde des affaires qui pourrait faire la différence dans les discussions entourant le choix de la destination du prochain congrès d’une association internationale ciblée.

Montréal est reconnue comme une grande ville internationale de savoir et attire des congrès internationaux qui permettent aux chercheurs et spécialistes d’ici d’échanger avec leurs pairs venus de tous les continents. Le Palais des congrès de Montréal travaille en très étroite collaboration avec ses Ambassadeurs et partenaires afin de valoriser les grands secteurs de l’économie montréalaise et québécoise.

Par ailleurs, finaliste au prix du Meilleur centre de congrès au monde (AIPC) et détenteur de la plus importante certification mondiale de l’industrie en normes de qualité, le Palais des congrès de Montréal possède tous les atouts nécessaires pour recevoir des congrès majeurs avec le professionnalisme et la créativité qui caractérisent la métropole.

Crédit photo:
Palais des congrès de Montréal (Groupe CNW/Palais des congrès de Montréal)
Lire la suite

Actualités

Économie collaborative – les failles du modèle québécois

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Baba I. Fofana/Avant-Première MTL

À l’image de Uber et Airbnb, les plateformes collaboratives tentent de révolutionner le modèle capitaliste dans le monde. Le Québec entend se positionner comme un « acteur majeur » dans le modèle d’économie de partage avec ses coopératives, mais la province peine à se définir. Résultat : le terme « économie collaborative » est utilisé à toutes les sauces par les médias et les start-ups. Pour comprendre, Espaces temps a accueilli, vendredi 4 mai, dans le Mile End, un panel dans le cadre de ses rendez-vous mensuels Matinées numériques Montréal.

« Lorsqu’on demande aux gens s’ils sont prêts pour l’innovation tout le monde répond oui. Mais la bonne question serait de demander jusqu’où les gens sont prêts à tolérer des bouleversements dans la société? », s’est voulu plus concret l’entrepreneur social Guillaume Lavoie, fondateur de Mission Leadership Québec et du Collège néo-classique.

Selon M. Lavoie qui a développé le premier cours au Canada sur l’économie collaborative et les politiques publiques [qu’il enseigne à l’ÉNAP], les sociétés les plus innovantes sont appelées à vivre avec les bouleversements en permanence. Si Uber et Airbnb sont des plateformes collaboratives qui font « peur » de plus en plus, « c’est parce que leur modèle d’affaire bouleverse ».

La vérité, aujourd’hui, c’est que la France est l’endroit dans le monde le plus favorable à l’émergence des startups collaboratives. Ils se sont développé une zone de tolérance. Cela fait prendre conscience au Québec (..).  – Guillaume Lavoie, président du Groupe de travail sur l’économie collaborative (GTEC)

Pour Guillaume Lavoie, il n’y a pas de définition définitive en économie collaborative, ni de définition partagée en économie de partage. Le mot partage, selon lui, est fort. Et là-dessus, rappelle-t-il, le débat a dérapé au Québec, parce que parler de partage fait penser à communautaire, à sans but lucratif, à valeur sociale, à égalité. « Or, partage ne veut pas dire ‘’gentil’’, ça ne veut pas dire ‘’égalitaire’’, ça ne veut pas non plus dire ‘’équitable’’ », a précisé l’expert qui présidente également le Groupe de travail sur l’économie collaborative (GTEC) créé par le gouvernement du Québec.

Selon M. Lavoie, le 2è actif des familles québécoises ne sert à rien 85% du temps. Photo: Baba I. Fofana/Avant-Première MTL

M. Lavoie croit savoir que ce n’est pas le modèle économique qui manque au Québec. Mais, dit-il, il y a trois freins importants, « profondément engagés » dans la société. Le premier blocage se situe au niveau du manque de financement parce que l’actif n’est pas visible lorsqu’on parle de plateforme collaborative. Déplorant la mauvaise compréhension modèle collaboratif par le secteur financier, il souligne que plusieurs « champions québécois » s’en vont s’installer à San Francisco pour bénéficier de millions de dollars en financement. « Et ça fonctionne très bien là-bas parce qu’ils ont une culture de l’économie collaborative ».

Les plateformes collaboratives nous apportent un choix supplémentaire, très souvent environnemental au regard de la productivité de nos actifs. – Yves Boulet, directeur Projets stratégiques CDRQ

Le deuxième frein serait l’absence de partenaire assureur. D’après M. Lavoie, sans partenaire assureur, il n’y a pas d’économie collaborative. « Ce qui est surprenant, dira-t-il, c’est que le Québec est une terre de grande compagnie d’assurance ». Il cite alors la MAIF, une société d’assurance mutuelle française, comme la meilleure compagnie d’assurance au monde pour l’économie collaborative.

Le troisième frein a levé pour l’émergence des plateformes d’économie collaborative au Québec est d’ordre règlementaire. En la matière, Guillaume Lavoie note qu’il y a un travail à faire. Car pour lui, on ne peut pas appliquer une même loi sur l’économie en général et la transférée à l’économie collaborative. Tout comme il serait impossible, selon lui, d’appliquer la réglementation du taxi à Uber parce qu’il y a un qui présente une offre fermée et l’autre une offre ouverte. « Il faut réglementer les deux. Mais n’oublions jamais que le contexte réglementaire très sévère, flou ou hostile, n’est pas un frein pour les gros joueurs mais pour les jeunes pousses qui ne seront pas capables de pénétrer le marché », a prévenu l’entrepreneur social engagé.

Au dire de M. Lavoie, il faut prendre conscience qu’il est impossible d’encadrer quelque chose qu’on n’est pas prêt à permettre. À l’inverse, poursuit-il, ce serait irresponsable de permettre une pratique sans être capable de l’encadrer.

« On n’investit pas dans ce qu’on comprend mal, on n’assure pas ce qu’on ne comprend pas. Réglementer quelque chose qu’on comprend mal, ça donne de très mauvais résultats ».

Selon lui la promesse générale de l’économie collaborative, c’est de voir une entreprise, une ville être plus productive, plus durable et plus entrepreneuriale. « Productivité, développement durable, entrepreneuriat, ça m’apparaît trois axes ou le Québec peut mieux faire », dit Guillaume Lavoie.

À l’en croire, “le deuxième actif des familles québécoises ne sert à rien 85% du temps”. Il encourage les Québécois à maximiser le potentiel réel des actifs qui existent : les matériels roulants, les outils, les meubles etc.

« À la maison, 85% de tout ce qu’on possède nous sert moins d’une fois par mois. Nous sommes une société magnifiquement productrice et très pauvrement productive. Tous les jours au Québec, dans chaque période de 24h, il y a 25 millions de sièges de voitures vident en mouvement. À Montréal, c’est 15 millions de sièges vident dans une journée », a révélé l’expert en économie collaborative. 

Productivité, développement durable, entrepreneuriat : trois axes ou le Québec peut mieux faire !

Pour sa part, le directeur Projets stratégiques pour la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ), Yves Boulet, se dit tout à fait d’accord sur l’amélioration de la productivité dans une perspective économique des plateformes collaboratives. Il souligne que « les plateformes collaboratives nous apportent un choix supplémentaire, très souvent environnemental au regard de la productivité de nos actifs ».

M. Boulet soutient que Montréal pourrait devenir un « choix majeur » dans ce type d’économie si la province mise sur la dynamique des coopératives.» Il relève à cet effet qu’au cours des cinq dernières années, « la coopération » a eu une augmentation de son chiffre d’affaire de 20% plus élevé que la croissance du PIB. « Au Québec, on a une présence relativement forte et structurée en matière de coopérative. Le mouvement coopératif est très dynamique. (..) Montréal est une ville dynamique et il y a une masse de chercheurs en intelligence artificielle », fait-il valoir.

Plateformes collaboratives, en attendant une compréhension collective au Québec

Le Québec veut s’inspirer du modèle d’économie collaborative français. Photo: Baba I. Fofana/Avant-Première MTL

En même temps, Yves Boulet qui a été qui a été l’un des instigateurs du Laboratoire d’économie coopérative et collaborative à Maison de la coopération de Montréal, souligne une réalité. « Des études démontrent assez clairement qu’une coopérative après son démarrage a un taux de survie [après trois ans, cinq ans, 10 ans] nettement supérieur aux entreprises en général. Cependant, a-t-il indiqué, ce serait limitatif si on ne pense pas à sur le long terme, si on reste dans le partage sans utiliser des plateformes collaboratives ».

De son côté, Guillaume Lavoie ne démord pas en disant que « les coopératives ont encore du chemin à faire ». Mais l’expert se montre quand même optimiste. « Ce ne sont pas des freins pour toujours, c’est là où je vois tranquillement un changement de culture. Plus on va augmenter notre compréhension collective sur le fonctionnement de l’économie collaborative au Québec, plus tous les morceaux vont bien s’aligner ».

Crédit photo:
Baba I. Fofana/Avant-Première MTL
Lire la suite

en-avant

X
X