Suivez-nous

Actualités

INTERVIEW: Nadeau-Dubois, « Je n’ai pas volé ma place »

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Crédit: Avant Première MTL

Dans cette grande interview que Gabriel Nadeau-Dubois a accordé à Avant-Première Montréal, le député de Gouin ( 27 ans) n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour asséner ses vérités. Le porte-parole masculin de Québec solidaire aborde toutes les questions politiques, économiques et sociales sans faux-fuyant. 

Morceaux choisis…

Baba-Idriss Fofana : Qu’est-ce qui vous a emmené en politique ?

Gabriel Nadeau-Dubois : Je dirais une longue réflexion. Après 2012, je me suis rendu compte qu’il y avait un vide politique au Québec. Et qu’il y avait énormément de gens qui étaient tannés des vieux partis politiques, qui avaient envie d’une alternative. À ce moment-là, j’ai décidé de lancer la tournée « Il faut qu’on se parle ». Cette tournée m’a inspiré. J’ai réalisé qu’il y avait des problèmes, mais aussi beaucoup d’espoir et que c’était possible de changer les choses. Par la suite, j’ai reçu une lettre de Françoise David qui m’apprenait qu’elle allait démissionner. Elle m’invitait à prendre la relève. Alors que j’étais déjà dans des réflexions, j’ai fini par prendre la décision d’aller en politique.

BIF : Malgré tout, des gens disent que vous êtes un parvenu en politique. Que répondez-vous ?

GND : Je me suis présenté aux élections, face aux citoyennes et citoyens de Gouin. J’ai été le premier à être surpris du niveau de leur appui avec 69% des voix. Moi, j’étais touché quand Françoise m’a invité à prendre la relève. Mais, ce n’est pas Françoise qui m’a élu le 29 mai 2017. Donc, ma place à Québec solidaire, je ne l’ai pas volé ; je l’ai gagné aux élections.

BIF : Vous disiez que s’engager politiquement, c’est aussi prendre des risques. Quels sont les risques que vous avez déjà pris ?

Dans les locaux de Québec solidaire, Rue Ontario E, Montréal. Crédit: Avant Première MTL

GND : Les risques, on en prend tous les jours en politique. À Québec solidaire, on défend des idées, des valeurs qui ne sont pas toujours populaires ; qui souvent, vont à contre-courant ; qui vont à l’encontre des plus grands de notre société. Tout ça, ce sont des risques que Amir Khadir, Manon Massé, moi et les militants de Québec solidaire prenons ; et on va continuer à le faire. Je compte bien être là pour un moment et amener des idées et des propositions qui vont déranger.

BIF : Pensez-vous que la violence est parfois salutaire lorsque vous dites que « quand les lois sont injustes, il faut les désobéir » ?

GND : En démocratie, la violence n’est pas le moyen de faire avancer ses idées ou le projet de société qu’on défend. La désobéissance civile, par contre, a été utilisée dans l’histoire des démocraties à de nombreuses reprises pour faire avancer les droits. Il y a beaucoup de personnes au Québec, aujourd’hui, qui n’auraient pas les droits qu’ils ont, si par le passé des gens n’avaient pas décidé à certains moments de désobéir, de manière pacifique.

BIF : Certains annonçaient la mort de Québec solidaire suite au départ de Françoise David. Avec votre arrivée, peut-on parler de résurrection?

GND : Rires. On a prononcé la mort de QS un peu trop rapidement. C’est sûr que le départ de Françoise a suscité des questions. Et il y a eu la victoire de Manon Massé dans Sainte-Marie Saint-Jacques ; ensuite, il y a eu mon arrivée. Ces moments ont contribué à créer un momentum derrière Québec solidaire. Mais de manière plus fondamentale, ce qui porte QS c’est une vague de fond, qui dépasse de loin le départ de Françoise, la victoire de Manon et mon arrivée ; c’est une vague d’insatisfaction à l’égard des partis politiques traditionnels, de leur vision de la politique au Québec. Notre travail, c’est de convaincre que la bonne alternative, c’est Québec solidaire et non pas un parti comme la CAQ qui propose essentiellement la même vision que la ‘’vision libérale’’ avec un nouveau logo.

BIF : Québec solidaire ne pèse que 7.5% dans la balance électorale. Que faites-vous pour rallier cette majorité silencieuse ?

Gadgets et brochures à l’effigie du parti social-démocrate, souverainiste québécois. Crédit: Avant Première MTL

GND : D’abord, les 7.5% sont les résultats des élections générales de 2014. On est en 2017, et les intentions de vote nous placent davantage autour de 15%. Donc, il y a eu une progression. On a eu une belle victoire dans Gouin à 69% ; on a amélioré un peu notre score dans Louis-Hébert. Québec solidaire est en montée, on a le vent dans les voiles. Ce n’est pas suffisant. On a encore du travail à faire, pour mieux s’adresser aux gens à l’extérieur de Montréal, pour mieux parler d’économie, pour trouver de bonnes candidatures en vue de 2018.

BIF : Cela explique-t-il le rapprochement Québec solidaire-Option nationale ?

GND : L’intérêt de la fusion avec Option nationale c’est moins de faire des mathématiques électorales, d’additionner simplement des votes que de créer un momentum, c’est d’envoyer un message à tous ceux et celles qui aspirent au changement au Québec. C’est de leur dire que dorénavant, il y a un véhicule pour rassembler tous les gens qui veulent transformer le Québec en profondeur et en faire un pays. C’est moins un calcul électoral qu’une alliance politique, pour une nouvelle dynamique politique au Québec.

BIF : Qu’est-ce que Québec solidaire propose concrètement en matière de santé, d’économie, d’immigration, d’éducation que les Libéraux ne sont pas capables de faire ?

GND : En Éducation, les Libéraux, depuis 15 ans, ont coupé des centaines de millions de dollars dans le budget de l’éducation. On parle à peu près d’un milliard de dollars de coupures. On doit cesser de couper et réinvestir dans l’éducation en engageant en priorité des spécialistes pour s’occuper des enfants. Sinon, avec le taux de décrochage scolaire qu’on a, on ne pourra pas relancer le Québec.

             En Santé, une des propositions, c’est la revalorisation des Centres locaux de services communautaires (CLSC), les installer dans tous les quartiers, et ouverts 24 heures /24 et 7 jours /7. Ça veut dire que toutes les familles qui ont besoin d’avoir recours au système de santé rapidement, n’auront plus besoin d’aller à l’urgence pour attendre, faire la file dans une clinique sans rendez-vous, attendre un rendez-vous avec un médecin de famille dans trois semaines.

            En Économie, il y a énormément de travail à faire. La première chose est de renverser la logique libérale actuelle. Il faut passer d’une économie dirigeante à une économie au service des gens. C’est-à-dire, s’assurer que les salaires augmentent, notamment en augmentant le salaire minimum, offrir les meilleures conditions de travail aux gens avec quatre semaines de congé par année, en demandant d’avoir des horaires à l’avance pour permettre la conciliation travail-famille.

           Concernant l’Immigration, les Libéraux ont été très bons dans les dernières décennies pour prétendre défendre les gens issus de communautés culturelles, mais en ne faisant jamais rien. À Québec solidaire, on a des propositions. On doit s’attaquer au chômage dans les communautés immigrantes, où le taux est déconnecté du taux de chômage général. Le gouvernement doit jouer un rôle de leadership et être exemplaire en matière d’intégration. Il y a une sous-représentation des personnes immigrantes dans toutes les nominations au Québec.

BIF : Comment expliquez-vous que le taux de chômage était à son plus bas niveau en juillet 2017 sous les Libéraux, depuis 1976?

GND se voulant « très serein » lors de l’entrevue. Crédit: Avant Première MTL

GND : Il faut faire attention. Le taux de chômage ne dit pas tout, ça ne dit pas la qualité des emplois qui sont créés, ça ne dit pas s’il y a des emplois qui permettent aux gens de vivre au-dessus du seuil de pauvreté. C’est bien beau d’avoir un bon taux de chômage. Mais si les gens restent pauvres, on n’est pas très avancé. Économiquement, le fait que les gens travaillent avec des salaires qui ne leurs permettent pas de répondre à leurs besoins cela est un frein au développement. Alors que si on augmente, par exemple, le salaire minimum à 15 $ l’heure, on redonne du pouvoir d’achat aux gens. Avec cet argent, ils pourront le dépenser dans leur commerce local.

BIF : Est-ce que vous avez évalué les conséquences d’un salaire minimum à 15 $ l’heure?

GND : L’augmentation du salaire minimum doit se faire de manière progressive, sur plusieurs années. Il faut le faire en accompagnant également les PME qui pourraient vivre difficilement en augmentant le salaire minimum à 15 $ l’heure ; en s’assurant que la transition se fasse bien. Deuxième chose, il faut le dire, dans tous les endroits où on a prévu une catastrophe économique en augmentant le salaire minimum, cette catastrophe ne s’est jamais produite. Au contraire, dans plusieurs endroits, cela a eu des effets positifs sur l’économie. Pourquoi ? Parce que lorsqu’on augmente le pouvoir d’achat des gens en bas de l’échelle, ces gens-là consomment dans leurs commerces locaux et régionaux ; cela fait rouler l’économie.

BIF : Que dites-vous de ceux qui pensent qu’en augmentant le salaire minimum à 15$, c’est ouvrir la voix au décrochage scolaire, à des augmentations tous azimuts sur le marché ?

GND : Sur la question du décrochage scolaire, le taux est inquiétant en même temps que le salaire minimum est bas. Le problème est qu’il manque de ressources dans nos écoles, d’accompagnement ; on a des écoles qui tombent en ruine, on a la ségrégation scolaire. Alors, quand j’entends les gens qui sont responsables de la faillite de notre système d’éducation au Québec dire que ce serait l’augmentation du salaire minimum à 15 $ l’heure qui créerait du décrochage, je trouve ça un peu hypocrite. Si on a un bon système d’éducation qui valorise chaque enfant à l’école, qui s’occupe de chaque enfant, ce n’est pas pour un salaire minimum à 15 piasses que le monde va arrêter d’étudier. Sur la question de l’augmentation des prix, il y a énormément de secteurs dans notre économie où l’augmentation du salaire minimum n’aurait pas d’impact puisque les gens ne sont pas payés au salaire minimum.

BIF : Parlons du « projet d’indépendance du Québec », vous y croyez sérieusement?

GND : Voir ce qui se passe en Catalogne, ce qui s’est passé en Écosse, je me dis que le principe de l’autodétermination est un droit démocratique pour tous les peuples. Le droit de décider librement de leur destin. À Québec solidaire, on fait le pari que le projet de l’indépendance du Québec peut être un projet de changement social, inclusif, démocratique. Et le « Québec indépendant », nous voulons le construire avec tout le monde. Nous allons toujours nous opposer à toutes les politiques et stratégies qui visent à diviser les gens. Par ailleurs, je tiens à dire qu’au Québec, il y a deux partis politiques qui récupèrent les inquiétudes (comme dans le cas des demandeurs d’asile haïtiens), qui alimentent les craintes des gens pour marquer des points électoraux : le Parti Québécois (PQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ).

BIF : L’opposition semble bien divisée. Est-ce que vous n’êtes pas en train de préparer l’éventuelle victoire des libéraux ?

GND : Avec ce qui s’est passé dans Louis-Hébert, je dis que les Libéraux sont plus que jamais fragilisés. Un gouvernement libéral, c’est plus que jamais incertain aujourd’hui. Si la tendance se maintient, on ne se dirige pas vers un gouvernement libéral en 2018. Tout est possible pour 2018.

BIF : On vous a identifié à Trump, est-ce que vous vous rejoignez sur certains points ?

Le député de Gouin est très amer vis-à-vis de Donald Trump. Crédit: Avant Première MTL

GND : Moi? Je n’ai jamais vu de comparaison. Je ne partage rien avec cet homme qui, politiquement, fait de la division. Il est raciste, misogyne, xénophobe, etc. je ne pense pas proposer ce genre de politique là. Un politicien qui prétend parler au nom de la majorité alors que tout ce qu’il fait c’est de mettre des politiques en place qui enrichissent les gens qui sont déjà les plus riches aux États-Unis. Personnellement, c’est un être malhonnête. Je ne pense pas non plus être comme ça.

BIF : On l’a vu sur internet lorsque vous vous êtes prononcé sur les accords de libre échange. Est-ce que vous n’étiez pas en phase avec Trump ?

GND : Donald Trump n’a pas le monopole de la critique du libre-échange. Il y a de plus en plus de voix qui s’élèvent pour dire que cette vision du commerce international ne fonctionne pas. Elle n’a pas créé les promesses de prospérités. Où sont les promesses de l’ALENA aujourd’hui? Où sont passés les dizaines de milliers d’emplois qui devaient être crées ? On a affaibli nos règlements environnementaux, on a soumis la démocratie québécoise et canadienne à des règles commerciales internationales et pour quel bénéfice ? On vient de signer l’accord de libre-échange avec l’Union européenne qui va affaiblir l’agriculture québécoise, notre secteur laitier, notre secteur fromager et pourquoi ? Pour quelle prospérité ? Pour avoir quel avantage ? Ce sont des accords commerciaux qui, au lieu de permettre le développement de l’économie québécoise sur une base durable, écologique, solidaire pour répondre aux besoins des Québécois, nous force à faire du développement économique en ayant les yeux rivés vers les marchés extérieurs. Cela est un échec. Il se peut que Donald Trump, de temps en temps, ait raison quand il dit que le libre-échange ne fonctionne pas. Mais c’est sûr qu’on ne s’entend pas, par contre, sur les raisons pour lesquelles le libre-échange ne fonctionne pas.

BIF : Pour certain, la politique est l’art de la roublardise. Est-ce qu’on pourrait comprendre cela lorsque vous dites que les politiciens québécois ont trahi les Québécoises et les Québécois depuis 30 ans?

GND : Je pense qu’il y a énormément de gens qui se sentent trahis par la politique, par les partis politiques. Comme exemple, on vient d’élire un premier ministre du Canada (Justin Trudeau, ndlr) qui était censé représenter l’espoir, le renouveau et le changement. Une de ces grandes promesses étaient la refonte du mode de scrutin. Un de ces premières décisions a été de ne pas réformer le mode de scrutin électoral. Alors, je peux bien comprendre que des gens qui ont été froissés par cette déclaration – à un moment donné quand des choses continuent à se reproduire – se sentent trahis. J’ai voulu être la voix de ces gens-là.

*Interview réalisée le 16 octobre 2017*

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Actualités

Les vélos électriques d’UBER roulent à Montréal

Avatar

Publié

le

Uber a lancé ce mercredi, 26 juin, son service de vélos électriques en libre-service JUMP à Montréal.

La métropole fait place aux vélos à assistance de pédalage de JUMP utilisés dans plus d’une vingtaine de villes aux États-Unis et en Europe.

« Nous sommes très heureux de lancer les services de vélos électriques de JUMP à Montréal en grande première canadienne », a déclaré Jean-Christophe de Le Rue, directeur des Affaires publiques pour Uber au Québec.

Les vélos seront disponibles en libre-service, en tout temps, dans près de 9 arrondissements de la ville dès aujourd’hui.

Une nouvelle façon d’utiliser le vélo en libre-service

Voici comment utiliser le nouveau vélo :

La première chose à faire, télécharger l’application d’UBER. L’option des vélos JUMP se trouve en haut de l’écran. Elle présente une carte qui permet d’identifier le vélo le plus proche et de le réserver pendant une durée de temps limité à 15 minutes avant de le déverrouiller et commencer son trajet.

Il n’y a aucun frais pour déverrouiller les vélos et les utilisateurs seront chargés 30 cents par minute. Arrivé à destination, pas besoin de chercher une station UBER, il suffit de l’attacher à un support à vélo adapté et de le verrouiller moyennant des câbles antivol rattachés directement au vélo.

« Les utilisateurs qui ne respectent pas les règles appropriées de stationnement des vélos feront face à des avertissements, surcharges de 25$ et même la suspension du compte », indique l’entreprise.

Les vélos JUMP sont équipés d’un moteur de 350 watts qui délivre une assistance de pédalage électrique pouvant aller jusqu’à 32 km/h.

Vous pouvez gagner un casque gratuit

À l’occasion du lancement, des ambassadeurs JUMP vont distribuer aujourd’hui des centaines de casques gratuits partout dans la métropole.

Lire aussi : Navettes gratuites pour visiter le Parc des Îles-de-Boucherville

Lire la suite

Actualités

Montréal : Un nouveau projet de lutte contre l’isolement social des aînés

Avatar

Publié

le

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS) a lancé le projet Pour une communauté bienveillante envers ses aînés.

Le Plateau-Mont-Royal et Saint-Louis-du-Parc, dont la population est constituée à 70 % de personnes socialement défavorisées, comptent le plus haut taux de personnes âgées vivant seules à Montréal.

Ces faubourgs bénéficieront du programme déployé par le CIUSSS afin d’instaurer une structure de gériatrie sociale. Le projet s’ajoute à d’autres initiatives mises en œuvre récemment, dont le projet pilote de la Fondation AGES, annoncé le 3 juin dernier.

« La gériatrie sociale permet de rejoindre les aînés directement dans leur communauté, et c’est ce qui fait toute la différence lorsqu’il est question de briser leur isolement social et de favoriser leur vieillissement actif », a expliqué Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Sortir les aînés de leur isolement quotidien

Le projet Pour une communauté bienveillante envers ses aînés vise à veiller à l’intégration sociale des aînés vulnérables et isolés dans leurs milieux de vie.

Pour ce faire, un réseau de partenaires sera créé en vue d’entrer en contact avec ces personnes, « d’intervenir pour améliorer leur qualité de vie, de les accompagner vers les services appropriés ainsi que de favoriser leur autonomie et leur participation sociale », indique le communiqué du Cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Ce mardi, 25 juin, Québec a doté le CIUSSS, d’une aide financière de 400 000 $, qui contribuera à déployer le projet.

Lire aussi : Résidences privées pour aînés : la pénurie de préposé aux bénéficiaires fait rage au Québec

Lire la suite

Actualités

La rue Amherst change de nom lors de la Journée nationale des peuples autochtones

Avatar

Publié

le

À l’occasion de Journée nationale des peuples autochtones, la Ville de Montréal donne à la rue Amherst le nouveau toponyme de rue Atateken.

« Remplacer un toponyme montréalais critiqué depuis de nombreuses années par un nom rassembleur qui invite à la paix et au partage entre les cultures autochtones et allochtones incarne bien l’esprit de Montréal dans son programme de réconciliation », a déclaré Valérie Plante la mairesse de Montréal.

En effet, le nom Amherst réfère à Jeffrey Amherst, un officier de l’armée britannique et un administrateur colonial, dont l’histoire est associée à l’utilisation des armes biologiques contre les Amérindiens. Le changement du toponyme crée des controverses depuis 2009. 

Un nouveau chapitre est donc entamé avec le nouveau nom qui souligne la culture autochtone. L’approbation de rebaptiser la rue s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Montréal, métropole de réconciliation ».

« atateken » signifie « fraternité »

« Le retrait du nom de Jeffrey Amherst de la rue montre la volonté de travailler ensemble non seulement pour la réconciliation, mais avec des valeurs et des croyances communes. J’espère que les Montréalaises et les Montréalais adopteront ce nouveau mot de la même manière qu’il a été développé à travers nos valeurs et nos croyances communes », a souligné Hilda Nicholas, directrice du centre culturel de Kanehsatake, membre de la communauté de Kanehsatake et du comité de toponymie autochtone.

Le nouveau toponyme est on ne peut plus symbolique. ATATÉ: KEN est un « mot, en langue kanien’kéha (mohawk), qui signifie « frères et sœurs » et porte en lui la notion de relations et d’égalité entre les personnes », indique Mme Plante.

La Ville de Montréal a annoncé que le changement de toponyme sera fait d’ici la fin de l’été. « Comme le veut l’usage, pour faciliter le repérage des citoyens, les deux plaques toponymiques cohabiteront ensuite pendant plusieurs semaines. »

Lire aussi : Montréal : La danse rassemble une musulmane et un juif dans le festival Tangente

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant