Suivez-nous

Actualités

INTERVIEW: Nadeau-Dubois, « Je n’ai pas volé ma place »

Publié

le

Crédit: Avant Première MTL

Dans cette grande interview que Gabriel Nadeau-Dubois a accordé à Avant-Première Montréal, le député de Gouin ( 27 ans) n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour asséner ses vérités. Le porte-parole masculin de Québec solidaire aborde toutes les questions politiques, économiques et sociales sans faux-fuyant. 

Morceaux choisis…

Baba-Idriss Fofana : Qu’est-ce qui vous a emmené en politique ?

Gabriel Nadeau-Dubois : Je dirais une longue réflexion. Après 2012, je me suis rendu compte qu’il y avait un vide politique au Québec. Et qu’il y avait énormément de gens qui étaient tannés des vieux partis politiques, qui avaient envie d’une alternative. À ce moment-là, j’ai décidé de lancer la tournée « Il faut qu’on se parle ». Cette tournée m’a inspiré. J’ai réalisé qu’il y avait des problèmes, mais aussi beaucoup d’espoir et que c’était possible de changer les choses. Par la suite, j’ai reçu une lettre de Françoise David qui m’apprenait qu’elle allait démissionner. Elle m’invitait à prendre la relève. Alors que j’étais déjà dans des réflexions, j’ai fini par prendre la décision d’aller en politique.

BIF : Malgré tout, des gens disent que vous êtes un parvenu en politique. Que répondez-vous ?

GND : Je me suis présenté aux élections, face aux citoyennes et citoyens de Gouin. J’ai été le premier à être surpris du niveau de leur appui avec 69% des voix. Moi, j’étais touché quand Françoise m’a invité à prendre la relève. Mais, ce n’est pas Françoise qui m’a élu le 29 mai 2017. Donc, ma place à Québec solidaire, je ne l’ai pas volé ; je l’ai gagné aux élections.

BIF : Vous disiez que s’engager politiquement, c’est aussi prendre des risques. Quels sont les risques que vous avez déjà pris ?

Dans les locaux de Québec solidaire, Rue Ontario E, Montréal. Crédit: Avant Première MTL

GND : Les risques, on en prend tous les jours en politique. À Québec solidaire, on défend des idées, des valeurs qui ne sont pas toujours populaires ; qui souvent, vont à contre-courant ; qui vont à l’encontre des plus grands de notre société. Tout ça, ce sont des risques que Amir Khadir, Manon Massé, moi et les militants de Québec solidaire prenons ; et on va continuer à le faire. Je compte bien être là pour un moment et amener des idées et des propositions qui vont déranger.

BIF : Pensez-vous que la violence est parfois salutaire lorsque vous dites que « quand les lois sont injustes, il faut les désobéir » ?

GND : En démocratie, la violence n’est pas le moyen de faire avancer ses idées ou le projet de société qu’on défend. La désobéissance civile, par contre, a été utilisée dans l’histoire des démocraties à de nombreuses reprises pour faire avancer les droits. Il y a beaucoup de personnes au Québec, aujourd’hui, qui n’auraient pas les droits qu’ils ont, si par le passé des gens n’avaient pas décidé à certains moments de désobéir, de manière pacifique.

BIF : Certains annonçaient la mort de Québec solidaire suite au départ de Françoise David. Avec votre arrivée, peut-on parler de résurrection?

GND : Rires. On a prononcé la mort de QS un peu trop rapidement. C’est sûr que le départ de Françoise a suscité des questions. Et il y a eu la victoire de Manon Massé dans Sainte-Marie Saint-Jacques ; ensuite, il y a eu mon arrivée. Ces moments ont contribué à créer un momentum derrière Québec solidaire. Mais de manière plus fondamentale, ce qui porte QS c’est une vague de fond, qui dépasse de loin le départ de Françoise, la victoire de Manon et mon arrivée ; c’est une vague d’insatisfaction à l’égard des partis politiques traditionnels, de leur vision de la politique au Québec. Notre travail, c’est de convaincre que la bonne alternative, c’est Québec solidaire et non pas un parti comme la CAQ qui propose essentiellement la même vision que la ‘’vision libérale’’ avec un nouveau logo.

BIF : Québec solidaire ne pèse que 7.5% dans la balance électorale. Que faites-vous pour rallier cette majorité silencieuse ?

Gadgets et brochures à l’effigie du parti social-démocrate, souverainiste québécois. Crédit: Avant Première MTL

GND : D’abord, les 7.5% sont les résultats des élections générales de 2014. On est en 2017, et les intentions de vote nous placent davantage autour de 15%. Donc, il y a eu une progression. On a eu une belle victoire dans Gouin à 69% ; on a amélioré un peu notre score dans Louis-Hébert. Québec solidaire est en montée, on a le vent dans les voiles. Ce n’est pas suffisant. On a encore du travail à faire, pour mieux s’adresser aux gens à l’extérieur de Montréal, pour mieux parler d’économie, pour trouver de bonnes candidatures en vue de 2018.

BIF : Cela explique-t-il le rapprochement Québec solidaire-Option nationale ?

GND : L’intérêt de la fusion avec Option nationale c’est moins de faire des mathématiques électorales, d’additionner simplement des votes que de créer un momentum, c’est d’envoyer un message à tous ceux et celles qui aspirent au changement au Québec. C’est de leur dire que dorénavant, il y a un véhicule pour rassembler tous les gens qui veulent transformer le Québec en profondeur et en faire un pays. C’est moins un calcul électoral qu’une alliance politique, pour une nouvelle dynamique politique au Québec.

BIF : Qu’est-ce que Québec solidaire propose concrètement en matière de santé, d’économie, d’immigration, d’éducation que les Libéraux ne sont pas capables de faire ?

GND : En Éducation, les Libéraux, depuis 15 ans, ont coupé des centaines de millions de dollars dans le budget de l’éducation. On parle à peu près d’un milliard de dollars de coupures. On doit cesser de couper et réinvestir dans l’éducation en engageant en priorité des spécialistes pour s’occuper des enfants. Sinon, avec le taux de décrochage scolaire qu’on a, on ne pourra pas relancer le Québec.

             En Santé, une des propositions, c’est la revalorisation des Centres locaux de services communautaires (CLSC), les installer dans tous les quartiers, et ouverts 24 heures /24 et 7 jours /7. Ça veut dire que toutes les familles qui ont besoin d’avoir recours au système de santé rapidement, n’auront plus besoin d’aller à l’urgence pour attendre, faire la file dans une clinique sans rendez-vous, attendre un rendez-vous avec un médecin de famille dans trois semaines.

            En Économie, il y a énormément de travail à faire. La première chose est de renverser la logique libérale actuelle. Il faut passer d’une économie dirigeante à une économie au service des gens. C’est-à-dire, s’assurer que les salaires augmentent, notamment en augmentant le salaire minimum, offrir les meilleures conditions de travail aux gens avec quatre semaines de congé par année, en demandant d’avoir des horaires à l’avance pour permettre la conciliation travail-famille.

           Concernant l’Immigration, les Libéraux ont été très bons dans les dernières décennies pour prétendre défendre les gens issus de communautés culturelles, mais en ne faisant jamais rien. À Québec solidaire, on a des propositions. On doit s’attaquer au chômage dans les communautés immigrantes, où le taux est déconnecté du taux de chômage général. Le gouvernement doit jouer un rôle de leadership et être exemplaire en matière d’intégration. Il y a une sous-représentation des personnes immigrantes dans toutes les nominations au Québec.

BIF : Comment expliquez-vous que le taux de chômage était à son plus bas niveau en juillet 2017 sous les Libéraux, depuis 1976?

GND se voulant « très serein » lors de l’entrevue. Crédit: Avant Première MTL

GND : Il faut faire attention. Le taux de chômage ne dit pas tout, ça ne dit pas la qualité des emplois qui sont créés, ça ne dit pas s’il y a des emplois qui permettent aux gens de vivre au-dessus du seuil de pauvreté. C’est bien beau d’avoir un bon taux de chômage. Mais si les gens restent pauvres, on n’est pas très avancé. Économiquement, le fait que les gens travaillent avec des salaires qui ne leurs permettent pas de répondre à leurs besoins cela est un frein au développement. Alors que si on augmente, par exemple, le salaire minimum à 15 $ l’heure, on redonne du pouvoir d’achat aux gens. Avec cet argent, ils pourront le dépenser dans leur commerce local.

BIF : Est-ce que vous avez évalué les conséquences d’un salaire minimum à 15 $ l’heure?

GND : L’augmentation du salaire minimum doit se faire de manière progressive, sur plusieurs années. Il faut le faire en accompagnant également les PME qui pourraient vivre difficilement en augmentant le salaire minimum à 15 $ l’heure ; en s’assurant que la transition se fasse bien. Deuxième chose, il faut le dire, dans tous les endroits où on a prévu une catastrophe économique en augmentant le salaire minimum, cette catastrophe ne s’est jamais produite. Au contraire, dans plusieurs endroits, cela a eu des effets positifs sur l’économie. Pourquoi ? Parce que lorsqu’on augmente le pouvoir d’achat des gens en bas de l’échelle, ces gens-là consomment dans leurs commerces locaux et régionaux ; cela fait rouler l’économie.

BIF : Que dites-vous de ceux qui pensent qu’en augmentant le salaire minimum à 15$, c’est ouvrir la voix au décrochage scolaire, à des augmentations tous azimuts sur le marché ?

GND : Sur la question du décrochage scolaire, le taux est inquiétant en même temps que le salaire minimum est bas. Le problème est qu’il manque de ressources dans nos écoles, d’accompagnement ; on a des écoles qui tombent en ruine, on a la ségrégation scolaire. Alors, quand j’entends les gens qui sont responsables de la faillite de notre système d’éducation au Québec dire que ce serait l’augmentation du salaire minimum à 15 $ l’heure qui créerait du décrochage, je trouve ça un peu hypocrite. Si on a un bon système d’éducation qui valorise chaque enfant à l’école, qui s’occupe de chaque enfant, ce n’est pas pour un salaire minimum à 15 piasses que le monde va arrêter d’étudier. Sur la question de l’augmentation des prix, il y a énormément de secteurs dans notre économie où l’augmentation du salaire minimum n’aurait pas d’impact puisque les gens ne sont pas payés au salaire minimum.

BIF : Parlons du « projet d’indépendance du Québec », vous y croyez sérieusement?

GND : Voir ce qui se passe en Catalogne, ce qui s’est passé en Écosse, je me dis que le principe de l’autodétermination est un droit démocratique pour tous les peuples. Le droit de décider librement de leur destin. À Québec solidaire, on fait le pari que le projet de l’indépendance du Québec peut être un projet de changement social, inclusif, démocratique. Et le « Québec indépendant », nous voulons le construire avec tout le monde. Nous allons toujours nous opposer à toutes les politiques et stratégies qui visent à diviser les gens. Par ailleurs, je tiens à dire qu’au Québec, il y a deux partis politiques qui récupèrent les inquiétudes (comme dans le cas des demandeurs d’asile haïtiens), qui alimentent les craintes des gens pour marquer des points électoraux : le Parti Québécois (PQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ).

BIF : L’opposition semble bien divisée. Est-ce que vous n’êtes pas en train de préparer l’éventuelle victoire des libéraux ?

GND : Avec ce qui s’est passé dans Louis-Hébert, je dis que les Libéraux sont plus que jamais fragilisés. Un gouvernement libéral, c’est plus que jamais incertain aujourd’hui. Si la tendance se maintient, on ne se dirige pas vers un gouvernement libéral en 2018. Tout est possible pour 2018.

BIF : On vous a identifié à Trump, est-ce que vous vous rejoignez sur certains points ?

Le député de Gouin est très amer vis-à-vis de Donald Trump. Crédit: Avant Première MTL

GND : Moi? Je n’ai jamais vu de comparaison. Je ne partage rien avec cet homme qui, politiquement, fait de la division. Il est raciste, misogyne, xénophobe, etc. je ne pense pas proposer ce genre de politique là. Un politicien qui prétend parler au nom de la majorité alors que tout ce qu’il fait c’est de mettre des politiques en place qui enrichissent les gens qui sont déjà les plus riches aux États-Unis. Personnellement, c’est un être malhonnête. Je ne pense pas non plus être comme ça.

BIF : On l’a vu sur internet lorsque vous vous êtes prononcé sur les accords de libre échange. Est-ce que vous n’étiez pas en phase avec Trump ?

GND : Donald Trump n’a pas le monopole de la critique du libre-échange. Il y a de plus en plus de voix qui s’élèvent pour dire que cette vision du commerce international ne fonctionne pas. Elle n’a pas créé les promesses de prospérités. Où sont les promesses de l’ALENA aujourd’hui? Où sont passés les dizaines de milliers d’emplois qui devaient être crées ? On a affaibli nos règlements environnementaux, on a soumis la démocratie québécoise et canadienne à des règles commerciales internationales et pour quel bénéfice ? On vient de signer l’accord de libre-échange avec l’Union européenne qui va affaiblir l’agriculture québécoise, notre secteur laitier, notre secteur fromager et pourquoi ? Pour quelle prospérité ? Pour avoir quel avantage ? Ce sont des accords commerciaux qui, au lieu de permettre le développement de l’économie québécoise sur une base durable, écologique, solidaire pour répondre aux besoins des Québécois, nous force à faire du développement économique en ayant les yeux rivés vers les marchés extérieurs. Cela est un échec. Il se peut que Donald Trump, de temps en temps, ait raison quand il dit que le libre-échange ne fonctionne pas. Mais c’est sûr qu’on ne s’entend pas, par contre, sur les raisons pour lesquelles le libre-échange ne fonctionne pas.

BIF : Pour certain, la politique est l’art de la roublardise. Est-ce qu’on pourrait comprendre cela lorsque vous dites que les politiciens québécois ont trahi les Québécoises et les Québécois depuis 30 ans?

GND : Je pense qu’il y a énormément de gens qui se sentent trahis par la politique, par les partis politiques. Comme exemple, on vient d’élire un premier ministre du Canada (Justin Trudeau, ndlr) qui était censé représenter l’espoir, le renouveau et le changement. Une de ces grandes promesses étaient la refonte du mode de scrutin. Un de ces premières décisions a été de ne pas réformer le mode de scrutin électoral. Alors, je peux bien comprendre que des gens qui ont été froissés par cette déclaration – à un moment donné quand des choses continuent à se reproduire – se sentent trahis. J’ai voulu être la voix de ces gens-là.

*Interview réalisée le 16 octobre 2017*

Crédit photo:
Crédit: Avant Première MTL

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Québec solidaire, un autobus de campagne peu solidaire… - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nation

Immigration : le Canada accueille 152 000 nouveaux citoyens

Publié

le

Un an après les modifications apportées à la Loi canadienne découlant du projet de loi C-6, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) révèle que le nombre de personne aspirant à la citoyenneté canadienne a bondi en 2018, soit plus de 40% par rapport à la même période en 2017.

D’ici fin octobre 2018, le ministère fédéral de l’immigration estime que 152 000 personnes auront obtenu la citoyenneté canadienne depuis l’entrée en vigueur des changements à la Loi sur la citoyenneté. D’ailleurs, au cours de la Semaine de la citoyenneté, du 8 au 14 octobre, près de 6 400 personnes sont devenues des citoyens lors de 72 cérémonies qui se sont déroulées partout au pays.

Exigences pour avoir la citoyenneté canadienne ?

Les immigrants doivent maintenant accumuler, en vertu la nouvelle Loi, 1 095 jours ou trois ans dans une période de cinq ans avant d’être admissibles à la citoyenneté, au lieu des 1 460 jours ou quatre ans dans les six ans prévus par l’acte précédent. Cette disposition avait été introduite par le précédent gouvernement conservateur, en juin 2014.

Chaque jour compte avant de devenir résident permanent

À titre de résident temporaire ou de personne protégée) au cours des cinq années précédant la demande de citoyenneté COMPTE POUR UNE DEMI-JOURNÉE, jusqu’à concurrence d’un an (365 jours). Auparavant : Le temps passé au Canada avant de devenir résident permanent n’était pas pris en compte dans le calcul de la durée de la présence effective aux fins de l’obtention de la citoyenneté.

Compétences linguistiques et connaissances

Si vous êtes âgé de 18 ans à 54 ans, vous devez satisfaire aux exigences linguistiques (français ou anglais); faire l’examen pour la citoyenneté. Auparavant : Si vous étiez âgé de 14 à 64 ans, vous deviez satisfaire aux exigences en matière de compétences linguistiques et de connaissances pour être admissible à la citoyenneté.

Déclaration de revenus

Vous devez présenter une déclaration de revenus au Canada (si la Loi de l’impôt sur le revenu l’exige) pour 3 années sur 5, ce qui correspond au nouveau critère appliqué pour la présence effective. Auparavant : Vous deviez présenter une déclaration de revenus au Canada, si la Loi de l’impôt sur le revenu l’exigeait, pour quatre années sur six.

Source : IRCC

Lire aussi : Immigration Canada, avantages et ‘’revers’’ de la nouvelle Loi

Lire aussi : Nouvelle loi : 3 ans pour être citoyen canadien avec assouplissements…

Lire la suite

Actualités

ARRIMA Québec : Créer son profil en 10 étapes sur le nouveau portail d’immigration

Publié

le

Depuis le lancement le 18 septembre dernier du nouveau portail d’immigration au Québec, ARRIMA, des milliers de personnes à travers le monde veulent tenter leur chance. Sauf que, bon nombre d’entre eux ne savent pas comment ça fonctionne exactement. On vous illustre le processus de création d’un profil en 10 étapes sur Arrima.

D’entrée de jeu, il faut savoir que le nouveau portail Arrima est un système de gestion des demandes d’immigration basé sur la déclaration d’intérêt. Le candidat qui souhaite faire une demande dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ) doit se créer un profil sur Arrima. L’inscription sur ledit portail est gratuit.

Étape 1 : salle d’attente virtuelle

À l’aide d’un ordinateur personnel ou d’une tablette, rendez-vous sur le lien : https://arrima.immigration-quebec.gouv.qc.ca/aiguillage/. Une fois à cette adresse, on vous indique que « Vous êtes maintenant dans la salle d’attente virtuelle » et le nombre de personne avant vous.

Étape 2 : détails du processus Arrima

Tout en restant dans la salle d’attente virtuelle, dans les secondes qui suivent, une nouvelle page s’ouvre. Dans un bref message, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) vous détail le processus, en expliquant que « Toute personne qui souhaite immigrer et s’installer au Québec dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés doit : Remplir et déposer une déclaration d’intérêt; Attendre une invitation de la part du MinistèreSoumettre une demande de sélection permanente dans Mon projet Québec ».

Étape 3 : début du dépôt de la déclaration d’intérêt

En ce qui concerne tout nouveau postulant, vous devez avoir en votre possession votre passeport, votre courriel valide (email) sans oublier le mot de passe. Il faudra cliquer sur le lien « Pour remplir, mettre à jour ou déposer une déclaration d’intérêt ».

Étape 4 : création d’un compte avec courriel/email

Sur la nouvelle page qui s’ouvrira, cliquez sur « Créer un compte » pour inscrire votre adresse courriel/email. Après quoi, vous devez cliquer sur « Demander un code de vérification » qui vous sera envoyé dans votre courriel/email.

Étape 5 : code de vérification du courriel/email

Récupérez le code à 6 chiffres et insérez-le dans la section où en vous le demande. Un message vous indiquera que votre adresse courriel est valide. Vous allez ensuite entrer le mot de passe de votre adresse courriel et le confirmer à nouveau, avant de cliquer sur « M’inscrire ».

Étape 6 : choix de l’option correspondant à votre situation 

Dans la section qui s’affiche, cliquez sur « Je suis une personne intéressée à immigrer au Québec ».Vous verrez une page sur les « Conditions d’utilisation du profil Arrima ».

Étape 7 : acceptation des conditions du MIDI

Après avoir pris connaissance des conditions, vous avez la possibilité de vous désister. Dans le cas contraire, vous devez cocher les deux cases « J’ai lu et j’accepte les conditions d’utilisation » et « J’ai lu les conditions générales » en dessous de la page avant de faire « Suivant ».

Étape 8 : identité du demandeur (passeport)

Dans cette section, ayez en main votre passeport pour renseigner les champs sur votre identité notamment : nom et prénom (s), sexe, date de naissance, ville de naissance, pays ou territoire de naissance etc. avant de cliquer « Suivant ».

 

Étape 9 : coordonnées du demandeur

Dans cette page, entrez vos coordonnés dans les champs qui s’afficheront notamment votre adresse de résidence, pays ou territoire de résidence, la province ou l’État (à remplir s’il y en a), ville de résidence et au moins un numéro de téléphone avant de cliquer sur « Créer mon profil ».

Étape 10 : profil complété avec succès

En cliquant sur « créer mon profil », un message s’affiche comme suit : « Votre profil a été créé avec succès. Vous serez redirigé vers la page d’authentification. Pour accéder à votre dossier, vous devez saisir votre courriel/email et votre mot de passe utilisés lors de l’inscription ».

Après lecture de ce message, cliquez sur « Quitter ». Vous serez alors redirigé dans votre nouveau profil Arrima que vous venez de créer.

La prochaine fois que vous aurez besoin de vous rendre sur votre profil, vous n’aurez qu’à aller à la page suivante https://arrima.immigration-quebec.gouv.qc.ca/aiguillage/ pour entrer votre courriel et votre mot de passe que vous avez utilisé lors de la création de votre profil.

Quand soumettre une demande de sélection permanente ?

C’est après la création de votre profil que le MIDI pourra éventuellement vous contacter. Le ministère de l’immigration entend contacter les personnes qui répondent à certains critères, en misant surtout sur les besoins du marché du travail dans les différentes régions du Québec. Parmi les critères pris en considération, il y a le fait de détenir une offre d’emploi validée par le Ministère.

Lorsque vous recevrez une « invitation de la part du Ministère », vous aller devoir retourner à l’adresse https://arrima.immigration-quebec.gouv.qc.ca/aiguillage/ et cliquer sur « Pour soumettre ou suivre l’état de votre demande de sélection permanente ». C’est à cette étape que vous allez proprement « Soumettre une demande de sélection permanente dans Mon projet Québec ».

Lire aussi: Québec, ouverture du portail d’immigration en ligne, lancez-vous!

Lire la suite

Actualités

Vision 2025, nouvelle stratégie de l’industrie aérospatiale au Canada

Publié

le

L’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC) a lancé ce mardi, 9 octobre, une nouvelle initiative stratégique. Il s’agit de Vision 2025 qui rassemblera les acteurs de l’industrie afin d’inscrire le secteur dans une perspective économique commune.

Depuis très longtemps, le Canada n’a pas déployé un plan d’investissement à long terme visant l’industrie de l’aérospatiale. Or plusieurs indicateurs montrent le potentiel du secteur.

M. Jean Charest, qui dirigera cette nouvelle initiative de l’industrie aérospatiale, met l’accent sur l’importance du secteur dans l’économie canadienne. En effet, sa part de contribution à l’économie est estimée à 25G$. De plus, en 2017, le PIB manufacturier du secteur s’est classé parmi les plus élevés au monde.

Assurer la croissance de l’Industrie aérospatiale : l’enjeu principal de Vision 2025

Charest a précisé que Vision 2025 œuvrera à « stimuler l’innovation, les activités commerciales et les emplois. » L’initiative permettra de réaliser ces objectifs en déployant une stratégie commune à tous les acteurs.

Rappelons que l’industrie spatiale canadienne se classe 5e au monde et qu’elle crée près de 190 000 emplois. Aussi, il a été important de mentionner que le contexte mondial est actuellement très concurrentiel. Ainsi, selon M. Jim Quick, président de l’AIAC, « le Canada ne peut se permettre aucune complaisance. »

Les pistes d’avenir pour l’industrie spatiale canadienne

Vision 2025 rassemblera notamment des représentants du secteur de l’éducation et des gouvernements. Les rencontres débuteront à l’automne et l’hiver 2018-2019.

Les échanges auront lieu dans les villes où l’industrie est présente, soit, Toronto, Montréal, Vancouver et Halifax. Au terme des dialogues entre les différents acteurs, un rapport sera rédigé afin d’identifier les priorités de la stratégie nationale de l’aérospatiale.

Vision 2025 participe aussi Sommet de l’aérospatiale canadienne qui se déroulera les 13 et 14 novembre, à Ottawa.

Source : AIAC

Lire aussi :

SpaceX : Le premier touriste spatial a réservé son vol

Toucher la lune à Montréal, c’est possible

Lire la suite

en-avant