Suivez-nous

Actualités

James Comey au sénat, le thermomètre de la destitution de Trump

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

L’ex chef du FBI James Comey est attendu aujourd’hui, au Sénat, pour s’expliquer sur ses soupçons entourant les relations entre les russes et l’équipe de Trump. Plusieurs médias américains ont changé leurs programmations pour passer en direct ce témoignage historique.

Malgré le suspens qui règne dans la maison blanche, attendant les révélations que M. Comey va faire au sénat, M. Trump continue de mener sa politique dans les réseaux sociaux.

Le président a annoncé hier le nom de la personne qui va remplacer M. Comey.

« Je vais nommer Christophe A. Wray – un homme au parcours impeccable – pour devenir le nouveau directeur du FBI », a-t-il tweeté.

Un témoignage écrit remis au sénat

M. Comey a remis, hier 7 juin, aux autorités, un document de sept pages expliquant les tenants et les aboutissants de son limogeage. Le comité sénatorial a publié ce témoignage rapportant tous les détails des conversations avec le locataire de la maison blanche, depuis le mois de novembre.

M. Comey a déclaré que M. Trump a essayé de s’ingérer dans l’enquête menée par le FBI sur Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain (évincé en février), mêlé à l’affaire de l’espionnage russe dans l’élection présidentielle.

L‘ex chef du FBI a rapporté les détails de leur rencontre, en tête-à-tête, dans le bureau ovale de la Maison blanche, le 14 février dernier.

« J’espère que vous pourrez trouver une façon d’abandonner cela, de lâcher Flynn. C’est un homme bien », lui aurait demandé M. Trump.

Il a relaté notamment les tentatives de M. Trump pour le convaincre de ne pas divulguer qu’il était sujet à une enquête du FBI. Le président serait rentré en contact avec lui, par téléphone, deux fois pour lui demander de faire une déclaration publique, indiquant qu’aucune enquête du FBI ne portait directement sur lui. M. Comey lui avait rappelé que la décision de rendre publique, cette information, incombe au département de la Justice.

Les républicains supportent leur élu

Le témoignage de l’ex chef du FBI sur sa conversation avec M. Trump concernant les échanges de M. Flynn avec l’ambassadeur russe en décembre a été suspecté. Pourquoi M. Comey n’a-t-il pas rapporté les détails de cette discussion au procureur général Jeff Sessions ?

Dans le document, M. Comey explique qu’il a partagé cette histoire avec son équipe du FBI et qu’ils ont décidé ensemble de ne pas mettre au courant M. Sessions qui était en train de se récuser de l’affaire.

En effet, la déclaration publiée par le Comité national républicain a fait valoir que M. Comey avait passé sous silence ces conversations, avant son limogeage.

Il est probable que les républicains ne seront pas satisfaits de cette explication et le pousseront à préciser pourquoi il n’a pas informé M. Sessions ou d’autres personnes au ministère de la Justice.

Une éventuelle procédure de destitution de M. Trump semble pour l’instant difficile à conclure.

« Seulement, comme ce processus est mené entièrement par les deux chambres du Congrès, il dépendra de la volonté politique des élus, explique Bruce Ackerman, professeur de droit à l’Université de Yale. Pour l’instant, les républicains qui ont la majorité ne semblent pas prêts à saborder leur allié à la Maison blanche. » (source Libération).

« le président est content que M. Comey a enfin confirmé publiquement qu’il n’était pas sous le coup d’une enquête en lien avec la Russie. Le président se sent complètement et totalement innocenté. Il a hâte d’aller de l’avant dans son programme. », a déclaré, hier dans un communiqué, un conseiller de la Maison blanche.

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Les Canadiens sont-ils plutôt amateurs de vin ou de bière?

Avatar

Publié

le

En 2017-2018 le marché du vin a connu une croissance à l’échelle du pays, tandis que la vente de bière est restée stable.

Selon un rapport publié ce mardi, 23 avril, par Statistique Canada, la vente des boissons alcoolisées a atteint 23,2 milliards de dollars, en hausse de 3,1 % par rapport à l’année précédente. Cela correspond à 3 098 millions de litres de boissons vendues durant cette période. L’achat par personne ayant l’âge légal de consommer l’alcool au Canada a été estimée à 507,1 verres standard.

Le Québec, le plus important marché du vin

La hausse des ventes des vins (4,6 %) a été plus importante que celle des bières (0,8 %). Les ventes des deux produits se sont chiffrées à respectivement 7,5 milliards de dollars et 9,2 milliards de dollars.

Les Canadiens ont acheté au total 2 215 millions de litres de bière et 531 millions de litres de vin en 2017-2018. Le volume de bière vendue a connu ainsi une baisse de 0,8 % par rapport à 2016-2017 tandis que celui du vin a monté de 4,9 %.

Pour ce qui est des ventes par type de vin, le rouge est en tête de la liste en représentant 52,8 % de toutes les ventes de vin au Canada en 2017-2018. Il est suivi par le vin blanc (32,2 %) et le vin mousseux (5,9 %).

Les ventes des autres types de boissons alcoolisées ont aussi augmenté. En effet, le marché des spiritueux et celui des cidres, coolers et autres boissons rafraîchissantes ont progressé respectivement de 4,4 % et de 7,2 % par rapport à l’année précédente.

Ce sont les sociétés des alcools, leurs agences et les autres points de vente au détail du Québec qui ont vendu le plus de vin à l’échelle du pays. La part de ce marché a atteint 43,8 % des ventes totales de boissons alcoolisées en 2017-2018.

Lire aussi : La Canadienne Liz Palmer, parmi les meilleurs influenceurs du vin 2019

Lire la suite

Actualités

Arrestation de cinq milliardaires algériens dans le cadre d’une enquête anti-corruption

Avatar

Publié

le

La gendarmerie algérienne a procédé ce dimanche à l’arrestation de plusieurs industriels dont Issad Rebrab, considéré comme la première fortune du pays.

Alors que « l’ancien système  » se prépare aux élections présidentielles qui sont prévues pour le mois de juillet, l’atmosphère politique et sociale est de plus en plus électrique dans le pays.

Les Algériens continuent de manifester en espérant évincer les personnalités du régime Bouteflika.

Un autre événement survenu ce dimanche, 21 avril, risque de faire monter encore plus les tensions à Alger.

La gendarmerie algérienne a arrêté cinq milliardaires, parmi lesquels quatre des frères Kouninef, une puissante famille d’hommes d’affaires proche d’Abdelaziz Bouteflika.

Le milliardaire Issad Rebrab, qui dirige la société Cevital, a également été interpellé.

Des enquêtes sont ouvertes sur des faits de corruption et de détournements de foncier, ont annoncé plusieurs médias locaux.

En outre, la télévision d’état a révélé que l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia et l’actuel ministre des finances Mouhamed Loukal sont entendus ce lundi, 22 avril, par le parquet d’Alger dans le cadre d’une enquête sur la dilapidation de l’argent publique.

Lire aussi : Algérie : foule immense pour dire « non » à un 5è « mandat Bouteflika »

Lire la suite

Actualités

Laval : Les militaires mobilisés afin de prévenir les inondations

Avatar

Publié

le

Météo Média a annoncé ce lundi, 22 avril, que les risques d’inondations sont en train d’augmenter en raison des crues. Le niveau des eaux monte un peu partout au Québec et des régions avoisinant Montréal sont en état d’alerte.

Depuis quelques jours, la Ville de Montréal ne cesse d’informer les citoyens sur les aides mises à leur disposition afin de faire face aux inondations printanières.

Avec la fonte des neiges, les risques de montée des eaux sont à prendre en considérations même en absence de pluies.

Les quartiers de plusieurs arrondissements proches des eaux, dont Ahuntsic-Cartierville, Pierrefonds-Roxboro ainsi que l’île Bizard, resteront en alerte jusqu’à la fin du mois.

Laval craint la montée des eaux à la fin de cette semaine

« Au nord de Laval aux abords de la Rivière-des-Mille-Îles, l’eau a commencé à monter », prévient ce lundi, Patrick De Bellefeuille, le reporter de Météo Média.

Les 20 mm de pluies prévues demain dans le secteur risquent d’aggraver la situation. Il faut compter en plus les précipitations de fin de semaine qui feront monter la barre de 50 à 70 mm.

La Ville de Laval et l’armée sont mobilisés. En effet, 200 militaires des Forces de l’armée canadienne sont déployés sur le territoire pour prêter main-forte aux citoyens.

Des visites des zones les plus vulnérables sont effectuées aujourd’hui. De plus, 1375 résidences ont reçu des palettes de sacs de sable à installer au pourtour de leur maison.

La Ville rassure notamment que « les autorités surveillent de près la situation et informeront rapidement les résidents advenant la fermeture du pont. »

Lire aussi : Montréal : La saison des pluies commence demain

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant